07 juin 2010

The Vampire Diaries [Du 1x 11 au 1x 22]

VAM_40x60_HR

44030377

  Pour écrire cet article, j'ai décidé de mettre mon égo de coté. Je ne suis pas fier de l'avouer mais je suis devenu accro à The Vampire Diaries. Ca n'était pas prévu comme ça dans ma tête et ça me perturbe. J'avais trouvé le pilote si mauvais, si peu prometteur. Les épisodes suivants avaient beau rectifier le tir, je ne pensais pas prendre autant de plaisir à suivre les aventures d'Elena et des deux frères vampires. C'est arrivé, que voulez-vous ? Je ne vais pas non plus me flageller. Il y a pire, non, que de kiffer cette série ?

   The Vampire Diaries redonne toutes ses lettres de noblesse au fameux "guilty-pleasure" sériephilique. En clair : les ficelles sont grosses, l'originalité n'est pas de mise et les personnages n'ont pas beaucoup d'épaisseur MAIS ils sont attachants, très attachants même, et c'est presque suffisant pour nous faire avaler bien des couleuvres. L'univers des vampires n'a jamais été mon truc mais la série a réussi à me faire m'y intéresser. Je sais ce que certains se disent : "et pas True Blood ???". A cela je répondrais simplement : on verra, quand j'aurais repris la série. De toute façon, il est inutile de les comparer toutes les deux. Elles ne s'adressent pas vraiment au même public et elles peuvent parfaitement cohabiter. Je crois que ce qui m'a vraiment fait accrocher à la série, c'est toute la partie consacrée au tombeau et son ouverture. C'était intriguant, prenant et bien géré par les scénaristes tout du long. J'ai plus que jamais retrouvé le Kevin Williamson que j'aime. Il sait faire monter la pression comme personne. Ce qui aurait pu me déranger, c'est la résolution un peu facile à travers la sorcellerie mais pour des raisons que j'ignore (aurais-je nié une passion pour Charmed toute ma vie ?), tout ce qui touche à Bonnie et ses pouvoirs me plaît. Au fur et à mesure, le personnage est devenu moins lisse, avec en point d'orgue sa trahison, et elle a vraiment gagné en intérêt; là où une Caroline Forbes déçoit à force de n'être qu'une ravissante idiote. Ses nombreuses scènes avec Matt ne m'ont guère passionné. Elles sont là pour remplir le quota niaiserie made in CW. Il en faut pour tous les goûts !

   Ce que je trouve admirable dans The Vampire Diaries, c'est cette capacité à introduire constamment de nouveaux personnages, qui restent plus ou moins longtemps, en s'offrant en plus des guest-stars que l'on prend plaisir à revoir. Je pense à Melinda Clarke (Newport Beach), parfaite en cougar mais sous-exploitée, ou encore à Bianca Lawson (que j'ai mis du temps à reconnaître) qui permet de nous replonger dans la grande période WB puisqu'elle est apparue dans Buffy et dans Dawson. C'est plutôt cool de croiser James Remar aussi, bien qu'il soit de toutes les séries (Dexter, Sex & The City, Jericho...), ou encore Jasmine Guy (Dead Like Me) partie trop tôt mais pour la bonne cause, et Mia Kirschner (The L Word), assez impressionnante en mère-vampire décadente et indigne. Par contre, David Anders (Alias, Heroes) m'a sacrément gavé ! Mais c'est son rôle qui veut ça. Il était sans profondeur. J'utilise le passé mais il n'est peut-être pas mort. Sacré cliffhanger au passage, qui ouvre des portes intéressantes pour la saison prochaine, en plus du statut probable de loup-garou de Tyler. D'ailleurs, je sentais ce coup venir depuis le début de la série. Preuve qu'elle reste quand même assez prévisible dans les grandes lignes, malgré de belles surprises dans les plus petites. Le grand grand plus de cette deuxième partie de saison a été l'évolution impressionnante de Jeremy, qui n'est plus fade du tout mais toujours aussi "fucked-up". Je préfère ses nouveaux tourments à ceux de l'alcool et de la drogue. C'est forcément moins cliché d'être fasciné par les vampires au point de vouloir en devenir un. Par contre, je suis moins fan de l'évolution capillaire de Steven R. McQueen. Jeremy peut remercier Anna en tous cas, elle lui a apporté beaucoup en peu de temps. J'aurais préféré qu'elle ne meurt pas mais j'aime l'audace des scènaristes qui n'hésitent pas à tuer des personnages (secondaires, certes) auxquels on avait fini par s'attacher.

