13 novembre 2010

The Big C [1x 12]

TheBigC_1280x800

Everything That Rises // 8oo ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_43005 vlcsnap_37874

   "When it’s really your time to go, I’ll be waiting on you. But until then, live your life as hard as you can." Rien que pour cette phrase et cette magnifique scène finale, je ne regrette pas que Marlene ait passé l'arme à gauche. C'était totalement inattendu, carrément audacieux aussi puisque les scénaristes perdent là un personnage extraordinaire qui apportait beaucoup tant dans l'humour que dans l'émotion, et tellement poignant. J'ai retrouvé pendant l'espace de quelques secondes, les dernières de l'épisode, ce que je reprochais à la série d'avoir perdu depuis quelques temps : des symboles forts et une réalisation brillante. Le "coucou" de l'horloge sonne comme un "wake-up call" pour Marlene. La dureté de Paul également. Il est temps qu'elle s'en aille car elle n'est plus seulement devenue dangereuse pour elle-même, mais aussi pour les autres, en particulier Adam dans ce cas précis. Elle fait preuve d'un courage exemplaire. The Big C aura parlé de la vieillesse de la manière la plus belle et réaliste qui soit, comme rarement cela avait été fait à la télévision. La perte de mémoire, la perte de contrôle, l'abandon de soi... Marlene nous manquera forcément beaucoup mais c'est une nouvelle page qui se tourne. La série avance à la vitesse de la lumière quand on y pense. J'ignore si c'est une bonne chose sur le long terme mais épisode par épisode, c'est d'une force incroyable !

   Il n'y a rien qui soit à jeter dans cet épisode. J'ai ressenti une émotion dans chaque scène. Le message que Cathy laisse sur le répondeur de Mia, la prétendante d'Adam, était fabuleux. Une fois de plus, Laura Linney a été impeccable. Je ne me lasse pas de la voir si bonne, les larmes aux yeux souvent. Il y avait quelques instants plus légers, avec l'apparition de Liam Neeson en renfort. C'était lui le "Bee Man". J'avoue que c'était très drôle bien que le road trip au Canada avait finalement peu d'intérêt dans le fond. Cathy n'y croyait déjà plus alors qu'à la fin de l'épisode précédent, elle était plus convaincue que jamais. Elle est quand même allée au bout de son aventure en compagnie de son cher médecin, qui en a profité pour lui avouer ses sentiments. "Choose the One Who Lives". Ca aussi c'était déchirant. Il semblerait que Cathy prenne les bonnes décisions désormais après sa période fofolle. Mais est-ce vraiment ce que l'on attend d'elle ? La dernière chose qui m'a beaucoup plu, c'est le nouveau Paul, aux petits soins pour sa femme, sans doute trop, qui lui a confectionné un "Vision Board" du plus bel effet. Ca m'a donné envie d'en faire un. J'aime ce que ça représente, la force que cela apporte. Surmonter les jours, que l'on soit atteint d'un cancer ou pas, reste la plus grande épreuve de la vie...

vlcsnap_41407


// Bilan // Et s'il me manquait des mots ?


08 novembre 2010

The Big C [1x 11]

TheBigC_1280x800

New Beginnings // 996 ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_431784

