26 août 2009

Séries... Ton Classement Impitoyable... Big Love !

untitled

A la 6ème place (sur 40) du classement du meilleur et du pire des séries de la saison sur le blog TV News, on retrouve Big Love ! Les fidèles du blog savent qu'il s'agit d'une de mes séries préférées du moment, voici donc mon hommage en quelques lignes à une saison d'exception...

L’avantage de vous raconter Big Love, c’est qu’il y a 80% de chances que vous n’en ayez jamais entendu parler et 99% de chances que vous n’en ayez pas vu le moindre épisode. Au moins, je vais vous faire véritablement découvrir quelque chose ! Le fait est que c’est l’une des séries les plus réussies du moment et également l’une des moins connues, même chez les sériephiles ! En France, les abonnés de Canal + ont pu tomber dessus, ainsi que ceux de TPS Star plus récemment. A vrai dire, j’aime l’idée que Big Love soit un bijou injustement méconnu. Ca lui confère une aura supplémentaire. Jusqu’à l’arrivée de True Blood l’an passé, c’était la seule série d’HBO qui pouvait encore prétendre au titre de digne successeur des Soprano, de Six Feet Under, de Carnivale… On y retrouve tout ce qui a toujours fait le succès des séries de la chaîne : du cul, du fric et du glauque, accompagnés d’une écriture brillante, d’une réalisation maîtrisée et d’acteurs extrêmement talentueux, le tout sur un sujet tabou !

La suite ICI.


24 août 2009

Hung [1x o7]

hung

"The Rita Flower" Or "The Indelible Stench" //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_220808

   Depuis quelques épisodes, je trouvais que Hung avait légèrement perdu de son charme initial. Ce 7ème épisode rétablit les choses avec une jolie intro et une belle conclusion, sur des petites musiques pop mélancoliques qui font de l'effet. Oui, c'est un peu facile, mais je m'en fous, j'aime ça. Deux intrigues principales composent l'épisode, l'une sur Ray, plutôt légère, l'autre sur Tanya, plutôt lourde. Hormis une petite scène, Jessica n'est pas présente (et elle ne manque pas) et pas l'ombre d'un visage porcin d'un des deux enfants. Même s'ils ne me dérangent pas plus que ça habituellement, je reconnais que sans eux, le rythme est plus soutenu.

   L'intrigue de Ray n'a pas grand intérêt, si ce n'est celui de nous amuser et la mission est pleinement réussie. Ca commençait mal pourtant sur une nouvelle dispute avec Tanya. Ca devient redondant. J'ai hâte que le business soit véritablement lancé et qu'il marche pour que l'on puisse passer à autre chose. On comprend très rapidement quel va être le but de la dispute : faire prendre conscience à Ray qu'il n'est rien sans Tanya. Sans marketing et management, sa queue ne suffit pas. Ses tentatives pour trouver des clientes tout seul sont foireuses mais c'est amusant. Après avoir fait des apparitions hebdomadaires anecdotiques suite à l'affaire des cookies-messagers, la femme du voisin de Ray trouve enfin ce qu'elle cherchait : un bon coup de bite ! Hung nous offre alors sa scène de cul la plus crue depuis son lancement, avec des seins, des fesses et des plans rapides mais sympathiques sur le pubis fourni de Thomas Jane. La fonction "pause" de mon ordinateur n'a jamais autant servie ! Par ailleurs, Ray réalise que sa relation avec Jemma va au-delà du simple échange de bons procédés pute/client et il est prêt à passer à l'étape supérieure avec elle, sans billets verts donc. La grande claque qu'il va se prendre, mon dieu... Cela lui servira de leçon !

   L'intrigue de Tanya était très émouvante, comme souvent dès qu'il s'agit de sonder l'âme de ce personnage complexe et attachant. Un soir de beuverie, elle fait la rencontre d'un jeune homme fort sympathique, qui décide rapidement de lui faire retrouver l'inspiration. Il se trouve que Tanya, poète, souffre du syndrôme de la page blanche depuis déjà deux ans... Il ne va pas réussir, du moins pas directement, mais il insuffle indéniablement à Tanya une vent de fraîcheur, et à la série aussi. Jusqu'ici, les scénaristes de Hung ont su créer des personnages secondaires vraiment intéressants. La mère de Jessica est très drôle mais on ignorait que celle de Tanya aussi ! Elle est cruelle mais hilarante. Le genre de mère qui rabaisse sa fille à longueur de journée et qui ne se rend pas compte de tout le mal qu'elle lui fait. J'espère qu'on la reverra à l'occasion.

