16 mars 2008

Eli Stone [1x o7]

esbanxw8Heal the Pain

Audience: 6 92o ooo.

dnesblog2starslc1B


vlcsnap_266438

Première fois que je m'ennuie véritablement devant un épisode d'Eli Stone. Et la raison est très simple: cet épisode était semblable à du pur legal drama. Pas de scène chantée. L'apparition de George Michael était beaucoup trop courte. Quelques visions d'Eli réduites à leur strict minimum (même si les effets spéciaux sont toujours très réussis). Et la vie personnelle des uns et des autres, qui est une part importante du show, n'a pas non plus été énormément abordée. Si ce n'est qu'un triangle amoureux est en train de se créer entre Eli, Taylor et Maggie. Mais comme on le sentait venir depuis quelques temps, ça ne suffit pas encore à piquer notre intérêt.

On suit toujours l'affaire relative à un joueur de baseball qui aurait tué l'amant de sa femme et coach de l'équipe adverse. Ce n'était déjà pas bien passionnant la dernière fois, mais là, je crois bien que c'était pire. L'affaire avance à tous petits pas. En temps normal, cela aurait pû être rêglé en 1 épisode. Mais pour on ne sait quelle raison, les scénaristes ont choisi de faire durer cet arc sur plusieurs épisodes. Avec une affaire plus intéressante, pourquoi pas ? Mais là ... Matt et Keith forment un duo dysfonctionnel qui ne tient pas toutes ses promesses. On est dans l'affrontement parmanent et aucune émotion ne se dégage de tout ça. C'est froid. A la fin de l'épisode, rien n'est encore rêglé et ça fait vraiment chier.

L'autre "cas" de l'épisode est un peu plus intéressant. Un jeune garçon demande l'aide d'Eli pour assigner en justice un hopital où sa mère est morte et qu'il tient pour responsable. Eli ne pouvant s'occuper de l'affaire seul depuis que Jordan l'a renié, il s'adjoint l'aide de Maggie. Cela va être l'occasion de la voir pour la première fois à la barre et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'est pas douée. C'est à se demander parfois si elle a choisi la bonne voie. Eli est obligé de lui souffler tout ce qu'elle doit dire et elle se ridiculise. Au début, j'aimais bien son personnage. Mais je me demande de plus en plus ce qu'elle vient faire là. Ca ressemble à une mascarade. Comment a-t-elle pû être diplômée ? On sent bien que grâce à Eli, elle va progresser et c'est d'ailleurs le cas à la fin de l'épisode. Elle remporte le procès mais un peu par hasard en fait. Disons qu'elle a eu une fulgurance. C'était pas trop tôt ! L'implication du frère d'Eli, Nate, dans toute cette affaire était intéressante. Ca amenait un petit plus au personnage. Il a menti à son frère sciemment. Le secret médical joue pour beaucoup là dedans mais quand même ... Cette affaire a également permis à Eli de regagner un bureau, plutôt sommaire, et son assistante Patti ! Finalement, c'était facile. A la fin de l'épisode, Jordan apprend à Eli et Taylor qu'ils vont devoir faire équipe pour une prochaine affaire ! Ca promet.

vlcsnap_265474


// Bilan // Un épisode qui sonne beaucoup trop Legal Drama et pas assez Eli Stone. On s'ennuie pas mal et on stagne.


// Bonus // Voici une superbe affiche-promo de la série !

0803110838142595923

 

Posté par LullabyBoy à 22:45 - - Permalien [#]


09 mars 2008

Eli Stone [1x o6]

esbanxw8Something to Save

Audience: 7 14o ooo.

