12 janvier 2011

Desperate Housewives [7x 12]

dnes_season4_dh_susan_minib

Where Do I Belong? // 12 83o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_143125 vlcsnap_135586

   Quelques secondes après avoir terminé cet épisode, il m’a paru comme une évidence de lui accorder deux étoiles. Et puis plus j’y réfléchis, moins je suis convaincu. Je tiens à rester sur ma première impression mais ne vous étonnez pas si mes commentaires ne sont finalement pas en adéquation avec la note attribuée. Disons simplement qu’il était efficace à défaut d’être bien écrit.

  Laissez-moi d’abord évoquer l’éléphant dans la pièce : la poupée de Gaby, Princess Valerie. Sérieusement ? J’avais trouvé ça ridicule la semaine dernière mais je pensais sincèrement que ce n’était qu’une première étape pour montrer que Gaby sombrait peu à peu dans la folie. J’étais loin d’imaginer qu’on y aurait encore droit cette semaine en allant encore plus loin dans le grotesque ! Que dire si ce n’est que ça aurait pu être un excellent « Jump The Shark » sauf que, pas de chance, ça fait bien longtemps que la série l’a sauté le requin ! J’étais vraiment gêné d’assister à cette mascarade. C’était humiliant pour Eva Longoria. Je n’ai toujours pas compris la scène du déjeuner avec Bob et Lee, en quoi cela pouvait lui faire de la peine. Gaby se comporte comme si ses deux filles n’existaient pas. J’avoue avoir ri de bon cœur au moment où Celia se relève avec le bras de la poupée dans la bouche. Mais c’était le seul. Atterrante de bout en bout cette intrigue. La bonne nouvelle, c’est qu’elle est finie ! Prochaine étape : Gaby kidnappe une enfant qui ressemble vaguement à Grace ? Je l’imagine déjà en train de la maquiller comme un camion volé, les yeux injectés de sang et de haine, alors que la petite est attachée dans la cave. Si avec une idée comme ça Marc Cherry ne m’engage pas…

   Je vais être un peu plus indulgent avec Lynette et sa soudaine immaturité, même si je persiste et signe : on la met dans la même situation il y a trois ou quatre saisons, elle réagit totalement différemment. Bien sûr elle aurait cherché à se venger mais forcément de manière plus inventive et intelligente. On en est quand même rendu au point où c’est Renee qui est obligée de lui faire comprendre qu’elle perd complètement les pédales ! D’ailleurs, je n’ai pas compris pourquoi Lynette avait pardonné si vite à Renee et pas à Tom mais passons… Sinon, c’était étonnant de voir tous les enfants Scavo réunis dans la même pièce au même moment, cela a conféré à cette scène une tonalité nostalgique particulièrement émouvante. Les excuses de Tom étaient classiques et pas plus inspirées que les stratagèmes de sa femme mais mon cœur balance toujours un peu pour la stabilité que ce couple représente. C’est si rare. Personne ne veut les voir séparés. C’est inconcevable plus de trois épisodes. Mais le coup du gâteau laxatif, c’était quand même un peu… à chier.

   Certainement pour la première fois depuis le début de la saison, Bree n’a pas été associée à Keith mais à… Beth ! Ca change un peu et la première scène avec le révérend était super bien dialoguée. C’est toujours très agréable de voir ressurgir l’ancienne Bree. L’ensemble de l’intrigue n’était pas une grande réussite mais on peut déjà s’estimer heureux de retrouver un semblant d’intérêt pour le fil rouge de la saison. Le cliffhanger sur le retour de Zach n’est pas hyper étonnant mais il suscite au moins l’intérêt : quel est son but dans l’histoire ? Pourquoi vouloir nuire à Bree ? S’est-il associé à Beth, ou est-ce un acte solitaire ? Il va falloir plus que ça pour nous tenir en haleine d’ici à la fin de la saison mais au moins, on a un tout petit peu envie de revenir à l’épisode suivant ! A part ça, Renee qui se moque de la coupe de cheveux de Beth, c’et vraiment l’hôpital qui se fout de la charité !

   La storyline de Susan ne m’a pas fait le même effet malheureusement mais la tentative d’émouvoir était à deux doigts de fonctionner ! Il aurait suffit que ce soit cohérent en fait. Or, ça ne l’était pas. Sophie qui confie à sa fille qu’elle a commencé à être heureuse et a changé ses priorités lorsqu’elle est née, désolé mais c’est complètement faux. Elle a toujours eu un comportement hyper égoïste et elle aura beau dire tout ce qu’elle voudra, cancer ou pas cancer, ça ne changera rien à ses actes passés. Enfin bref, je chipote. C’était quand même assez émouvant pour du Susan, parfois drôle aussi avec, ô surprise, les interventions de la laide Julie. Après, engager Valerie Harper (grande actrice de télévision inconnue chez nous) pour si peu, ça me déçoit.

vlcsnap_146884 vlcsnap_159826


// Bilan // Outre l’intégralité de l’intrigue de Gabrielle et les maladresses qui se sont glissées dans celles des autres, on peut dire qu’il s’agit là d’un épisode correct de Desperate Housewives, avec tous les sous-entendus que cela implique de ma part...

44069764


05 janvier 2011

Desperate Housewives [7x 11]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

Assassins // 12 1oo ooo tlsp.

44030374_p


vlcsnap_46828 vlcsnap_55709

   J’aurais pu débuter ma review en traitant les scénaristes de cet épisode d’Assassins, en référence à son titre, mais c’eut été trop facile. A ce niveau-là de toute façon, les assassins ce ne sont pas eux mais nous. J’ai des pulsions meurtrières quand je vois ce qu’ils font de cette saison qui n’avait pas si mal débuté que ça. Regardez Renee : elle avait du potentiel, sans être originale dans l’univers de la série. La voilà embourbée dans une intrigue nullissime qui ne veut pas prendre fin malgré l’aveu. Quel avenir pour elle maintenant que Lynette est au courant de sa bêtise vieille de vingt-ans avec Tom ? Je suppose qu’elle lui pardonnera. Ou alors elle partira sans n’avoir servi à rien. Puis Vanessa Williams est bien marrante mais dès qu’on lui demande de pleurer, c’est du niveau d’Eva Longoria. Est-il bien nécessaire de commenter le comportement de Lynette face à Tom ? On l’a connue tellement plus inspirée quand il s’agit de se venger ! Là, quand même, elle se contente de lui servir une tasse de chocolat brûlante quoi… Vivement le prochain épisode, qu’elle lui tire la langue ou qu’elle mette du poil à gratter dans sa chemise. On va bien se… poiler. Mais concentrons-nous sur l’essentiel : qu’est-ce que c’est que ce maquillage Felicity Huffman ? Qu’est-ce que c’est que ce brushing Vanessa Williams ?

   « Tiens, et si on faisait revenir le boulet de service ? » s’est exclamé Marc Cherry dans la writer’s room. Qu’à cela ne tienne ! Revoilà Orson et son deux-roues, prêt à pourrir le peu d’intérêt qui restait au couple Bree/Keith. A tous les épisodes, ils sortent encore plus amoureux d’un terrible obstacle et Bree montre combien elle a changé, combien elle est devenue une femme libre dans sa tête… C’est d’un ennui ! La palme revient à la scène de dîner la moins inspirée de la série depuis qu’elle existe : les deux rivaux se jettent des petits pois au visage. Tordant… Et si on parlait de Susan ? Non ? Alors pour la forme, je me contenterai de souligner que des rides apparaissent enfin sur le visage de Teri Hatcher, peu maquillée pour l’occasion. Ne comptez pas sur moi pour parler de sa maladie suite à l’émeute ou de son effondrement dans le couloir de l’hôpital. C’était ridicule et pas émouvant une seule seconde. Une fois de plus, je ne vois pas où les scénaristes veulent en venir avec la Mayer.

