18 octobre 2012

Arrow [Pilot]

20214345

Pilot // 4 140 000 tlsp.

44030377

 

What About ?

 Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l'univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et sa petite amie, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises. Mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats... (AlloCiné)

Who's Who ?

Créé par Greg Berlanti (Everwood, Brothers & Sisters, No Ordinary Family) et Marc Guggenheim (Eli Stone, Flash Forward). Réalisé par David Nutter (Mentalist, X-Files, Urgences, Entourage). Avec Stephen Amell (Hung, Private Practice), Katie Cassidy (Supernatural, Melrose Place), Willa Holland (Newport Beach), Susanna Thompson (Deuxième Chance), David Ramsey (Dexter), Paul Blackthorne (The RiverLipstick Jungle), Colin Donnell (Pan Am), Colin Salmon...

What's More ?

 Le réalisateur du pilote d'Arrow, David Nutter, est un habitué de l'exercice puisqu'il a aussi mis en scène ceux de Smallville, Roswell, Supernatural, Terminator: les chroniques de Sarah Connor, Mentalist et bien d'autres ! 

So What ?

 >> Lire la critique du script du pilote <<

    Avant The Dark Knight, les films et les séries de super-héros, c'était souvent beaucoup d'effets spéciaux, de testostérone et de dialogues creux, mis au service de scénarios peu originaux, pour ne pas dire inexistants. C'était fun et c'était familial. C'était du pop corn sucré. Le monde aimait s'en goinfrer. Après The Dark Knight, les choses ont changé. C'est encore du pop corn et le monde aime toujours s'en goinfrer, mais c'est salé. Les effets spéciaux sont de plus en plus réussis, la testostérone a laissé place aux neurones, les dialogues se sont musclés et ils sont désormais mis au service de scénarios plus originaux, plus malins, pour ne pas dire plus intelligents. Bref, il y a eu un avant et après The Dark Knight, et je le reconnais alors même que je n'ai pas du tout aimé le film. Pas parce que j'ai trouvé ça mauvais mais parce que ce n'est pas mon truc. Les super-héros ne m'ont jamais branché. A part peut-être Lois & Clark, à l'époque, mais c'est parce que j'étais facilement impressionnable à 8 ans et que j'étais amoureux de Teri Hatcher (quand je vous dis que j'étais facilement impressionnable !). Smallville, c'était Lois & Clark. Arrow, c'est un peu le Dark Knight de la CW, toutes proportions gardées. C'est beau, impressionnant même (pour un produit télé) -alors qu'est-ce que ce serait si j'avais 8 ans !- sombre, bien burné, bien écrit, bien réalisé, bien joué. Et ça n'oublie pas d'être fun. En gros : c'est bête que ce ne soit pas mon truc !

   Pourtant, le pilote d'Arrow m'a donné très envie de voir la suite de la saison, alors que je suis à peu près sûr de décrocher au bout d'une dizaine d'épisodes, que ce que je vois me plaise ou non. Tout est clairement construit dans cette optique, en particulier les quelques flashbacks qui émaillent le récit d'Oliver Queen au présent, avec une voix-off qui n'était peut-être pas nécessaire, mais ça se discute. Il ne nous donne que des bribes de son aventure sur les mers et sur son île, probablement pas déserte, et c'est précisément ça qui m'intéresse, ça qui me fera rester encore un peu. Que lui est-il vraiment arrivé pendant ces 5 ans ? Pourquoi a-t-il tant changé ? On touche là à quelque chose de psychologique et d'introspectif qui n'est pas du tout la marque de fabrique de la CW. Je ne m'attends pas à du In Treatment, bien entendu, mais je me réjouis de cette finesse inattendue. Le retour d'Oliver à Starling City n'est pas déplaisant à suivre non plus. Les scénaristes ont su imposer une phase d'introduction pour nous présenter chacun des personnages principaux qui se fait de plus en plus rare dans les pilotes, tant il faut aller vite, proposer de l'action tout de suite pour que le téléspectateur ne zappe pas, quitte à le laisser froid car des bagarres et des courses-poursuites, ça n'a pas grand intérêt quand les protagonistes nous sont étrangers. On a donc une galerie intéressante de protagonistes, avec une mention spéciale pour la maman de notre archer vert, à qui l'on doit un cliffhanger efficace, très soapien, ainsi que son ex-petite amie, très attachante et touchante. La distribution est plutôt solide pour ne rien gâcher: Katie Cassidy va enfin pouvoir construire un personnage sur la longueur; Colin Donnell est un sidekick amusant, Susanna Thompson en impose; et Stephen Amell, dans le rôle-titre, est une star en puissance dont les abdos sont déjà entrés dans la légende. En plus, il a du charisme le bougre. Il est loin d'être mauvais. La CW a misé sur le bon étalon ! A part cette pluie de compliments, bien sûr que des choses m'ont gêné, comme l'irréalisme totale de la plupart des situations, l'idée même que le justicier réussisse à cacher sa véritable identité rien qu'en portant une cagoule... Mais ça fait partie du genre, ça fait partie du jeu. Il suffit de se laisser porter et d'apprécier.

   La CW cherchait désespérément son nouveau Smallville, mais à condition qu'il soit plus adulte, plus sombre, plus crédible, et qu'il lui permette d'élargir son coeur de cible. En choisissant Arrow, la chaîne ne s'est clairement pas trompée (pour une fois). Elle a touché sa cible en plein coeur ! 

What Chance ?

 A moins que la CW ne s'arrête brutalement, Arrow est bien partie pour durer quelques années. A vrai dire, la série pourrait même tout à fait lui survivre !

How ?



24 juillet 2012

The L.A. Complex [2x 01]

lac

Vacancy // 660 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_07_23_10h22m11s112 vlcsnap_2012_07_23_10h23m35s188

   Après une excellente première saison diffusée au printemps dernier, The L.A. Complex est déjà de retour, simultanément sur sa chaîne canadienne d'origine, MuchMusic, et sur la CW, cette fois pour 13 épisodes. L'inquiètude était de mise avant de découvrir ce Season Premiere : la chaîne américaine allait-elle fourrer son nez dans les intrigues, faire du ménage et polisser l'ensemble, quitte à faire perdre à la série tout son intérêt ? La réponse est non ! The L.A. Complex n'a pas perdu de sa fraîcheur. Esthériquement, elle est toujours aussi convaincante, s'aventurant dans des lieux que la plupart des séries de ce type se déroulant à Los Angeles ne visitent jamais, incapables de sortir des entrepôts qui servent de studios : les collines de la ville, qui offrent une vue imprenable sur son immensité (et sa pollution); Hollywood Boulevard, qui est devenu un cliché pour touristes que l'on ne nous montre finalement plus à l'écran; et puis cette résidence/hôtel, chaleureuse dans ses chambres, ensoleillée en son centre, autour de la piscine scintillante à tout heure du jour et de la nuit, et intime sur son toit, où les couples se font et se défont. C'est un bon compromis entre la réalité de L.A. et le fantasme que l'on s'en fait. Sur la forme, la série n'a donc pas du tout changé. On est loin des filtres de Gossip Girl et 90210. Musicalement, on se régale toujours autant avec ce groupe -dont il faudrait vraiment que je cherche le nom- qui rythme les scènes de leurs chansons tantôt énergiques tantôt mélancoliques, parfois les deux en même temps.