   Comme son titre l'indique, cet épisode sonne comme un nouveau départ pour Cathy et quelque part pour la série aussi. Le nombre de personnes dans l'entourage de Cathy qui ne sont pas au courant de sa maladie se réduit à vue d'oeil. Il reste son fils, Adam, qui pourrait bien être le dernier à l'apprendre, son frère, à qui elle l'a avoué avant de se rétracter (je ne me suis pas encore remis de cette scène magnifique) et puis sa meilleure-amie, Rebecca, qui va visiblement rester dans les parages et je m'en réjouis puisque je l'espérais. Son histoire avec Sean n'a pas plus d'intérêt que ça mais la scène de la rupture était absolument géniale ! Cynthia Nixon est à la hauteur du reste du casting, à la hauteur de Laura Linney. Je ne m'étais pas vraiment imaginé la réaction de Paul suite à l'annonce de Cathy mais je crois que si j'avais pris le temps de le faire, ça serait passé exactement comme ça dans ma tête. Il y a quand même une chose qui m'a surpris et un peu déçu : qu'il ré-emménage si vite. Quelque part, même si c'était la chose la plus sensée à faire, d'un point de vue scénaristique c'est assez risqué. Ca réduit pas mal le champ des possibilités. Je doute fortement que tout rentre dans l'ordre, auquel cas la série n'aurait plus d'intérêt, mais je me demande vraiment comment elle va réussir à maintenir l'intérêt dans ces conditions. C'est un peu la même chose pour Marlene. Son alzheimer est traitée avec beaucoup de justesse et de finesse mais que dire de plus ? C'est la première fois que je ressens une sorte de pessimisme quant à l'avenir de la série et de ses personnages. Je ne sais pas si je suis très clair...

    En regardant cet épisode, j'ai eu l'impression d'une succession de scènes fortes. Un flot continu d'émotion. A ce petit jeu-là, je crois que c'est la collègue de Paul qui m'a le plus touché. Son petit discours, entre deux portes, rempli de larmes et de résignation, était absolument bouleversant. C'est sans doute la première fois que le cancer a été envisagé comme il est vraiment, et non comme Cathy l'envisage elle. Ca apporte une authenticité à un récit qui en manquait un peu, tout en offrant un autre regard tout aussi intéressant si ce n'est plus puisqu'inédit. Mais la série est peut-être peu à peu en train de rentrer dans la norme dans le sens où Cathy pense maintenant qu'il est préférable de se soigner, au moins d'essayer. Ce n'est pas ce qu'on nous a vendu au départ mais pouvait-on vraiment vivre dans l'illusion plus longtemps ? On garde quand même la part de fantaisie nécessaire puisqu'il s'agit d'une gérison par piqûres d'abeilles... Les scénaristes n'ont pas oublié d'être drôles en envoyant Cathy, Marlene et Rebecca dans un club de strip-tease. Même si c'était très drôle, on sentait déjà le revirement de situation avec une Cathy pas à l'aise du tout face aux hommes quasi-nus. Elle n'avait pas le coeur à s'amuser et à croquer la vie à pleine dent, comme elle tente de le faire depuis le début.

vlcsnap_416395


// Bilan // Cet épisode marque un tournant important dans la courte histoire de The Big C. Ca fait un peu peur car on sait très exactement ce que l'on perd et pas vraiment ce que l'on gagne. Mais je suis confiant...

Posté par LullabyBoy à 02:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 novembre 2010

The Big C [1x 10]

TheBigC_1280x800

Divine Intervention // 705 ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_17166

   Une intervention divine. Il fallait bien ça pour que Cathy tente de réparer les erreurs qu'elle a commises depuis le pilote. Enfin erreurs... Je ne considère pas ses actions de cette façon mais c'est ainsi qu'elles nous sont présentées. L'intervention divine n'est finalement pas celle que l'on croit. La baffe de Marlene est à mon sens le déclencheur, pas une soudaine envie de s'en remettre à Dieu. La rédemption la plus intéressante est certainement celle qu'elle entame avec Andrea. On en découvre beaucoup sur la jeune fille, qui s'est inventée une vie désastreuse alors qu'elle est la petite dernière d'une famille soudée. On est bien loin de Precious donc. Pourquoi a-t-elle menti de la sorte ? Et pourquoi veut-elle faire croire à Cathy qu'elle la déteste alors qu'elle ne parle que d'elle à ses parents ? Sans doute pour attirer l'attention autrement que par son surpoids, et pour excuser un échec scolaire qui n'est dû qu'à sa fainéantise. J'aime beaucoup la Andrea qui se cache derrière une grosse carapace. J'espère la revoir plus souvent, tant qu'elle ne perd pas son humour légendaire. J'ai quand même le sentiment qu'une boucle est bouclée pour le personnage, un peu pour les autres aussi. Ca ressemblait presque à un Season Finale quand on y pense...

