19 avril 2009

LOST [5x 13]

dnes_v2_lost_mini_ban

Some Like It Hoth // 9 o5o ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_89731 vlcsnap_91036 vlcsnap_92425

vlcsnap_93235

   Les épisodes se suivent et ne se ressemblent pas sur l'île de Lost. La semaine dernière, on nous plongeait dans la mythologie de l'île, de manière plus ou moins passionnante, et cette fois, on nous sort un épisode à la construction classique, centré sur Miles, l'un des personnages qui nous intéresse le moins. Ca aurait pu être ennuyeux et sans intérêt mais au contraire, c'était amusant, passionnant et intéressant. Comment se fait-ce ? D'abord parce que Miles est un personnage bien plus profond qu'il n'y paraît. Jusqu'ici, on l'avait réduit au rôle du mec sarcastique qui a toujours une bonne petite pique à balancer. Heureusement, il est bien plus que ça et à de nombreuses reprises, il m'a beaucoup ému. La scène où il tombe sur son père en train de lui raconter une histoire lorsqu'il était enfant était très belle. Depuis le season premiere, on se doutait fortement que Pierre Chang était son père. Nous en avons eu confirmation. On suppose que Straumes est le nom de sa mère, avec qui il a quitté l'île pour des raisons qui restent encore inconnues. C'est un peu dommage de nous avoir montré cette scène au début de la saison où l'on découvre que Pierre a un enfant. Dès lors, il était évident qu'il s'agissait de Miles. En même temps, le suspense ne traîne pas trop dans cet épisode. Miles l'avoue assez rapidement à Hurley. Leur duo fonctionne toujours à merveille et il nous a offert quelques scènes comiques d'anthologie : lorsqu'Hurley essaie de convaincre Miles que son don (qui n'est que folie) est plus fort que le sien, ou encore quand il lui raconte qu'il écrit dans son petit cahier L'empire contre-attaque pour en présenter sa version revue et corrigée à Georges Lucas. Joli clin d'oeil aux bons gros geeks fans de la série. On en profite aussi pour placer quelques petites scènes plus ou moins anodines au premier abord, comme la construction du Swan qui permet à Hurley de découvrir que les chiffres maudits sur la porte de la station correspond tout bêtement à un numéro de série. Ca n'enlève rien à leur signification et ça n'apporte rien du tout en termes de mythologie mais c'est agréable à voir. Un point un plus intéressant tout de même : le plombage à la dent d'un des ouvriers du site a fait explosé sa cervelle ! Nulle doute que c'est une conséquence du fort éléctro-magnétisme de l'endroit. Mais là encore, ce n'est qu'un petit élément qui ne nous apporte finalement rien de plus. A noter tout de même que Radinsky, Chau et quelques autres semblent cacher pas mal de choses aux autres employés de la Dharma...

   Les flashbacks de Miles sont plutôt bien foutus et absolument pas ennuyeux. Le premier aurait pu prêter à rire, vu son accoutrement de punk, mais il est surtout poignant puisqu'il vient rendre visite à sa mère gravement malade. Elle lui assure que son père mort. On sait que c'est faux. Ensuite, on nous rappelle que Miles a un don mais qu'il s'en sert pour magouiller. Il ne parle pas avec les morts mais il peut les entendre et ainsi connaître leur histoire. On se serait vaguement cru dans Pushing Daisies, les couleurs en moins. La partie la plus intéressante, c'est évidemment l'entrée en scène de Naomi, qui l'approche pour le compte de Widmore. On nous confirme au passage que c'est bien Widmore qui a fait déterrer des cadavres on ne sait où pour simuler le crash du vol 815. Miles a bien été choisi pour son don unique, on n'en doutait pas, mais malheureusement, on ne sait pas quelle est sa mission précise une fois sur l'île. Il devait bien en avoir une autre que simplement retrouver Ben. Dommage que la réponse ne soit pas donnée, elle aurait rendu l'épisode encore plus utile. Par ailleurs, on sait désormais pourquoi Miles avait demandé la somme de 3.2 millions de dollars à Ben. Il s'agit en fait du double de ce que Widmore lui a proposé pour partir en expédition. Franchement, j'avais complêtement zappé cette histoire. Content d'avoir quand même une réponse. La partie la plus intéressante pour la suite, c'est que le pote d'Ilana, Bram, apparaît dans un flashback comme un ennemi de Widmore. Il approche Miles pour lui soutirer des informations et l'empêcher de bosser pour l'ennemi. Et il lui demande "What lies in the shadow of the statue ?". Il ne reste plus qu'à théoriser ! Un troisième groupe en plus de celui de Ben et celui de Widmore ? Non, je pense plutôt que c'est la Dharma qui est de retour et qui compte bien reprendre possession de l'île. Bon en même temps, la statue renvoit plutôt aux hostiles a priori. Voilà qui rend Ilana, Bram (et Ceasar ?) bien plus mystérieux que prévu.