   Dans le fond, on ne peut pas dire que de grands changements ont été opérés pour le moment. Toutefois, deux personnages s'en vont : la danseuse vouée à une grande carrière dans le porno et l'homosexuel de la bande. Dans les deux cas, malgré toute la suspicion que leurs départ peuvent engendrer, les choses se font logiquement, naturellement. Le départ d'Alicia est bâclé en une scène mais si je me souviens bien, elle avait enfin décroché un contrat à la fin de la saison 1 pour suivre Usher dans sa tournée mondiale. C'est donc probablement pour cette raison qu'elle quitte les lieux et rien ne l'empêchera de revenir plus tard. Je suis même à peu près sûr que cela arrivera. La mauvaise nouvelle, c'est que toute la partie "industrie du porno américain" vue de l'intérieur passe aux oubliettes, alors que c'était prometteur et osé. La CW a-t-elle ou non quelque chose à voir dans cet abandon ? Difficile à dire... Dans le cas de Tariq et de sa relation complexe et violente avec le rappeur Kaldrick King, je ne vois pas comment les choses auraient pu se résoudre autrement à vrai dire, si toutefois l'on considère qu'elles sont bel et bien résolues à l'issue de ce premier épisode. Tariq va-t-il vraiment quitter L.A. ? J'ai encore un petit doute. La tentative de suicide de Kaldrick changera peut-être la donne ? On leur doit en tout cas à tous les deux les scènes les plus déchirantes de Vacancy. Cette relation n'a pas toujours été totalement crédible mais ils ont drôlement su nous émouvoir à chaque pas en avant et à chaque pas en arrière. Ils sont arrivés à un point de non retour. Quitte à choisir, j'aurais préféré voir Tariq se reconstruire plutôt que d'assister à la descente aux enfers de Kaldrick mais bon... Car en la matière, on a déjà Connor. L'influence de Raquel sur lui est bonne, mais son influence à lui est-elle bonne sur elle ? C'est beaucoup moins sûr. L'intrigue de la grossesse cachée, vue et revue, n'est pour l'instant pas très palpitante mais c'était chou de les voir ensemble tenter d'être heureux... 

   Après une première saison où les échecs professionnels s'enchaînaient pour nos héros, la chance commence doucement à leur sourire. Mais pour combien de temps ? Trouver un job n'est pas facile dans la cité des anges, mais le garder est peut-être encore plus compliqué ! Abby se retrouve donc à jouer dans un soap chrétien après avoir "triché" à son audition avec malice et panache. Cela peut donner quelques scènes amusantes dans les prochains épisodes. Ce sera intéressant de la voir évoluer dans un univers qui ne lui correspond pas du tout (même si c'est la plus béni oui oui de la série !). Elle a enfin un job mais il ne lui plait pas du tout. Quelle ironie ! La guest d'Alan Thicke, vouée à durer, était sympathique. C'est cool que les acteurs canadiens s'entraident ! Du coté de Nick, la pression monte : il va bosser comme "scénariste" sur un talk show mais n'y connait absolument rien. En plus, il aura Sabrina dans ses pattes. Ce sera sûrement un atout au début, mais après... Et puis sinon, un nouveau personnage répondant au prénom de Beth est introduit. Les auteurs prennent le temps de nous la présenter, même si le mystère subsiste encore sur son talent et son intérêt. A première vue, elle n'a pas l'air très différente d'Abby. Son histoire pourrait être intéressante. On ne demande qu'à en savoir plus. Plus d'importance est accordée à Eddie, le gérant de l'immeuble. Pour le coup, je ne suis pas convaincu du tout. On se passerait bien de sa présence.

vlcsnap_2012_07_23_10h21m37s29 vlcsnap_2012_07_23_10h22m55s44


// Bilan // The L.A Complex revient moins différente qu'on ne le craignait. Malgré quelques ajustements, elle est toujours aussi amusante, sympathique et authentique. Une mise en bouche prometteuse pour la suite de la saison 2...

15 juin 2012

Preview The CW [Saison 2012/2013]

75514583

 

20109825

EMILY OWENS, M.D.

Une chirurgienne débutante, désireuse de laisser derrière elle son passé, découvre que l'ambiance de l'hôpital dans lequel elle évolue désormais lui rappelle furieusement ses années lycée où elle n'était vraiment pas populaire...

 L'avis de UglyFrenchBoy : Proposer une série médicale en suite de Hart of Dixie est une bonne combinaison. Mais hériter de la case la plus difficile de la grille, certes elles le sont toutes, est un cadeau empoisonné pour First cut, désormais baptisé Emily Owens, M.D. Il est question ici d'un Grey's Anatomy pour adolescents. Un calcul s'impose : pour une série médicale à succès, combien d'échecs ? Un nombre très important qui devrait, à l'issue de la saison, croître. Le faux raccord du premier extrait paru sur internet n'annonce rien de bon, tout comme la présence du lisse et peu charismatique Justin Hartley qui, physiquement, s'annonce peu crédible pour ce rôle, comme Nick Zano a pu l'être dans Melrose Place 2009. On se questionne également sur la présence de la fille de Meryl Streep à ce projet, après ses excellentes participations à The Good wife et son apparition remarquée dans The Big C. Sans compter que l'héroïne est plus âgée que le cœur de cible de The CW. N'oublions pas qu'il est primordial pour les adolescentes de s'identifier à leurs héros. Taux de réussite : 15%.

L'avis de Lulla : Avec une héroïne incarnée Mamie Gummer, habituellement excellente, mais qui penche plus du coté de Ellen Pompeo que de Rachel Bilson physiquement, Emily Owens part avec un atout qui est aussi un handicap. Est-ce que le public cible de la chaîne, habitué aux Gossip Girls, aura envie de s'identifier à une fille tout ce qu'il y a de plus simple et "normal" ? Espérons-le. Ce serait rassurant sur la santé mentale des téléspectatrices. Est-ce que l'alchimie entre le mauvais Justin Hartley et Mamie Gummer peut-elle une seule seconde exister ? Euh... Je commence à douter. Et comment pourrait-elle rompre la malédiction du mardi 21h où la concurrence sera toujours aussi rude à la rentrée ? Taux de réussite : 20%.

 ________________

 

20132836

ARROW

Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l'univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et la petite amie de celui-ci, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats...

L'avis de UglyFrenchBoy (parce que selon François, "La CW ça sert à rien") : Depuis l’absence de Smallville, les sériephiles attendent avec hâte un nouveau projet bâti autour d’un super-héros. L’intérêt pour le genre est d’ailleurs loin de s’essouffler au vu du phénomène Avengers. Certes la série ne peut compter sur la main experte de Joss Whedon, mais The CW n’a pas à rougir d’avoir sur sa grille une production de Greg Berlanti, à qui l’on doit Eli Stone ou encore Jack & Bobby et dont le talent de producteur a servi pour Dawson et Brothers & Sisters. L’intéressé et son complice Marc Guggenheim ont même fait le choix judicieux de demander à David Nutter de réaliser le pilote. Le CV de ce dernier peut compter récemment sur deux épisodes de Game of Thrones, Shameless ou encore The Pacific. Côté casting, Stephen Amell et ses muscles hypertrophiés devraient remplacer sans difficulté un Justin Hartley (encore lui !) lisse. Katie Cassidy, la révélation de Melrose Place 2009 (encore elle !), a désormais son lot de fidèles et devrait ravir la gent masculine. Une situation idéale quand on se retrouve face à The X Factor  prompt à attirer avant tout le public jeune et féminin avec la présence de Britney Spears et Demi Lovato sur FOX. Taux de réussite : 60%.

L'avis de Lulla : Cela fait trop longtemps que les téléspectateurs de la CW attendent une série de cette trempe pour qu'il lui tourne le dos, quelle que soit la case, sans l'essayer. S'il y a bien une nouveauté de la CW dont je suis sûr du succès, c'est celle-là. Et même si la comparaison avec Smallville vient tout de suite à l'esprit, au vu du casting et des premières images, il ne fait aucun doute que l'on est face à une production de meilleure qualité. Reste à savoir si les scénarios vont suivre, mais est-ce vraiment le critère numéro un sur la chaîne ? Tant que les scènes d'action seront bonnes et les situations pas trop énormes, les hommes répondront présents. Tant que Stephen Amell enlèvera son tee-shirt à tous les épisodes, les filles/femmes viendront. C'est aussi simple que ça ! Taux de réussite : 75%.

_______________


 20109820

BEAUTY AND THE BEAST

Un reboot de la série des années 80, La Belle et la Bête. En 2003, une adolescente prénommée Catherine est attaquée et poursuivie par un homme mais une bête étrange parvient à la sauver elle, mais pas sa mère qui était alors à ses cotés. 9 ans plus tard, elle vit en colocation avec sa soeur, Heather, et elle est devenue flic. Avec sa partenaire, Tess, elle enquête sur le meurtre d'un célèbre éditeur de presse. Sur le corps de celui-ci, des empreintes ont été trouvées mais elles correspondent à un homme appelé Vincent Koslow... mort en 2002 en Afghanistan. Pourtant, les deux jeunes femmes retrouvent sa trace et découvrent qu'il est toujours vivant. Il vit dans un mystérieux entrepôt. Catherine semble alors le reconnaître...

