dnes_season4_weeds_miniban

Game Played // A Hole In Her Niqab

78o ooo tlsp. // 67o ooo tlsp.

44030377


 vlcsnap_2011_07_23_22h08m31s153 vlcsnap_2011_07_23_22h00m38s39

    Si Weeds est capable de se renouveler avec force et conviction, comme les deux épisodes précédents l'ont prouvé à nouveau, elle n'en reste pas moins la même et s'amuse avec ironie d'un immuable cercle vicieux : les Botwin (et Doug) sont et resteront des losers jusqu'au bout ! Ils n'apprennent finalement jamais de leurs erreurs, Nancy en tête. On sait l'héroïne sincère lorsqu'elle s'entretient les larmes aux yeux avec une hippie (géniale Debra Mooney d'Everwood) sur son fils qui lui manque et qu'elle aimerait récupérer -jolie scène- mais comment la plaindre lorsque, quelques minutes plus tard, elle ment effrontément à cette même personne pour pouvoir mieux satisfaire ses envies pressantes de sexe et d'argent facile ? C'est toute la complexité de Nancy. On la connait par coeur mais elle sait encore nous émerveiller. Je me régale des différentes tenues ridicules et ringardes qu'elle porte à chaque nouvel épisode. C'est le genre de gag récurrent dont je ne suis pas prêt de me lasser. Il faut dire que la styliste se donne à fond ! Alors quand en plus, on assiste à un petit pipi de Nancy culotte à fleurs et collerette intégrées, c'est juste le nirvana. Il ne m'en faut pas plus ! Sérieusement, ça m'a fait rire de longues minutes cette affaire. Cela dit, si ces deux épisodes étaient encore très bons, le drama a tendance à prendre le pas sur la comédie et je préfère quand Weeds atteint un juste équilibre entre les deux genres. 

   En matière de drama justement, les scènes entre Nancy et Silas sont extrêmement bien écrites et, même si je crois l'avoir déjà signalé, je suis véritablement impressionné par les performances de Hunter Parrish, que je n'imaginais pas si bon. Ses aventures dans le milieu de la mode n'auront pas duré longtemps. Il a choisi d'explorer un terrain qu'il connait bien et en compagnie de sa mère pour une association qui s'annonce aussi compliquée qu'explosive. Ils vendent désormais de la drogue ensemble et le titre de la série retrouve tout son sens. Je reste quand même sur mes gardes car je me rends compte, en y réflechissant bien, c'est que c'est sans doute la partie "trafic" de la série qui m'a toujours le moins plu. Je préfère tout ce qui tourne autour en général. Silas a permis d'introduire la nouvelle intrigue (temporaire) d'Andy. Comme à son habitude, il s'est dégoté une petite amie farfelue, artiste, qui n'a d'yeux que pour lui... et son mari, atteint d'un cancer. Géniale scène lorsque ce vieux monsieur annonce sa condition à Andy. On passe avec une aisance incroyable d'une blague sur un hot-dog... poilu, à une discussion plus sérieuse sur la maladie. C'est tout Weeds ça. Sans vouloir donne l'impression d'aimer tout le monde, après Debra Mooney, c'est un plaisir de retrouver également Lindsay Sloane, trop rare. Je m'étais fait la même réflexion en la voyant récemment dans un épisode de Mr. Sunshine où elle était nickel. Qu'attend-on pour l'engager dans un rôle régulier ? Bon et puis je le dis maintenant comme ça ce serait fait : quel plaisir de revoir Martin Short après son excellente prestation dans la saison 3 de Damages ! Son nouveau rôle ici est prometteur. Il me tarde de le revoir... Et pendant ce temps-là, Doug hérite d'une intrigue d'une nullité crasse, absolument pas drôle et pas crédible non plus (mais ce n'est pas le problème). Il a trouvé un poste à Wall Street très facilement, trop facilement. Je suppose que le retour de bâton tombera dans quelques épisodes et là, ça deviendra peut-être intéressant... Shane mériterait bien un peu plus d'attention sinon, mais c'est toujours émouvant de le voir essayer d'impressionner sa mère, ici en reproduisant l'ancienne chambre de sa mère à Agrestic dans leur nouveau chez eux. 

vlcsnap_2011_07_23_22h16m07s114 vlcsnap_2011_07_23_22h15m42s116


// Bilan // Tout est bon dans Weeds en ce moment mais s'il ne fallait retenir qu'une seule scène de ces deux épisodes, pour la montrer par exemple à quelqu'un qui ne connait pas la série mais que l'on aimerait convaincre de regarder, c'est sans aucun doute celle se déroulant en Afghanistan. Un gros "WTF!" que peu de séries peuvent se permettre.