27 décembre 2011

Awkward. [Saison 1]

 Awkward_MTV_poster_207x300

Saison 1 // 1 980 000 tlsp.

61074943_bis


vlcsnap_2011_09_08_00h54m28s48 vlcsnap_2011_10_08_20h15m25s119

   Alors que l'année 2011 se termine doucement, un constat s'impose : la meilleure surprise de l'année, ce n'est pas Homeland ou American Horror Story (parce qu'on s'y attendait) ni même New Girl (ah ça certainement pas, mais on en reparlera). Pour moi, c'est Awkward ! C'est l'outsider que personne n'avait vu venir, dont personne n'avait même entendu parler en amont (MTV oblige). Elle est arrivée là, en plein de mois de Juillet, comme si de rien n'était et petit à petit, le bouche à oreille a fonctionné : elle est alors devenue dans le petit monde des sériephiles LA série à ne surtout pas manquer l'été dernier. Comme toujours dans ces cas-là, ceux qui se sont réveillés fin Octobre pour la découvrir ont trouvé qu'on en avait fait tout un foin pour pas grand chose mais que voulez-vous ? Ca se passe toujours comme ça...

  Il ne m'a pas fallu trois ou quatres épisodes pour adorer Awkward. Ma critique des deux premiers épisodes peut d'ailleurs fièrement en témoigner (elle est ICI). La voix-off toujours très inspirée de l'héroïne donne le ton de cette série atypique aux personnages tous plus attachants les uns que les autres, qu'il s'agisse des copines pas toujours très malines de Jenna, de sa mère cinglée, de ses prétendants bizarrement charmants, de sa pire ennemie -une pauvre fille finalement très mal dans sa peau qui se venge comme elle peut- ou de l'incroyable conseillère d'orientation de son lycée, Valerie, qui est sans doute l'un des personnages les plus drôles créés cette année ! Les auteurs l'ont d'ailleurs très bien compris en usant et abusant d'elle, si bien que sur la fin de la saison, après avoir guetté chacune de ses apparitions, on espère juste qu'elle va disparaitre un peu pour mieux revenir. Hormis cette légère overdose, les excentricités de chacun des personnages passent comme des lettres à la Poste et nous surprennent toujours ! Les coups fourrés de Sadie sont toujours bien trouvés, de même que les répliques de sa meilleure amie/toutou, prototype de la blonde sans cervelle. Les caricatures ont beau être accentuées, les portraits parviennent aussi à être fins. Je pense à Matty en particulier, qui n'est pas qu'un beau gosse pas fûté. Il est sans doute la meilleure surprise sur la longueur sans tomber nécessairement dans le pathos. Certes, son frère est diminué mentalement mais on n'en fait pas tout un fromage non plus. Certes, le regard des autres lui fait souvent prendre les mauvaises décisions mais il en a conscience, au moins.

   Contrairement à beaucoup d'ados qui se cherchent, ceux d'Awkward semblent s'être trouvés et s'assument tels qu'ils sont. Ils font souvent preuve de recul et de second degré, quitte à ne pas toujours se prendre au sérieux. Il ne s'en dégage pas forcément un grand réalisme au final mais il y a suffisamment de matière à laquelle s'accrocher pour tenir à eux quand même et, probablement, s'identifier. D'ailleurs, il n'est pas nécessaire d'être ado ou post-ado pour apprécier la série. Je crois que tous les âges peuvent s'y retrouver. Le charme opère sur tout le monde ! Jenna parle comme une vieille fille aigrie/Daria bis parfois ? Pas grave. La scène suivante, elle se comporte comme une ado" normale" avec ses grands et petits tracas. Lacey est étouffante au possible et embarassante ? Oui mais elle sait aussi être tendre et émouvante. Bref, je ne vais pas vous faire un dessin : les protagonistes, contrairement aux apparences, ne sont pas undimensionnels (enfin pas tous). C'est aussi à cela que l'on repère une série bien écrite, aussi divertissante et pas prise de tête soit-elle, l'un n'empêchant pas l'autre. Awkward ne tombe pas dans la facilité non plus du coté de ses intrigues. Un des principaux enjeux de la première saison est évidemment de savoir avec qui Jenna va "finir" : le populaire Matty ou le nerd Jack ? Difficile d'ailleurs de choisir un camp, ils ont tous les deux leurs défauts et leurs qualités et sont quelque part complèmentaires. Jenna devrait sérieusement proposer un ménage à 3 ! On comprend en tous cas son trouble. Pour autant, les scénaristes n'ont pas choisi de terminer la saison sur ce suspense mais plutôt sur la révélation de l'identité de la personne qui lui avait envoyé une lettre anonyme. Ce n'est pas une énorme surprise puisque la liste des suspects s'était considérablement réduite au fil de la saison mais tout de même... Ca donne indéniablement envie d'en savoir plus, sur les motivations du personnage notamment, même si on les devine, et sur l'impact que cela va avoir. 