L'avis de UglyFrenchBoy : Le lead-out de Vampire Diaries est une case à double tranchant. Il peut certes assurer un socle de fidèles, mais la chaîne attend forcément d'une série diffusée en suite de son seul hit une audience supérieure à la moyenne de ses autres soirées à 21 heures. The Secret circle n'a pas rencontré le succès escompté la saison dernière. Face à un Glee toujours performant auprès des adolescents, et un Grey's Anatomy également apprécié par les moins de 35 ans, la tâche sera difficile. Les premières images ont été particulièrement décriées sur les réseaux sociaux. Pour autant, Beauty and the beast est, trois mois avant son lancement, la nouveauté de la chaîne avec le plus de fans Facebook. Indice pour la saison à venir ou pas, un succès cross-media pour The CW, ou du moins sur les médias autres que le support télévision, est aujourd'hui tout aussi important que les audiences « live »... Taux de réussite : 30%.

L'avis de Lulla : On croyait l'an dernier l'association The Vampire Diaries/The Secret Circle, évidente et parfaite, et elle l'a été pendant les premières semaines de la saison, puis la deuxième production de Kevin Williamson pour la CW s'est sérieusement cassée la gueule. Ce n'était pas le fruit du hasard, ni un problème de concurrence, mais une qualité qui n'était pas/plus au rendez-vous et qui a fait fuir petit à petit. Même si la tentation de le croire est grande : le public de la chaîne sait reconnaitre ce qui est réussi, ou plutôt efficace, et ce qui ne l'est pas. Beauty And The Beast ne semble pas particulièrement réussie mais efficace, oui, certainement. Les similitudes avec la série de vampires ne font aucun doute. La grande question est de savoir si l'aspect procédural de cette série, presque une première pour la CW, aura tendance à retenir les téléspectateurs ou les agacer ? Taux de réussite : 40%.

________________

 

20110462 

THE CARRIE DIARIES

La jeunesse de Carrie Bradshaw bien avant qu'elle ne philosophe sur l'amour et le sexe dans Sex & the City, alors qu'elle est en dernière année de lycée dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre dans les années 80 et qu'elle rêve déjà de New York. Sa mère est morte au début de l'été et elle sait que cette année sera différente pour elle, mais elle est loin d'imaginer que ce sera à ce point...

L'avis de UglyFrenchBoy : Se servir d’une marque forte pour attirer les jeunes téléspectateurs n’a jamais été judicieux pour The CW. 90210 s’est totalement émancipée de la série mère dès la fin de la première salve et Melrose Place 2009 a été un échec retentissant. Les adeptes de Sex and the city sur HBO peuvent-ils vraiment se tourner vers la jeunesse de Carrie Bradshaw ? Le cœur de cible des films n’était autre que les femmes âgées entre 25 et 35 ans. Reste à savoir si celle-ci seront intéressées pour suivre les péripéties  de lycéennes dans un New York des années 80… La première bande-annonce fait regretter un peu plus l’absence de la série originelle. Taux de réussite : 25%.

L'avis de Lulla : J'ai le sentiment que ce préquel, aussi irritant soit-il dans l'idée (a-t-on vraiment envie de savoir comment Carrie Bradshaw est devenue Carrie Bradshaw ?), sera réussi qualitativement. Les premières images m'ont en tout cas donné cette impression. Je me suis surpris à avoir envie de la voir cette nouveauté. Même s'il est frustrant de devoir attendre la mi-saison pour la découvrir, cela me parait être une bonne stratégie de la part de la chaîne. Gossip Girl s'en va et laissera place à Carrie et sa bande. Le moment de passer à la vitesse et à la qualité supérieures ? Je ne sais pas si The Carrie Diaries tentera de se distinguer par un langage un peu plus cru quà l'accoutumée dans les productions de la CW et par des intrigues un peu plus osées mais ce sont à mon sens une trop grande pudeur et une trop grande sagesse qui pourraient conduire à un flop. Taux de réussite : 30%.

________________

 

20128434

CULT

 Une jeune assistante de production particulièrement curieuse qui travaille sur une série télévisée très populaire intitulée "Cult" enquête avec un journaliste blogueur sur une tentative de meurtre et des disparitions mystérieuses qui ont eu lieu sur le tournage. Et si les fans les plus mordus essayaient de recréer dans la vraie vie les crimes vus dans le programme ?

L'avis de UglyFrenchBoy : Après The Carrie Diaries, le fameux duo Josh Schwartz et Stephanie Savage hérite d’une nouvelle série la saison prochaine (en plus de Gossip girl et Hart of Dixie). Difficile de faire un pronostic de cette nouveauté sans connaître sa future case horaire et avec un concept aussi « original » pour la chaîne.  La prise de risque n’a jamais été payante pour The CW. Naturellement la plus grosse réserve est émise sur la présence de la monolithique Jessica Lucas et des seconds rôles insignifiants en apparence. La mission de Robert Knepper est de taille pour rééquilibrer le tout, même si on n’attend plus grand-chose de l’ancien T-Bag. Sa participation ne devrait que renforcer l’aspect sombre du projet, un élément peu propice à séduire le public de la chaîne. Taux de réussite : 10%.

L'avis de Lulla : La CW n'a pas encore annoncé dans quelle case ce projet, déjà réputé dans le petit milieu des journalistes américains suite à un excellent script, allait se retrouver, mais c'est sûrement de bouche trou qu'elle servira là où une autre aura échoué, et sur une douzaine d'épisodes seulement. Une association avec Supernatural me semble assez naturelle, mais en compagnie d'Arrow, la série pourrait aussi être à sa place. Plus vraisemblablement, à l'heure actuelle, il faudra miser sur du vendredi avec Nikita, et c'est déjà beaucoup moins réjouissant... Taux de réussite : 20%.


 

Posté par LullabyBoy à 18:41 - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 avril 2012

Coming Next 2012 [1er Round: The CW]

dnesseason4nextminiban

Comme chaque année, je vous propose pendant quelques semaines de découvrir les nouveaux pilotes de la saison prochaine, chaîne par chaîne, et de voter pour vos favoris. Il y a 3 ans vous aviez élu le spin-off avorté de Gossip Girl, Lilly, il y a deux ans c'était No Ordinary Family et l'année dernière, Alcatraz l'avait emporté, prenant l'avantage sur Ringer et Once Upon A Time. Bref, vous n'avez pas vraiment eu le nez creux jusqu'ici mais je renouvelle ma confiance en vous. On va y arriver cette fois ! J'en suis sûr... Petite nouveauté cette année, les dramas et les comédies seront séparés.


63781338


La saison 2012/2013 sera la 6ème de la CW. 5 ans qu'elle enchaîne les flops. 5 ans qu'elle est "la chaîne qui ne monte pas". La prochaine sera-t-elle la bonne ? Son nouveau président semble en tout cas vouloir se démarquer de son prédecesseur en proposant des projets un peu plus diversifiés et surtout plus porteurs et ambitieux... Espérons qu'il les privilégie au détriment de saisons supplémentaires vraiment pas méritées de Gossip Girl, 90210 et j'en passe...

__________

Tous les synopsis et visuels suivants sont tirés du dossier La Saison des Pilotes 2012 d'AlloCiné

 __________

 

20069396

1. CULT

Créé par Rockne S. O'Bannon (Farscape).
Réalisé par Jason Ensler (Hart Of Dixie).


Une jeune assistante de production particulièrement curieuse qui travaille sur une série télévisée très populaire intitulée "Cult" enquête avec un journaliste blogueur sur une tentative de meurtre et des disparitions mystérieuses qui ont eu lieu sur le tournage. Et si les fans les plus mordus essayaient de recréer dans la vraie vie les crimes vus dans le programme ?


Avec Jessica Lucas (Melrose Place, Nouvelle Génération), Matthew Davis (Vampire Diaries), Robert Knepper (Prison Break, Heroes), Alona Tal...

__________

 

20069439

2. THE CARRIE DIARIES

Créé par Amy Harris (Sex & the City, Gossip Girl). Adapté de l'oeuvre de Candace Bushnell. Produit par Josh Schwartz (Newport Beach, Chuck) et Stephanie Savage (Gossip Girl, Hart Of Dixie).


