13 août 2010

Tueurs En Séries [Episode du 13 Août 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : L'essentiel de l'actu de la semaine (Diana de retour dans "V"; clap de fin pour "Entourage"...); Nos réponses à toutes vos questions; Les premières images de "Chuck" saison 4 et "Supernatural: The Animation"; les photos de tournage de "Desperate" et "Fringe", les surprises musicales de Charlie, Hurley et Britney; et à la découverte de "The Big C."...


16 juillet 2010

Tueurs En Séries [Episode du 16 Juillet 2010]

tueurs


Au programme cette semaine : Glee et ses Britney, retour sur l'oeuvre de Stephen King vue par la télévision, des nouvelles de Fringe et Smallville, SyFy: la maison de l'étrange et du bonheur et premier teaser et guests pour la saison 3 de In Treatment !

03 juin 2010

Fringe [2x 22 & 23]

dnes_season4_fringe_dunham_

Over There - Part 1 & 2 (Season Finale) // 5 79o ooo tlsp.

44030377 // 44030378


vlcsnap_138995 vlcsnap_137607

   Part 1. Qui aurait cru qu'un jour les perruques de Sydney Bristow seraient portées par une autre ? Certainement pas moi. Et vous ? Elles vont aussi bien à Anna Torv qu'à Jennifer Garner, et promis, ce sera ma seule réflexion superficielle de cette critique. Enfin je vais essayer. La première partie de ce deuxième Season Finale de Fringe n'est qu'une introduction à la deuxième partie mais quelle introduction bon sang ! Moi qui déteste les allers-retours en cours d'épisode, cette fois j'ai été conquis car c'était tout simplement pertinent : pourquoi nous faire découvrir d'abord qu'Olivia et Walter sont passés "de l'autre coté" ? Pour nous faire crever d'envie de savoir comment ! Et puis depuis l'épisode précédent, on se doutait bien que c'est ce qui allait arriver de toute façon. Autant entrer tout de suite dans le vif du sujet ! Alrors bien-sûr, on est dans une série aux frontières du réel et il y a des choses qui sont parfois difficiles à accepter. Comme le fait qu'il suffit à Walter de se transformer en magicien-prestidigitateur pour envoyer Olivia et ses compagnons cortexéphaniens dans le monde parallèle. Ou comme le fait que ces compagnons en question sont des Heroes en puissance. Heureusement, les scénaristes ont eu l'heureuse idée de les faire mourir un à un, évitant ainsi de les montrer en train d'utiliser leurs capacités, comparables à des pouvoirs. Il y a bien une boule de feu sortie tout droit d'une main mais ça passe étonnament bien. Leurs morts ne sont malheureusement pas très émouvantes puisqu'on les connaît à peine. Il semblerait bien en tous les cas que l'affaire Jacksonville soit classée. Elle n'aura pas délivré énormément de surprises tout compte fait mais elle a l'avantage de ne pas amener de questions inutiles.

   C'est avec délection que l'on fait la rencontre des versions alternées de nos personnages et c'est clairement la Olivia Dunham d'"Over There" qui fait la meilleure impression ! Elle est, en gros, tout ce que notre Olivia n'est pas. Elle est très souriante, espiègle. Et joueuse aussi. Parfois même, elle minaude. Elle a un petit-ami, elle semble heureuse. Elle est légère et pour cause : elle n'a jamais fait l'objet d'expériences douteuses. Et ça change tout. Voilà une belle occasion pour Anna Torv de prouver que son jeu n'est pas aussi limité que certains le prétendent. Elle est douée pour le bonheur aussi, ouf ! Charlie Francis est de retour mais il n'est pas très différent. Il a toujours la même voix profonde et l'envie irrépressible de gueuler dès qu'il peut. Broyles est là aussi et lui aussi semble plus ouvert, moins sombre. Il n'a pas l'air si terrible cet autre monde, si ce n'est que la nature est morte et que les avancées technologiques ont conduit à des drames humains. Ah et Astrid est vraiment bizarre. Quand je vous dis qu'elle va avoir une sacrée importance à un moment ou un autre... Les scénaristes déposent quelques pierres au passage afin d'aiguiser notre curiosité, en espérant qu'ils les ramassent un jour. Mais le truc le plus génial de cet autre monde, c'est quand même que The West Wing en est à sa... 11ème saison ! J'adore ce genre de clins d'oeils inutiles. Maintenant que la situation est posée et les enjeux dévoilés, Fringe peut se transcender comme il se doit...      