vlcsnap_232601


// Bilan // La force de la série semble de plus en plus évidente : ses personnages, qu'il s'agisse des deux protagonistes principaux, ou la majeur partie des personnages secondaires. Ils sont soit drôles, soit émouvants, souvent les deux et toujours attachants. Alors même si les intrigues ne suivent pas toujours et que le propos reste limité, on suit avec grand plaisir Hung

   

Posté par LullabyBoy à 00:25 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

15 août 2009

Hung [1x o6]

hung

"Doris Is Dead" or "Are We Rich Or Are We Poor ?" //

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_122379

   La tournure que prennent les événements me laisse dubitatif. Si on se doutait qu'un jour ou l'autre Ray allait tomber amoureux d'une de ses clientes, on ne s'attendait certainement pas à ce que ça arrive si tôt dans la série. C'est assez casse-gueule. Les personnages sont à peine installés que l'on décide déjà de tout chambouler. Mais cela peut aussi être salutaire pour Ray. Il va apprendre une bonne leçon, c'est le sentiment que j'ai. Jemma est clairement un peu cinglée sur les bords, même si c'est moins évident dans cet épisode que dans le précédent, et elle ne l'aime sans doute pas. Charmée oui, mais c'est tout. Il se pourrait bien que ce soit elle qui joue avec lui et pas l'inverse. En même temps, Ray n'est-il pas censé être un toy boy, que l'on prend, que l'on paye et que l'on jette ? Il ne fait en tous cas pas preuve d'une grande maturité. Il tombe dans le panneau assez facilement et ce malgré les tentatives de Tanya pour lui ouvrir les yeux. Il me déçoit sur ce coup-là. Une chose m'a beaucoup plu : qu'elle l'emmène avec lui en thérapie. C'était complètement innatendu et barré. La réaction de Ray était à tomber. La prestation de Natalie Zea continue de me satisfaire pleinement. Il n'y a vraiment que la scène au match de basket qui m'a dérangé. Ca sonnait tellement faux et c'était tellement cliché. C'est sans doute ce que recherchait Jemma et elle l'a obtenu mais non, ça ne m'a vraiment pas plu. On se serait cru dans une (très) mauvaise comédie romantique.

   Ce qu'a apporté le match de basket, c'est une première véritable intéraction entre Jessica et Tanya. C'était assez amusant et puis ça rend la présence de Jessica plus légitime. Elle se fond mieux dans le paysage maintenant qu'elle en connaît un des protagonistes principaux. Cet espèce de rectangle amoureux qui se créé est très intéressant également. On a Ray face à trois femmes : son ex, qui en pince toujours au fond un peu pour lui; sa patronne, qui en pince au fond un peu beaucoup pour lui; et son amante/cliente qui ne va sans doute pas faire long feu mais qui bouscule tout le monde. Joli ! Les enfants de Ray restent encore en retrait et j'ai du mal à leur trouver un quelconque intérêt. Si les scénaristes les ont choisi hors de la norme télévisuelle, ce serait bien de les utiliser correctement maintenant. Petit coup de coeur pour la mère de Jessica dont je n'avais pas encore parlé, qui me fait beaucoup rire avec sa voix, son accent et son toupet surtout !

vlcsnap_126006


// Bilan // Un peu moins convaincu par cet épisode. Il se laisse regarder sans déplaisir mais je n'aime pas tellement la tournure que prennent les intrigues.   

Posté par LullabyBoy à 17:09 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