La jeunesse de Carrie Bradshaw bien avant qu'elle ne philosophe sur l'amour et le sexe dans Sex & the City, alors qu'elle est en dernière année de lycée dans une petite ville de Nouvelle-Angleterre dans les années 80 et qu'elle rêve déjà de New York. Sa mère est morte au début de l'été et elle sait que cette année sera différente pour elle, mais elle est loin d'imaginer que ce sera à ce point...


Avec AnnaSophia Robb (Jumper, Soul Surfer), Austin Butler (Life Unexpected), Katie Findlay (The Killing), Ellen Wong (Combat Hospital), Brendan Dooling, Freema Agyeman (Doctor Who, Londres Police Judiciaire), Matt Letscher (Eli Stone, Brothers & Sisters), Stefania Owen (Running Wilde)...

___________


20069497

3. FIRST CUT

Créé par Jennie Snyder (90210, Lipstick Jungle).


Une chirurgienne débutante, heureuse de laisser derrière elle son passé, découvre que l'ambiance de l'hôpital dans lequel elle évolue désormais lui rappelle furieusement ses années lycée où elle n'était vraiment pas populaire...


Avec Mamie Gummer (Off The Map, The Good Wife), Justin Hartley (Smallville), Michael Rady (Greek, Melrose Place, Nouvelle Génération, Mentalist), Necar Zadegan, Kelly McCreary, Jack Coleman (Dynastie, Heroes, Vampire Diaries)...

__________


20069407

4. THE SELECTION

Créé par Sarah Fain et Elizabeth Craft (Lie To Me, Dollhouse, Women's Murder Club).
Réalisé par Mark Piznarski (Gossip Girl)


300 ans dans le futur, les Etats-Unis n'existent plus et ont été remplacés par une monarchie à huit niveaux (allant de la famille Royale, les "Ones", jusqu'aux fous, malades et sans-abris, les "Eights"). Une jeune femme pauvre, America, une "Five", est désignée lors d'une loterie pour participer à une compétition dans le but de devenir la prochaine reine d'une nation déchirée par la guerre. Elle se retrouve alors face à 35 autres candidates. Mais son problème, c'est qu'elle est déjà éperdument amoureuse... d'un "Six" !


Avec Aimee Teegarden (Friday Night Lights), Ethan Peck (10 Things I Hate About You), Martin Donovan (Damages, Boss), Léonor Varela, Peta Sergeant...

__________


20069395

5. BEAUTY AND THE BEAST

Créé par Jennifer Levin (FBI : portés disparus) et Sherri Cooper (Brothers & Sisters).
Réalisé par Gary Fleder.


Remake de la série des années 80. En 2003, une adolescente prénommée Catherine est attaquée et poursuivie par un homme mais une bête étrange parvient à la sauver elle, mais pas sa mère qui était alors à ses cotés. 9 ans plus tard, elle vit en colocation avec sa soeur, Heather, et elle est devenue flic. Avec sa partenaire, Tess, elle enquête sur le meurtre d'un célèbre éditeur de presse. Sur le corps de celui-ci, des empreintes ont été trouvées mais elles correspondent à un homme appelé Vincent Koslow... mort en 2002 en Afghanistan. Pourtant, les deux jeunes femmes retrouvent sa trace et découvrent qu'il est toujours vivant. Il vit dans un mystérieux entrepôt. Catherine semble alors le reconnaître...


Avec Kristin Kreuk (Smallville), Jay Ryan (Terra Nova), Austin Basis (Life Unexpected), Nicole Gale Anderson (JONAS), Nina Lisandrello...

__________


20069498

6. JOEY DAKOTA

Créé par Bert V. Royal (Easy Girl). Produit par Mark Harmon (NCIS).


Une réalisatrice de documentaires voyage dans le temps pour empêcher la mort d'une rock star des années 90 qu'elle idolâtre. Elle va découvrir à ses dépends que les choses sont bien plus compliquées qu'elle l'imaginait...


Avec Craig Horner (Legend of the Seeker), Amber Stevens (Greek), Scott Wolf (La Vie à cinq, V)...

__________


20069394

7. ARROW

Créé par Greg Berlanti (Everwood, No Ordinary Family) et Marc Guggenheim.

Réalisé par David Nutter (Mentalist).


 Les nouvelles aventures de Green Arrow/Oliver Queen, combattant ultra efficace issu de l'univers de DC Comics et surtout archer au talent fou, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et la petite amie de celui-ci, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes Chinoises mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats...


Avec Stephen Amell (Hung), Katie Cassidy (Supernatural, Melrose Place), Willa Holland (Newport Beach), Susanna Thompson (Deuxième Chance), David Ramsey (Dexter), Paul Blackthorne (The River, Lipstick Jungle), Colin Donnell (Pan Am), Colin Salmon...

__________


DFGDF

8. SHELTER

Créé par Mark Schwahn (Les Frères Scott). Produit par J.J. Abrams et Bryan Burk.


Le personnel d'une station estivale de la Nouvelle-Angleterre s'efforce de satisfaire les besoins pratiques, émotionnels et souvent incongrus des clients, tout en essayant de gérer leurs propres amitiés, rivalités et romances...

Avec Zachary Abel (Make It Or Break It), Malese Jow (Vampire Diaries), Hannah New, Eka Darville, Elizabeth Henstridge, Trent Ford...

__________

A vos votes ! (dans cette phase du "Coming Next", vous pouvez voter pour autant de pilotes que vous le souhaitez).



Posté par LullabyBoy à 11:46 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

31 mars 2012

Ringer [1x 18 & 1x 19]

68259540

 Par UglyFrenchBoy

That Woman's Never Been A Victim Her Entire Life // Let's Kill Bridget!

1 160 000 tlsp. // 1 110 000 tlsp.

44030376_bis // 61074943_bis


vlcsnap_2012_03_30_01h13m18s240 vlcsnap_2012_03_30_01h12m16s127

   « This is not a story about forgiveness… » Voila six mois que la série Revenge nous assène de ce précepte somme toute éternel.  Curieusement, alors que l’on n’attendait plus grand-chose d’elle, Ringer s’approprie parfaitement cet adage jusqu’à atteindre une perversité aussi insoupçonnée que délectable. Il va sans dire que la deuxième partie de saison élève très nettement le niveau de la série et celle-ci se transforme progressivement en un thriller de plus en plus méticuleux et où l’attention du téléspectateur est primordiale. Le portrait des personnages s’étoffe au fil des épisodes et l’enquête policière de l’agent Mochado, très ennuyeuse au début, prend une tournure inattendue. Il est donc question de revanche,  sur le passé, et plus globalement sur soi-même (Bridget), ou sur une personne spécifique suite à la disparition d’un être cher (Machado, Siobhan). Une notion traitée avec une noirceur qui manque cruellement au « Comte de Monte-Cristo à la plage » d’ABC…

   Le personnage de Victor Machado se laisse ainsi engloutir dans sa quête. Faire condamner Bodaway Macawi est devenu une affaire d’obsession travaillant au corps et à l’esprit cet intrépide agent du FBI. Au point où celui-ci est désormais mis à pied. Nestor Carbonell se voit enfin offrir une partition plus intéressante. Il réussit parfaitement à être crédible sous les traits de revanchard que plus rien n’arrête. Le plan du visage en sang face à une foule voyeuriste, qui immortalise son combat en pleine rue, est une réussite : on y voit toute la frénésie de l’homme et, en parallèle, la curiosité malsaine d’une société avide de sensationnel. Celle-ci n’hésite pas à  faire partager sur les plateformes de vidéos en ligne du contenu à la limite du raisonnable. Si le propos n’est pas abordé en profondeur, il en est toujours question quand Machado se sert de cette curiosité pour enregistrer la mort factice de Bridget et ainsi la protéger. J’ai trouvé ingénieux de la part des scénaristes d’avoir ouvert l’épisode « Let’s kill Bridget! » sur un flashforward Le procédé aurait prêté à rire il y a encore deux mois, mais désormais, il intrigue, Ringer étant devenue assez imprévisible. Je l’avoue, lors de la reconstitution de la scène, je me suis même surpris à me demander ce qu’il pourrait advenir de la suite de la série en l’absence de son héroïne.