   La réconciliation entre Cathy et son ex-future-meilleure-amie s'est faite en douceur, sans temps particulièrement fort. La présence de Cynthia Nixon a suffi à me ravir, mais je reconnais que c'est un peu léger. En revanche, le duo Sean/Rebecca fonctionne très bien ! On en viendrait presque à espérer que leur flirt se prolonge. C'est finalement du coté de Paul que l'épisode ne fonctionne pas du tout. Son histoire avec la catin supporter de rugby n'est pas intéressante tant elle est prévisible, en plus d'être gratuitement vulgaire, un peu à la Californication. C'est digne de Charlie vous voyez. Après un détour par l'église, avec gospel, sourires et larmes, Cathy réalise l'impensable : elle avoue à Paul qu'elle est atteinte d'un cancer. Il faudra attendre le prochain épisode pour connaître sa réaction mais c'est extrêmement surprenant ! Je pensais vraiment que ce serait une des dernières personnes à qui elle l'avouerait avec son fils. Les répercussions seront intéressantes mais je me demande si les scénaristes ne sont pas en train de se tirer une balle dans le pied...   

vlcsnap_18527


// Bilan // Malgré quelques scènes excellentes (le monologue à l'église, le dialogue Cathy/Marlene) et malgré le cliffhanger, j'ai trouvé cet épisode un peu décevant et curieux dans le fond et dans la forme. Cathy est en train de perdre sa liberté chérie alors qu'elle venait à peine de la gagner. Pourquoi partir dans cette direction si tôt ?

23 octobre 2010

The Big C [1x 09]

TheBigC_1280x800

The Ecstasy And The Agony //

44030377


vlcsnap_230223

   Ce qui est regrettable depuis quelques épisodes de The Big C, c'est que la réalisation est devenue assez passe-partout, assez commune. Il n'y a plus les plans superbes du début. C'est sans doute le seul reproche que je ferais à cet épisode. Il s'y est passé pas mal de choses mine de rien, et des choses inattendues en plus. Je ne pensais pas que Paul tomberait sur Cathy en train de s'acoquiner avec Lenny par exemple, alors qu'ils sont sous ecsta qui plus est. Enfin je me doutais que ça arriverait un jour mais pas si vite ! Et c'est très bien comme ça. Du coup, Paul a demandé le divorce au moment même où Cathy se sentait prête à lui révéler son "combat" contre le cancer. C'est un big step, surtout s'ils vont jusqu'au bout. Et à mon avis, pour le bien de la série, c'est la meilleure chose qui puisse arriver. On ne se débarrassera jamais complètement de Paul -et on n'en a pas vraiment envie de toute façon- mais son rôle doit absolument évoluer et éventuellement passer au second plan. Cathy a trop de choses à vivre sans lui ! Cela dit, je sens que Lenny ne va pas rester dans les parages encore longtemps. On arrive au bout de leur intrigue. Il n'y a plus grand chose à raconter. Ils se sont bien amusés. Et puis voilà. Je crois qu'on a tous une envie : que Cathy tente le coup avec son médecin ! Il est peut-être trop parfait à première vue, mais le duo fonctionne tellement bien que ce serait dommage de ne pas essayer.