10 août 2009

Hung [1x o5]

hung

Do It, Monkey //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_23495

   Ce que j'aime bien avec Hung, c'est que malgré le pitch scabreux de départ, il s'agit d'une des séries les plus tendres du moment, en réussissant en plus à ne pas être niaise ! Du beau travail donc. La grande intrigue de cet épisode est consacrée à une cliente de Ray, Jemma, qui est du genre éternelle insatisfaite. Elle arrive avec son petit scénario de départ et s'imagine déjà une grande et belle rencontre comme dans les comédies romantiques. Le problème, c'est que Ray n'est pas un grand romantique et que, s'il sait baiser les femmes, il sait beaucoup moins comment leur parler. Ca donne donc quelque chose d'original, de drôle et d'émouvant aussi. Jemma est touchante et puis d'un point de vue personnel, je me suis bien retrouvé en elle. Moi aussi je suis un éternel instatisfait en amour. Je m'imagine monts et merveilles et la réalité vient ensuite tout fracasser. Ca fait mal. A noter que Jemma est interprétée par Natalie Zea (Dirty Sexy Money) que j'ai mis un temps fou à reconnaître à cause de sa nouvelle couleur de cheveux ! Elle était très convaincante, tout comme Thomas Jane d'ailleurs qui s'améliore d'épisode en épisode. Ou alors je m'habitude à son jeu.

   Au niveau des intrigues secondaires, disons qu'heureusement que les personnages sont attachants, Tanya notamment. Non parce que son duo avec Floyd est plus ennuyeux qu'autre chose, sauf sur la fin. Il faut dire aussi que Floyd est un personnage sacrément agaçant depuis le début ! Ils auraient mieux fait de ne pas le développer au-delà du pilote. Tout cela nous amène en tous cas vers une triste conclusion : Tanya est drôlement seule. Sinon, du coté de Jessica, les choses se précisent, son utilité en particulier. Finalement, elle sied très bien au duo Ray/Tanya puisqu'elle aussi est une looseuse de première classe. Ce n'était pas évident jusqu'ici mais ça me semble beaucoup plus clair maintenant. Que ce soit avec ses enfants, avec son chien ou avec son mari, un bonhomme franchement chiant. Ce serait bien qu'elle aussi se trouve une nouvelle occupation qui donnerait un sens à sa vie. Je croise les doigts pour que les scénaristent dégotent LA bonne idée !

vlcsnap_37329


// Bilan // Un épisode particulièrement amusant et émouvant.

Posté par LullabyBoy à 00:31 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

30 juillet 2009

Hung [1x o4]

hung

The Pickle Jar //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_62472

   J'ai remarqué trois choses sur Thomas Jane : parfois, il louche un peu; il a une marque sur la fesse gauche dont je n'arrive pas à définir la nature; et puis c'est un acteur moyen. Et c'est surtout ça qui nous intéresse ici. J'aime son personnage, je trouve que Jane est suffisamment charismatique pour porter la série sur ses épaules musclées mais il y a malgré tout un truc qui ne le fait pas. J'ai trop souvent l'impression de le voir jouer. Mais peut-être est-ce dû au fait que son personnage joue constamment un rôle, qu'il soit dans son lycée ou avec une cliente. Il n'y a finalement qu'avec Tanya qu'il est vraiment lui-même. Et ce sont toujours les scènes qui les réunissent qui sont les meilleures ! Pas un hasard. Ce que j'ai beaucoup aimé dans cet épisode, c'est cette cliente d'un âge avancé, plutôt forte et coincée dans un mariage qui ne lui convient plus du tout. Son mari la baise chaque jour à la même heure et, en plus, il a une petite bite. Elle a besoin des services de Ray mais se rétracte au dernier moment. Avant de plonger une fois qu'elle a vu la bête ! C'était une histoire touchante et réaliste. L'actrice Margo Martindale est d'ailleurs formidable. Elle jouait une femme dont le mari était gay dans The Riches et on l'a vue la saison dernière dans Dexter, dans le rôle de Camilla. La connaissant un peu, je pensais qu'on lui avait confié un rôle de cinglée à la limite de l'hystérie mais pas du tout. Et c'est pas plus mal !

   J'avoue cependant qu'il y a encore pas mal de choses qui ne vont pas, notamment la place de Jessica dans tout ça. Le fait qu'elle ait récupéré la carte de visiste de Ray sous-entend qu'elle va découvrir son secret d'ici la fin de la saison mais en attendant, que faire d'elle ? Au début, j'imaginais son personnage plus fou, plus extrême. Elle est finalement assez sage, juste un petit grain de folie de temps en temps, comme lorsqu'elle tient absolument à récupérer le casse-noix qui était resté chez Ray. Ca reste très anecdotique, un peu commes les histoires qui touchent ses enfants. Encore une fois, je trouve excellent de nous montrer  des ados paumés, pas beaux et pas riches, ça change. Mais comment traiter de leur mal-être quand si peu de temps peut leur être accordé, le format de la série oblige ? C'est du gâchis. A part ça, il y a quelques scènes qui n'avaient pas grand intérêt, notamment celle où Ray tombe sur le coach de vie de Tanya en faisant son footing. Il n'en ressort rien ! Sinon, les petits jeux de caméra m'amusent beaucoup. On ne veut pas nous montrer la bête mais on veut quand même nous laisser croire que c'est possible, à travers une serviette qui virevolte par exemple. C'est rageant !