dnesblog3starsmq2B


vlcsnap_44780

Les deux épisodes précédents avaient la particularité de mettre davantage en avant les personnages secondaires de la série, ce qui devenait primordial. Cela a été fait avec brio. Mais cet épisode recentre vraiment les choses sur Eli, le héros. Et c'était à nouveau très réussi, notamment les flashbacks. Nous savions que le père d'Eli était alcoolique et cela à cause de la mort de sa femme. Mais on ajoute ici un élément extrêmement important qui permet de rendre la série plus cohérente: Mr Stone avait lui aussi des visions ! Il en avait d'ailleurs parlé à son fils un soir de pluie. Mais Eli était bien trop jeune pour comprendre. Grâce à l'acuponcteur Dr Chen, ce souvenir lui revient en pleine face. Cela signifie que ses visions ne sont pas dûes à son anévrisme. Ses délires musicaux par contre, c'est autre chose. D'ailleurs, il en a eu un formidable ! Tous les avocats se sont retrouvés à danser et chanter sur Who'll stop the rain ? (Taylor ne manque pas de rappeler que ce n'est pas du George Michael pour une fois !) C'était sympa de les voir tous autrement qu'un peu austaires. La révélation finale de l'épisode permet de rendre le personnage de Dr Chen plus légitime: c'est le père d'Eli qui lui a demandé, il y a bien longtemps, de s'occuper de son fils. Il a probablement eu une vision sur Eli et ses conditions actuelles ... Jolie manière de parler des daddy issues d'Eli.

Par ailleurs, après avoir dansé pendant une plaidoierie à l'épisode précédent, le professionnalisme d'Eli est remis en cause. La Cour cherche à savoir s'il est toujours apte à pratiquer son métier d'avocat. C'est Jordan qui va le représenter, un peu à contre-coeur puisqu'il ne comprends pas son attitude. Jordan c'est un peu le père qu'Eli n'a jamais eu. Et Jordan est extrêmement déçu d'apprendre qu'Eli lui a menti sur de nombreuses faits: il a falsifié la signature de Nathan pour son dossier médical, il lui a caché son problème de santé ... Jordan l'aide malgré tout face à la Cour et le représente dignement, même si au final, c'est un peu Eli qui fait tout tout seul. Mais à la fin de l'épisode, Jordan lui rappelle qu'il ne peut pas le renvoyer (cf l'épisode pilot) mais qu'il ne souhaite plus avoir de lien ni professionnel, ni personnel avec lui, qu'il ne travaillera d'ailleurs plus au sein de la firme mais chez lui ! Son bureau est d'ailleurs légué à Taylor ! Et Patti, secrétaire d'Eli devient secrétaire de Taylor, qu'elle déteste ! Ca promet pour les prochains épisodes ! Le départ d'Eli est émouvant, Patti écrase une petite larme. Jordan n'est pas le seul à mal réagir au mensonge d'Eli, Maggie aussi. Elle part dans un discours où elle reproche à Eli son égoïsme. Elle n'a pas tout à fait tort mais elle parle de lui comme si elle le connaissait depuis 1o ans alors que bon, ça fait 2 mois à tout casser qu'ils bossent ensemble ! Je préfère la Maggie un peu gourde, elle est plus drôle.

Si la partie Eli était passionnante, celle du "cas" du jour l'était beaucoup moins. Un joueur de base-ball a accidentellement (ou pas, c'est là qu'est la question) tué le coach de l'équipe adverse dans un coup de sang. Le seul véritable intérêt de cette storyline était de voir l'opposition entre Matt et Keith, deux avocats très différents. Ils ont à peu près le même âge mais ils ne viennent pas du tout du même milieu social. Keith vient des cités, Matt a toujours baigné dans le milieu. Du coup, ils ne sont pas du tout d'accord sur la méthode a utilisé pour innocenter leur client. C'était un peu mou, par rapport au reste, et l'affrontement s'avère décevant. Ca manque d'humour. C'est le défaut majeur de l'épisode d'ailleurs. La mauvaise nouvelle, c'est qu'a priori, on en a pas fini avec ce procès, il n'a même pas commencé ! Espérons que la suite soit meilleure.

vlcsnap_64073


// Bilan // Du très bon du coté d'Eli, du moins bon du coté de Matt et Keith. Leurs scènes plombent un peu l'ensemble, c'est dommage. La partie Eli est pleine de révélations et permet de mieux comprendre "l'intérêt" de la série.