   Comme tout fonctionne par duo -comme dans beaucoup de bonnes séries d'ailleurs j'ai remarqué- les scénaristes testent plein de combinaisons et elles réussissent toutes soit à nous émouvoir soit à nous faire rire. J'adore les scènes qui réunissent Paul et son fils parce qu'il s'en dégage toujours quelque chose de tendre et d'amer à la fois. Mais je suis encore plus fan des répliques que s'échangent Andrea et Adam. C'est surtout drôle mais ça a du sens. C'est pas juste pour divertir. On reste sans doute un peu trop en surface par manque de temps mais ça peut être suffisant, développé sur plusieurs saisons. Le duo très atypique Marlene/Sean s'est transformé en un trio décapant avec l'intervention d'un vieux super chaud qui n'avait qu'une envie : serrer la Marlene ! Ah... la sexualité des presque-centenaires... Ca ne fait pas rêver mais c'est bien d'en parler. Marlene est vraiment une femme pleine de surprises !         

vlcsnap_231044


// Bilan // The Big C passe à la vitesse supérieure sans pour autant bâcler ses intrigues. Contrairement à pas mal d'autres dramédies de ce format, elle réussit à être complète et pas frustrante. Un tour de force ! Sinon, je vous ai dit que Laura Linney était géniale ?

16 octobre 2010

The Big C [1x 08]

TheBigC_1280x800

Happy Birthday, Cancer // 741 ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_16899

  J'attendais avec impatience l'arrivée de Cynthia Nixon dans The Big C puisque Sex & The City figure dans ma short-list des séries incontournables, celles dont je ne peux pas me lasser et qui me servent d'anti-déprime. Il y a d'ailleurs beaucoup de ça dans mon rapport à The Big C. J'ai toujours pensé que c'était une actrice formidable un peu sous-estimée à cause du charisme de ses copines et de son personnage de Miranda qui était à la fois le plus authentique mais aussi le moins attachant. La bonne nouvelle, c'est que son personnage ici, Rebecca, n'a rien à voir avec Miranda. Si l'une était un peu vieille fille sur les bords et pas toujours fun, l'autre est très libérée et ne vit justement que pour le fun ! La prestation à fournir est donc totalement différente et Cynthia Nixon s'en sort à merveille. Et ce n'est pas facile d'être confrontée à Laura Linney ! Leur amitié est crédible et enthousiasmante et elle apporte vraiment quelque chose qui manquait jusqu'ici. Sa venue provoque aussi en Cathy le déclic dont elle avait besoin. Celui qui lui faire choisir un camp entre son mariage qui peut encore être sauvé si elle le veut bien et sa relation naissante avec Lenny qui n'a pas forcément de futur mais qui la rend pleinement heureuse pour l'heure. Elle penche pour le deuxième camp mais j'imagine que ce n'est que temporaire. C'est en tous cas celui que je voulais la voir explorer. C'est forcément plus attrayant.

    Son discours face à l'assemblée et face à Paul était un grand moment. On ne l'avait peut-être encore jamais vue aussi franche. On se rend compte, et surtout elle, qu'elle n'a finalement jamais voulu de ce mariage, de cet enfant, de cette vie. C'est arrivé presque par hasard, elle s'est laissée porter. Aujourd'hui elle le regrette, elle veut redevenir la fille de l'époque de l'université (ce qui est utopique) et c'est son cancer qui lui fait en prendre conscience. C'était forcément bittersweet parce qu'on ne peut pas se réjouir de voir Paul dévasté. Il m'agace un peu mais quand même... Il ne mérite pas ça et il ne peut pas comprendre. C'est terrible. J'ai adoré la petite phrase lancée au visage abîmé par la chirurgie de la tante de Paul : "It's a privilege to grow old". C'est dans ces moments-là que The Big C est sublime et profonde, d'autant qu'on a en parallèle l'état de santé de Marlene qui se détériore. Tout se fait écho et la réflexion est passionnante.      

vlcsnap_20206


// Bilan // Semaine après semaine, The Big C continue de me convaincre et de m'emporter. Cette série a vraiment quelque chose de spécial, qui relève quasiment du génie.


