07 juin 2012

Continuum [Pilot]

20112978

Pilot // 900 000 tlsp.

44030376

 

What About ?

A la poursuite de terroristes extrémistes, une flic venue tout droit du futur se retrouve coincée dans le Vancouver de nos jours. Loin de son époux et de son fils, Kiera Cameron concentre dès lors ses efforts sur la traque de ces fugitifs, avant qu'ils ne commettent d'autres méfaits à notre époque. Elle trouve une aide inattendue en la personne d'Alec Sadler, un jeune génie de la science. Et enrôlée dans les forces policières locales, elle forme une alliance avec son nouveau partenaire, le détective Carlos Fonnegra...

Who's Who ?

Créé par Simon Barry. Réalisé par Jon Cassar (24). Avec Rachel Nichols (Alias, Esprits Criminels, The Inside), Victor Webster (Mutant X, Charmed, Melrose Place Nouvelle Génération, Castle), Erik Knudsen (Jericho), Stephen Lobo (Smallville), Brian Markinson (The Killing US, The L Word, Caprica), Richard Harmon (The Killing US, Caprica), Jennifer Spence (Stargate Universe, Les 4400)... 

So What ?

   Les séries canadiennes, ce n'est vraiment pas mon domaine d'expertise. Et encore moins les séries canadiennes fantastiques et/ou de science fiction. J'ai pourtant voulu m'ouvrir à de nouveaux horizons en tentant Continuum, qui me semblait au moins tenir la route visuellement, et c'est bel et bien le cas, malgré l'évidente utilisation de fonds verts à foison. En même temps, c'est le truc des Canadiens, ça ! Vous l'ignorez peut-être mais Vancouver n'existe pas en fait : c'est un gigantesque fond vert. Je suis moins convaincu par le scénario. Mais une chose me parait évidente : Continuum n'aurait sans doute jamais existé sans Fringe ! On en ressent l'inspiration directe, ne serait-ce qu'à travers cette héroïne badass, un mix entre Sydney Bristow et Olivia Dunham, mais plutôt celle de l'univers parallèle, quoiqu'elle sourit beaucoup moins. Basiquement, Continuum, c'est comme si FauxLivia s'était retrouvée propulsée par inadvertance dans "notre" monde, notre époque, sans savoir comment revenir. Quoi, c'est plus ou moins ce qui s'est passé dans Fringe ? Ah bah oui, mais de manière bien plus complexe évidemment. Rachel Nichols n'est pas une actrice dont j'ai suivi le parcours jusqu'ici mais je lui trouve à première vue les atouts nécessaires pour tenir ce rôle avec talent et conviction. Ses formes se marient très bien à sa combinaison serrée, qui plus est. Son partenaire en 2012 est incarné par Victor Webster, un acteur qui s'incruste un peu partout et qui doit avoir un bon agent parce que franchement, il n'a pas beaucoup de charisme, pas tellement de talent non plus et sa belle gueule d'antan commence à prendre de l'âge. Son personnage n'est qu'introduit brièvement dans le pilote, donc difficile de dire s'il a du potentiel ou non. Mais j'ai quand même un gros doute. La police de Vancouver accepte vraiment trop facilement Kiera. 

   Dans la position du petit génie de service, heureusement sauvé par l'humour qu'il apporte et surtout par un twist intéressant -qui est aussi le seul élément qui m'aurait presque donné envie de poursuivre au delà du premier épisode- on retrouve le jeunot de Jericho, qui m'agaçait au plus haut point à l'époque et qui s'en sort ici, facilement, beaucoup mieux. On a l'impression d'avoir déjà croisé ce personnage une bonne quinzaine de fois, malheureusement. Et puis il y a cette histoire de bad guys en fuite, qui fait un peu penser à du Prison Break indigeste façon saisons 3 et 4. Rien n'est fait pour le moment pour que l'on s'intéresse vraiment à eux. Ils sont méchants, très méchants. De vilains terroristes sans coeur et sans cerveau, des machines. Vive les nuances ! L'héroïne elle-même est très robotique, si bien qu'il se dégage de l'ensemble une grande froideur et aucune émotion. On est donc très loin de Fringe. Je n'ai pas l'impression non plus qu'il faille chercher une quelconque profondeur dans le propos, bien que les thèmes du terrorisme et de la politique soient effleurés...