   Au-delà de la revanche, une question se pose : et si Ringer traitait de la résilience ?  Question légitime à ce stade, même s’il est bien trop tôt pour se la poser de façon définitive. Le travail de deuil passera-t-il par le renoncement du côté de Siobhan ? La vengeance enferme les gens dans leur passé. Elle les rattache à des fantômes, au point de leur empêcher de profiter du présent. C’est ce que Henry cherche à faire comprendre à son interlocutrice.  On doute de la pertinence du discours, mais quand Siobhan regarde sa sœur dans le bar et s’imagine la tuer, les intentions du personnage deviennent floues. À mon avis, les producteurs ne reproduiront pas deux fois une scène et si cette dream sequence (ce n’en est pas vraiment une) est une facilité, employée honteusement dans la bande-annonce (bravo CW !), elle n’est pas forcément là pour tromper le public. Dans son traitement, il est évident qu’il ne s’agissait pas de la réalité. Siobhan a certes échoué dans son mariage et dans sa quête, mais il reste à savoir si elle est capable de vivre pleinement une histoire avec l’homme qu’elle aime, d’apprécier ce qui lui est offert, tout en laissant vivre sa jumelle. La probable arrestation de Henry  risque d’ailleurs de changer la donne.

   Au début de la série, je regrettais l’absence d’un personnage féminin capable de tenir tête à Sarah Michelle Gellar. Je n’ai pas cru un instant au potentiel d’Andrea Roth. Et si je m’étais trompé ? Clairement, Catherine n’a pas la moindre once de morale et est prête à tout pour arriver à ses fins. Mais quelles fins ? Le fait de ne pas connaître précisément son but la rend particulièrement dangereuse. Le dernier plan de « Let’s kill Bridget » m’a rappelé Heather Locklear… Ou du moins Heather Locklear il y a dix ans. Au-delà d’un visage peu naturel en commun, les deux actrices ont cette expression semblable lorsqu’elles sont intriguées. Catherine n’a peut-être pas le charisme d’Amanda Woodward, mais elle peut se montrer finalement plus manipulatrice que son aînée.  Elle semble tirer ici toutes les ficelles. Pour le rappeler, l’épisode répond à des questions laissées en suspend au début de la saison et les flashbacks sont, pour une fois, presque tous indispensables. On a donc peut-être enfin trouvé plus redoutable que Bodaway Macawi…

vlcsnap_2012_03_30_01h13m55s96 vlcsnap_2012_03_30_01h13m38s177


// Bilan // Le sentiment (s’il en est un) de revanche est finalement bien exploité à travers tous ses stades, que ce soit via Bridget, Siobhan ou Machado. Après l’épisode 16, ce dernier personnage confirme dans le 19 tout son potentiel. La quête de chacun s’entremêle et même si le genre et le contexte ne permettent pas une observation sur la nature humaine, l’aspect thriller  est désormais suffisamment bien mené pour le clamer haut et fort : oui, Ringer est une bonne série et on ne pas va s’excuser de l’aimer désormais.



26 février 2012

The L.A. Complex [Saison 1]

71881507

Saison 1 // 44030377


vlcsnap_2012_02_25_21h48m07s190 vlcsnap_2012_02_25_21h48m55s157

   "I Feel Like We're On The Edge Of Something Great" est une réplique de The L.A. Complex et probablement ce que j'aurais pu m'exclamer après avoir visionné le pilote de la série, dont j'avais fait une review très positive et je ne le regrette absolument pas. La suite a été à la hauteur des promesses, même si six épisodes seulement, c'est extrêmement frustrant. En une rapidité hallucinante, tous les personnages sont devenus très attachants. Que va-t-il advenir d'eux ? La série n'a que moyennement fonctionné au Canada, son pays d'origine, et ne fera certainement pas des scores incroyables sur la CW dans quelques semaines. Mais la barre n'étant pas très haute, tout est encore possible. On croise les doigts...

   Raquel. L'actrice trop âgée, prête à tout pour décrocher un rôle. Dès le pilote, je n'ai pas caché que ma préfèrence allait tout naturellement vers elle. C'est probablement le personnage le plus ambigü et surprenant du lot. On ne sait jamais vraiment si elle est sincère ou si un plan se cache derrière ses sourires, ses bonnes actions et ses déclarations d'amour ou d'amitié. Il se trouve qu'elle agit rarement par simple altruisme, mais elle a un bon fond, c'est certain. Elle l'a montré à l'occasion avec Connor d'ailleurs. Son parcours jalonné d'innombrables déceptions est probablement plus authentique que n'importe quel autre... Connor. Alors que le pilote laissait entendre que l'on suivrait son parcours de mannequin (chose finalement pas si courante dans une série), les auteurs ont préféré le confronter à la réalité d'un mannequin devenu acteur grâce à sa belle gueule et ses atouts physiques de taille mais qui n'est pas assez bon pour tenir la distance au sein d'une série médicale à la Grey's Anatomy. Et le propos est finalement encore plus original. C'est sans aucun doute le personnage au parcours le plus sombre et on se pose sérieusement la question de savoir si ce n'est pas la mort qui l'attend au bout du chemin... Sa descente aux enfers est poignante. On regrettera juste qu'il soit trop souvent déconnecté des autres héros. Tariq. J'avoue qu'en regardant le pilote, sans oser le dire, je trouvais un peu dommage qu'il n'y ait pas de personnage homosexuel, ne serait-ce que pour avoir un spectre le plus large possible. On découvre dans le second épisode que c'est lui qui endosse ce rôle et, là encore, les scénaristes n'ont pas choisi un chemin tout tracé, vu mille fois ailleurs. Si le jeune homme s'assume, ce n'est pas du tout le cas de son amoureux... le rappeur star du label où il fait son stage ! Peut-on considérer leur histoire comme réaliste ? Le doute est permis. Les acteurs se débrouillent à merveille pour faire passer les situations même les plus improbables. Il y a quelque chose de franchement excitant dans cette relation sauvage et passionnée, en plus. L'épisode où le couple s'évade à la montagne a toutefois montré les limites de leur histoire. J'aurais vraiment voulu y croire mais c'était too much trop vite. Le tout plein de muscles qui se laisserait presque tenter par un scrapbook... hum. 

   Nick. Le comique qui a du mal à débuter et, effectivement, à aucun moment au cours des épisodes il ne se montre véritablement drôle sur scène. En dehors, en revanche, il l'est vraiment ! A son insu. Je l'aime beaucoup, il m'amuse. Mais je n'arrive pas à m'enlever de la tête que c'est un Seth Cohen bis. Il a les mêmes atouts que le héros de Newport Beach, la même façon de parler (trop), les mêmes mimiques, et il se retrouve plus ou moins dans la même situation à la fin de la saison 1 : lui qui n'arrive jamais à attirer rien qu'un seule fille dans ses filets en a désormais deux qui s'intéressent fortement à lui ! Déjà vu donc, mais sympathique. Abby. Elle est l'une des prétendantes de Nick et, petit à petit, se fond dans la masse après avoir été plus ou moins présentée comme l'héroïne. Je pense que c'est le personnage le plus faible. Elle est "trop parfaite" pour être vraie. Elle a tous les talents (actrice, chanteuse, musicienne). Elle est jeune, jolie, gentille, franche... bref, elle est presque ennuyeuse mais elle trouve quand même le moyen d'être attachante à sa façon. Alicia. A la base, je ne l'aimais pas beaucoup. Elle semblait trop superficielle, la petite danseuse de la bande. A vrai dire, elle l'est. Mais c'est ce qui fait son charme, ça et une certaine innocence. Mais pas tout à fait. Bref, elle est plus complexe qu'il n'y parait. Et son parcours nous entraîne là où on ne l'attendait pas : dans le milieu du porno ! Cela reste assez léger mais, pour une fois, pas de morale à deux balles. Sans être présentée comme un cadre idyllique non plus, l'industrie du sexe -si importante à Hollywood, on a tendance à l'oublier- n'a pas l'air aussi terrible qu'on le dit. On s'y amuse aussi. Très vite cependant, le piège se referme sur Alicia et les conséquences seront intéressantes. Et si elle devenait vraiment une actrice X ?