10 octobre 2010

The Big C [1x 07]

TheBigC_1280x800

Two For The Road // 624 ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_277067

  Pour la première fois, Cathy a révélé qu'elle était atteinte d'un cancer à un membre de sa famille... avant de se rétracter. Elle l'a dit à son frère et il a fondu en larmes. Elle a dit que c'était une blague. Elle a gagné. J'ai trouvé cette fin d'épisode absolument bouleversante et le reste était déjà pas mal chargé en émotion. Pourquoi Cathy se rétracte-t-elle ? Parce que les larmes de son frère la terrifie ? Parce qu'elle se rend compte à cet instant précis qu'elle est en train de le perdre, que tout ça devient réel plus seulement pour elle mais pour le monde qui l'entoure ? Il y a une part d'égoïsme là-dedans, c'est certain. Cathy est présentée comme une égoïste depuis le début même si c'est bien sûr plus compliqué que ça. Peut-être qu'il fallait cette scène au bord de l'eau pour la comprendre encore un peu mieux et justifier son choix du silence. Après avoir assisté pendant tout l'épisode à leurs chamailleries, à leurs blagues. Après avoir écouté leurs conversations des plus légères aux plus profondes. Après avoir saisi qu'ils s'aiment profondément comme peu de frères et soeurs sont capables de se le dire. Eh bien Cathy ne peut qu'être pardonnée. Et son choix demande bien plus de courage qu'on ne l'imagine, je pense. C'est beaucoup plus simple de l'annoncer et de recevoir l'amour et la compassion de ses proches. Mais alors c'est la mort avant la mort...

   Le petit road-trip de Cathy et Sean était donc génial à chaque instant, tantôt drôle, tantôt touchant. La complicité entre ces deux-là semble si naturelle et si authentique... Laura Linney et John Benjamin Hickey sont exceptionnels. La visite chez leur père a permis à Cathy de lui dire, peut-être pour la dernière fois, tout ce qu'elle avait sur le coeur ainsi que de dire adieu à sa mère, ou ce qu'il en reste. La série réussit ainsi à brasser tout un tas de thèmes passionnants et de creuser les portraits des personnages à l'extrême. Je trouve qu'en simplement 7 épisodes, c'est un véritable tour de force de donner autant et si bien. Les passages avec Paul et son fils n'étaient pas moins intéressants surtout grâce aux interventions de Marlene. On en apprend aussi davantage sur elle. Qu'elle a deux enfants notamment, indignes. Cela dit, si elle leur aboit dessus comme elle le fait tout le temps avec les autres, on peut peut-être les comprendre. C'est un sujet à creuser à l'occasion...   

vlcsnap_282915


// Bilan // La quête de Cathy Jamison est parfaitement passionnante. Dire tant de choses et faire ressentir tant d'émotions en l'espace de 26 minutes, c'est un exercice difficile que The Big C réussit quasiment chaque semaine. Je suis admiratif et emballé comme rarement.

02 octobre 2010

The Big C [1x 06]

TheBigC_1280x800

Taking Lumps //

44030376


vlcsnap_70905

   A mesure que l'héroïne de The Big C s'ouvre au monde, le charme de la série disparaît. J'aimais bien sa solitude, il ne lui reste plus que le poids du mensonge. Enfin je ne vais pas non plus dire que je suis terriblement déçu et que j'ai passé un mauvais moment devant cet épisode. C'est juste qu'il manque le petit plus qui faisait jusqu'ici toute la différence. Il y avait sans doute trop d'intrigues dans cet épisode pour commencer. Les scénaristes n'ont pas pris le temps de les approfondir et de les sublimer. La liaison entre Cathy et le peintre au gros outil aurait mérité un peu plus que ça. Il y a un court dialogue qui a retenu mon attention (celui où elle dit qu'elle ne peut pas faire ça à Paul, qui est un homme bien qui ne l'aurait jamais trompée - et elle se trompe sans doute) mais c'est tout. En revanche, cette histoire ne va visiblement pas s'arrêter là et ça, ça me plaît. Je préfère mille fois voir Cathy avec n'importe quel autre homme que Paul. Je n'ai foncièrement rien contre lui mais il me dégoûte quand même un peu. Puis il n'est pas si drôle. Puis Cathy a besoin d'explorer une vie sans lui avant de mourir. Comptait-elle lui avouer son infidélité ou son cancer au moment où il lui avoue de son coté le handjob -qui n'en est pas un techniquement (c'était drôle ça) ? L'infidélité très certainement, ce qui rend sa réaction encore plus absurde mais tellement humaine...