   L'aspect "saut dans le temps" et lointainement mythologique de Continuum pourrait sauver la série sur le long terme mais, à l'heure actuelle, elle ne ressemble qu'à un cop-show très tourné vers l'action et déguisé en série de science-fiction somme toute assez banale mais moins laide que certaines productions signées SyFy. J'attends d'ailleurs que la chaîne américaine annonce qu'elle en a fait l'acquisition. Après avoir acheté Lost Girl, tout est possible hein !

How ?

 


12 juillet 2010

Haven [Pilot]

NUP_139932_1070

Welcome To Haven (Pilot) //

44030376

What About ?

Au fin fond du Maine, aux Etats-Unis, Haven est une ville où les malédictions ont sévi pendant plusieurs décennies. L'agent du FBI Audrey Parker est chargé d'enquêter sur d'étranges phénomènes surnaturels qui ont refait surface récemment...

Who's Who ?

Petit budget = petit casting. SyFy est ainsi allé chercher Emily Rose, une jeune actrice que je ne porte pas dans mon coeur pour de mauvaises raisons. Son personnage dans la saison 2 de Brothers & Sisters était détestable, résultat : j'ai une dent contre l'actrice depuis. Je sais, c'est injuste, mais comme elle n'est pas très bonne, je n'ai pas tellement de scrupules. Et puis elle a joué dans Jericho, et franchement, y'a pas de quoi se vanter ! A ses cotés, on retrouve l'acteur le plus foireux de sa génération : Eric Balfour ! Il porte la poisse à tous les projets auxquels il s'associe. On ne compte plus les séries annulées dont il était l'un des acteurs principaux (Conviction, Sex, Lies & Secrets, Hawaii, Veritàs: The Quest...). Cela dit, il a joué aussi dans quelques monuments de la télévision : Buffy, Six Feet Under, 24... Doit-on en déduire qu'Haven sera du coup soit un échec retentissant soit un chef d'oeuvre ? Le trio est complété par Lucas Bryant, un canadien pas très connu que vous avez pu croiser au détour d'un épisode de Queer As Folk ou de Dollhouse. Ah non, pas Dollhouse. Ses scènes ont été coupées au montage ! Pas de chance.

So What ?

   SyFy se transforme de plus en plus en USA Network du fantastique. Comprendre par là qu'elle lance des séries toutes fabriquées dans le même moule qui mélangent humour et action avec une pointe de fantastique en l'occurence et une bonne dose de paresse aussi. Haven est comparable à Eureka, dont elle précéde la diffusion cet été : prenez une petite ville avec tout plein de gens bizarres à l'intérieur et un étranger (ici une étrangère) qui n'a pas vraiment choisi d'être là mais qui cherche à se faire une place, d'autant qu'il n'a pas grand chose à perdre. Vous mélangez le tout avec des intrigues bouclées à chaque épisode et vous obtenez quelque chose de léger, de sympathique, de divertissant, mais dénué d'ambition et qui ne provoque donc pas l'étincelle tant recherchée par les sériphiles que nous sommes. Je ne doute pas que la série trouvera son public et je ne doute pas de son efficacité. Mais ça ne me suffit pas. Sauf si le mystère autour des origines de l'héroïne se révéle intéressant et s'il est exploité dignement. Mais j'ai comme un doute. Il se trouve que la série est adaptée d'un des romans de Stephen King, The Colorado Kid. Tous ceux qui l'ont lu, et je n'en fais pas partie, sont d'accord pour dire qu'il est réussi mais trop mince pour tenir sur une douzaine d'épisodes. En gros, on va nous caser des éléments feuilletonnants tous les deux ou trois épisodes pour nous tenir en haleine et le reste du temps, Audrey Parker enquêtera sur des affaires loufoques qui l'améneront à se rapprocher de son partenaire, à moins qu'elle ne choississe le bad-boy du coin. Car oui, on a encore droit à un triangle amoureux sans originalité.