vlcsnap_81317 vlcsnap_99953

   Part 2. William Bell est une des pièces maîtresses de ce Season Finale et son association avec Olivia et Walter est à la hauteur des espérances. Leonard Nimoy en impose toujours autant. Les quelques scènes où Walter et William ont l'occasion de se parler trouvent plus leur intérêt dans leurs regards que dans leurs mots. Leur amitié existe toujours malgré tout ce qui s'est passé. William n'est pas aussi méchant qu'on a voulu nous faire croire. Il a peut-être agi égoïstement parfois mais il a toujours été fidèle à son ami et a tenté comme il a pu de réparer ses erreurs. Son sacrifice finira de sceller leur réconciliation. Tout va très vite mais il était inutile de s'appesantir pendant des heures. L'essentiel est dit. L'acteur peut désormais prendre sa retraite tranquillement. John Noble par contre ne peut pas l'envisager pour le moment. Il est même parti pour travailler encore plus puisqu'il n'est plus seulement Walter mais aussi Walternate. Un être froid, distant, rongé par des années de peine et bien décidé à se venger en exterminant la race humaine de l'autre monde. C'est un peu poussif mais ça se tient. Sa scène avec Peter est hyper intense. On sent la confusion du jeune homme, encore plus quand il se rend compte des vrais plans de son vrai père. Mais la scène qui m'a le plus touché est sans aucun doute ses retrouvailles avec sa vraie mère. C'était très émouvant, et quand on y pense, très cruel : car Peter est reparti sans lui dire au-revoir. Elle l'a perdu une deuxième fois. M'étonnerait pas qu'elle se suicide aussi, ce qui ne manquera pas de redoubler la haine de Walternate !

   Entre autres grands moments de l'épisode, le face à face Olivia/Alter-Olivia était génial ! Je ne suis pas friand des scènes de combat en général mais là c'était un beau spectacle. Au-delà de ça, les dialogues étaient empreints d'émotion et la situation absolument improbable dans laquelle ces deux personnages se retrouvent n'en est ressortie que plus crédible. L'échange final des deux corps se voyait venir de loin mais ça n'a pas empêché les dernières scènes d'être prenantes, et surtout, ça ouvre des possibilités très intéressantes pour la saison prochaine, surtout si la fausse Olivia n'est pas découverte tout de suite. Je terminerai en évoquant le premier baiser échangé entre Olivia et Peter, qui, contre toutes attentes, m'a beaucoup plu. Il est arrivé au bon moment et il a été bien préparé. Je retire donc tout ce que j'ai pu dire précédemment lorsqu'ils avaient failli s'embrasser et que j'avais trouvé ça hors-sujet, soudain, décevant... Maintenant qu'ils sont séparés dans deux univers différents, leur histoire apparaît comme une évidence. Fringe a sa Penny et son Desmond. J'ai un peu peur que le schéma de la saison prochaine soit le suivant : Season Premiere mythologique / Succession de stand-alone plus ou moins bons et originaux / Succession d'épisodes mythologiques / Season Finale dans lequel Peter ira chercher Olivia dans l'autre univers. (Et fin de la série ?) Ce ne serait pas forcément mauvais mais j'aimerais être surpris. Et puis il faudra éclaircir les choses à la fois sur les shape-shifters et sur les Observers. J'ai très hâte !       

vlcsnap_123020 vlcsnap_83403


// Bilan // Lost nous a quittés, c'est vrai, mais il reste encore quelques excellentes séries prêtes à prendre la relève au mieux, à atténuer la douleur au pire. Fringe en fait partie, de par son créateur bien-sûr, mais aussi et surtout de par son audace. Elle n'a pas toujours été aussi ambitieuse qu'on l'aurait souhaitée, notamment en début de saison 2, mais depuis l'épisode 15 intitulé Peter elle embrasse sa destinée à la perfection. J'espère de tout coeur que la saison 3 suivra cette voie. Et je suis assez confiant puisque les scénaristes ne peuvent plus revenir en arrière. Ils ont enclenché quelque chose d'irréversible à travers ce double Season Finale grandiose et prometteur.