  Cette histoire de course de baignoire m'a un peu saoulé. Disons que pour réunir tous les protagonistes, si c'était le but, ils auraient pu trouver mieux, plus significatif, plus fin. Comme dans les épisodes précédents quoi. Non, ce qui était amusant, c'est le comportement de Marlene. Elle passe son temps à râler mais elle est super heureuse d'être là, et le prouve quand elle applaudit à tout rompre la victoire des Jamison. Plus intéressant encore, ce court instant à la fin de l'épisode où son âge la rattrape. Elle a oublié de venir chercher Cathy à l'hôpital et elle constate qu'elle a laissé une pantoufle dans son frigo. Le désastre de la vieillesse. C'était super émouvant en quelques secondes seulement. Un moment de grâce dans cet épisode moyen. Par contre, je suis assez "content" que le cancer commence tout doucement à envahir la vie de Cathy autrement que dans l'idée, la menace abstraite. C'est plus crédible. On avait presque tendance à oublier depuis deux-trois épisodes que The Big C, c'est ça aussi.

vlcsnap_83896


// Bilan // C'est un peu triste de constater que The Big C se complait dans une certaine facilité dans cet épisode. Elle vaut bien mieux que ça et l'a déjà prouvé.

23 septembre 2010

The Big C [1x 05]

TheBigC_1280x800

Blue-Eyed Iris // 71o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_44390

   Je suis au regret de vous annoncer que The Big C ne réussira pas l'exploit d'avoir obtenu cinq épisodes à quatre étoiles consécutifs. Mais quatre épisodes à quatre étoiles consécutifs, c'est déjà énorme ! A vrai dire, j'ai pris autant de plaisir à suivre cet épisode que les précédents mais il lui manquait deux choses primordiales pour être parfait : de l'émotion (il y en avait à peine) et de la subtilité (il n'y en avait... pas). La première scène, lorsque Cathy découvre que son fils mate des films pornographiques, était digne de Desperate Housewives, si ce n'est que dans Desperate, on n'aurait pas eu le droit au son de la vidéo et les douces paroles qui allaient avec, et on n'aurait pas eu Laura Linney mais Teri Hatcher. L'effet est tout de suite très différent. Ca manquait d'originalité même si bien-sûr, c'était amusant. Je commence à avoir un peu de pitié pour Adam. Ca doit pas être facile tous les jours d'avoir une telle mère quand on a 15 ans... Après, il serait moins benêt aussi ! Dans le même genre, les scènes avec Paul n'étaient pas de grandes réussites. Le personnage n'arrive pas vraiment à provoquer de l'intérêt chez moi, juste quelques sourires. Il ne fait pas le poids à coté du médecin ou à coté du petit nouveau...

   Car petit nouveau il y a dans la vie de Cathy ! Idris Elba incarne donc celui qui va rappeler à l'héroïne qu'elle peut être sexy. Ce qui va l'amener où ? Chez l'esthéticienne ! Et là, rebelotte, on nous sert le passage classique de l'épilation du pubis avec des "Aïe", des "Ouille", des "Fuck" quand même, et, petite originalité : un fou rire ! Cathy quand elle est stressée, elle rit. Tout ça l'aménera finalement à jouir dans  sa salle de classe avec le bel Apollon. Son petit coup, elle l'a bien cherché et l'a bien mérité. Reste à savoir ce qui va advenir de cette histoire. Coup d'un jour ou pour toujours ? Je crois que la réponse est évidente mais c'est sans doute tout l'intérêt de la chose. Pendant ce temps-là, Andrea a fait des siennes et c'était encore à se pisser dessus; et le frère de Cathy nous a fait son show en compagnie d'une Marlene toujours aussi accueillante ! C'était super sympa. Est-il bien nécessaire de reléver la métaphore de la fleur qui embellit à mesure que Cathy s'épanouit ? Non hein. On va pas en parler. 

vlcsnap_41410


// Bilan // Un Big "B" cette semaine, avec un "+" en plus.