    Los Angeles. On peut dire qu'il s'agit d'un personnage à part entière. Même si la série n'est tournée qu'en partie dans la cité des anges, les plans de transition et les quelques scènes sur le toit de la résidence font rêver. Enfin, me font rêver du moins. L'énergie de cette ville immense où tout est possible, les pires choses comme les meilleures, est parfaitement retranscrite. Elle vous aspire, elle peut vous détruire, vous porter au sommet... Elle est sans limites. Il est facile d'y entrer mais il est bien plus difficile d'y rester. Les auteurs ont su créer une intimité dans l'immensité grâce à ce Melrose Place bis pour artistes sans le sou. On peut grandement remercier pour cela le petit groupe qui chante plusieurs fois par épisode depuis son balcon. Cela confère une atmosphère très chaleureuse avec une pointe de mélancolie. Les personnages vont et viennent dans cet espace clos où ils se sentent bien, rassurés, protégés, mais où ils ne pourront pas évoluer éternuellement, comme le prouve Raquel lorsqu'elle apprend qu'elle est enceinte. Elle a passé l'âge... Il n'y a pas d'âge pour aimer The L.A. Complex en tout cas ! La série brasse tellemnent de sujets que chacun peut s'y retrouver, même sans avoir l'âme d'un artiste. Les problèmes financiers, l'instabilité émotionnelle, les jeux d'apparence, le besoin d'amour, de reconnaissance, de liberté... cela touche tout le monde et à tout âge de la vie.

vlcsnap_2012_02_25_21h49m22s174 vlcsnap_2012_02_25_21h49m30s254


// Bilan // The L.A. Complex aurait pu se contenter d'être sympathique et fun, comme tant d'autres, mais elle ne s'est pas arrêtée là. Elle a choisi d'être sincère, réaliste et authentique, grâce à des personnages vrais, attachants, différents, pas caricaturaux, et en osant parfois plus que n'importe quelle autre série du genre. Elle a absolument tout pour plaire. Elle mérite un parcours plus long... 

06 décembre 2011

Ringer [1x 09 & 1x 10]

68259540

Par UglyFrenchBoy 

Shut Up And Eat Your Bologna // That's What You Get For Trying To Kill Me

1 830 000 tlsp. // 1 600 000 tlsp.

 61039229_bis // 44030376_bis


vlcsnap_2011_12_04_21h24m45s17 vlcsnap_2011_12_04_21h26m15s149

   Il y a quelques semaines, un commentaire de ce blog décrivait Ringer comme un « méli-mélo d'intrigues à tiroirs ». On ne peut être plus d’accord avec cette description. Malgré tout, la volonté de bien faire des producteurs,  le schéma narratif un peu moins fluide que les autres productions à l’antenne et la présence de Sarah Michelle Gellar continuent de susciter notre curiosité. Les deux derniers épisodes diffusés sur The CW sont fidèles à l’esprit de la série : certaines semaines, on y reste juste pour voir comment les choses évoluent, pour la promesse que Ringer laisse espérer. Et parfois, peut-être moins souvent, on arrive à apprécier un épisode pour ce qu’il est.  Mon bilan, à ce stade, c’est qu’il se dégage une atmosphère assez sombre. Jamais l’hommage au film noir tant évoqué ne se fait à ce point ressentir que lors du 10e épisode, qui marque aussi la pause hivernale. La dernière scène fait office d’une conclusion idéale : le sort de deux personnages est scellé, plusieurs questions ont des réponses et la série laisse une porte grande ouverte avec le retour de Siobhan sur le sol américain.  D’aucuns diront qu’il s’agit d’un effet cheap (split screen) et un jeu caricatural. J’y ai retrouvé une référence évidente. Le film noir ou « neo-noir » est pessimiste par essence. Le fatalisme inhérent  à ces productions est parfaitement présent dans ce dernier épisode. Le précédent était peut-être plus « classique », mais pas totalement inintéressant…

   Shut up and eat your bologna comprend de nombreux flashbacks. Le procédé peut être ennuyeux, mais il arrive qu’il serve correctement le récit. Il est agréable de voir qu’au 9e épisode de la série, une scène du pilote est expliquée.  La fuite de Bridget est désormais justifiée : elle n’a pas quitté la Wyoming uniquement par peur de la menace Macawi, mais aussi parce que Jimmy, employé par Charlie, l’a encouragée. La fugitive n’a pas vraiment assommé un flic, du moins pas volontairement (merci pour cette courte réminiscence de Buffy), ni dérobé son arme. L’héroïne est donc un peu plus irréprochable, un bon comme un mauvais élément. Reste à savoir comment Jimmy s’est auto-ligoté à la douche de la chambre du motel…  Pour revenir à Bridget, elle déçoit quand il s’agit d’en découvrir plus sur son double. Après avoir posé les bonnes questions à l’avocat de sa sœur, la tâche est beaucoup moins aisée face à sa psychologue. L’échange entre les deux femmes est embarrassant. C’est avec un vrai manque de subtilité, et cette fois une utilisation inutile du flashback, que Bridget prend conscience qu’elle aime vraiment Andrew.  En revanche, on en apprend un peu plus sur la note dérobée dans le dossier de Siobhan, ou du moins celui de Cora Farrell.  Cette dernière se fait prescrire des antidépresseurs pour la paranoïa (depuis quand cette profession a le droit de prescrire des médicaments ?) et craint pour sa sécurité. Serait-ce pour cette raison qu’elle a fait venir Bridget à New York en premier lieu ?

   Shut up and eat your bologna marque également l’apparition tant attendue… des jumeaux de Gemma et Henry ! Même si on ne voit pas vraiment leur visage, les deux petits bambins sont roux, comme la fausse couleur capillaire de leur mère. Cette dernière est également vivante. Une doublure de Tara Summers est d’abord embauchée, idéal pour une raison budgétaire et pour éviter de gâcher la surprise avec le nom de l’actrice affiché à l’écran. On se doutait bien que le personnage n’était pas mort à ce stade : à aucun moment dans les échanges  entre Charlie et Siobhan, le mot « meurtre » n’a été prononcé, sans compter le titre évocateur de l’épisode suivant.

   Dans une série qui enchaîne les incohérences, je considère la façon dont Malcolm suspecte Charlie comme ingénieuse. La présence d’un produit pour l’haleine à base d’alcool dans la salle de bain d’un sponsor aurait pu être une négligence de plus, comme la coupe de champagne dans les mains de Bridget lors de sa fête d’anniversaire (épisode 4) l’a été, mais c'est le point de départ des doutes de l’invité pour son hôte. Il faudra attendre That's what you get for trying to kill me (le titre en question), soit deux semaines si on suit la diffusion américaine,  pour que les hostilités soient officiellement déclarées entre Charlie et le duo Malcolm / Bridget. Et tandis que cette intrigue avance à grands pas, ce qui se passe du côté du Wyoming reste toujours aussi peu captivant. Les faiblesses du début de la série n’étaient peut-être pas uniquement dues au personnage incarné par Mike Colter. Tout est décevant  du côté de l'État le moins peuplé des États-Unis, principalement la trop courte apparition de la méconnaissable Amber Benson, sans la moindre interaction avec Buffy Sarah Michelle Gellar. Même pour payer le loyer, l’actrice aurait pu se contenter de mieux/plus.

   Quant à Jason Dohring, je ne vois pas où les auteurs veulent en venir. Si ce n’est  qu’à chaque scène, je n’ai de cesse de m’interroger sur l’utilité de sa présence en dehors d’un clin d’oeil pour sériephiles. La « relation » entre Juliet et son professeur n’annonce rien de bon. La référence à Bella et Edward de Twilight pour justifier la différence d’âge aurait très bien pu être remplacée par Buffy et Angel. Regrettable, même si ce n’est qu’un détail. Le vrai test pour juger l’écriture de Ringer va être de savoir si et comment les auteurs vont mener la suite de la trame narrative et réunir la relation M.Carpenter / Juliet avec le plan démoniaque de Siobhan, qui semble, pour notre plus grand plaisir, tenir les rênes coûte que coûte.

vlcsnap_2011_12_04_21h25m49s152 vlcsnap_2011_12_04_21h23m59s69


// Bilan // Le retour de Siobhan et la future confrontation avec sa sœur laissent espérer le meilleur pour la suite. Il est appréciable de constater une atmosphère sombre et qu’en dehors des acteurs « réguliers », tout le monde est en danger. Plus Bridget parle, plus son entourage disparait. Un constat qui confère à la série une noirceur insoupçonnée, ou plutôt inespérée.  Si la deuxième partie de la saison reste fidèle à l’ambiance du dernier épisode, le pari peut être gagné.