Posté par LullabyBoy à 16:18 - - Permalien [#]

05 mars 2008

Eli Stone [1x o5]

esbanxw8One More Try

Audience: 7 15o ooo.

dnesblog4starsjj0B


vlcsnap_179637

C'est que l'on finirait par devenir accro aux aventures d'Eli Stone & co ! A l'image du précédent épisode, on creuse les personnages secondaires pour les rendre soit plus profonds soit plus intéressants, dans tous les cas moins transparents, et ça marche très bien ! Prenez Tom Amandes par exemple, l'inénarable interpréte du Dr. Abbott de la regrettée Everwood. Il est là depuis le pilot mais on a toujours eu le sentiment qu'il était sous-exploité, voire pas exploité du tout, dans l'ombre de Victor Garber. Eh bien on rétablit les choses en le faisant apparaître plus souvent, en intéraction directe avec Eli. Et comme si ça ne suffisait pas, on lui ajoute une histoire d'amour passée avec notre secrétaire préférée: Patti ! Le problème, c'est qu'il n'est pas du tout sympathique, c'est même peut-être le pire requin de la boîte. Martin est un peu le pendant démoniaque de Jordan. Puisque l'on parle de Patti, saluons le talent de chanteuse de Loretta Devine. Elle n'en finit donc pas de nous étonner (ceci dit, elle nous avait déjà fait découvrir sa belle voix dans Boston Public à plusieurs reprises). Patti est à nouveau la grande gagnante de la meilleure vanne de la semaine: lorsque Eli l'imagine en train de chanter One More Try de George Michael avec une chorale gospel et qu'il lui demande, une fois revenu à la réalité, si elle fait parti d'une chorale, voilà sa réponse: "Well yes I am, all black people are, particularly all black women. We love to raise our hands and praise Jesus !" Well done, Patti !

De façon à ne pas perdre de vue le personnage de Taylor, l'ex-fiancée d'Eli, elle aussi avocate, quoi de plus facile que de la faire intégrer le cabinet ? Mais elle ne le fait pas par hasard: elle veut une deuxième chance avec Eli. Elle veut le récupérer. Et elle le dit ! Autant je ne l'aimais pas du tout au début de la série, autant je commence à l'apprécier. Le salaud dans l'histoire, c'est Eli, pas elle. Petite crise de jalousie envers Maggie, assez justifiée d'ailleurs puisqu'il semble de plus en plus évident que ces deux là vont tomber dans les bras l'un de l'autre tôt ou tard. Ce qui fait le charme de Maggie, c'est sa naïveté. Pendant leur voyage à Hawaï, je crois qu'Eli l'a vue sous un autre jour. Elle a prouvé qu'elle pouvait être compétente et en plus, les coups de soleil lui vont à ravir. On notera une private joke autour de la participation de Julia Gonzalo à Veronica Mars la saison dernière (rien que d'évoquer la série me fout le cafard ...) : "Stop doing your Veronica Mars". Un autre avocat de la firme gagne une mise en lumière cette semaine: Matt Dowd. Tout ce qu'on savait jusqu'ici de lui c'est qu'il était con, imbu de sa personne et jaloux d'Eli. La petite rivalité avec lui s'est poursuivi dans cet épisode mais on nous a surtout montré que Matt n'était peut-être pas si con que ça. Pas que con en tous cas. Il est sensible aussi et l'affaire dont il s'occupe (son ex-petite-amie lesbienne qui aimerait avoir la garde de l'enfant qu'elle a conçu avec son ex-petite-amie à elle mais qui n'est plus lesbienne depuis qu'elle est allé faire un tour dans une de ces satanées églises qui vous gangraine l'esprit avec des choses plus que douteuses). L'autre affaire, celle dont s'occupaient Eli et Maggie, m'a moins passionné je dois dire. Mais ce fut l'occasion pour Eli de se ridiculiser pour la première fois en pleine audience ! Ce genre de scène ne lasse pas (encore).

vlcsnap_174913


// Bilan // Après 5 épisodes, on peut dire qu'Eli Stone a trouvé ses marques, avec un mix judicieux d'affaires judiciaires et d'affaires personnelles. Même si le tout n'est pas d'une originalité folle, on passe systématiquement un bon moment. On en viendrait donc à s'inquiéter quant à l'avenir plus qu'incertain de la série. Un duo avec Boston Legal le vendredi la saison prochaine, ça pourrait être sympa non ? En espérant que les dirigeants d'ABC me lisent, ce dont personne ne doute. 

 

Posté par LullabyBoy à 00:54 - - Permalien [#]

24 février 2008

Eli Stone [1x o4]

esbanxw8Wake Me Up Before You Go-Go

Audience: 7 19o ooo.

dnesblog4starsjj0B


vlcsnap_105479

Cet épisode semble marquer un tournant pour la série. Les 3 premiers étaient sympas, en particulier le pilot mais c'était encore un peu brouillon. Là, les personnages semblent davantage creusés et un certain esprit de bande est en train d'être développé. A la manière d'Ally McBeal, qui est décidémment THE modèle de la série, les personnages secondaires prennent plus d'importance et ce n'est plus tout à fait la série consacrée à Eli Stone mais la série dédiée au petit monde d'Eli Stone. Je sais, la différence n'est pas très nette dis comme ça et pourtant ...