16 septembre 2010

The Big C [1x 04]

TheBigC_1280x800

Playing The Cancer Car // 87o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_133567

   The Big C est en passe de devenir la meilleure nouveauté de l'année 2010 à mes yeux. Réussir à faire quelque chose d'aussi fun et léger avec un sujet si grave et si triste, ça relève déjà de l'exploit. Beaucoup se sont cassées les dents avant elle. Mais le faire en plus avec autant de subilité dans l'écriture et dans le jeu, c'est juste brillant ! Showtime avait mis la barre haute avec United States Of Tara mais là, elle dépasse toutes les espérances. Ce quatrième épisode était peut-être le plus réussi de tous, le plus enthousiasmant. Ce que j'adore d'abord, c'est l'imprévisibilité totale dont fait preuve Cathy, et donc plus généralement la série. Ses heures passées aux cotés de son médecin, que je commence d'ailleurs à vraiment apprécier, étaient amusantes et pas seulement. C'était aussi très émouvant par moment. Je pense à ce plan dans la piscine, où le temps s'arrête pour Cathy comme elle en a toujours rêvé. Où le cancer disparaît aussi, ou plutôt se noie. C'est en tous cas ainsi que j'interpréte la présence du homard au fond de l'eau. Mais on peut le voir de d'autres manières, et c'est ce qui est intéressant. Un peu comme toutes ces oeuvres littéraires que l'on peut disséquer de mille façons.

   Même derrière l'achat impulsif de ce cabriolet rouge se cache une grande profondeur. On représente souvent dans la fiction la crise de la quarantaine ainsi, par l'achat d'une belle voiture. Mais ici, c'est plus que ça. C'est plus que la liberté. C'est une sorte de délivrance, même éphémère. Je ne sais pas, je trouve ça super beau. Ca me touche beaucoup. Le homard que l'on libère de son aquarium, c'était moins subtile mais c'était plus drôle. Tout comme ce chantage à l'argent. La scène d'ouverture m'a d'ailleurs frappé : effectivement, à quoi bon conserver tout cet argent dans les banques ? Et si l'on meurt demain, quand est-ce qu'on en profite ? C'est une autre philosophie de la vie. Plus épicurienne, déraisonnable. Mais qui a un charme fou. C'est aussi pour ça que The Big C excelle : elle parle à tout le monde, que l'on soit atteint ou non d'un cancer.

   Si le duo Cathy/Dr. Todd a fonctionné à merveille, nous laissant sur l'espoir qu'un jour prochain ils forment un couple (et le regard de Laura Linney lorsqu'il s'en va ne trompe pas sur ses doutes), les autres personnages s'en sortent plutôt bien à l'exception de Paul. Sa crise à lui, forcée, ne me touche pas du tout. Heureusement que sa groupie était marrante. Je comprends le besoin de développer le personnage un minimum alors patience, ça débouchera peut-être sur quelque chose de bien. En revanche, le frère est toujours au top ! Il me fait un peu penser à Andy de Weeds, le trip écolo en plus. Adam est assez discret dans cet épisode mais je regrette un peu qu'il soit aussi con. Ca entraîne des situations comiques, ici avec Marlene, mais je crains qu'il atteigne ses limites à un moment donné. Et je ne suis pas certain que l'acteur soit capable d'aller dans un registre plus grave. Mais tôt ou tard, il faudra bien... Un dernier mot sur Marlene justement : le plan où elle nourrit ses poissons était magnifique ! Vous n'avez pas eu l'impression qu'elle avait rajeuni de 15 ans l'espace d'un instant ? C'est peut-être moi qui divague mais j'ai eu cette impression là et c'était joli.