08 novembre 2011

The Vampire Diaries [3x 08]

dnes_season4_tvd_damon_mini

Ordinary People // 3 510 000 tlsp.

44030377


 vlcsnap_2011_11_05_21h04m24s4 vlcsnap_2011_11_05_21h07m47s248

    Alors que la première partie de la saison 3 de Vampire Diaries est sur le point de toucher à sa fin, voilà un épisode majeur pour la mythologie de la série qui nous raconte, sans aucune subtilité, l'histoire des Originals qui remonte à la nuit des temps. On commence par des dessins sur les murs décryptés par Alaric -enfin utile- puis on poursuit avec un face à face Elena/Rebekah bien peu naturel dans son déroulement -pourquoi la jeune fille s'épanche-t-elle aussi facilement tout à coup ?- mais très efficace dans les flashbacks. On se laisse littéralement embarquer par cette histoire émouvante de gens ordinaires -comme le titre l'indique- touchés par la tragédie et trahis par l'un des leurs.

   Pour résumer les choses : la famille de Klaus et les loups-garous vivaient en voisins en toute quiétude jusqu'à ce qu'un jour, le jeune fils de la famille, fasciné par leurs transformations, s'approche d'un peu trop près et se fasse dévorer. Tout le conflit a commencé ainsi. La mère de Klaus était la Sorcière Originale et a jeté un sort sur son fils, dont le père biologique n'était pas Michael mais un loup-garou. Les vampires ont été créés pour combattre les loups-garous avec les avantages certains d'être plus puissants et "immortels". Klaus était alors le seul point commun entre les deux races de prédateurs. Il y a Tyler aussi, maintenant. Et puis Klaus s'est vengé en tuant sa mère mais en faisant croire à Rebekah que c'était Michael le coupable. Bref, une histoire très soap, qui m'a un peu fait penser à celle de Lost d'ailleurs avec le meurtre de la mère et la rivalité entre les frères (Elijah est effectivement de retour pour notre plus grand plaisir). Les scénaristes ont fait du très bon boulot je trouve. C'était passionnant, bien trouvé et touchant. Cela dit, maintenant que l'on sait tout ça et que Michael est dans les parages, tandis que Klaus ne va pas tarder à faire son retour, je me demande ce qu'il reste à dire sur les Originals... Je suppose que l'on ne connaît pas encore toute l'histoire, d'autant qu'il y a d'autres enfants dans cette famille qui ne nous ont pas encore été présentés. Que va-t-il advenir de Rebekah ? Je me suis attaché à elle. Je n'aimerais pas déjà la perdre. Pas grand chose à dire en ce qui concerne Damon et Stefan. Ils occupaient l'espace convenablement mais ce n'est pas vraiment ce qui nous intéressait ici.

vlcsnap_2011_11_05_21h07m31s83 vlcsnap_2011_11_05_21h06m18s122


// Bilan // Débarrassé de Caroline, Tyler, Jeremy, Matt et Bonnie (à part une courte apparition pour cette dernière), cet épisode, qui prépare les événements du bal de "homecoming", était solide et fort malgré des facilités énormes pour introduire le récit de Rebekah et les retours dans le lointain passé de la famille originale. On en viendrait presque à regretter que Vampire Diaries soit une série pour ados. C'est parfois ce qui l'empêche d'être plus ambitieuse et plus profonde. 

27 octobre 2011

Ringer [1x 06]

68259540

 Par UglyFrenchBoy

The Poor Kids Do It Everyday // 1 810 000 tlsp.

44030376_bis


vlcsnap_2011_10_24_15h42m53s221 vlcsnap_2011_10_27_13h43m56

   D’aucuns diront de Ringer qu’elle est « mal écrite ». Mais comment qualifie-t-on l’écriture d’une fiction ? Et qu’est-ce qu’une « série mal écrite » précisément ? Après un rapide sondage sur Twitter, les réponses s’accordent plus ou moins pour définir de la façon suivante: un caractère « artificiel », « de trop grosses ficelles narratives », « des personnages qui tournent en rond », une accumulation « de clichés, de lieux communs », des « dialogues creux » ou encore des « intrigues simplistes et paresseuses ». Ces critères, ou du moins ces défauts, s’appliquent-ils à Ringer ? Il est encore trop tôt pour avoir un avis catégorique sur la question. Mais à ce stade, son évolution va dans le bon sens, même si en matière de clichés, la série n’en manque pas…

   Lors du précédent épisode, Juliet évitait ainsi la cure de désintoxication… au profit de l’école publique ! Réaction : « Why am I being punished ? » Eléments de réponses : pour avoir mis en pagaille le loft de ses parents ? Pour être fréquemment en état d’ébriété ? Pour consommer des stupéfiants ?  Ou peut-être pour avoir traité sa belle-mère de « putain » (whore) ? Reste que la situation est  une vraie caricature de l’adolescente fortunée pour qui l’éducation gratuite  représente la punition suprême. Il est question pour Andrew d’isoler sa fille de ses mauvaises fréquentations. L’intention prête à sourire au vu du portrait de ses nouveaux camarades de classe dans ce sixième épisode. Pour rester dans le caricatural, Juliet fait son entrée dans l’établissement comme dans un centre pénitencier. 90210 ne l’aurait sans doute pas traité différemment… Puis, le « can I borrow 5 bucks » laisse sans voix. Vraiment ? Heureusement, l’invraisemblance de la situation est rattrapée  par la nouvelle élève qui distribue un billet de 20 dollars avant de lâcher, avec une arrogance habilement dissimulée, un « Now you and your family can eat for a whole month ». Si Juliet s’en sort, il n’en est pas de même pour Macawi qui représente, sans aucune nuance, le mal absolu et toujours avec une quasi absence de réplique. Son intrigue, ou du moins celle autour de Malcolm, fait du sur place et reste inintéressante. Le regard de Macawi à l’agent Machado en dit évidemment long sur sa personnalité, mais, paradoxalement surprend quand on sait que l’individu s’entoure d’un homme suffisamment stupide pour laisser des cigarettes avec son ADN sur le lieu de la disparition. Pour des prétendus spécialistes du crime organisé, on a vu plus crédible !

   D’autres personnages vont commettre des aberrations dans la même veine. D’abord Bridget  qui, lors d’un des multiples messages sur le répondeur de Gemma (« Don’t be boring » est désormais phare), en dit trop. Pour une personne sur ses gardes, notamment après le message enregistré lors de son appel au secours sur le bateau par le FBI, annoncer un « I would like to be the friend to you that my sister never was » est assez stupide. Puis, Henry, de son côté, va garer le véhicule de sa femme disparue sur le « long term parking » de JFK. Si l’on devait choisir un endroit sur Terre où la présence de caméras de surveillance immortalise le moindre fait et geste de tous les individus, le premier aéroport américain en termes de passagers devrait arriver juste derrière la Maison Blanche ou le Pentagone. Puis, sous la pression, le personnage interprété par Kristoffer Polaha va même jusqu’à accuser (celle qu’il croit être) Siobhan du meurtre de sa femme. Pour le justifier, celui-ci avance un prétendu silence: « I realized there had to be a reason you didn't call me. And it hit me. You didn't want our phone records showing that we were in contact the night Gemma went missing ». La faute  ne serait-elle pas à incriminer aux scénaristes ? En effet, la veille au soir, soit dans l’épisode précédent, Henry indiquait que Bridget/Siobhan l’avait appelé « à six reprises » avant de le voir à 23h15 ! Mettons cet oubli sous le coup du stress. Mais pour quelle raison ce dernier accuse-t-il l’héroïne de la disparition de Gemma ? Flashback. Huit mois plus tôt, Siobhan sous entend vouloir se débarrasser d’Andrew et Gemma lors d’une de leurs retrouvailles crapuleuses. L’action se situe dans la chambre à coucher du loft de Siobhan. On avait pourtant cru comprendre par l’agent du FBI et par Henry lui-même que les deux amants avaient pour habitude de se retrouver à l’hôtel en lieu et place de sa résidence particulièrement surveillée…

  En fin d’épisode, Bridget va protéger son secret en innocentant Henry puisque celle-ci laisse volontairement ses empreintes. Récemment, un épisode de Law & order SVU (avec le très bon T.R. Knight en guest) a mis en lumière une information intéressante: les jumeaux partagent le même ADN, mais pas les mêmes empreintes digitales. Espérons juste que les scénaristes de Ringer n’oublient pas ce détail pour la suite. D’ailleurs, si Bridget voulait être impliquée n’aurait-il pas été plus judicieux qu’elle laisse, par exemple, un cheveu ?