vlcsnap_73740


// Bilan // Le charme de la série (et des personnages) opére parfaitement et c'est le plus important. Maintenant oui, il y a des imperfections, mais on s'en accomode plutôt bien.

    

Posté par LullabyBoy à 23:03 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


21 juillet 2009

Hung [1x o3]

hung

"Strange Friends" or "The Truth Is, You're Sexy" // 2 77o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_214760

   Après avoir lu quelques avis autres que le mien sur la série, j'ai envie de répondre à tous ceux qui trouvent, et c'est leur droit, que Hung manque d'une identité propre et de charme, que justement, ce qui la différencie de pas mal de séries du moment, c'est sa simplicité. C'est l'histoire simple de gens simples dans une ville simple racontée simplement, sans effet de caméra, sans bombe qui explose ou pouvoir magique, sans scènes de sexe gratuites parce que ça fait bander les bobos... C'est toujours important d'avoir quelques séries comme ça, plus réalistes, qui contrebalancent tout ce que l'on peut voir d'original et de fou (et de raté parfois) ailleurs. Alors c'est peut-être con mais une scène comme celle où Ray regarde son album de famille le sourire aux lèvres alors que ça ne va pas fort, c'est cliché mais c'est tendre. Ca fait du bien. Et pour moi qui suis très sensible aux beaux paysages, je trouve l'endroit où vit Ray particulièrement charmant. Ca me fait penser à Capeside d'ailleurs. Un ponton, un coucher de soleil et une jolie musique, il n'en faut pas plus pour me faire craquer. Encore une fois, je trouve Ray très touchant dans sa manière de se sortir de sa crise de la quarantaine. Il est complètement paumé et totalement maladroit mais il se bat, avec ses armes (enfin son arme), et ça fait plaisir à voir.

   Pas de cliente du jour cette semaine, comme je le craignais, mais la suite directe de l'épisode précédent avec la recherche du portefeuille et de la très étrange Lenore. Je me demande si elle ne serait pas call-girl en fait, en plus de ses activités "conseils" auprès de gens fortunés. Lorsqu'elle a Tanya au téléphone en fin d'épisode, c'est ce qui semble sous-entendu. Ca pourrait être intéressant si l'on va dans ce sens. En tous cas, j'aime son franc-parler et le contraste créé entre elle et Tanya. Tanya est beaucoup plus discréte et langue de bois. Elle essaye d'arranger tout le monde mais elle a du mal à prendre son nouveau "métier" à bras le corps. Ca va venir ! Je l'aime bien. En revanche, je n'ai pas tellement aimé la scène d'engueulade avec Ray. On voyait les acteurs jouer et il n'y a rien de pire. Ils en faisaient un peu trop et j'avais l'impression qu'ils étaient sur le point d'exploser de rire à tout instant. Les poussées d'hystérie de Ray face à son relou de voisin étaient beaucoup plus amusantes avec le retour habile des cookies-surprise ! Va-t-il sauter Mme Koontz ? M'étonnerait pas ! Du coté de Jessica et des enfants, il ne se passe pas grand chose, on a toujours du mal à se sentir concerné. Elle décide de prendre un chien pour rapprocher tout le monde et ça a l'air de marcher. Je reconnais que si je n'étais pas fan d'Anne Heche, cette partie de la série ne me passionnerait guère. Elle a quand même d'excellentes mimiques non ?

vlcsnap_212153


// Bilan // Je m'auto-proclame fan number one de Hung ! Un vrai coup de coeur.