14 mai 2010

Fringe [2x 21]

dnes_season4_fringe_bishops

Northwest Passage // 5 82o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_133116 vlcsnap_100868

   Dieu que cet épisode de Fringe était bon ! Tout comme le 12ème épisode de la saison 2, Johari Window, il nous plonge au coeur d'une petite communauté de l'Amérique profonde, cette fois bouleversée par le meurtre d'une jeune fille, puis de deux. Mais là où ça se complique, sinon on serait dans une simple et vulgaire série policière, c'est qu'une partie de leur cervelle a été retirée. Que contient-elle ? Des informations sur Peter car Peter est tout l'objet de cet épisode. Il est à la fois recherché par Walter et Olivia, mais de manière modérée disons, mais surtout par Newton. Enfin... Par son propre père. Le vrai. Mr Secretary. Walternate comme on dit désormais ! Ce twist n'est pas une si énorme surprise que cela puisque l'on s'en doutait depuis deux épisodes mais il fait tout de même son petit effet, notamment grâce à la mise en scène et un John Noble toujours excellent dans la moindre seconde de son jeu. Mais, l'intérêt de l'épisode, et ce qu'il fait qu'il est si bon, ne réside pas tant dans la révélation finale mais dans tout son déroulement. Rien que le fait de ne voir quasiment que Peter parmi les personnages réguliers est une grande idée. Comment mieux traiter sa fuite qu'en nous la faisant partiellement partager ?

   Je crois que Peter ne nous a jamais été présenté de manière aussi directe. Il a toujours été un personnage très secret, qui cache ses émotions autant qu'il peut. Un peu comme Olivia au début d'ailleurs. Cet épisode et la révélation sur sa vraie nature font basculer tout ça. Il reste pudique mais il se confie davantage, et en l'occurence à Mathis, la shérif qu'il accompagne dans son enquête. Le duo fonctionne super bien et donne un très bon rythme à l'enquête. Un bon mélange d'action et d'émotion puisque Mathis a évidemment un background intéressant qui sert de caisse de résonance aux maux de Peter. L'atmosphère de la ville m'a fait inéluctablement penser à celle de X-Files dans certains épisodes, et à celle de Twin Peaks aussi toutes proportions gardées. La réalisation était brillante, comme d'habitude. Les quelques passages consacrés à Walter étaient forts en émotion, notamment quand il péte un plomb dans le supermarché. Et j'ai beaucoup aimé le rôle d'Astrid. Elle prend la relève de Peter en attendant son retour. Rien d'étonnant ni rien mais c'était juste émouvant.   

vlcsnap_100492 vlcsnap_133564


// Bilan // Un pré-final sans la moindre fausse note.

44069764

05 mai 2010

Fringe [2x 19 & 20]

dnes_season4_fringe_bishops

The Man From The Other Side // Brown Betty

5 84o ooo tlsp. // 5 55o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_93971 vlcsnap_93882

  "The Man From The Other Side", c'est un épisode mythologique de Fringe qui se distingue par une structure inhabituelle où il n'y a pas vraiment "d'enquête du jour" mais qui se concentre sur un thème un peu oublié et qui avait pourtant ouvert la saison avec la mort choquante de Charlie Francis : les shape-shifters. L'action est au rendez-vous avec le retour de Newton dont les agissements et les motivations, malgré les explications de Walter, restent relativement flous. Il veut transporter quelque chose d'un univers au nôtre mais quoi ? On ne le saura pas vraiment. On saura comment par contre et c'est assez fascinant de le voir à l'oeuvre. La scène sur le pont vers la fin de l'épisode était assez géniale en termes de tension et de réalisation. Cela dit, on s'est bien moqué de nous en ne nous montrant quasiment rien. Le mystère reste entier. Ca fait partie du jeu. Et si c'est énervant, c'est aussi ce qui nous donne envie de revenir semaines après semaines alors... L'événement le plus important de l'épisode reste la révélation tant attendue à Peter de sa vraie nature. Sauf que ça ne se passe pas du tout comme prévu ! Walter était sur le point de lui dire la vérité mais Peter a tout compris avant. Et maintenant il lui en veut, il a même fuit. Réaction relativement logique mais pénible. On savait bien qu'il faudrait passer par là. La peine de Walter est immense et on ne peut que compatir. Impossible de choisir un clan. Inutile d'ailleurs. Combien de temps va durer cette brouille ? Pas trop longtemps j'espère...