   Cet épisode, qui ne regorge décidemment que de bonnes idées, marque le retour de Mike ! Cela se fait de manière plutôt surprenante puisqu’on l’associe à Felicia Tillman quelques instants, sous-entendant que ce serait lui le tireur-fou. Point du tout. Mike est un gentil. Mike ne ferait jamais ça. Mais Mike va encore se faire accuser à tort, forcément… Réchauffé ? Nooooon ! De manière plus générale, rien n’est à sauver cette fois-ci du coté de Paul Young. D’abord, il n’est pas mort. Et c’est une vraie déception, même si je m’y attendais. Ensuite, tout ce qui a été construit (certes, pas grand-chose) à l’épisode précédent est retombé comme un soufflé. On n’évoque même plus l’émeute. Il y avait pourtant matière à créer du bon drama… Honnêtement, je ne vois pas bien qui aurait pu faire le coup si on élimine d’office Beth. Et on ne cherche pas tellement à piquer notre curiosité outre-mesure. Terminer l’épisode sur la révélation du lien de parenté entre Felicia et Beth est une idée bien merdique en partant du principe que le téléspectateur le sait déjà depuis un bout de temps. Ou alors les scénaristes pensaient qu’on allait vraiment s’inquiéter du sort de Beth alors que franchement…

   Un dernier paragraphe en l’honneur de la storyline d’Eva Longoria ne serait pas suffisant pour exprimer combien la scène de la poupée Grace était… non le mot n’existe pas. C’était au-delà du ridicule. La folie dans le regard de Gaby a ce moment-là était-elle voulue ou l’actrice avait-elle simplement de la haine pour les scénaristes qui s’est vue à l’écran ? Le seul passage que je sauve, c’est le coup de colère de Carlos, carrément justifié. Et Ricardo Chavira a assuré ! Pas de pitié pour Gaby. Elle est vraiment trop conne sur ce coup-là, vraiment trop…

vlcsnap_43912 vlcsnap_838873


// Bilan // Si mes souvenirs sont bons, on nous avait vendu  cet épisode avant la trêve hivernale comme un hommage à Dallas sur le thème «Who shot Paul?» et non J.R. Euh… J’espère avoir simplement rêvé ! Assassins est une honte, un immondice. Je ne porte plus Desperate dans mon cœur depuis longtemps mais je refuse qu’on m’accuse de descendre la série pour le plaisir, au moins au sujet de cet épisode. Il a tout pour déplaire.

18 novembre 2010

Desperate Housewives [7x 08]

dnes_season4_dh_bree_miniba

Sorry Grateful // 11 92o ooo tlsp.

44030374_p


vlcsnap_69047 vlcsnap_57371

   Je l'attendais comme le messie cet épisode de Desperate ! Ce début de saison 7 était trop correct pour être honnête. Ca ne pouvait que cacher quelque chose et nous y sommes : les scénaristes n'avaient trouver que de bonnes amorces d'intrigues, pas de bonnes intrigues. Les amorces étant terminées, on va maintenant devoir se coltiner les mauvaises idées visant à passer le temps en attendant d'en trouver de meilleures... ou pas. A l'occasion de la traditionnelle fête de Thanksgiving, les housewives organisent des dîners divers et variés mais leur point commun à tous c'est qu'ils sont sans intérêt...

   Le premier dîner a lieu chez Bree et, dans sa grande bonté, ce qui devait être un tête à tête avec Keith se transforme en foire d'empoigne entre les parents de celui-ci, au bord du divorce, et McCluskey et son bonhomme qui font office de plantes vertes (bien flétries). Ce genre de repas, on en a eu des tonnes dans la série, souvent réussis il faut bien le dire et particulièrement quand Bree était impliquée. Ce n'était pas drôle cette fois puisque tout était prévisible de bout en bout et les dialogues n'étaient pas suffisamment bons pour faire passer la pilule. Je me suis franchement ennuyé (et endormi) et ça m'embête d'autant plus que j'aimais bien Keith et Bree ensemble jusqu'ici. C'était rafraîchissant. La demande en mariage plus que prématurée est certainement responsable de ma déception. Pourquoi verser à ce point dans la facilité ? Il fallait vraiment ne rien avoir d'autre à raconter. Et rappelons qu'ils étaient au bord de la rupture dans les deux épisodes précédents !

   Le second dîner, chez Renee, n'en était pas vraiment un. Le personnage m'amuse plutôt pas mal dans l'ensemble mais j'ai trouvé sa méchanceté envers les enfants particulièrement exagérée dans cet épisode au point que ce n'était même plus drôle, juste pathétique. Et Dieu sait que je n'aime pas beaucoup les enfants moi non plus ! Mais là n'est pas l'important. Non, l'important c'est qu'on nous remet sur le tapis sa relation passée avec Tom et elle a l'air bien décidée à le récupérer contrairement à ce qu'elle prétend. L'idée m'amusait mais je me rends compte que ça ne colle pas dans l'exécution. Renee et Tom n'ont pas vraiment d'alchimie et on sait pertinement que cette intrigue n'ira pas bien loin. Au pire, Lynette l'apprendra et fera la gueule deux minutes. Et après ? On a beau dire, Renee pourra faire tous les efforts du monde, elle ne sera jamais à la hauteur d'Edie. En parallèle, Miss Delfino, dont l'intrigue chantage est terminée, retrouve une storyline bien bien nulle comme elle seule a le secret. Quoiqu'en réfléchissant, le niveau général baissant, elle n'a plus l'air si ridicule que ça la Teri Hatcher ! Enfin pas plus que les autres. Elle doit être contente ! La Susan baby-sitter m'emmerde au plus haut point et ses pitreries sont sans saveur. L'attitude de Lynette vis à vis de son bébé n'est pas des plus reluisantes. On a l'habitude de ses combines de mère qui sait gérer une grande fraterie mais ça devient ridicule de forcer le trait à ce point. Puis c'est tellement old tout ça...

     Troisième dîner chez les Solis. Alors là vraiment... Pardonnez-moi mais c'était à chier. Mais à chier de chez à chier vous voyez ! Gaby a invité les parents mexicains de sa fille pour un repas aux couleurs locales mais tout tourne très vite au désastre. Il se trouve qu'en fait ce sont des clandestins ! Au moins, voilà un thème qui n'avait encore jamais été traité dans la série. Mais au sein de l'intrigue bébés échangés, ça passe beaucoup moins bien puisque l'unique but des scénaristes est de faire passer à Gaby le plus de temps possible avec sa fille biologique à laquelle elle est déjà très attachée. Les parents de la gamine sont ridicules et on sent venir la suite à des kilomètres. J'espère qu'Eva Longoria a pris conscience qu'elle allait devoir jouer la mère éplorée dans quelques épisodes. Donc elle doit commencer à s'entraîner. L'école des Feux de l'amour ne suffit pas pour être crédible. Remarque, il lui suffira de penser à Tony Parker, à sa maîtresse, à la centaine de textos coquins qu'elle a découvert, aux enfants qu'ils n'auront jamais ensemble... Ok, je deviens super bitchy là. Scusez. 