La première originalité de l'épisode c'est que l'on ne suit pas une mais deux affaires. Il y a celle d'Eli, accompagnée de ses désormais habituelles visions (il se retrouve à danser sur une table au son de Good Lovin', pour une fois, il ne sagit pas d'une chanson de George Michael - d'ailleurs, je pensais que l'on entendrait la chanson-titre de l'épisode, eh même pas ! Dommage, elle fout bien la pêche). L'homme qu'Eli voit de manière prophétique est en fait un patient de son frère, Nate. Il a été dans le coma pendant trois ans et quand il en sort enfin, il se rend compte que sa femme est partie avec son meilleur ami. Il veut alors les poursuivre en justice. Même l'Eglise se retrouve poursuivie ! Et pardon, je radote, mais ça, c'est un truc typiquement Ally McBealien. Manquerait plus que des chorales gospels ! L'affaire va prendre un tournant tragique quand l'homme va mourir des complications suite à son coma. Cette histoire était surtout prétexte à approndir les relations d'Eli et son frère. Jusqu'ici, il apparaissait deux minutes par épisodes et il ne servait pas à grand chose. On nous le présente ici comme le confident d'Eli par excellence. On nous montre ses faiblesses (il boit à la fin de l'épisode) et ses craintes vis à vis de son frère qui commence à passer pour un véritable cinglé aux yeux de tout le monde ! Et à ses propres yeux aussi. Eli savait que ce patient allait mourir, il a prévenu son frère mais Nate n'a rien fait. Maintenant il regrette, d'autant que l'image de leur père est encore et toujours présent. Good Lovin' était une de ses chansons préférés, Eli ne le savait pas. Petit à petit, Nate commence à se demander si son frère ne serait effectivement pas un prophéte. Cette affaire amène également Eli à remettre en question sa rupture un peu trop rapide avec Taylor. Ce qui est plutôt surprenant, je ne m'attendais pas à ce développement. Au final, on ne sait pas très bien s'ils se sont remis ou non ensemble. Taylor semble confuse et demande conseil auprès de son père. Parce qu'Eli risque de lui faire du mal à cause de ses pétages de plomb réguliers, il lui conseille de tirer un trait sur Eli. Et on sent qu'il ne le dit pas de gaieté de coeur. Il apprécie beaucoup Eli, malgré les apparences.

L'autre affaire de l'épisode était donc menée par Jordan (Victor Garber). Première fois que l'on suit une affaire qui n'est pas confiée à Eli. L'occasion de découvrir un peu mieux Jordan et d'introduire un nouveau personnage que j'imagine régulier. Le cas est celui d'un homme noir qui poursuit celui qui aurait pû être son employeur s'il avait été engagé suite à un entretien qui ne s'est pas très bien passé. L'employeur est noir aussi et pourtant Keith Bennett le poursuit pour discrimination. C'était vraiment très intéressant, en plus l'employeur était interprété par le mythique Mr Banks du Prince de Bel-Air (James Avery). C'est toujours sympa de le revoir quelques années après, il en impose toujours autant ! C'est l'employeur qui va remporter le procès mais Jordan va proposer à Keith de rejoindre son cabinet (j'ai oublié de préciser qu'il est avocat lui aussi). Un ajout de casting qui me plaît bien. La famille Eli Stone s'agrandit. Au détour de quelques scènes, on croise bien sûr notre secrétaire préférée, Patti, qui se conduit comme une peau de vache dès qu'il est question de Taylor. Et puis Maggie aussi, qui a l'air toujours aussi bonne avocate (cette phrase est pleine d'ironie).

vlcsnap_113801


// Bilan // Même si la série s'inscrit de plus en plus dans le legal drama et de moins en moins dans la simple dramedy, je trouve qu'elle s'améliore vraiment avec cet épisode. On approfondit les personnages secondaires et le rythme est un peu plus soutenu, avec pas mal d'intéractions entre les protagonistes.