   Du coté des autres losties, rien de franchement intéressant ne se passe. Tandis que Jin est aux abonnés absents, Jack essuie le tableau de la salle de classe (rempli d'informations sur la mythologie Egyptienne !) et Kate parle encore et toujours avec le père de Ben jusqu'à ce qu'elle en dise trop et qu'il la soupçonne d'être bien louche. Se rajoute à cela Phil qui vient à la rencontre de Sawyer pour lui annoncer qu'il sait tout ! Il a vu sur des bandes-vidéos ce qui s'était vraiment passé avec Ben... En gros, nos héros sont dans la merde et ça tombe bien : Faraday est de retour ! C'est bien lui qui va les sauver, non ? Reste à savoir comment. En tous cas, chronologiquement, la scène que l'on a vu de lui dans le season premiere lorsqu'il était proche de la roue devrait avoir lieu bientôt. Cela promet un prochain épisode exaltant !

vlcsnap_91818

vlcsnap_92932 vlcsnap_92122 vlcsnap_93591


// Bilan // C'est une fois de plus la simplicité qui réussit le mieux à Lost. Un épisode à la construction narrative à l'ancienne, quelques mystères, quelques réponses : que demande le peuple ?

dnesv2finarticleminibanpk8


21 mars 2009

LOST [5x o9]

dnes_v2_lost_mini_ban

Namaste // 9 4oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_188550 vlcsnap_194657 vlcsnap_191076

vlcsnap_192002

   Nous voilà au milieu (en gros) de la saison 5 de LOST -ça passe à une vitesse folle- et on entre dans une nouvelle phase très excitante où l'on ne sait absolument pas ce qui nous attend. Depuis un petit moment, malgré de nombreuses surprises, on savait à peu près ce qui allait se passer : la réunification des Oceanic Six, le nouveau départ pour l'île puis l'arrivée. Ce sont les détails de leurs déroulements qui étaient passionnants. Maintenant que nos deux petits groupes de naufragés sont de retour et habilement séparés par 30 années de surcroît, que va-t-il advenir ? Cet épisode nous donne déjà une petite idée de ce qui se prépare mais c'est encore vague et tant mieux ! La série n'est jamais aussi réussie que quand elle est imprévisible. L'épisode commence par un retour sur le crash du vol Ajira 316 du point de vue, cette fois, de la cabine de pilotage avec ce cher Lapidus, toujours aussi excellent. C'était plutôt bien fichu compte-tenu des moyens dont dispose la série -énormes pour une série mais qui font pâle figure comparé à ceux du cinéma- et bien stressant. Elle permet par ailleurs de confirmer ce dont on se doutait : ils ont bien atterri en 2007 (cf le "30 Years Earlier") et en douceur grâce à la piste construite par les Autres. Nulle doute maintenant que, Ben ayant rencontré les naufragés il y a 30 ans, il savait exactement ce qu'il fallait faire pour que l'avion ne se crashe pas. De plus, ça permet de mieux accepter le fait qu'il ait toujours un plan et qu'il sache tant de choses sur les uns et les autres. Sa rencontre avec Sayid à la fin de l'épisode est surprenante et prometteuse. N'était-ce d'ailleurs pas Sayid le premier à l'avoir rencontré après avoir été capturé par Rousseau ? Il me semble, à vérifier ! Ce serait un bel écho. 

   Des échos, il y en a des tas dans cet épisode. Un jeu de miroir inversé en quelques sortes. Sawyer est le nouveau Jack, si je puis dire. Sans aller jusqu'à dire qu'il est le leader de la Dharma, il y a pris en tous cas une place importante. Il est respecté et écouté. En tant que Chef de la Sécurité, il vaut mieux que les gens lui fassent confiance en même temps. C'est aussi cette place dans la hièrarchie qui lui permet d'intégrer Jack, Kate et Hurley relativement facilement dans la communauté. Il faut reconnaître que c'est parfois un peu facile mais tant que cela reste crédible, ça ne me dérange pas outre mesure. Et c'est crédible. On peut remercier le hasard qui a fait qu'ils arrivent un jour où un sous-marin débarquait. Et apparemment, ça n'arrive que tous les 6 mois en plus ! Peut-être que ce n'est pas un hasard ceci dit. Le sous-marin ne peut peut-être pas faire l'aller-retour n'importe quand. Ce qui a permis de faire revenir les naufragés permet peut-être tous les déplacements hors de l'île. Mais ça ne serait possible que tous les 6 mois alors ? C'est curieux. La rivalité entre Sawyer et Jack est plus que jamais présente. Après des retrouvailles souriantes mais pas hyper chaleureuses, Sawyer montre qu'il en veut toujours à Jack pour ses mauvais choix et le tient pour responsable de la mort de nombreux losties. Il se venge bassement en le réquisitionnant pour le nettoyage des chiottes ! Bien fait tiens ! Ce changement de rôles est particulièrement jouissif. Là où ça devient un peu moins intéressant, c'est lorsque l'ancien triangle amoureux se transforme en quatuor infernal. Le sujet n'a été qu'effleuré pour le moment mais on sent bien, à travers les regards appuyés, que Sawyer et Kate ne savent pas ce qu'ils veulent. Jack est jaloux par rapport au nouveau couple formé par Juliet et Sawyer mais ronge son frein. J'ai un peu peur que l'on se rende compte que les grands désastres passés de la Dharma sont en partie dûs aux rivalités amoureuses au sein de ses membres. Ca ne serait pas forcément idiot mais ce n'est pas ce type d'intrigues qui m'intéresse. A petites doses, ça va. Plus, c'est vite indigeste et agaçant. Sinon, je suis resté bouche bée devant la beauté de Elisabeth Mitchell dans cet épisode. Elle est radieuse !