     Chez Paul Youg, on fête Thanksgiving au lit et en prison, mais pas de dîner à l'horizon. Même si j'aime assez l'intrigue fil-rouge de la saison, elle montre déjà ses premiers signes de faiblesse. Enfin déjà... Les années passées, il a fallu attendre beaucoup moins de temps pour que les limites soient atteintes ! On peut s'estimer heureux cette année quelque part. Les multiples allers et venues de Beth en prison sont redondantes. Elles perdent un peu plus de force à chaque fois et le coup de sang final de Felicia sentait le réchauffé bien que Harriet Sansom joue toujours cette cinglée à la perfection. Je crains que Felicia ne passe rapidement à la trappe pour se concentrer davantage sur le plan "machiavélique" de Paul. Il va falloir tenir encore une douzaine d'épisodes. J'espère que les scénaristes ont de bonnes idées derrière la tête. J'ai presque envie de leur faire confiance sur ce coup-là. Paul a vraiment l'air de les inspirer...   

vlcsnap_89588 vlcsnap_76875


// Bilan // Etant donné qu'aucune intrigue ne m'a convaincu dans cet épisode, décerner à ce dernier zéro étoile me paraissait approprié. Pourtant, je le regrette presque déjà. Il y a eu tellement d'épisodes bien pires par le passé... Disons que c'est le plus mauvais de la saison 7 à ce jour.

44069764

31 octobre 2010

Desperate Housewives [7x 05]

dnes_season4_dh_susan_minib

Let Me Entertain You // 12 16o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_322071 vlcsnap_310787

   Je dois bien reconnaître que pour certains personnages, ce début de saison 7 de Desperate Housewives est une grande bouffée d'air frais. Je pense surtout à Bree qui se fait désormais copieusement honorer sur la table de la cuisine et dans les escaliers. Il fut un temps où même dans un lit, ça l'a dégoûté. Il y a un petit coté Sex & The City dans cette intrigue qui me plait bien. Le coup hilarant du concombre, Samantha nous l'aurait fait sur HBO ! Puis je suis très agréablement surpris par Brian Austin Green. Pas qu'il soit bon, mais bandant ça oui. Je ne l'avais jamais envisagé sous cet angle le chétif David de Beverly Hills. Et puis Marcia Cross a vraiment l'air de s'amuser. On est à mille lieux des tourments d'Orson de la saison dernière où tout le monde s'ennuyait, même le cadreur qui piquait du nez. Le fait que des sentiments commencent à naître entre Bree et son peintre n'est sans doute pas une bonne chose pour la suite des événements mais une cougar a le droit d'avoir des sentiments, non ?

   Après nous avoir fait beaucoup rire (la seule chose qu'elle sait faire quand elle est en forme), Susan nous offre du frisson. Mais du tout petit frisson qui fait à peine hérisser les poils. Paul l'a choisie comme première victime de sa machination diabolique. Tout y est : la musique effrayante, le monologue plein de promesse de Mary-Alice... Back to Season 1 ! Le problème, c'est qu'on connaît tout ça par coeur et on sait parfaitement que la déception est la prochaine étape. Coté émotion, Teri Hatcher ne sait toujours pas y faire. Felicity Huffman réussit à être plus émouvante alors qu'elle ne fait que compatir, c'est dire ! Mais ça me permet de soulever un point important : les relations entre les héroïnes, grâce à de multiples croisements, nourissent davantage les intrigues que les saisons passées. On teste par exemple la nouvelle housewife avec tout le monde et ça s'est révélé assez payant jusqu'ici. Le duo Renee/Gaby est moins convaincant que les duos Renee/Lynette - Renee/Bree mais il est divertissant pour sûr ! Maintenant, je me demande quel était l'intérêt d'utiliser encore ce système narratif de "one week earlier" pour ne finalement pas aller plus loin que la scène initiale, qui n'est qu'un catfight hyper classique en plus !

   Chez Lynette, on se fait rudement chier. La petite famille "réaliste" et sympathique est devenue complètement pathétique. Tom n'est plus qu'un trou du cul insupportable et Lynette, tout de même moins agaçante que dans les épisodes précédents, n'a plus beaucoup de hargne à revendre. L'arrivée de la mère de Tom, qui ne nous avait pas encore été présentée, n'apporte pas grand chose tant on est dans le Desperate Housewives le plus classique avec cette haine chronique de la belle-mère. Marc Cherry a vraiment un problème avec ça. Heureusement, on se rend compte petit à petit qu'Allison Scavo vaut mieux que toutes les autres malgré sa vision de la femme hyper rétrograde. Elle a le mérite d'être touchante et l'intrigue alzheimer qui se prépare pourrait être dans la même veine. C'est un peu trop à la mode (Sex & The City, puisqu'on en parlait tout à l'heure, l'a déjà fait, mais aussi The Big C en ce moment et autant dire que la comparaison est d'ores et déjà à l'avantage de cette dernière). Mais pourquoi pas ? Et puis ça fait plaisir de retrouver la grand-mère de Sookie et Jason Stackhouse de True Blood.   

vlcsnap_316232 vlcsnap_309678


// Bilan // Ca commence à devenir problèmatique : la saison 7 de Desperate Housewives est trop correcte pour que je puisse en dire trop de mal.

44069764

21 octobre 2010

Desperate Housewives [7x 03 & 7x 04]

dnes_season4_dh_lynette_min

Truly Content // The Thing That Counts Is What's Inside

44030375_p // 44030376


vlcsnap_72264 vlcsnap_90404

J'aurais tendance à dire que ces deux nouveaux épisodes de Desperate Housewives étaient d'une nullité crasse et d'un autre coté, le problème venait plus des idées que de l'exécution. C'est souvent le contraire, c'est pour ça que je précise. Les deux en même temps, ça fait belle lurette que l'on n'y a plus droit ! Il y a plus que jamais deux catégories d'intrigues : celles qui sont sans intérêt mais qui réussissent à nous faire sourire et celles qui sont censées être importantes mais qui tournent dès qu'elles peuvent au ridicule. En cela, l'affaire des bébés échangés est un exemple magnifique que l'on citera certainement dans quelques années dans les encyclopédies sériphiliques. Au chapitre "grosse intrigue de merde de fin de série", elle se pose vraiment là ! Dans l'épisode 3, il n'y a pas de questions à se poser : le gros du problème vient d'Eva Longoria qui, je ne cesse de le répéter, a été élevée à l'école "Feux de l'amour" et nous sert donc des prestations en conséquence, dénuée de toute émotion. Gaby fonce droit dans le mur et tout le monde le sait, même elle, mais parce qu'il faut faire avancer les choses et vite de préférence (ce qui est surprenant et bienvenu pour le coup), on ne s'embarrasse pas de subtilités et de finesse. Dans l'épisode 4, la comédie a pris le dessus malgré les circonstances et c'était à la fois la meilleure et la pire des choses à faire. C'est vrai que de nombreux passages étaient amusants. Je ne peux pas le nier. Mais qu'est-ce que c'était grossier ! Comme par hasard, la "vraie" fille Solis est une mini-Gaby de 8 ans, déjà passionnée par les fringues et l'argent, mais forcément élevée dans une famille de pauvres. Le parallèle est tellement facile et tellement pas inspirée que les bras m'en tombent. Alors est-ce que toute cette mascarade est terminée ?