   

Posté par LullabyBoy à 19:58 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 juillet 2009

Hung [1x o2]

hung

"Great Sausage" or "Can I Call You Dick ?" // 3 6oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_218173

   Hung confirme son statut de série atypique et attachante avec ce second épisode. Le passage au format de 28 minutes se fait sans heurt, je trouve même que les scénaristes ont très bien su le gérer. A confirmer avec les épisodes suivants ! Les ingrédients du pilote sont repris avec simplicité, l'humoir noir notamment, même s'il est un peu moins présent. Le personnage central, Ray Drecker, est vraiment touchant. A la fois dans sa démarche mais aussi dans sa gaucherie. S'il est une bête de sexe, il n'est pas forcément doué pour attirer les femmes dans son lit. "I find you very pretty" : on croirait un adolescent prépubère par moment, c'est amusant. Il prend sans arrêt la pause, comme s'il était continuellement photographié, sans doute pour se donner de la prestance mais ça le rend plus ridicule qu'autre chose et vraiment pas naturel. En même temps, vendre sa bite ne l'est pas non plus. Le duo qu'il forme avec Tanya vaut son pesant d'or. Tout ce que je crains, c'est qu'une réelle histoire d'amour naisse entre eux au fur et à mesure. La complicité est là, et elle a l'air bien intéressée, quoiqu'elle en dise. Au sujet de Tanya, on en apprend un peu plus. Elle est artiste, ok, mais elle travaille quand même à coté pour gagner (maigrement) sa vie. Un job où elle s'emmerde, vraiment pas valorisant. Voilà qui finit de brosser un portrait déjà bien désespéré d'une femme paumée d'aujourd'hui.

   Tout ce qui concerne la famille de Ray, ses enfants et son ex-femme, peut paraître par instant hors-de-propos. Comme si on s'en foutait quelque part. Mais je crois que c'est au contraire un des éléments les plus intéressants de la série qui mérite un développement digne de ce nom. Pour le moment, on nous dévoile surtout qui est vraiment Jessica, encore difficile à cerner lors du pilote. Je ne dirai pas qu'elle est folle, mais on s'en approche. Névrosée ? C'est pire. Elle est caractérielle, ça c'est sûr, et elle veut tout contrôler. Ele aimerait passer plus de temps avec ses enfants, et c'est tout à son honneur, mais elle se réveille un peu tard. Ils ont 16 ans et pas du tout envie de passer leurs journées avec leur pauvre mère. Jessica a un potentiel énorme et j'espère qu'il sera exploité à fond. Anne Heche, et je ne dis pas ça parce que je l'adore (enfin je crois ?) est juste parfaite dans ce rôle !

   Le récit de l'épisode est encadré par une scène montrant Ray convoqué dans le bureau de la principale de son lycée, nous laissant penser qu'elle saurait peut-être quelque chose sur ses nouvelles activités. Je me suis même dis pendant un moment que c'était peut-être elle derrière la porte lors du pilote ! Il n'en est rien finalement, elle n'avait juste pas apprécié le petit discours qu'il avait fait pour remonter ses troupes. Ce n'est pas décevant, c'est juste attendu. Ce qui est intéressant là-dedans surtout, c'est que le réalisateur et les scénaristes se permettent une construction narrative pas forcément originale ni osée mais pas classique en tous cas. Les petits retours en arrière pour montrer la vie de Tanya en sont aussi un bon exemple. Il faut persévérer dans cette voie, ça donne du cachet à la série. Concernant la baise du jour, car je sens qu'il y en aura au moins une par épisode, rien à dire de particulier si ce n'est que c'était drôle mais un peu déjà vu ailleurs. La bonne femme bien chaude et hyper entreprenante, on connaît. Cette histoire de portefeuille ne me dit rien. Doit-on comprendre que Lenore va faire chanter le duo ?

vlcsnap_200273


// Bilan // Je le répéte : un second épisode qui confirme que Hung est une série atypique et attachante.

Posté par LullabyBoy à 00:21 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 juillet 2009

Hung [1x o1]

hung

Pilot // 2 8oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


9196_5252_hung_2

What About ?

Ray Drecker, la quarantaine, professeur d'histoire et entraîneur de basket, enchaîne galère sur galère depuis son divorce. A peine est-il installé avec ses deux enfants dans la maison de ses parents, celle où il a grandi, que ses souvenirs partent en fumée lorsqu'elle prend feu ! Fauché, désabusé voire désespéré, il ne lui reste plus qu'une solution : utiliser son seul atout, son sexe surdimensionné, pour se faire de l'argent. Ray décide de se prostituer !   

Who's Who ?