   Mais la pluie...   

vlcsnap_141552


// Bilan // Vous qui lisez cette review de The Big C sans regarder la série : vous devriez avoir honte ! Vous ratez quelque chose de grand.

07 septembre 2010

The Big C [1x 03]

TheBigC_1280x800

There's No "C" In Team // 88o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_165779

   De mémoire, il me semble que The Big C vient de réaliser un record sur DNES : celui de la nouvelle série qui réussit à enchaîner trois épisodes à quatre étoiles dès son lancement ! Beau record donc qui, peut-être, se poursuivra la semaine prochaine avec l'épisode 4. En attendant, j'ai décidé de ne pas parler du jeu de Laura Linney, toujours parfait, dans cette review, parce qu'elle doit avoir les oreilles qui sifflent et les chevilles qui enflent. Je préfère évoquer la prestation de Gabourey Sidibé, qui m'éclate. Pour le moment, elle n'est utilisée que comme ressort comique mais elle fait ça si bien qu'il serait incensé de s'en plaindre ! Elle a un potentiel émotionnel fort, comme elle l'a prouvé dans Precious, et il sera certainement exploité en temps et en heure. Le passage relativement dégoûtant sur la fabrication des mini-saucisses (dont je rafolle par ailleurs - et je dirais même qu'un apéritif sans mini-saucisses, c'est comme la terre sans eau, ou un corps humain sans un coeur... ce n'est pas viable) était très amusant. C'était aussi l'occasion de creuser un peu plus le personnage du frère, assez intéressant au demeurant, et de sa copine, drôle à son insu. Ils vont bien ensemble même si le premier baiser est un peu choquant. On n'a pas tellement l'habitude de voir un clochard s'acoquiner avec une demoiselle. C'est presque aussi sale qu'un père qui embrasse sa fille sur la bouche vous voyez. Mais The Big C réussit à le faire passer comme une lettre à la Poste.

     Le thème de la solitude, finalement assez banal, a été traité avec une grande justesse et amené avec subtilité. L'image du tandem avait quelque chose de très poétique et de très émouvant. Cathy faisait peine à voir pendant son repas avec un verre de vin pour seul compagnon. On pourrait lui reprocher d'avoir presque choisi cette solitude en ne révélant pas son secret à ses proches mais on ne va pas revenir là-dessus : l'angle choisi est infiniment plus original et risqué. Et jusqu'ici, ça paie. Le vernis craque malgré tout puisque la voisine acariâtre est la première à découvrir, grâce à son chien Thomas (je me rappelle du nom de son chien mais pas du sien... ah oui, Marlene !) que Cathy a un cancer. Voilà qui devrait cimenter leur amitié quoiqu'elles en disent. C'était tout de même nécessaire que l'héroïne puisse s'épancher au moins auprès d'une personne. Et le groupe de paroles, c'est clairement pas son truc. Il faut dire que quand on voit comment celui où elle se rend présente le cancer, l'envie de fuir est plus forte que tout quand il nous reste encore un minimum de lucidité. Je ne suis pas certain que ce soit très intelligent de tourner en dérision ce système qui, dans la vraie vie, est important pour un malade mais bon... A part ça, je suis toujours très fan des scènes entre Cathy et son mari. La déclaration d'amour de ce dernier était drôlement maladroite mais poignante. Alors que l'on adopte continuellement le point de vue de Cathy, on décroche forcément à ce moment-là en se disant que, peut-être, Cathy n'est pas aussi bonne qu'on le voudrait. 

vlcsnap_168484


// Bilan // The Big C est la perfection faite série.