   Brown Betty est un épisode encore plus inhabituel que le précédent. Il est une parenthèse poétique que j'ai trouvé sublime mais qui manquait malheureusement de rythme. Il y avait des passages ennuyeux même si j'adhère totalement à l'entreprise. Ca m'a fait penser à cette poignée d'épisodes d'X-Files absolument géniaux qui mettaient en scène Mulder et Scully dans des lieux et des situations improbables. Je n'ai plus tous les titres en tête mais le plus réussi est évidemment "Prométhée Most-Moderne". Un chef d'oeuvre parmi les chefs d'oeuvres. Si vous ne l'avez jamais vu, même sans avoir suivi l'ensemble de la série : jetez-vous dessus ! Pour en revenir à nos moutons, l'idée d'un épisode façon film noir était géniale, bien que pas si originale que ça, mais la cerise sur le gâteau était les passages chantés. Je les ai trouvés très réussis car ils étaient discrets, souvent même sans musique. Inutile de sortir l'artillerie lourde avec grosses caisses et chorégraphies. Fringe a fait sa comédie musicale à sa façon. Le plus joli moment était les quelques paroles sussurées par Anna Torv à Joshua Jackson. Très tendre. Au final, l'histoire racontée par Walter à la petite nièce d'Olivia n'était qu'un prétexte pour revenir sur sa culpabilité et sa douleur, une façon d'exorciser. La conclusion est optimiste mais pas niaise du tout. Juste enfantine. Bon et puis il y a The Observer de retour en guise de cliffhanger. Ca c'est cool !    

vlcsnap_107661 vlcsnap_110834


// Bilan // La fin de la saison de Fringe approche et c'est vers des directions inattendues que les scénaristes de la série nous ont amenés. Ils s'en sont sortis avec brio en prenant quelques risques. La grande histoire n'a pas beaucoup avancé mais ces digressions valaient le détour !

44069764


01 mai 2010

Tueurs En Séries [Episode du 30 Avril 2010]

allocine_tueur_en_series

Au programme cette semaine : Opération "Il faut sauver Damages", Grey's Anatomy façon Colombie, "Fringe" version film noir, "Catch-Moi Si Tu Peux"...

Posté par LullabyBoy à 12:03 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 avril 2010

Fringe [2x 18]

dnes_season4_fringe_bishopd

White Tulipe // 6 62o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_23667

  C’est fou le nombre de points communs que Lost et Fringe partagent quand on y pense. C’était particulièrement flagrant dans cet épisode à travers le thème du voyage dans le temps motivé par la perte de l’être-aimé. Dans des univers éloignés et avec des circonstances très différentes, les deux séries traitent du même sujet, à chaque fois avec beaucoup de subtilité et un regard nouveau. J’aime à penser que J.J. Abrams et son équipe ont eu l’idée de créer Fringe lorsqu’ils travaillaient sur Lost, en comprenant qu’ils tenaient là quelque chose de fort et de déclinable. Le clin d’œil, s’il n’est pas que dans ma tête, se poursuit lors de la conversation passionnante entre Walter et Peck où les termes « man of science, man of faith » sont prononcés. J’arrêterais là de parler de Lost mais il faut reconnaître que l’œuvre de J.J. Abrams est tout de même absolument incroyable et riche qu’on l’observe de près ou dans son ensemble. J’espère que la prometteuse Undercovers s’inscrira aussi dans cet élan.

   J’ai beaucoup aimé cet épisode je dois dire et pourtant, il n’apportait rien à la mythologie de la série malgré les apparences et il n’a pas tellement fait avancer le problème. Peter sera-t-il mis au courant de ses origines avant la fin de la saison ? Je commence vraiment à en douter tant elle est proche. Le surplace émotionnel que vit Walter reste néanmoins infiniment émouvant. Le voir écrire sa lettre, à plusieurs reprises, avec autant de conviction que de doutes, était touchant. Chaque regard entre John Noble et Joshua Jackson est intense et nous voilà comme suspendus dans une émotion qui ne cesse plus d’exister. Et je me prends tout à coup pour un poète… La vérité, c’est que je ne sais pas comment combler cette review sans la bourrer de lieux communs et sans faire un inventaire de tout ce qu’il y avait de fort dans cet épisode. C’est étrange mais la série a pris un drôle de virage qui me plaît et qui m’angoisse à la fois : elle est passée de complexe et fascinante à émotionnellement éprouvante. Le complexe et le fascinant me manquent un peu, et les efforts sont pourtant faits pour qu’ils ne soient jamais trop loin, mais je ne peux plus me passer de cette émotion et je me demande comment les scénaristes vont pouvoir gérer l’après révélation… Eux-mêmes ne le savent peut-être encore, c’est pour ça qu’ils retardent l’échéance !