   Je ne sais pas ce qui m'arrive mais depuis le début de la saison, Mayer me fait marrer. En fait, cette histoire de site érotique est tellement osée et folle que je ne peux qu'adhérer sur le principe. Et puis voir Teri Hatcher cabotiner comme une malade en tenue légère, ça m'éclate ! Le coup de l'aspirateur, j'ai adoré. Moins la rivalité avec l'actrice de Hung, Rebecca Creskoff, puisqu'on retombait dans le Susan classique. Quant à Maxine, elle est géniale ! Ca faisait longtemps que l'on ne nous avait pas dégoté un personnage secondaire aussi amusant. Puis le délire va assez loin avec cette proposition pas très claire de partie porno en solo face cam'. Susan qui se pend à l'affiche à son effigie, c'était franchement tordant. Je suis moins fan du mystérieux bonhomme qui fait les poubelles dans une ruelle malfamée. Paul ? Ca rappelle forcément l'étrangleur et là, c'est la pitié qui m'envahit. Ah quand j'y repense... La transition parfaite pour parler de Lynette qui doit se coller la dépression de Tom dans l'épisode 3. C'était ennuyeux à souhait et pénible, et elle passait une fois de plus pour une grosse bitch. Les scénaristes ne savent vraiment plus quoi dire sur ce couple indestructible, c'est terrible. Dans l'épisode 4, Lynette découvre qu'elle a une fille, Penny, et s'en sert comme nounou jusqu'à ce que ça se gâte. Je ne saurai plus dire dans quelle saison et avec quels personnages, mais il me semble qu'une intrigue similaire a déjà été traitée dans la série. Et en mieux. En plus, l'actrice qui a été choisie pour remplacer la Penny originale est très mauvaise. C'est pourtant rare que les casteurs se ratent sur le choix des gosses... Lynette est encore passée pour une conne. Brrrrrr.

   Les interventions de Mrs McCluskey (qui a perdu son compagnon en cours de route apparemment) ont permis de détendre l'atmosphère faussement tendue de l'histoire de Paul et de sa nouvelle femme. Autant j'avais bien marché à l'épisode 2, autant là je suis plus que perplexe. Je reste intrigué mais je crains le pire. En tous cas, je préfère ne pas chercher à comprendre. Je n'attends qu'une chose de toute façon : le retour de Felicia. Sinon, j'ai beaucoup aimé le duo Bree/Renee qui marche presque aussi bien que le duo Lynette/Renee. Leur catfight s'est terminée un peu trop vite mais il était bon. Je ne me suis pas encore tout à fait remis du coup de nain. Les nains me font beaucoup rire naturellement alors dans ce contexte, c'était du caviar ! Mais j'ai adoré également le passage où Bree tourne sa robe afin de séduire Keith. Je crois que l'on n'avait jamais vu Marcia Cross aussi sexy. C'était même pas vulgaire. Elle garde sa classe en toutes circonstances. Y'avait du monde en balcon en tous cas. Wouah ! Je sais bien que cette intrigue avec Keith ou même avec Renee n'est qu'une variante de ce qui a déjà fait auparavant dans la série mais avec Bree, ça fonctionne différemment. Ca reste surprenant, sans l'être vraiment. On a tendance à vouloir tout pardonner à Bree, surtout depuis qu'Orson ne traîne plus dans ses pattes. Mais Danielle quand même... Ca on ne lui pardonnera jamais !   

vlcsnap_162618 vlcsnap_65412


// Bilan // Si la saison 6 de Desperate n'avait pas été si mauvaise, ces épisodes de la saison 7 auraient pu paraître particulièrement ratés. Mais elle est passée par là, donc on relativise.

44069764


07 octobre 2010

Desperate Housewives [7x 02]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

You Must Meet My Wife // 13 23o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_73109 vlcsnap_70342

   Bon sang ! Ca faisait belle lurette que Desperate Housewives ne nous avait pas offert un épisode aussi... bon ! Oui oui, vous avez bien lu. Et j'irai même plus loin : j'en suis ravi ! Car contrairement à ce que certains peuvent croire, ça ne me fait jamais plaisir de voir une série s'enfoncer dans le ridicule quand elle a été bonne il fut un temps. Ce qui fonctionne le mieux dans cet épisode, ce ne sont pas les intrigues en elle-même, loin d'être originales, mais leurs dynamiques respectives qui les rendent particulièrement divertissantes dans le sens le plus noble du terme. A ce petit jeu-là, Lynette, Tom et la nouvelle, Renee, s'en sortent particulièrement bien. Tom qui déprime, Lynette qui ne l'écoute pas et qui pique une crise de jalousie, c'est du classique de chez classique. MAIS cette fameuse Renee apporte le piquant nécessaire pour que l'on ne s'ennuie pas et que l'on s'amuse même beaucoup. Les piques incessantes que s'envoient les deux meilleures amies sont du plus bel effet. Une bonne chose donc que Renee emmènage à Wisteria Lane, et plus particulièrement dans l'ancienne demeure d'Edie. Au moins, le message est maintenant clair : elle est là pour la remplacer et Dieu sait qu'elle nous manque cette bitch... Renee n'en sera probablement qu'une copie plus bronzée et plus liftée mais si ça peut combler un manque, je ne dis pas non. La petite surprise finale -Tom et Renee ont eu une relation par le passé- permet de relancer l'intérêt. Allez, on y croit !

   La femme de Paul Young -car il en a épousé une en prison- débarque à son tour à Wisteria Lane. Sa première scène est ratée. La pauvre était ridicule avec son poisson rouge. Si au moins ils l'avaient éventré... La suite est carrément plus intéressante puisque l'on se rend compte non seulement que la fille est plus dérangée qu'idiote, et surtout que Paul exerce sur elle une sorte de chantage bien malsain qui rappelle les heures de gloire du personnage et donc la regrettée saison 1. Si ce doit être le mystère de la saison, je prends volontiers. On sait pertinemment que ça ne tiendra pas la route longtemps, mais on espère juste que les scénaristes sauront nous intéresser un peu plus que trois épisodes avec ça ! A l'opposé de cette noirceur, on retrouve Miss Mayer dans ses aventures au pays où le ridicule ne tue pas. Je vais être grand prince et reconnaître que c'était drôle. Pas tout le temps mais souvent. C'est-à-dire que dès que Mike entre dans la pièce, l'ambiance est complètement plombée. Mais avant et après, pas mal. Et puis si l'on fait abstraction de son visage, il faut avouer que Teri Hatcher est encore attirante. Pendant un instant, je me suis souvenu de mes émois adolescents lorsque je regardais Lois & Clark et que j'étais amoureux d'elle.