Si l'on admet que la série fonctionne, il y aura une 2ème puis une 3ème voire une 4ème saison qui s'éloigneront du bouquin d'origine et l'ensemble sera sans grand intérêt. Je suis pessimiste mais ça me met en colère de voir un si joli potentiel réduit à néant par un manque d'ambition évident. La petite ville d'Haven, je l'ai déjà adopté ! J'aime bien sa brume, ses rues paisibles, ses rochers meurtriers et son soleil discret. J'aime bien aussi les quelques notes de piano qui reviennent de temps à autres, surtout quand Audrey doute. Le ton léger et la petite rivalité entre les deux partenaires forcés, je l'aime bien aussi. C'est plaisant sur le moment. Mais je n'aime pas le jeu limité d'Emily Rose, au moins autant que celui de Lucas Bryant. Et je n'aime pas ces effets-spéciaux super cheaps, ces éléments fantastiques à peine dessinés et à peine assumés, et cette douloureuse impression que ce village ne regorge que de gentils weirdos qui n'effrayeront jamais personne. Où est le frisson ? Haven est une belle déception. J'ai bien dis BELLE déception.

Posté par LullabyBoy à 00:28 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juin 2010

Persons Unknown [Pilot & 1x 02]

NUP_136936_0174

Pilot // The Edge

4 3oo ooo tlsp. // 3 5oo ooo tlsp.

44030377

What About ?

Sept étrangers se réveillent dans une ville déserte sans savoir comment ils ont atterri en ce lieu. Ils réalisent très vite qu'ils sont observés en permanence via des caméras de sécurité et qu'il leur est impossible de s'échapper. Pour survivre et résoudre le mystère entourant leurs vies, ils vont devoir unir leurs forces...

Who's Who ?

Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas les acteurs de la série que je vais mettre en avant dans cette rubrique, mais son créateur et producteur car ce n'est pas n'importe qui ! En effet, Christopher McQuarrie n'est autre que le scénariste Oscarisé de Usual Suspects, à qui l'on doit également les scénarios de Valkyrie récemment et le prochain Johnny Depp/Angelina Jolie tourné en partie à Paris : The Tourist. Persons Unknown est son deuxième travail pour la télévision après l'écriture d'un épisode de NYPD Blue il y a bien longtemps. Coté casting, peu de visages vraiment connus à part ceux de Jason Wiles, le Bosco de New York 911, et Alan Ruck présent pendant 6 ans dans la sitcom Spin City. Kandyse McClure (Battlestar Galactica), annoncée dans la série à l'origine, n'est pas présente dans les deux premiers épisodes. J'ignore si elle arrivera plus tard ou si elle s'est retirée du projet en cours de route.   

So What ?

D'abord développée pour la chaîne SyFy, Persons Unknown est produite par FOX Television Studios et a finalement droit aux honneurs d'une diffusion sur NBC... mais en été. C'est le sort réservé aux séries nées de la coproduction et qui ne coûtent pas cher comme Mental ou Defying Gravity l'été dernier. Les 13 épisodes qu'elle compte ont été tournés à Mexico. Ca ne se voit pas vraiment mais c'est bon à savoir. Maintenant que le contexte est posé, rentrons dans le vif du sujet ! Tout n'est pas cheap dans cette série...