vlcsnap_8647


// Bilan // A nouveau un très bel épisode, parfaitement écrit et parfaitement joué. Il serait irréprochable s’il ne nous éloignait pas un peu plus de ce que l’on attend depuis une vingtaine d’épisodes maintenant… 

Posté par LullabyBoy à 14:43 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

14 avril 2010

Critiks Récap' [Du 8 au 13 Avril 2010]

44069588

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


44030378

51736438


44030377

51740325

51775386

51820745

51838485

51879914


44030376

51855216

51851430

51835059

51808738

13 avril 2010

Fringe [2x 17]

dnes_season4_fringe_dunham_

Olivia. In The Lab. With The Revolver. // 6 33o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_182382 vlcsnap_183844

   "When You Open Your Mind To The Impossible, Sometimes You Find The Truth" dixit Walter. Alors j'ai ouvert mon esprit à l'impossible mais, moi, je n'y ai pas encore trouvé la vérité. Un jour peut-être. Le titre de cet épisode me donnait très envie de le regarder. J'attendais forcément la scène où Olivia serait au labo de Walter un flingue à la main. Ce moment n'est jamais arrivé car ce titre fait simplement réfèrence à une petite partie de Cluedo entre Olivia et son guide spirituel, Sam, l'étrange monsieur qui fait du bowling. Il se dit être plus vieux et plus grand qu'il n'y paraît. Ok. Pas compris ce qu'il entendait par là. Je serais bien tenté de dire qu'il vient lui aussi de l'univers alternatif. Le problème c'est que si c'était le cas, Olivia aurait déjà dû le repérer. Et puis il ne faut pas oublier que c'est Nina Sharp qui a recommandé à Olivia d'aller le voir. Et comme tout ce qui vient de Nina Sharp doit être entendu avec toutes les précautions nécessaires, je me méfie. Sam, sous ses airs bienveillants, n'est peut-être pas si bon que ça... De toute façon, on ne sait pas non plus quoi penser de Nina et même de Broyles. Leur petite conversation en fin d'épisode était suspicieuse. Ils cachent des choses à Olivia mais on ignore si c'est pour son bien. En tous cas, l'idée qu'ils puissent réunir les enfants sur lesquels Walter et Bell ont fait des expériences me plaît. Encore qu'il ne doit plus en rester tant que ça après l'hécatombe de cet épisode !

   L'affaire du jour semblait totalement déconnectée des récents événements au départ mais en réalité, elle y était étroitement lié. C'est ce qui lui a donné tout son intérêt car il faut bien avouer que ce n'était pas particulièrement passionnant à la base. Les producteurs, sans aucun doute avec l'aide de Joshua Jackson, ont pu s'offrir l'actrice Diane Kruger pour incarner le cas de l'épisode pendant quelques minutes. Elle était très bonne (et je dis ça avec d'autant plus de conviction que je la trouve souvent limite mauvaise dans ses films). Le déroulement de l'enquête a été parsemée de moments amusants signés Walter, of course. Je pense à l'empreinte qu'il cuit dans son four comme une pizza ou sa comparaison entre ce qui est arrivé aux victimes et le sexe tantrique. Bref, je ne vais pas revenir sur le reste de l'affaire et me perdre en détails insignifiants. Non, ce qu'il faut garder en tête c'est qu'un nouvel ennemi entre en jeu. On ne sait rien de lui mais il en veut particulièrement aux ex-enfants de Jacksonville... A suivre. Sinon, Walter va-t-il réellement révéler à Peter la vérité sur ses origines ? Si oui, un grand moment nous attend. J'espère que Peter ne va pas partir dans une colère noire et nous faire sa drama queen. Et j'espère surtout que cela aura des répercussions immédiates sur la suite des événements ! Non parce que même si la série est renouvelée pour une saison 3, et c'est tant mieux, il ne lui reste sans doute pas plus d'une année à vivre. Alors autant déballer tout son jeu dès maintenant !

vlcsnap_200526


// Bilan // Solide épisode de Fringe, avec ce qu'il faut de mythologie pour ne pas avoir l'impression d'assister à une simple intrigue vite oubliée.

44069764

07 avril 2010

Critiks Récap' [Du 31 Mars au 7 Avril 2010]

44069588

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


44030378

dnes_season4_fringe_bishopd


44030377

51406428

51436381

51443384

51483509

51439846

51445347

51514136

51659146

dnes_season4_flash_benford2


44030376

51660877

51518350

51516499