   Bree et son homme à tout faire, ça a beau être du revu et revu dans la série, ça a du charme. J'ai bien aimé les passages où l'on voit Bree enfant puis adolescente face à des adultes qui lui apprennent que "Le sexe, c'est mal". Sans dire qu'il y a une alchimie folle entre Marcia Cross et Brian Austin Green, disons qu'on ressent bien la tension sexuelle qui les anime. Rien n'est fait dans la subtilité mais ça, on est habitué. Ils ne se sont pas encore sautés dessus mais ça ne saurait tarder. Je me demande ce que les scénaristes vont faire de ça, quelle sera la suite des événements. Bree va-t-elle cacher cette relation à ses amis ? J'aimerais bien qu'elle assume pour une fois ! En parallèle, à ma grande surprise, Gaby a déjà appris la vérité sur Juanita, qui n'est donc pas sa vraie fille. Courageusement (et c'est ironique je précise), on nous épargne la scène de l'aveu, du moins en partie. On y assiste mais on ne l'entend pas. Oh la raison est simple : Eva Longoria est mauvaise comme tout dans l'émotion et au bout de 7 ans, même si les tentatives n'ont pas été nombreuses, ils ont compris qu'il valait mieux faire profil bas. Cette intrigue reste parfaitement ridicule mais les passages drôles étaient très réussies avec de bons dialogues, notamment celui entre Gaby, Bree et Andrew (qu'on est content de revoir). J'ai presque eu l'impression qu'il se cachait là-dessous du second degré. Genre : oui, on vient de se servir une fois de plus d'un "accident de voiture" pour lancer une intrigue mais c'est fait exprès, on est conscient qu'on n'a pas d'idées nouvelles. "L'accident" était d'ailleurs particulièrement nul. La Juanita qui se retrouve 3 jours à l'hôpital pour si peu...    

vlcsnap_98242 vlcsnap_99924


// Bilan // Un épisode solide aux répliques truculentes. Je suis RAVI de dire enfin du bien de la série.

44069764

30 septembre 2010

Desperate Housewives [7x 01]

dnes_season4_dh_bree_miniba

Remember Paul (Season Premiere) // 13 o6o ooo tlsp.

44030376


19504690_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100908_104440

   Cet été, en lisant le dernier livre d'Amélie Nothomb (que je n'ai toujours pas terminé), le parallèle entre ses oeuvres et Desperate Housewives m'a frappé. A chaque rentrée, on y a droit et à chaque rentrée, on y croit. "Allez, cette année, le nouveau roman sera bon ! On retrouvera l'excellente et inspirée écrivain des débuts." Oui... mais non (spéciale dédicace). "Allez, cette année, la nouvelle saison sera meilleure ! On retrouvera l'excellente et inspirée série des débuts." Oui... mais re-non. Au bout de 7 ans, c'est quand même dingue de se faire encore et toujours avoir, non ? Cela étant dit, ce Season Premiere n'était pas mauvais, et pas seulement si on le compare à l'atroce épisode final de la saison dernière. Il y a une liste gigantesque de trucs qui m'ont énervé et je vais me faire un plaisir de vous la dresser, mais il faut reconnaître une envie de se renouveller de la part de Marc Cherry (qui a écrit l'épisode), ou plutôt une envie de renouer avec un passé glorieux. Mais je reste sur mes gardes : chaque début de saison est prometteur et tout devient très vite très nul.

   Cette année, le renouveau porte un prénom : Renee. Pendant tout l'été on nous a annoncé à grand renfort d'affiches et de bandes-annonces l'arrivée de l'ex Wilhelmina Slater d'Ugly Betty, Vanessa Williams (une des femmes les plus tirées au monde, double sens intentionel), au sein du casting. Tout ce foin a effectivement attisé ma curiosité et je me suis surpris à avoir hâte de la découvrir à Wisteria Lane. Autant vous dire que la pression est retombée. Elle entre finalement par la petite porte puisqu'elle est la vieille amie oubliée de Lynette de l'époque du fac. La surprise est réussie. Le duo fonctionne plutôt bien, alignant les vannes pour notre plus grand plaisir. Vanessa Williams n'en fait pas trop, ce qui est pour les habitués d'Ugly Betty presque problèmatique puisque Renee n'est rien d'autre qu'une Wilhelmina sous prozac. Comme tout nouvel habitant, elle cache un lourd secret mais les scénaristes ont eu la bonne idée, et l'humilité peut-être même, de ne pas chercher à faire monter la sauce inutilement pour quelque chose qui n'en vaudra de toute façon pas la peine. On sait qu'elle n'est pas venue par ici pour rien, et cette histoire de divorce n'est clairement pas une explication suffisante, mais on ne le souligne pas à coup de musiques grandiloquentes et de regards mystérieux. Pour en revenir à Lynette, je me sens obligé de le souligner : on ne prend même pas la peine de reparler de la naissance du dernier Scavo, qui s'est, rappelons-le, déroulée dans des circonstances pour le moins pathétiques. On se débarrasse ainsi ni vu ni connu d'une des pires intrigues de l'année dernière. Susan nous aura donc gonflé pendant de longs épisodes avec l'étrangleur... pour rien !

   Bree reste un personnage que j'estime beaucoup malgré les affligeantes intrigues qu'on lui a écrites depuis 3 ans. Ce Season Premiere est l'occasion de repartir à zéro puisqu'Orson quitte enfin Wisteria Lane, accompagné de sa soignante, et que Bree se retrouve seule, prête à reprendre la boisson. C'est là qu'intervient Brian Austin Green, autre nouvel ajout de casting, qui risque bien de la transformer en cougar. Bien-sûr, cette idée, comme toutes les autres, a déjà été exploitée dans la série à maintes reprises (un des jumeaux Scavo a goûté aux joies de la moule pas fraîche, Katherine a eu sa petite aventure avec le neveu de Susan, et bien évidemment Gabrielle s'est amusée avec son jardinier). Mais que voulez-vous ? Il faudra s'en contenter et avec Bree, les choses ne se déroulent jamais comme avec les autres. J'imagine se dessiner quelques bons moments. Une façon de revenir à la Bree période Karl qui était plutôt amusante quand elle ne se posait pas de questions d'ordre moral. Par contre, tôt ou tard, il faudra revenir sur l'affaire Sam, sur Andrew et sur la perte de son entreprise. C'est déjà moins réjouissant.

   Chez les Solis, double... que dis-je... triple événement ! D'abord, Carlos n'arbore plus sa légendaire barbe. Résultat : il fait dix ans de moins et il devient un peu hot. C'est anecdotique mais ça me fait penser au fameux saut dans le temps et à ce pauvre Carlos qui avait été transformé en Andrea Boccelli le temps de trois ou quatre épisodes. Qu'est-ce que c'était naze... Pour la première fois depuis très longtemps, on lui offre une intrigue à lui, mais qui rejoindra bien entendu plus tard celles de Gabrielle. On lui apprend que sa fille, la meilleure (Juanita) pas l'autre grosse moche qu'on ne voit jamais, n'est pas sa vraie fille ! C'est elle le fameux bébé échangé à la naissance, autre grand grand moment du précédent Season Finale. C'est marrant, j'avais éliminé illico presto la possibilité qu'il s'agisse d'une des filles Solis, comme beaucoup de gens. Et bam, c'est Juanita ! On tombe dans un des nombreux travers de Marc Cherry : parce qu'il aime surprendre, il est prêt à aller contre la logique et à s'enfoncer par conséquent dans la médiocrité. Juste pour nous dire : "Ah, vous l'avez pas vu venir ça !". Il avait fait pareil avec le mariage de Mike et Katherine/Susan la saison dernière. Bref, tout ça est navrant et on n'est pas au bout de nos peines. Cela dit, pour une fois qu'on offre aux Solis du pur drama... Certainement pour contrebalancer, on a jugé bon de prendre la révélation de la mort de Mama Solis à contrepied. On s'attendait à un scandale de la part de Gabrielle : il n'y en aura pas. Ou pas celui que l'on croyait. Elle n'en veut pas le moins du monde à Bree de lui avoir caché cela pendant tant d'années. Elle lui en veut simplement d'être désormais obligée de garder un secret à son mari. Hop, parrallèle ! Ils sont dans la même situation... bouhouhou.