Dans le rôle du héros bien monté ("Hung" donc, pour les quiches en anglais), on retrouve Thomas Jane, mari de Patricia Arquette à la ville (à moins qu'ils n'aient divorcé ?) et acteur raté à l'écran puisque sa carrière n'a jamais vraiment décollé. On a pu le voir dans The Mist, l'adaptation cinématographique du best-seller de Stephen King, dans The Punisher ou encore dans Dreamcatcher. A la télévision, il a participé à deux épisodes de... Medium ! Hung lui permettra-t-elle de connaître enfin le succès ? En tous cas, il est convaincant, bien que l'on ne puisse pas vérifier s'il s'agit là d'un rôle de composition, si vous voyez ce que je veux dire. A ses cotés, la divine, que dis-je la sublissime, Anne Heche ! Si vous lisez régulièrement le blog, vous connaissez certainement ma passion pour feu-Men In Trees. Rappelons que la jeune (plus si jeune que ça d'ailleurs) femme s'est illustrée également dans Everwood, Nip/Tuck, Ally McBeal, et, au cinéma, dans Souviens-toi l'été dernier, Volcano et 6 Jours, 7 nuits. Je l'aime éperdument. Elle joue ici le rôle de l'ex-femme de Ray, un peu folledingue sur les bords. Autre tête d'affiche : Jane Adams. Elle interprète Tanya, un ancien "coup" de Ray qui refait surface par hasard et qui va s'improviser mère maquerelle. Je ne connaissais pas cette actrice, il faut dire qu'elle n'a rien fait de très marquant jusqu'ici.    

So What ?

Je vous le dis sans détour : ce pilote m'a emballé ! Ecrit par Dmitry Limpkin et Colette Burson, à qui l'on doit la regrettée The Riches, il est cynique, drôle et mélancolique à la fois. Il dure 42 minutes mais c'est exceptionnel puisque les épisodes suivants dureront 28 minutes, un format testé et approuvé par HBO avec des séries comme Sex & The City et Entourage, mais surtout rendu populaire ces derniers temps par la concurrente, Showtime, avec ses Weeds, Californication et autres Nurse Jackie. On s'inscrit parfaitement dans la même mouvance, avec un pitch improbable, prometteur mais réducteur, des dialogues finement ciselés et des acteurs qui s'en sortent plus que bien. Bien qu'il s'agisse d'une dramédie, on lorgne quand même plus du coté du drame dans ce pilote que de la comédie. Cela pourrait changer par la suite. Les touches d'humour sont nombreuses mais discrétes et dispersées dans le récit. A vrai dire, quelqu'un qui ne regarderait la série que d'un oeil ou qui ne l'écouterait que d'une oreille ne percevrait certainement pas l'humour noir. Et ce serait rater l'essentiel.

Ma première crainte en lisant le pitch était que l'on tombe dans le trivial, dans le jeu de mot facile, dans le trash pour faire trash (un peu à la Californication quoi) mais on en est loin. Il se dégage même une certaine classe de ce pilote. Des scènes de cul, il y en a et il y en aura sûrement beaucoup d'autres, mais elles ne sont pas gratuites. Il y a un fond, une psychologie, des éléments à développer. Le contexte dans lequel évolue Ray est très à la mode puisqu'il vit à Detroit, une des villes les plus industrialisées des Etats-Unis qui subit de plein fouet la crise. La belle époque de l'"American Dream" semble révolue. Quand Nancy Botwin doit vendre de la drogue à ses voisins, Ray Drecker doit vendre son sexe. Mais dans quel monde vit-on ma bonne dame ? Les personnages secondaires ont du potentiel, les enfants notamment, qui ressemblent à tout sauf à des gravures de mode et ça change, mais aussi Tanya, assez laide au demeurant mais amusante et un peu barrée.

En bref, Hung n'a peut-être pas la grandeur des séries made in HBO habituelles, mais dans un style plus intimiste, moins tape à l'oeil et plus sincère, elle pourrait se faire une place de choix dans le coeur des téléspectateurs. Elle a 10 épisodes pour convaincre !        


// Bonus // Une "petite" "bande"-annonce pour vous "mettre" l'"eau" à la "bouche" ! (Attention, message codé !)