Posté par LullabyBoy à 16:55 - - Permalien [#]

17 février 2008

Eli Stone [1x o3]

esbanxw8Father Figure

Audience: 7 46o ooo.

dnesblog3starsmq2B


vlcsnap_286308

Sérieusement, vous pensez que Johnny Lee Miller a des implants ? Sa moumoute est quand même très statique malgré les coups de vent et la longue mèche qu'il arbore semble aussi peu naturelle que la poitrine de Natasha Henstridge (je dis ça uniquement pour faire un bon mot, je n'ai pas du tout fait attention aux seins de la demoiselle, j'étais trop occupé à admirer son jeu admirable d'actrice. Ok, là aussi, je déconne). Qui a dit que la série risquait d'entrer trop vite dans une certaine routine ? Ok, je me dénonce ! Ben, c'est pas faux mais c'est pas complêtement vrai non plus. Je pensais que l'on aurait droit à une chanson de ce cher George Michael à chaque épisode. Déçu, je suis. A part le titre de l'épisode, pas de trace de Georgy. Du coup, pas de scène chantée par un des acteurs. Pourtant, la soirée de fiançailles aurait été un excellent cadre pour lancer ce genre de parenthèse musicale. Puis comme c'est une des (rares) originalités de la série, c'est toujours dommage de nous la sucrer.

Eli est donc bien une sorte de prophéte. Jusqu'ici ça n'était pas très clair mais on nous en apporte la preuve puisque dans l'une de ses visions, on lui fait comprendre qu'il faut "sauver le soldat Swain", homme dont il prendra ensuite la défense (si on peut dire). Vont suivre quelques visions dans un décor de guerre (la fin de l'épisode précédent se la jouait donc Code Quantum) assez réussies visuellement mais redondantes. Le cas de l'épisode était très poignant et le twist assez innatendu (en tous cas pour quelqu'un comme moi qui ne regarde jamais de legal drama). Le petit garçon était émouvant mais sa mère aussi. Le père, on en parle beaucoup, il est au centre de l'intrigue, mais on le voit finalement peu. J'aime bien quand les séries s'attaquent au thème de l'Irak. Et ABC est pour le moment le seul grand network à oser le faire (C'est aussi le cas dans Brothers & Sisters) Inutile de dire que l'on ne verra jamais ça sur la FOX ! Le but de l'épisode n'est pas de dénoncer la guerre mais d'en montrer les conséquences. A savoir une mère de famille qui est obligée (parce qu'elle l'a voulu à un moment donné) d'"abandonner" son fils et son mari pour remplir sa tâche en Irak. Et elle n'a aucun moyen d'y couper ! Le gouvernement fait la sourde oreille, l'administration aussi. Alors elle monte un stratagème avec sa famille pour qu'elle puisse être exemptée. C'est un peu tordu mais ce qui m'a plu c'est que, contrairement à ce que l'on pouvait craindre, la fin n'est pas moraliste. Bien au contraire. Eli se retrouve à couvrir le mensonge de cette famille à la cour. Chose qui est évidemment contraire à son éthique. Beaucoup de familles américaines peuvent s'identifier aux protagonistes de cette histoire à l'heure actuelle.

Comme d'habitude, tout ce qui se passe à une répercussion sur le comportement d'Eli. Il retourne chez son acuponcteur préféré et en profite pour nous offrir quelques flashbacks, toujours sur le thème de la figure paternelle. Le lien avec le cas du jour est évident. On apprend donc qu'Eli a couvert son père face à la police, quand il est encore gamin et qu'il ressemblait à Harry Potter. Par un cheminement un peu spécial, il en vient à la conclusion qu'il doit quitter cette brave Taylor. Même si on sentait la séparation poindre depuis le début, je pensais que ça viendrait d'elle. Eh bien pas du tout. Joli moment d'émotion. Tandis que Victor Garber et Tom Amandes sont trop peu présents et mal traités, Patti invite Beth, le premier amour d'Eli que l'on avait vue dans le premier épisode, à sa soirée de fiançailles. Va-t-elle devenir un love interet pour Eli ou pour son frère ? Vont-ils se battre pour elle ? Toujouts est-il qu'excepté Patti, les personnages secondaires sont toujours très fades. C'est vraiment dommage.

vlcsnap_273889


// Bilan // Si la série était un peu plus fofolle comme elle le laissait présager au départ, je ne serais pas loin de l'adorer ! On passe juste un bon moment (c'est déjà mal), sans plus. 