   Venons-en à ma copine Susan Mayer, désormais sans le sou (mais juste parce qu'elle ne veut pas sortir son fric de la banque pour ne pas blesser la virilité de son petit Mike), qui apprend que la propriétaire de son nouvel appartement possède un site internet coquin qui met en scène des housewives légérement dévétue. Elle est d'abord outrée puis se voit obligée d'accepter la proposition pour arrondir ses fins de mois. C'était amusant mais un peu léger. On va donc se taper cette histoire le temps de quelques épisodes... Mike a encore tenté l'humour mais il a lamentablement échoué. Son fils avec 35 ans de moins que lui est déjà beaucoup drôle. J'ai bien aimé le passage avec les bijoux.

   Et puis il y a le retour de Paul Young, la seule vraie bonne idée du moment, accompagné d'une narration un peu différente de Mary-Alice. J'ai apprécié les quelques images de flashbacks, même si ça ne servait pas à grand chose puisque les téléspectateurs qui regardent toujours la série sont forcément là depuis le début, bien au courant. On va dire que ça ne fait jamais de mal de remettre les choses à plat. Les justifications quant à sa sortie de prison ne sont pas très détaillées, on imagine bien pourquoi. Ses intentions sont plus claires : il veut tout faire péter. Mais plus fort que le retour de Paul, c'est évidemment le retour de la géniale Felicia ! J'espère qu'elle sera encore là pour un bon moment et que son plan, car elle aussi en a un, sera à la hauteur. Je pense qu'avec Felicia tout est permis. Que les scénariste se lâchent ! Par contre, je ne sais pas si c'était ironique ou non mais ça m'a fait rire de l'entendre dire qu'elle a encore plein d'amis à Wisteria Lane. Elle n'en a jamais vraiment eu, et elle n'est ps restée bien longtemps en plus. Et si Renee était celle qu'elle avait engagé pour se venger ? Ce n'est pas très crédible, je sais, mais ça ne m'étonnerait pas plus que ça... 

vlcsnap_96346 vlcsnap_93785


// Bilan // Tel un Phénix, Desperate Housewives renaît de ses cendres ! Non, je rigole !!! L'arrivée de la nouvelle fait l'effet d'un pétard mouillé mais les retours de deux personnages cultes redonnent un peu d'espoir. Les dialogues sont bons, les actrices un peu au radar mais l'ensemble est plutôt plaisant à suivre. Tout ce que je demande et c'est vraiment pas grand chose : que la saison 7 soit au même niveau que la 6ème. Cela signifie en clair que je veux qu'elle soit meilleure que la 5ème qui reste, à ce jour, la pire de toutes. C'est donc un pari peu risqué. Mais les voies de Marc Cherry sont impénétrables (ben oui, pas facile d'écarter toute cette graisse !)...

44069764

12 janvier 2010

Desperate Housewives [6x 12]

dnes_season4_dh_susan_minib

You Gotta Get A Gimmick // 14 ooo ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_76000 vlcsnap_101550

   En 2010, les facétieux scénaristes de Desperate Housewives ont décidé de s'amuser comme des petits fous ! Pour se faire, Marc Cherry a lancé un concours très amusant : Qui qui écrira la storyline la plus merdique ? Qui ? Inutile de dire que joueurs comme ils sont, ils se sont surpassés ! Le gros lot pour les filles, c'était au choix une paire de nichons toute neuve en hommage à Teri Hatcher ou une cure de botox à la Marcia Cross ! Pour les garçons, il y a avait soit une nuit avec Marc Cherry (autant dire qu'aucun d'entre eux n'a envisagé cette option), soit une nuit avec Kathryn Joosten (c'est là qu'ils sont revenus en arrière en se disant qu'une nuit avec Cherry, c'était p't'être pas si mal), soit une conversation façon téléphone rose avec Brenda Strong/Mary-Alice (parce que j'ai décidé que c'était un fantasme d'hétéro). Je tairai l'intrigue gagnante pour ménager le suspense...

   Scénariste N°1 - Gaby. Celui-ci a choisi d'opter pour l'irrévérence soft. Son idée : alors que Gaby et Carlos tentent de faire entrer Juanita dans l'école où travaille Susan (enfin on suppose qu'elle y travaille toujours), ils se heurtent à un directeur peu scrupuleux qui ne voit en la petite fille que l'occasion de remplir les quotas de minorité de son école. Bon, là on se dit que pour une fois on va toucher un sujet sensible qui mérite d'être évoqué. Sauf que comme d'habitude, la comédie l'emporte sur tout. Gaby veut profiter de la situation alors elle cabotine à n'en plus finir tandis que Carlos la regarde d'un air affligé. Puis séquence émotion ridicule où Eva Longoria nous rappelle toutes les limites de son talent. Gaby part dans un grand speech niais au possible sur ses origines modestes, sur son père qui était un homme si bon... et bla bla bla. Carlos s'y met et c'est le pompon ! Depuis quand DH est devenue si "familiale" dans le sens 7 à la maison du terme ? Et puis tout ça pour en arriver là franchement... Malgré tout, le scénariste N°1 n'a pas gagné car il a choisi un thème passablement intéressant dans le fond.   

Scénariste N°2 - Lynette. Celui-là s'est lancé dans l'incompréhensible voire l'aburde ! Son idée : Tom va remplacer Lynette à son boulot pendant son congé-maternité. A partir de là, tout semble être joué d'avance. Lynette ne va pas ête contente du travail de Tom, va fourrer son nez dans ses affaires, ils vont s'engueuler puis se réconcilier, de préfèrence sur l'oreiller. Cela aurait pu se passer comme ça mais c'est là tout le génie du scénariste : il est parti sur complètement autre chose, de super tiré par les cheveux. Sans que l'on comprenne comment ni pourquoi, Tom reproche à Lynette de ne pas parler de ce qu'elle ressent quant à la perte de son bébé et il pensait lui faire plaisir en la remplaçant même au-delà de son congé-maternité ! Euh ? C'est moi ou ça n'a ni queue ni tête ? En plus d'être assez honteux d'un point de vue féministe. On a beau imaginé que les intentions de Tom étaient bonnes, ça ne passe pas du tout... Cependant, il ne s'agit pas de l'intrigue gagnante car une courte scène nous offre un beau moment d'émotion. Mais si c'est ainsi que Marc Cherry et son équipe comptent parler de la douloureuse expérience de la perte d'un enfant, on peut dire qu'ils sont tombés vraiment bien bas.

   Scénariste N°3 - Bree. C'est lui qui a hérité de la seule répercussion post-crash aérien sur Wisteria Lane. Car pour les autres, c'est déjà de l'histoire ancienne globalement. Son idée : afin de ne pas moisir en enfer, Bree se doit, comme son pasteur le lui conseille, de laver ses pêchés en prenant en charge Orson, nouvellement handicapé. Ca pue le discours moralisateur ? Parfaitement ! Et au-delà de ça, ça n'apporte que des scènes ennuyeuses et attendues qui ne valent que pour le jeu impeccable de Marcia Cross et Kyle McLachlan. La tension entre les deux époux est palpable mais elle n'a rien de nouveau par rapport à avant. Certes, le handicap permet à Orson d'avoir un argument de poids dans son chantage, mais ça s'arrête là. On n'a pas fini d'en baver, moi je vous le dis. Hop, recalé quand même ! Les acteurs sont trop bons.