Posté par LullabyBoy à 16:47 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 avril 2009

Big Love [3x o7]

Big_love

Fight or Flight //

dnes_v2_poll_stars5


vlcsnap_201977

   J'avais quelques craintes, après le magnifique épisode précédent, que celui-ci ne soit pas à la hauteur. Sans l'être totalement, il figure parmi les plus belles réussites de Big Love et, une fois de plus, au-delà de toutes les qualités de la série, c'est sa réalisation qui est absolument brillante, parfaite. C'est digne des plus grands films de cinéma. Je sais bien que certains vont penser que j'exagère mais il faut le voir pour le croire, tout simplement. Je sais que peu de visiteurs lisent mes reviews de la série puisque peu de téléspectateurs la regardent. En France en tous cas. Mais ceux qui les lisent, je vous en supplie : exprimez-vous ! Juste pour me sentir un peu moins seul et pour partager quelques mots autour de cette grande grande série !

   Une fois de plus cette saison, tout est extrêmement dense. (Presque) tous les personnages ont leur moment. Le seul qui manque vraiment à l'appel est Ben. Pourtant, les événements du dernier épisode laissaient penser qu'il s'agissait d'une des intrigues principales de cette fin de saison (il ne reste malheureusement plus que 3 épisodes après celui-ci). J'imagine que l'on reviendra dessus d'ici là. Et j'ai hâte ! Si Margene ne pense plus à Ben, elle est en tous cas toute tourneboulée. Déprimée ? Elle ne veut pas l'avouer mais c'est le mal qui semble l'atteindre. Il faut dire qu'on ne l'a pas ménagé ces derniers temps. La mort de sa mère, le "divorce" d'avec Ana, le cas Ben... Elle retrouve sa couleur de cheveux naturelle. C'est un soulagement pour tout le monde, y compris pour nous, et c'est sans doute le signe qu'elle va se rependre vite en main ! Aura-t-elle le temps de s'occuper de ses petits problèmes personnels avec tout ce qui se profile ? Pas sûr. Nicky fait toujours des siennes et cette fois, elle va très loin ! Elle embrasse son patron, qui ne l'est plus vraiment puisqu'elle vient de démissionner. Ou pas. Ca devait arriver, c'est fait ! A-t-elle en tête l'idée de quitter la famille Henrickson ? C'est ce qu'elle laisse sous-entendre à Margene. Méfions-nous. Nicky n'est ps du genre courageuse. Je la vois mal tout quitter comme ça, sur un coup de tête. En même temps, elle est très impulsive et imprévisible. A suivre donc. Pendant ce temps-là, Barb et Sarah ré-apprennent à se parler. La fausse-couche les a bouleversées, elles sont encore sous le choc. Sarah en particulier, évidemment. Elle est tellement perdue qu'elle décide de laisser tomber l'université, et forcément Heather sans le vouloir. C'était franchement triste de les voir toutes les deux si peinées. Leur amitié était belle. Sinon je me demande quand l'ex de Sarah va ré-apparaître. C'est un peu étrange qu'il n'ait pas cherché à la contacter.

   Une grande partie de l'épisode se déroule à Juniper Creek puisque le mariage de Kathy et Joey se prépare. Je ne m'attendais à rien de ce qui est arrivé et c'est particulièrement savoureux ! On croit d'abord que cette psychopathe de Wanda va faire du mal à Kathy, par jalousie, mais il n'en est rien. Elle se pose beaucoup de questions sur sa nouvelle place de First Wife et va même demander conseils à Barb, qui l'accueille chaleureusement, cela va sans dire. C'était à la fois drôle et touchant. Et c'est exactement ce qu'est Wanda : drôle et touchante. Elle fait très peur aussi. On sait qu'elle capable de n'importe quelle folie, mais comme beaucoup de monde à Juniper Creek à vrai dire. Loïs et Frank sont pas mal aussi dans leurs genres. La dernière scène entre Wanda et Kathy est magnifique, très onirique. Et puis la dernière scène de Kathy, puisqu'elle meurt, est saisissante ! Je ne m'attendais pas à cet accident. Je ne m'attendais pas non plus au sacrifice complêtement gratuit du cochon ! On ne connaissait par Kathy depuis très longtemps mais c'est un personnage que j'aimais de plus en plus. Sinon, il y a cet être si étrange, une des femmes de Roman. Mi-femme, mi-homme. Il/Elle m'intrigue beaucoup mais je ne crois pas que l'on s'intéressera plus que ça à elle. Que va-t-il se passer maintenant ? Joey va-t-il sortir de ses gonds ? Quelle va être la réaction de Wanda ?

vlcsnap_183372


// Bilan // Cette série relève du divin, je n'ai pas d'autres explications.