vlcsnap_189450

   L'ambiance très hippie de la Dharma me plaît beaucoup. Ca détent l'atmsophère, en plus des lignes de dialogues tordantes de Hurley. Ca et là, on nous offre quelques clins d'oeil. Je pense à Jack qui est accueilli par Pierre Chang. Ca n'apporte rien, si ce n'est de faire interragir deux personnages que l'on aurait jamais imaginer voir ensemble ! Apprendre que le fils de Amy est Ethan n'apporte rien de spécial non plus mais c'est amusant. Et puis il y a là encore un écho puisqu'il me semble que c'est Sawyer qui a tué Ethan et c'est aussi Sawyer qui lui a donné naissance. Enfin il était présent lors de l'accouchement quoi. On découvre enfin Radinsky ! Jusqu'ici, la seule image que l'on avait de lui était une tâche de sang sur un plafond dans la station The Swan. Il avait l'air important dans la Dharma. Avant d'y être enfermé, c'est lui qui avait dessiné les plans de la station. Il s'occupait aussi de The Flame. A ce propos, je me demande si l'on reverra un jour Mikhaïl, le Russe immortel ! Autre point déjà moins anecdotique, un des mecs de la Dharma, Phil, semble avoir des suspicions autour de LaFleur. C'est certainement avec lui que les problèmes vont commencer. Par ailleurs, Sawyer nous apprend que Faraday n'est plus sur l'île, ou en tous cas plus présent avec eux à Otherville. Il a l'air assez agacé d'ailleurs. Est-il mort ? A-t-il disparu ? On pense forcément à la scène inaugurale de la saison...

   Enfin, j'ai littéralement adoré la scène de Sun et Lapidus dans Otherville. Déjà, le contraste est saisissant entre le village des Autres il y a 30 ans et ce à quoi il ressemble aujourd'hui. Ce ne sont plus que des ruines. La pleine lune, la nuit noire, les grondements du monstre et les chuchottements sont autant d'ingrédients qui donnent du cachet à cette scène. On en frissonne presque ! Puis il y a Christian qui leur apparaît, il semble bien vivant. Il leur montre des photos de l'équipe Dharma de 1977, où se trouvent Hurley, Kate, Jack... Il leur précise que du boulot les attend ! Il adore dire ça, il le dit tout le temps. A son fils, à Locke, maintenant à Lapidus et Sun... Je ne l'avais pas du tout remarqué mais de plus fins observateurs que moi l'ont vu : il semblerait que Claire se cache dans la pénombre de la maison, derrière Sun. A vrai dire, on n'aperçoit qu'une silhouette, qui pourrait tout aussi bien être celle de Charlotte, de Claire ou d'une technicienne égarée. C'est quand même très troublant. La scène se prête tout à fait à la présence de Claire donc pour moi, c'est bien elle. Je ne suis pas sûr que ça ait une importance capitale de toute façon. On sait qu'elle est avec Christian depuis un moment, et qu'il est lui-même très lié au monstre... Reste une grosse interrogation tout de même : pourquoi Sun ne s'est pas retrouvée en 1977 comme les autres ? Autant pour Lapidus et Ben je comprends, il n'était pas dans le vol Oceanic mais Sun... Cela permet de repousser ses retrouvailles avec Jin et puis c'est surtout grâce à elle, à eux, que le passé et le présent vont se rejoindre, si toutefois ça arrive. Comment ? Quand ? Ah ah...

vlcsnap_189898

vlcsnap_187375 vlcsnap_201459 vlcsnap_206568


// Bilan // Une fois encore, on frôle l'excellence ! C'est prenant, la tension est palpable entre les différents protagonistes et c'est surprenant aussi. On ne sait absolument pas ce qui va se passer dans les prochains épisodes, on avance à l'aveugle. La réalisation est absolument parfaite et les acteurs sont au top, ils ne l'ont pourtant pas toujours été par le passé. Petit bémol concernant Josh Holloway quand même. Plus son personnage prend de l'importance, plus il a de mal à être convaincant. Mais c'est une impression toute personnelle qui ne semble pas très partagée.

dnesv2finarticleminibanpk8


// Bonus // Clair(e) ou pas Clair(e) ? J'aimerai bien connaître votre avis sur la question... Petite vidéo pour se faire une idée plus précise :