   Scénariste N°4 - Susan. Même mort, Karl fait parler de lui ! Il n'a pas trouvé mieux que de léguer son club de strip-tease à son ex-femme ! Ca, c'est l'intrigue stupide de l'épisode. L'idée, c'est de dériver rapidement sur complètement autre chose, à savoir Mike qui fréquente de temps à autres le club, chose que ne supporte pas Susan. Une fois de plus, on passe d'une chose bien précise à une autre de manière capilotractée. Le seul intérêt dans tout ça est d'émoustiller le téléspectateur masculin en montrant Teri Hatcher en pleine démonstration de pole-dance. C'est vrai qu'elle se débrouille bien, elle est encore souple ! A part ça, je ne vois pas bien l'intérêt. En tous cas, on peut remercier ce scénariste qui a sans doute réussi à pourrir les futures intrigues de Susan puisque l'on ne va pas en rester-là avec ce club. C'est la nouvelle pizzeria quoi ! Quand elle sera devenue trop encombrante, on s'en débarrassera... Il a frôlé le prix, mais non.

   Scénariste N°5 - Julie, Danny & Ana. Il s'agit de l'intrigue la plus ennuyeuse du monde et la plus inutile (quoique). Déjà, donner autant de temps d'antenne à Julie n'est pas humain. Ce scénariste a tout compris au concours. Ensuite, ressortir l'inintéressante Ana et l'associer à Danny est un trésor d'inventivité ! Comment ne pas y avoir pensé avant bon sang ? Les scènes se succèdent avec cette impression terrible que l'on part de nulle part pour arriver également nulle part. Le vide intersidéral ! J'aurai bien imaginé que Ana soit celle qui a attaqué Julie par jalousie mais comme Mary-Alice nous a indiqué plus tôt dans la saison que l'agresseur était un homme, cette possibilité est à écarter. Voilà qui fait que cette intrigue est la pire de l'épisode et que l'heureux scénariste gagnant va pouvoir -pardon aux âmes sensibles- faire une séance de téléphone rose en tripotant Kathryn Joosten et en bourrant la dinde, j'ai nommé Marc Cherry. Eh oui, c'est un gourmand, un homme qui aime la vie !      

vlcsnap_106689 vlcsnap_97547


// Bilan // Je crois que j'ai adoré cet épisode car il m'a permis de partir dans une critique délirante qui ne fera peut-être rire que moi mais que j'ai pris un pied fabuleux à écrire ! A part ça, Desperate Housewives s'enfonce...

44069764 

05 janvier 2010

Desperate Housewives [6x 11]

dnes_season4_dh_lynette_min

If... // 15 35o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_149138 vlcsnap_170759

   Pour son retour après la courte trève hivernale, Desperate Housewives nous revient sur un exercice de style assez courant dans le monde des séries télévisées et qui permet de casser la routine. Suite au fameux crash sur Wisteria Lane, que je préfère appeler "incident aérien" d'ailleurs, les héroïnes s'imaginent à travers de brèves séquences ce à quoi leurs vies auraient pu ressembler si elles avaient fait d'autres choix et si leur destin avait été différent. Souvent, ce genre d'épisodes n'apporte rien et n'est qu'une pause dans la narration. C'est ce que je craignais pour Desperate et finalement, les scénaristes ont réussi à faire avancer les intrigues de chacun en même temps, même si tout est sans surprises.

   J'ai d'abord envie de commencer par le dernier "what if?", celui de Lynette, qui était remarquable. La prestation tout en sobriété de Felicity Huffman a contribué à sa réussite. Alors que ses jumeaux sont entre la vie et la mort, Lynette s'imagine qu'ils sont sauvés mais que l'un d'entre eux est handicapé à vie. Elle va alors devoir se battre avec Tom pour aider son fils à grandir malgré son handicap et toutes les difficultés que cela engendre au quotidien. Elle sera chaleureusement remerciée lors de la remise des diplômes de celui-ci quelques années plus tard. Le discours était très émouvant. J'avoue qu'il m'a fait verser une petite larme. Ce petit bijou de quelques minutes est la preuve, s'il en fallait une, que les scénaristes et les acteurs de la série peuvent être très à l'aise dans le drama pur. Cela sonnait juste, c'était assez réaliste. Pourquoi ne pas user de cette corde sensible plus souvent ? D'ailleurs, cette intrigue aurait pu être une "vraie" intrigue sur plusieurs épisodes si les auteurs l'avaient voulu. On aura peut-être à la place quelque chose de tout aussi intéressant : Lynette perd un de ses deux bébés. Il va donc falloir surmonter cette perte et ne pas en faire pâtir l'enfant restant. Enfin il n'est pas encore né... C'est un sujet grave qui mérite d'être traité avec sérieux pour une fois. Il suffit de le vouloir !

    Pour contrebalancer avec ces scènes qui ne sont pas d'une folle gaieté, avouons-le, c'est Gaby qui a pour mission de nous faire rire ! Son "what if?" à elle est un peu ridicule puisqu'elle s'imagine que si Celia a été sauvée lors de l'accident, c'est parce que Dieu a un plan pour elle. Elle essaye alors de lui trouver un don, qu'elle n'a vraisemblablement pas, et fait passer ses frustrations à travers elle. Au point qu'elle se retrouve au bout de vingt-ans avec une grande fifille au bord de la crise de nerfs si elle n'arrête pas tout de suite ses délires ! En plus de ça, Carlos l'a laissée tomber et Juanita ne lui donne pas souvent de ses nouvelles. Très vite, ce qui s'annonçait drôle devient donc pathétique et la transformation d'Eva Longoria en mamie plus que grisonnante n'est pas des plus réussies. L'intrigue la plus faible de l'épisode, clairement.

vlcsnap_161505 vlcsnap_164271

   Du coup, Susan aussi tente de nous amuser ! Puisque Karl est lui aussi entre la vie et la mort, elle s'imagine ce que sa vie aurait pu être si elle était restée avec lui. J'ai aimé que l'on ne nous ré-invente pas le personnage de Karl pour l'occasion. Il est resté fidèle à lui-même et a continué à la tromper à tour de bras. Madame s'est réfugiée dans la bouffe et a grossi à vue d'oeil. Le coup du personnage qui devient énorme, on nous le fait tout le temps. C'est devenu un classique depuis Monica dans Friends (même si dans ce cas précis, elle ne l'est pas devenue, elle l'était !). Ca marche toujours, le minimum syndical de rires est assuré. Pas de quoi se relever la nuit pour autant puisque ça ne va pas plus loin que ça !

  Karl toujours est au centre des toutes les attentions et pour cause : il meurt ! Comme je le disais lors de la review précédente, suite au cliffhanger, les scénaristes étaient dans une impasse : soit ils tuaint Karl, soit ils achevaient Orson. On a d'un coté un personnage qui a encore des choses à offrir et qui a beaucoup apporté à Bree en ce début de saison 6 et de l'autre un personnage devenu embarrassant, qui a perdu de tout son intérêt depuis plus d'un an. Le choix aurait donc dû être vite fait mais c'était sans compter la logique Marc Cherryenne ! Adieu la Bree sexuellement libérée, souriante, re-bonjour à la momie qui porte sur ses épaules tout le malheur du monde. Que vont-ils bien pouvoir faire d'un Orson paraplégique (qui finira sans doute par être un miraculé) et d'une Bree au bout du rouleau ? J'ai peur. En attendant, sur la fin du "what if?" lorsque Bree, qui a quitté Orson pour vivre pleinement sa passion avec Karl à ses risques et périls, apprend la mort de son ex-mari dans la solitude la plus complète, une belle émotion s'est dégagée. Il aurait fallu qu'il s'agisse de la réalité et non d'un rêve pour que cela soit vraiment bon et c'est un peu tout le problème de l'épisode : le "what if?" est plus intéressant que la réalité...