    

16 mars 2009

Big Love [3x o6]

Big_love

Come, Ye Saints //

dnes_v2_poll_stars5


vlcsnap_198482

   Avec cet épisode, Big Love a su montrer une fois de plus qu'elle était une grande, très grande, série. C'est certainement son meilleur épisode toutes saisons confonfues. L'idée du road-trip y est évidemment pour beaucoup. C'est quelque chose qui me parle ces grandes virées à travers les routes cabossées de l'Amérique. C'est dépaysant, tous ces paysages sont magnifiques, ce soleil inonde et baigne de grâce les scènes des plus anodines aux plus intenses. La réalisation est impeccable. On pourrait être au cinéma. Parmi les moments de grâce de l'épisode, celui qui m'a le plus marqué est quand l'urne qui transporte les cendres de la mère de Margene se brise sur les rails rouillées. C'est une émotion intense pendant quelques secondes. C'est à la fois terrible et libérateur. Lorsque Bill demande à Dieu de préserver sa famille, les genoux à terre et les yeux vers le ciel, cela relève là aussi du divin. Et je suis pourtant très loin d'accorder un quelconque crédit à la religion. Mais ça m'a touché. L'autre grand moment a lieu dans les dernières minutes, lorsque tout se précipite et que Sarah perd son bébé et, soutenue par Nicky -et ce n'est pas un hasard-, l'avoue à ses parents. J'ai versé ma petite larme, je crois que cette intrigue ne pouvait pas se dénouer de plus belle manière. C'est triste et c'est en même temps un grand soulagement.

  Bien-sûr, le rire était aussi présent. Ce n'est pas pour rien que cet épisode est parfait. Quand Nicky découvre ses fils recouverts des cendres de Ginger par exemple. Son air catastrophé était priceless. Dans un autre genre, Ben et Margene se découvrent comme jamais : nus comme des vers. Je suis content de voir que les scénaristes n'ont pas laissé tomber l'idée d'un Ben amoureux de sa "mère". C'est exactement pour ce genre d'intrigue cocasse et effarante que j'adore la série. Je ne sais pas bien où cela va nous mener. J'aimerais que Margene se laisse tenter mais elle a l'air bien décidé à ne pas aller jusque là et c'est presque étonnant. Voilà qui devrait occuper Ben quelques temps en tous cas. Ah et puis il y a Tancy -qui a drôlement grandi- qui est au courant. Cette petite est une peste en puissance, elle ne va pas savoir tenir sa langue. Comment vont réagir Bill et Barb ? Je lui pressens le même destin que Bill lorsque qu'il a été viré de Juniper Creek plus jeune...

   Beaucoup d'intrigues sont dénouées dans cet épisode, notamment le cas Nicky et les pilules qu'elle prend depuis 4 ans ! Même Bill et son Viagra du tout premier épisode refont surface ! Nicky n'a quand même pas tort quand elle dit qu'il n'en a besoin qu'avec elle. J'ai vraiment l'impression qu'il est avec elle pour faire encore et encore des gosses, tandis qu'il a Margene à sa disposition pour assouvir ses fantasmes et Barb pour la stabilité et presque le coté maternel qu'elle lui apporte. Une équation qui semble presque parfaite en fait. Le patron de Nicky continue de la draguer et Barb a déjà la puce à l'oreille. Il faut dire que Nicky n'a pas été très discréte sur ce coup. Elle aurait mieux fait de ne pas répondre à son appel. Je le répéte mais je sens que Nicky ne va pas finir la saison chez les Henrickson. Elle en a trop fait. Tout va lui retomber dessus d'un coup. Le cas Ana est laissé de coté le temps de l'épisode et ce n'est absolument pas génant. C'est même très bien vu d'avoir placé ce road-trip là.

vlcsnap_178156


// Bilan // La grande famille Henrickson nous entraîne dans un voyage iniatique aussi burlesque qu'émouvant à travers l'Amérique profonde. C'est absolument divin, une parfaite réussite. Ca va être dur de passer après cet épisode...

 

Posté par LullabyBoy à 20:55 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,