   Je n'ai quasiment pas parlé des personnages principaux, c'est le moment. Je suis toujours aussi fan de Nina Dobrev, j'aime son mélange de fraîcheur et de noirceur, qu'elle soit d'ailleurs dans la peau d'Elena ou de Katherine. Je sais que le personnage est assez différent dans les livres (que je n'ai pas lu) et je pense que les producteurs ont bien fait de le modifier. Question d'efficacité. Elle n'aurait pas été aussi attachante si elle avait eu un coté bitchy. Et puis peut-être que ça viendra avec le temps et on sera plus à même de l'accepter je pense. Damon est toujours mon Salvatore préféré et ce pour trois raisons : Ian Somerhalder est excellent, je ne me lasse pas du cynisme du personnage et j'aime sa violence. C'est assez rare de voir un personnage aussi dur dans une série pour ados, fantastique ou pas. On ne voit pas grand chose, on ne peut pas dire que ce soit gore, mais ses accès de rage font toujours leur effet. On commence à le connaître mais il arrive quand même à nous surprendre. En fin de saison, il s'adoucit. C'est presque regrettable mais je ne suis pas certain que ça durera longtemps. Et puis ce serait intéressant que les rôles s'échangent un peu. Parce que j'aime bien Stefan, disons qu'il ne m'agace pas, mais il lui manque quand même quelque chose pour qu'il me plaise totalement. Sa période noire a été assez bien traitée mais on savait parfaitement qu'elle ne durait pas. Quant à sa romance avec Elena, de la même manière, elle ne me dérange pas mais ne passionne pas non plus. Je suis peut-être trop vieux (déjà !) pour ça... En tous cas, ils ne sont pas aussi niais que prévu et c'est une réelle satisfaction. 


// Bilan // Malgré son statut de série pour ados de la CW, avec toutes les contraintes que cela implique, The Vampire Diaries a su trouver sa voie et s'est peu à peu transformée en un bon divertissement pas révolutionnaire mais addictif. Kevin Williamson et son équipe maîtrisent très bien la mythologie de la série jusqu'ici et ont réussi à nous faire adhérer aux personnages, des principaux aux secondaires. Elle ne possède certainement pas la folie de True Blood, n'engendre pas le même engouement incompréhensible que Twilight, mais elle a trouvé sa place et pourrait la garder pendant encore bien des années...      


20 décembre 2009

The Vampire Diaries [Du 1x 02 à 1x 10]

untitled

44030376

   L'inconscience a parfois du bon : dans un grand moment de folie, je me suis remis à The Vampire Diaries. Je n'avais pas du tout aimé le pilote, dont vous pouvez toujours lire la critique ICI, mais à force de lire des avis relativement positifs (et aussi pour des raisons professionnelles j'avoue), je me suis fais un marathon sur un week-end des 9 épisodes que j'avais manqué. Et là, un drame s'est produit : j'ai aimé ! Je ne suis pas en train de dire que c'est la meilleure série de l'année, ou même la meilleure nouveauté de la rentrée; je ne suis pas non plus en train de dire qu'elle est révolutionnaire ou que les acteurs sont formidables et les intrigues passionnantes mais ça fleure bon, et de plus en plus, le guilty-pleasure...

  Avant toute chose : les épisodes 3 et 4 sont à peu près aussi ennuyeux et ratés que le pilote. Il faut donc s'accrocher pour découvrir ce que la série a à offrir de meilleur. D'ailleurs, le 10ème épisode n'est pas bon non plus. Mais entre ces deux passages à vide, je dois reconnaître que je me suis laissé prendre au jeu. D'abord, je dois faire amende honorable sur quelques points que j'avais fortement critiqué et qui se sont largement arrangés par la suite. Je trouvais le jeu de Ian Somerhalder décevant et son personnage beaucoup trop caricatural. Il me donnait l'impression d'un gentil qui voulait se donner l'air d'un méchant sans y parvenir. L'acteur a su apprivoiser son rôle, si bien que Damon devient rapidement un des gros points forts de la série. Il est méchant et il ne manque pas de nous le rappeler à chaque épisode avec ses stratagèmes douteux mais il est drôle ! Et ça, c'est une vraie surprise. Il possède beaucoup de second degré, il a toujours une petite pique à lancer et son cynisme lui donne du charme. On en oublie presque que Ian Somerhalder a vieilli et qu'il n'a plus une aussi belle gueule qu'avant. Une scène m'a d'ailleurs particulièrement marqué : celle où il se bourre la gueule avec Vicki et qu'ils se mettent à danser langoureusement dans le manoir des Salvatore. C'était chaud bouillant. Autre bonne surprise : je reconnais finalement mon Kevin Williamson dans la série. Pas celui qui a créé Dawson malheureusement, les dialogues par exemple ne sont pas à la hauteur, mais celui de Scream ou de Souviens-toi l'été dernier, oui, il est bien là. Sa façon de gérer le suspense, de surprendre et de rendre intriguante et inquiétante une petite ville. Et puis le dernier point qui ne m'avait pas plus dans le pilote mais qui a su me convaincre par la suite, c'est la romance entre Stefan et Elena. Ils ne sont pas si niais, et j'aime beaucoup Elena, en partie grâce à Nina Dobrev qui, sans être excellente, dégage quelque chose de rafraichissant et de dur et doux à la fois. Stefan devient de plus en plus intéressant, à mesure qu'il s'endurcit et nous dévoile son coté sombre. Celui des débuts était beaucoup trop gentil pour être honnête !