Depuis que ce projet a été annoncé en 2009, je meure d'impatience de le découvrir. Le temps faisant, j'ai perdu un peu de mon excitation initiale mais j'étais quand même très content de visionner enfin le pilote. On ne peut pas dire qu'il m'ait déçu. Il est exactement là où je l'attendais. Le pitch de départ fait certes penser à des films comme Cube ou Saw (dont je suis friand) mais il n'en est pas moins original pour de la télévision. Une ou deux tentatives infructueuses mises à part, il faut remonter au Prisonnier britannique pour avoir affaire à une telle histoire ! Le remake récent de AMC m'avait mis en appétit. Je suis content d'avoir une autre série de ce genre à me mettre sous la dent, surtout en cette période estivale creuse. Persons Unknown part d'une idée ambitieuse pour nous offrir un résultat qui ne l'est pas autant mais qui réussit à piquer la curiosité voire à captiver. Je n'ai pas vu le temps passer pendant ces deux premiers épisodes. Les toutes premières secondes auraient pu être moins convenues, plus prenantes, tout comme les personnages auraient pu être moins caricaturaux et plus attachants, mais, malgré ces défauts, je me suis laissé prendre au jeu et j'attends avec une certaine impatience la suite. Tout peut arriver finalement et peu de séries réussissent encore à procurer ce sentiment d'imprévisibilité. En plus, on sait qu'au bout de 13 épisodes tout sera théoriquement résolu. Ce serait dommage de se priver !

Outre l'ambiance forcément paranoïaque, soulignée par la présence incessante de caméras balladeuses et de sons mécaniques voire metalliques, la série fonctionne grâce aux nombreux rebondissements que l'on ne voit pas toujours venir. Beaucoup de questions se posent évidemment : Qui est ce maître d'hôtel qui apparaît tout à coup ? Comment des objets peuvent-ils arriver dans les chambres sans que personne, en apparence, ne s'y soit faufilé ? Et bien-sûr, pourquoi eux ? Pourquoi tout ça ? On nous glisse quelques symboliques soit dans un but précis soit soit pour frimer et donner de l'épaisseur à un show qui ne sera finalement que divertissant : la chrysalide qui ne tarde pas à éclore, la clé qui se cache dans la Bible... Dans tous les cas, c'est une raison de plus pour s'accrocher. La bonne nouvelle aussi, c'est que les personnages réagissent de façon relativement normale et logique à ce qui leur arrive. C'est un des grands défauts des films de ce genre habituellement. Il y a quand même un ou deux personnages à claquer mais on ne peut pas leur reprocher grand chose. Ils fallaient bien varier les plaisirs et rendre compte de l'ensemble de la race humaine, les idiots y compris. Au-delà de ça, ils cachent tous un secret, ou semblent en cacher. Certains sont évidents, comme celui de la psycholoque qui est en fait une patiente, d'autres sont plus flous comme celui de Joe, le héros auto-désigné, ou celui de Janet, la mère célibataire tourmentée. Il ne faut sans doute pas chercher bien loin mais là encore, on a envie de savoir. Le contrat est donc rempli, non ? Dans les petites choses qui m'ont dérangé, disons qu'il y a des approximations comme l'ascenseur qui se met en marche quand l'alarme à incendie est censée se déclencher, ou des facilités comme Moira qui sait tout des implants biométriques comme ça, parce que. Et puis je ne suis pas spécialement fan non plus de l'enquête à l'extérieur de la ville fantôme qui a tendance à casser le rythme et qui n'est guère passionnante pour le moment. Je crois malheureusement que l'essentiel des réponses aux mystères seront données par ce biais, et tant pis si cela fait perdre à la série un peu de son charme !         

En bref, il est trop tôt pour dire si Persons Unknown sera ou non une bonne série. Pour cela, il faudra sans doute attendre le dénouement dans une dizaine de semaines. Mais les prémices sont bons et l'envie de suivre la série épisode après épisode est là. Je suis ravi d'être entré dans cette ville fantôme et je ne suis pas pressé d'en ressortir si le voyage est agréable...

// Bonus // Un trailer... 

Posté par LullabyBoy à 01:09 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,