   Pout terminer, tandis que Katherine n'est pas convier à la fête, Angie nous dévoile une petite part de son mystère. Elle s'appelle en réalité Angela De Luca et, contrairement à ce qu'on pouvait imaginer et contrairement aux habitudes, ce n'est pas elle la psychopathe. C'est la personne qu'elle fuit depuis des années. Elle a tué un homme accidentellement, c'est vrai, mais ce n'est pas la vraie raison de sa cavale. Je dois bien reconnaître que pour le moment, cette intrigue sait rester... intriguante ! Le passage au tribunal était déchirant et en même temps trop classique pour que l'on soit vraiment touché.

vlcsnap_155710 vlcsnap_156997


// Bilan // Cet épisode un peu spécial de Desperate Housewives privilégie le drama pur à la comédie et c'est à la fois rassurant et rageant de voir que les scénaristes tiennent encore la route dans ce domaine. C'est un chemin qu'ils n'empruntent plus que très rarement désormais et c'est pourtant essentiel à la série, un de ses ingrédients de base. Quelques belles scènes sortent du lot tandis que d'autres sont passe-partout et/ou prévisibles. La suite ? On risque de retomber dans la routine mais on en parlera le moment venu !

   44069764

02 décembre 2009

Desperate Housewives [6x 09]

dnes_season4_dh_gaby_miniba

Would I Think Of Suicide ? // 12 7oo ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_85851

   Cette semaine dans Desperate Housewives, on a décidé de ne pas faire comme d'habitude, et même de réparer ses erreurs... en en faisant d'autres ! Je me plaignais il y a quelques temps de la passivité incroyable des hommes de Wisteria Lane : bonne nouvelle, ils sont remontés à bloc ! Ah ouais. Alors il y a d'abord ce cher Mike, un pape au royaume de l'ennui, qui ne supporte plus les coups fourrés de Katherine, surtout quand elle s'en prend à M.J. Enfin façon de parler. Elle ne l'a pas séquestré. Elle lui a juste fait bouffer ses gâteaux dégoulinants de crême en disant du mal de sa mère. On a connu pire châtiment. Mike l'avait prévenu : quand il s'énerve, ça fait mal ! Booooo. Au final, il devient juste tout rouge et il dit plein de choses atroces qu'il ne pense même pas, à moins que les scénaristes aient perdu la mémoire, ce qui est possible aussi. Quand il dit qu'il n'a jamais aimé Katherine et qu'il ne faisait que penser à Susan quand il était avec elle, ça me fait doucement rire. Bien-sûr qu'il l'a aimé, ou alors on s'est foutu de notre gueule pendant plusieurs épisodes et c'est très moche. Leur couple n'a jamais eu une grande alchimie mais il y avait quelque chose. J'ai horreur de ça quand les scénaristes réécrivent les épisodes passés parce que ça les arrange. Toujours est-il qu'il n'a pas été très finaud : puisqu'il l'a profondément blessée, Katherine se plante un bon gros couteau dans le ventre. On imagine que dans le prochain épisode, elle l'accusera d'avoir fait ça. Ses empreintes sont forcément dessus, ça ne pouvait pas tomber mieux ! Les délires de Katherine me plaisent même si elle va sûrement finir avec l'albinos dans un hôpital psychiatrique et qu'elle mérite franchement mieux.

   Sachez-le : Carlos Solis est un salaud de patron ! Vous n'imaginez même pas ce qu'il est capable de faire... Boooo ! Non mais vraiment, je trouve cette version de evil-Carlos absolument ridicule. Ce n'est pas lui. Il n'est pas comme ça. Ok, Lynette lui a menti et c'est vraiment pas cool mais de là à partir dans de grands délires comme il le fait, franchement. Je n'arrive même pas à avoir de la peine pour Lynette tant j'ai l'impression qu'elle est tombée dans un monde parallèle. L'attitude de Gaby est à gerber elle-aussi et on ne peut pas dire qu'elle se rattrape avec son humour et son franc-parler cette fois puisqu'on la voit très peu et qu'elle n'essaye même pas d'être drôle. Tout est à jeter dans cette intrigue et je ne vois pas ce que la suite peut nous réserver de bon d'ici à la réconciliation, attendue et qui m'agace déjà d'ailleurs.

vlcsnap_84094

   Ce n'est un secret pour personne : Susan Mayer est la plus insupportable des housewives. Les scénaristes ont décidé de nous surprendre cette semaine de deux manières : d'abord en lui permettant de découvrir la vérité sur la liaison de Bree et Karl. Pour se faire, ils ont usé sans honte de ficelles gigantesques, que même Prison Break n'aurait pas assumé. "Tiens, et si on échangeait nos voitures Julie ?" "Oh oui Papa chéri" "Tiens, je me promène dans Fairview et sur quoi je tombe ? Sur la voiture de ma fifille chérie au beau milieu du parking totalement désert d'un motel !" Ah, le hasard... Bref, on s'attendait à ce que Susan saute à la gorge de Bree et... elle l'a fait mais pas tout de suite. En temps normal, ni une ni deux elle aurait piqué un sacré scandale ! La scène au courd d'autodéfense n'était pas drôle du tout puisque l'on voyait la chose arriver à quinez kilomètres à la ronde. Les "Karl's Facts" avaient déjà un peu plus de gueule. Je suis assez content que Susan ait réagi de la sorte, c'est-à-dire plutôt bien, mais en même temps, ça ne correspond pas au personnage. Quoi ? Moi jamais être content ?

   L'étrangleur de Fairview rôde toujours et attention : Mary-Alice nous confirme que c'est un homme. Et comme Mary-Alice ne ment (presque) jamais, on peut la croire ! L'hypothèse Angie est donc à écarter, sans regret. Il se trouve qu'elle devient de plus en plus intéressante cette femme. Je me suis même pris de pitié pour elle même si partir dans une si longue cavale n'était vraiment pas malin à la base. Apparement, elle aurait tué un homme il y a 18 ans. On n'en sait pas plus pour le moment. On ne peut pas dire que ce soit surprenant, on ne pouvait pas s'attendre à grand chose d'autre. Nick n'aurait rien à voir là-dedans, il a simplement accepté de la suivre. Quant à Danny, enfin Tyler... il a mal à la vie donc tente de se suicider en avalant deux-trois cachets. C'était encore écrit avec une psychologie extrêmement fine. Julie ne veut pas de moi, mes parents pensent à re-déménager : je veux mourir ! Qui sera la prochaine victime de l'étrangleur ? J'aimerais bien qu'il achève Julie. Mais comme il a l'air d'avoir un truc pour les rousses, Bree me semble la cible parfaite !

vlcsnap_85117


// Bilan // Certains personnages de la série nous surprennent dans cet épisode mais pas vraiment dans le bon sens. Ils ne sont pas crédibles, on ne les reconnaît pas. Mal écrit et mal joué, cet épisode ne vaut pas grand chose.

44069764