   En revanche, je l'avais ressenti dès le pilote et ça n'a fait que s'accentuer depuis : il y a une vraie volonté de créer une mythologie forte autour de la série et c'est prenant. Il y a les petits éléments un peu ridicules et faciles mais qui passent bien comme la verveine ou la bague qui protège du soleil. Mais le plus intéressant vient du passé des Salvatore (et de la fameuse Katherine), et de l'histoire de Mystic Falls. A ce titre, je trouve tout ce qui touche la sorcellerie et le personnage de Bonnie passionnant. Ca apporte un plus incontestable à la série et ça se marie bien aux vampires, finalement. Et puis il n'est pas juste question de lire dans les pensées, ça va plus loin que ça. A coté de tout cela, il y a des personnages qui manquent encore de profondeur, notamment la tante d'Elena, et d'autres que j'aime bien mais qui semblent presque dispensables pour le moment à la grande histoire, à savoir Caroline, mais elle apporte la touche d'excentricité, et Jeremy, qui a perdu beaucoup en perdant Vicki justement. Tuer cette dernière était très surprenant, ça valait sans doute le coup, mais j'aurai quand même aimé la voir évoluer plus longtemps en apprentie-vampire. L'ajout régulier de nouveaux personnages secondaires est une excellente chose.

19151564_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20090810_105232


// Bilan // Presque malgré moi, je suis à fond dans The Vampire Diaries maintenant... C'est que la CW deviendrait presque une chaîne potable si l'on y ajoute Melrose Place ! 

15 septembre 2009

The Vampire Diaries [Pilot]

19145018

Pilot // 4 8oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars1

   Après le phénomène Twilight et le phénomène True Blood, c'est au tour du phénomène The Vampire Diaries d'envahir nos petits écrans. Alors, doit-on croquer dans la série à pleines dents ou doit-on la brûler vive dans les bois ténébreux de Mystic Falls ?

(Re)Suce-Moi Encore

   Adaptée de romans sortis au début des années 90 (donc bien avant Twilight), The Vampire Diaries est la nouvelle création de Kevin Williamson, à qui l'on doit avant tout Dawson, mais aussi des films d'horreur aussi cultes que la trilogie Scream et Souviens-Toi l'été dernier. Depuis quelques années, il collectionne les flops, mérités ou pas. Hidden Palms, Glory Days, Cursed... Son problème, c'est qu'il n'évolue pas. Il refait encore et toujours plus ou moins la même chose et The Vampire Diaries n'est rien qu'une ressucée de ce qu'il a déjà fait et de ce que les autres ont déjà fait. Autant dire que pour l'originalité, on repassera (ou pas) ! Etant donné que j'ai arrêté True Blood au bout de deux épisodes (mais je compte bien m'y remettre) et que je n'ai toujours pas jeté un oeil à Twilight, je ne m'adonnerai pas au petit jeu des ressemblances. Des avis que j'ai pu lire, on est dans le pompage sévère. En même temps, comment ne pas donner raison à la CW et à Kevin Williamson quand on voit les scores du pilote ? Si les audiences de la série ne baissent pas, la chaîne aura enfin trouvé son premier hit !