Posté par LullabyBoy à 23:05 - - Permalien [#]

10 février 2008

Eli Stone [1x o2]

esbanxw8Freedom

Audience: 8 83o ooo.

dnesblog3starsmq2B


vlcsnap_38648

Comme cette image l'atteste, la condition mentale d'Eli Stone ne s'est pas arrangée depuis le pilot ! Cette fois, il entend un choeur d'enfants chanter Freedom, de George Michael, son beau-père et big-boss en faire autant (numéro plutôt réussi de Victor Garber) et un avion le poursuit dans les rues de San Francisco. Tout va bien donc ! En faisant l'amour avec sa fiancée, à la fin de l'épisode, il s'imagine sur un champ de bataille, avec explosions et coups de fusils à la clé ! J'ai trouvé ça particulièrement bien fait et original. Puisque cette série est une dramédie, on nous ajoute une bonne dose d'humour avec, par exemple, la secrétaire d'Eli, Patti, qui doit rester calme face à ses demandes toutes plus farfelues les une que les autres. Les mimiques de Loretta Devine sont irresistibles ! On apprend par la même occasion qu'elle n'aime pas beaucoup Taylor qu'elle surnomme "Barbie". Johnny Lee Miller est toujours très convaincant dans son rôle, notamment quand il n'arrive pas à passer son urne à la douane et qu'il tente une explication rationnelle à son comportement totalement irrationnel. La partie comédie de la série est donc toujours aussi savoureuse.

Mais la partie purement judiciaire, c'est une autre paire de manche. Autant le dire tout de suite, je ne suis pas fana du tout de la franchise Law & Order, de Boston Legal et autres consoeurs. C'est très bien fait mais ça ne me parle pas, ça m'ennuie. Le cas de l'épisode dont Eli est chargé n'est pas inintéressant, tout tourne autour de la liberté et les visions de l'avocat sont en adéquation avec l'affaire. Je crains que l'on ne rentre dans un shéma trop systématique avec une affair et des visions liées. Pour l'instant, la série ne fait que commencer, je ne peux donc pas dire que je suis lassé. Mais ça pourrait venir très vite. Le bon point malgré tout, c'est l'introduction de cette jeune associée qui a encore tout à apprendre, Maggie. C'est Julie Gonzalo qui l'interpréte, plus connue dans le rôle de Parker dans la 3e saison de Veronica Mars. Changement radical de look. C'est un personnage plein de promesses qui risque de nous faire pas mal rire. Et elle sera sûrement d'une grande aide pour Eli et son projet de changer sa vision de la vie.

vlcsnap_54851


// Bilan // Second épisode convaincant dans la comédie, moins dans l'aspect juridique. Le casting me paraît un peu plus attrayant que dans le pilot, peut-être parce que l'on se concentre sur un nombre de personnages plus restreint et parce que la petite nouvelle est rigolote. 

 

Posté par LullabyBoy à 22:29 - - Permalien [#]

12 janvier 2008

Eli Stone [Pilot]

esbanxw8Pilot

Audience: 11 14o ooo.

dnesblog4starsjj0B


18881297

"Yeah You Gotta Have Faith" Je ne pouvais pas commencer cette review sans citer ce cher George Michael qui fait plusieurs apparitions dans ce pilot. Il est très en forme d'ailleurs, accompagné de son déhanché culte et éternel. Que vient-il faire dans le nouveau drama de ABC me diriez-vous ? Eh bien il se trouve qu'Eli Stone, brillant avocat un peu requin sur les bords, voit George Michael partout. Il a perdu sa virginité sur Faith et ce doux souvenir lui revient en pleine face, sous formes d'hallucinations diverses et variées. Oui, ce mec est cinglé. Mais ce n'est pas de sa faute ! En fait, son cerveau n'est pas irrigué de la même façon que le commun des mortels, du coup cela provoque en lui toutes sortes de réactions psychiques étranges. Je crois que cette mise en bouche a clairement posé le décor. Nous n'avons pas affaire à une série banale et le personnage d'Eli Stone n'a pas d'équivalent télévisuel. Quoiqu'il lorgne bien du coté d'Ally Mc Beal, autre célèbre avocate de notre temps.