   En dehors de ces incohérences, l’absence de Gemma est inquiétante. Aucun rôle féminin autre que ceux de Sarah Michelle Gellar ne vient contrebalancer un Malcom ou un agent Machado un peu fade. Et ni l’intermittente Jaime Murray ni la relative importance (soudaine) de Juliet ne  peuvent faire le poids. J’attends donc avec impatience Mädchen Amick, fantastique dans Twin Peaks. La description de son personnage semble intéressante. En attendant, il faudra faire avec Jason Dohring, encore un membre de la gent masculine. Cette première apparition est cependant une vraie déception. Les univers de Veronica Mars et Buffy se sont entrecroisés à plusieurs reprises et partagent de nombreux fans en commun (Le maître Joss Whedon a lui-même fait une apparition dans la série). On aurait donc pu s’attendre à  une interaction, même minime, entre Logan et Sarah Michelle Gellar. Quant à son rôle de professeur, sa participation était trop anecdotique pour se permettre le moindre commentaire sur sa prestation d’acteur. Comme son nouveau personnage le dit lui-même, au cours de l’une de ses rares répliques,« everyone desserve a fresh start » ! Heureusement, la fin de l’épisode est à nouveau réussie avec une Siobhan finalement de retour et dont le plan machiavélique suscite toujours autant d’interrogation

vlcsnap_2011_10_23_19h53m21s90 vlcsnap_2011_10_24_15h43m32s96


// Bilan // Si la trame narrative n’est pas vraiment limpide, celle-ci a au moins le mérite de pouvoir compter sur un déroulement imprévisible quand il le faut. Alors Ringer une série « mal écrite » ? On penche malgré tout pour répondre par la négative…

Posté par LullabyBoy à 13:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

25 octobre 2011

Ringer [1x 05]

68259540

Par UglyFrenchBoy

A Whole New Kind Of Bitch // 1 710 000 tlsp.

44030376


 vlcsnap_2011_10_23_12h48m57s163

   On peut pardonner beaucoup de choses à Ringer. Au vu de la genèse du projet, de son diffuseur et surtout de son interprète principale (dont l’aura et le capital sympathie sont incommensurables), il est facile de faire abstraction de quelques maladresses. Suite à un récent débat avec Btvs27, celui-ci est venu à la conclusion suivante: « La surconsommation des séries a eu le mauvais effet d’annihiler toute patience aux spectateurs et tout repère. A force de tout voir tout de suite, ils attendent de chaque série la même chose ». Une question se pose alors : qu’attendre de Ringer ? Un thriller efficace ? Pas vraiment. Une série novatrice ? L’originalité n’est pas l’une de ses qualités. Un divertissement de bonne facture ? Il est certes encore trop tôt pour se prononcer, après tout seuls six épisodes ont été diffusés, mais à ce stade, celui-ci a eu moins le mérite de créer une forme de frustration à chaque fin d’épisode. Un bon cliffangher peut-il pour autant pallier des défauts toujours présents ? J’ai décidé d’arrêter de me lamenter chaque semaine sur le dispositif du loft de Siobhan (au moins il a le mérite de rester identique depuis l’épisode 2)  ou de la réalisation et de me concentrer sur d’autres points, à commencer par le contenu…

   Là où le bât blesse c’est l’incohérence de certains éléments importants, et dans le cas suivant un élément presque fondamental. Selon Sarah Michelle Gellar, le script du pilote de Ringer était déjà écrit en 2009. Une série en préparation depuis deux ans et qui repose sur l’usurpation d’identité entre deux jumelles n’a semble-t-il pas prévu de signe distinctif entre les deux sœurs. Il semble évident que tôt ou tard celui-ci aurait été exploité. Les producteurs, eux, assurent que depuis le début un plan sur trois saisons a été élaboré. On ne peut donc être que déçu par cette brûlure au poignet dans un cours de cuisine particulièrement étonnante puisque ni Andrew ni Henry n’ont remarqué son absence au bras de Bridget. Sans compter que cette facilité scénaristique a été totalement improvisée à la dernière minute : le bras droit de Siobhan n’a aucune trace dans ses scènes parisiennes comme l’atteste la capture d’écran ci-dessous…

Sans_titre_1

   Abstraction faite de cette incohérence, place à l’inconséquence des personnages. Dans ce cinquième épisode, notre chère Bridget doit ainsi faire face à deux nouvelles menaces. En plus de la mafia sur son dos et d’un agent du FBI pour le moins entreprenant, elle doit affronter sa belle-fille, Juliet. Celle que l’on avait laissée dans les bras de sa belle-mère à côté d’une cuvette de toilette (présentée de la sorte la scène peut paraître tout sauf touchante…), revient à la charge plus provocante et indisciplinée que jamais. La raison ? La demoiselle a appris de la bouche de sa mère qu’Andrew avait une liaison avec Siobhan alors qu’ils étaient toujours mariés. Le jeu du « Je te déteste moi non plus » devient lassant surtout quand la résolution du problème se résume à quelques mots, pas forcément convaincants, et surtout déjà formulés. A croire qu’entre le début et la fin de l’épisode Bridget est devenue persuasive puisqu’il en sera de même avec Gemma, la « deuxième menace » donc, désormais au courant de la liaison entre son mari et Siobhan. On notera qu’une relation adultérine de plusieurs années a été découverte seulement deux semaines après l’arrivée de Bridget dans la peau de sa sœur. A croire que le mensonge n’est pas son fort.

   Tout au long de l’épisode, Gemma va changer d’attitude et d’approche. D’abord, elle réfute l’identité de Bridget, puis accepte un déjeuner avec elle avant d’y couper court et de l’envoyer paitre. Puis, se rend à son domicile et lui propose de coucher avec Henry pour prouver son infidélité. Ainsi, elle pourra empêcher son futur ex-mari de toucher le moindre centime ou d’obtenir la garde des enfants (toujours absents à l’écran) puisque les deux tourtereaux avaient prévu une  « infidelity clause » sur leur contrat prénuptial. La rousse s’improvise donc demi-proxénète. Après une première tentative d’excuses vaines, Bridget rencontre son nouveau sponsor. A nouveau un lien est fait entre l’addiction aux substances illicites et sa situation d’usurpation d’identité. Le parallèle n’est pas toujours évident à comprendre, mais le conseil prodigué est: quel que soit le choix à faire, il faut toujours garder sa dignité. Siobhan, elle, ne l’aurait pas appliqué n’hésitant pas à utiliser son corps pour parvenir à ses fins, comme en témoigne ses prouesses parisiennes. Même si on ne sait pas si Bridget fait réellement l’amour avec Andrew, celle-ci ressent, à la différence, des sentiments à son égard. Dans le cas présent, elle décide donc de rester « digne » et refuse le chantage de Gemma. En lieu et place, elle propose de nouvelles excuses, à peu près similaires à celles faites quelques heures auparavant. Curieusement, celles-ci ont l’effet escompté. Gemma renonce… Du moins jusqu’à ce qu’elle apprenne que Henry a été mis au courant de ses intentions. Un cercle sans fin ? Pas vraiment, l’éventuel décès de la jeune femme viendra clore cet épisode. Mais Gemma est-elle vraiment morte ? L’actrice Tara Summers n’étant, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, pas régulière, une réponse affirmative est envisagée. Force est de constater que les scénaristes ont réussi à attiser notre curiosité pour une semaine supplémentaire et le téléspectateur se pose de nouvelles questions. N’est-ce finalement pas là les prémices d’un divertissement réussi ?  

 vlcsnap_2011_10_24_01h09m55s91


// Bilan // Toujours des incohérences. Les relations entre les personnages sont souvent mal exploitées. Mais, au milieu de ça, ou du moins à la fin, les scénaristes proposent une nouvelle surprise. La série a au moins le mérite de réussir la plupart de ses cliffanghers. A ce stade, ces ruses permettent de faire abstractions des maladresses. Jusqu’à quand ?

Posté par LullabyBoy à 00:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,