19151564   Il y a quand même quelques ressemblances voire obsessions qui m'ont sautées aux yeux mais pas avec d'autres histoires de vampires : avec Dawson ! Attention, je voue un culte à cette dernière, pour des raisons sentimentales principalement, donc je n'en dirai pas de mal ! En réalité, le triangle amoureux qui semble se profiler m'a fait penser au fameux trio Dawson/Joey/Pacey, sauf qu'ici, Dawson et Pacey sont frères et vampires. Mais au final, c'est du pareil au même. Et puis l'héroïne de la série, Bella Elena ressemble physiquement et moralement à cette bonne vieille Joséphine Potter. On lit dans ses yeux toute la détresse du monde. Son père à elle n'est pas en prison, il est juste mort. Comme sa mère, et comme celle de Joey. On sent la fille bien prise de tête qui va nous gonfler en moins de deux. En revanche, Nina Dobrev, l'actrice qui l'interpréte, possède un certain charme, voire même du charisme. On est loin de celui de Katie Holmes mais il y a quelque chose. Par contre, j'ai beaucoup beaucoup de peine pour Ian Somerhalder. Je ne sais pas ce qui lui est arrivé mais son visage n'est pas normal. Il y a le maquillage bien-sûr mais derrière, quelque chose cloche. En plus, il n'a jamais autant loucher ! Lui qui était si mignon à une époque devient presque laid. Ca fait mal au coeur. Vivement son retour dans Lost tiens. Paul Wesley, c'est déjà autre chose. Il ne joue pas particulièrement bien mais il a quelque chose. Et je le préfère à un certain... Robert Pattinson ! Les fans hystériques, je vous attends de pied ferme en commentaires. Ne me décevez pas ! Mention spéciale pour Steven R. McQueen, vu dans Everwood, qui dégage une bonne vibe et dont le personnage semble être le plus intéressant (façon de parler). Bref, le casting de la série n'est pas son point faible. Non. En revanche...

Le Ridicule ne tue pas, n'est-ce pas ?

   Le pilote de The Vampire Diaries cumule les erreurs, ce qui gâche le potentiel déjà bien maigre de la série. Le fait même de commencer sur un triangle amoureux est une grave erreur car c'est le meilleur moyen de tourner en rond en moins de deux. Mais ça, on le verra sur la longueur (enfin pas moi, je m'arrêterai là). Un vrai boulot a été fait au niveau des décors et de l'atmosphère mais ça ne donne pas l'effet escompté. On devrait se sentir oppressé et mal à l'aise dans cette ville. Malheureusement, on a juste envie de trouver le connard qui a oublié d'éteindre le fumigène pour lui passer un savon ! Pire encore, on a envie d'appeler le concepteur des décors d'Harper's Island à la rescousse. C'est terrible d'en arriver là ! Non mais plus sérieusement, ces scènes où la fumée dévore la forêt et où les corbeaux tournoient et croassent sont d'un ridicule incroyable ! Comment ont-il osé ? De la même manière, pourquoi ces regards profondément vides entre Elena et Stefan ? A force d'insister, on a juste l'impression qu'on nous prend pour des gros cons incultes, incapables de comprendre qu'une romance est en train de se nouer. Je me suis senti humilié les amis. Pas vous ? Non et puis la meilleure copine qui se la joue voyante de bas étage, c'est insupportable, tout comme la blonde idiote jalouse de Cosette ou encore le frère diabolique. Je ne vous parle même pas des voix-off qui commencent par "Dear Diary (...)" et, comble du désespoir, on n'en a pas une mais deux ! C'est ringard et ça pue la niaiserie. Pour finir, je n'ai rien contre les musiques pop en bande-son, c'est même quelque chose que j'affectionne tout particulièrement quand elles sont bien choisies et que les paroles correspondent aux intrigues (Grey's Anatomy et Dawson à l'époque), mais là c'est beaucoup trop et c'est un simple inventaire des meilleures ventes du moment sur iTunes. Bon, ils ont quand même réussi à glisser un Bat For Lashes et un MGMT, mais quand même !

   Au niveau des intrigues en elle-même, il n'y a pas grand chose à dire pour le moment mais on sent une volonté de créer malgré tout une certaine mythologie. Quelques éléments exigent des explications, notamment la bague hideuse que porte Stefan, ou encore la ressemblance entre Elena et une certaine Katherine que Stefan semble porter dans son coeur, les circonstances de l'accident des parents d'Elena qui ne sont sans doute pas anodines, et puis tout ce qui concerne les frères Salvatore. Pourquoi cette haine ? Il y a pas mal de choses à dire mais ce ne sont que des clichés d'intrigues finalement, extrêmement prévisibles pour qui connaît ne serait-ce qu'un tout petit peu l'univers des vampires dans la littérature.

19167815

So What ?

   Le pilote de The Vampire Diaries ressemble à s'y méprendre au "petit manuel des erreurs à ne pas faire dans un pilote de série". Ce n'est pas digne de Kevin Williamson, qui devrait vraiment penser à se tourner vers le monde des adultes plutôt que de rester un éternel adolescent romantique. C'est par contre très digne de la CW. Cela correspond parfaitement aux attentes du public de la chaîne et, au fond, c'est toujours mieux que Les Frères Scott. Ce n'est pas subtile pour deux sous, ni même original, mais c'est efficace pour qui aime les histoires de vampires, n'a pas vu True Blood et "est trop trop fan de Robert Pattinson-il forme un trop beau couple avec Kristen Stewart". Les autres, passez votre chemin. Mystic Falls n'est pas une ville faite pour vous.