Dans toute bonne review qui se respecte, il est devenu coutumier de présenter telle ou telle série comme le nouveau "bla bla bla", le remake de "bla bla bla" ou le mélange de "bla bla bla" avec "bla bla bla". Eh bien ne changeons rien. Eli Stone est une sorte d'Ally Mc Beal au masculin, le cabinet Cage & Fish en moins. Point de Ling, de Nelle ou de grenouille. Juste une assistante très drôle, interprétée par l'excellente Loretta Devine (Boston Public, Grey's Anatomy, Urban Legend ...) et un certain nombre de personnages secondaires sympathiques mais pas transcendants. C'est là pour moi que le bas blesse principalement. Eli Stone est génial, à la fois drôle et attachant, son assistante je viens de le dire est top, mais malheureusement les autres sont des personnages plus classiques, sans un petit grain de folie qui fait toute la différence. On est content de revoir Victor Garber (Alias), la mère d'Eli a l'air un peu à l'ouest, le frère d'Eli un peu émotif, le chinois acuponcteur sympa et c'est tout, ça s'arrête là. C'est dommage. Si la série venait à durer (ce qui reste pour le moment assez improbable), j'espère que du sang neuf sera injecté, et de préfèrence du sang pas trop clean.

Visuellement parlant, la série n'offre rien d'extraordinairement neuf. Elle a l'avantage de se passer à San Francisco, décor bien agréable donc, avec l'inévitable "cable car" (le tramway quoi). On a droit à quelques effets spéciaux via les hallucinations d'Eli (ça nous rappelle définitivement quelque chose non ?). La série se veut très musicale (tiens, tiens, ça nous rappelle le même quelque chose qu'à l'instant) avec du George Michael bien sûr (à savoir que chaque titre d'épisode portera le titre d'une de ses chansons, la série n'a donc pas intérêt à durer trop longtemps non plus) et d'autres musiques pop, classiques dans les dramas made in ABC. Et on aime ça ! On nous offre une petite scène délirante avec toute la compagnie pharmaceutique où travaille Eli qui se met à danser à l'unisson. Non vraiment, c'est super sympa comme ambiance. A quand les toilettes mixtes ?

Je ne vous ai pas encore parlé de l'acteur qui interpréte Eli ! Shame on me ! (Ophélie si tu nous lis) Il s'agit de Johnny Lee Miller. Ce nom ne vous dit rien ? C'est normal. Il n'a rien fait d'extraordinaire par le passé. Je vous ai dis que la série était écrite et produite par Greg Berlanti, alias Mr Dawson, Everwood, Brothers & Sisters & Dirty Sexy Money ? On comprend donc que la série a du coeur, qu'elle nous fera sûrement autant rire que pleurer et qu'elle essaiera d'approfondir un maximum ses sujets. Greg Berlanti a toujours été inspiré (omnubilé ?) par les relations père/fils, Eli Stone n'échappe pas à la rêgle. C'est la première chose un tantiné profonde qui est développée dans ce pilote et puis le cas qu'Eli se retrouve à défendre devant les jurés est également l'occasion de parler de choses importantes. Au fil de l'épisode on assiste à la prise de conscience et à l'évolution du personnage. Il passe de quelqu'un de froid et distant à un homme avec un grand coeur qui se sent chargé d'une mission. On parle de Dieu, de prophéte, de toutes ces choses dont je ne rafolle pas franchement et pourtant, là, ça passe miraculeusement.

Alors malgré une galerie de personnages un peu trop lisse, Eli Stone s'avère pleine de promesses. Est-ce que sa diffusion post-Lost à partir du 31 Janvier lui sera favorable ? A priori non. Même si Lost s'avérait être un bon lead-in, les deux séries n'ont tellement rien à voir l'une avec l'autre ... Et puis c'est une case sinistrée depuis quelques temps. Six Degrees et actuellement Big Shots s'y sont cassées les dents. Pourquoi ABC n'a pas remis Men In Trees là, la seule à s'en être sortie ? Mystère. Tout ça pour dire que la conjoncture n'est pas du tout favorable à la série mais elle a un avantage: les 13 épisodes commandés par ABC ont pû être tournés, c'est une des seules séries à ne pas avoir souffert de la grève.


Si j'étais vous, je jetterais un oeil sur la vidéo qui suit. Quelques secondes du pilot rien que pour vous, tout en musique !

Posté par LullabyBoy à 01:28 - - Permalien [#]