vlcsnap_2011_10_08_20h09m41s3 vlcsnap_2011_10_08_20h09m59s186


// Bilan // Même si maintenant mon visionnage de la saison 1 de Awkward est loin dans le temps, il est encore vif dans mon esprit. Sous ses airs de ne pas y toucher, c'est une série qui marque par son originalité mais aussi, paradoxalement, par sa simplicité. Je me souviens très bien que j'attendais cet été chaque nouvel épisode avec une grande impatience alors qu'ils ne se terminaient pas forcément sur de grands cliffhangers. Son format court (22 minutes) et son efficacité font qu'on ne peut que en redemander ! LA surprise de l'année, donc. 


01 août 2011

Awkward [1x 01 & 1x 02]

19780966

Pilot // Knocker Nightmare 

1 720 000 tlsp. // 1 43o ooo tlsp.

44030377

What About ?

Une adolescente de 15 ans gagne une certaine notoriété suite à un quiproquo. Elle devient pour ses camarades de classe la fille qui a tenté de mettre fin à ses jours, alors qu’il s’agissait d’un regrettable accident. Mais comment en tirer profit pour devenir plus populaire ?

Who's Who ?

Créée par Lauren Iungerich (10 Things I Hate About You). Avec Ashley Richards (Les Frères Scott), Beau Mirchoff (Desperate Housewives), Nikki Deloach (North Shore, Windfall), Jillian Rose Reed (Weeds), Brett Darven, Molly Tarlov, Desi Lydic...

 So What ?

Il y a encore deux ans, MTV n'avait pas une seule série originale sur son antenne après des essais infructeux (pour ne pas dire médiocres) dans les années 90. A l'heure où la chaîne musicale n'a plus grand chose de musical sur son antenne, le nouveau dirigeant de la chaîne a commandé pilotes sur pilotes. The Hard Times Of RJ Berger avait ouvert la marche dignement (Voir ma critique), la version US de Skins a quelque peu défrayé la chronique (Voir ma critique), Teen Wolf a ouvert une autre voie (ma critique viendra dans les jours qui viennent) et Awkward est celle qui a bien failli passé complètement inaperçu avec un lancement en plein été et très peu de promotion. Il y aura aussi Death Valley dans quelques semaines puis plus tard la version américaine de The Inbetweeners mais on en reparlera...

 Une série qui se passe au lycée, avec une ado qui souffre de ne pas faire partie de la bande des gens populaires et qui est secrétement amoureuse de l'un d'entre eux, c'est vu et revu et re-revu au cinéma comme à la télévision. L'originalité ici, si l'on doit vraiment en trouver une, c'est le ton sur lequel l'histoire est traitée. MTV ne peut pas se permettre de montrer des gens nus en train de fumer de la drogue ou boire de l'alcool mais elle peut se rattraper avec les dialogues où, certes, les "fuck" sont bannis comme quasiment partout ailleurs, mais pas les sarcasmes bien sentis et les blagues sur le suicide, Britney Spears et le cul. La narration de l'héroïne, Jenna, rend donc l'ensemble très agréable, même lorsqu'elle se retrouve dans des situations clichées au possible. Elle est parfaitement consciente de qui elle est, de ce qu'elle vit et de ce que sont ceux qui l'entourent. Par exemple, elle sait que Mattie, le mec sur qui elle craque depuis des années, est un idiot. Elle ne comprend pas ce qui l'attire chez lui mais c'est plus fort qu'elle. De cela découle forcément un propos un peu plus intelligent que prévu et des personnages beaucoup plus crédibles que dans, allez, au hasard : Glee. Ils ne sont pas vraiment des caricatures même s'ils entrent tous plus ou moins dans des cases. Voilà qui est rafraîchissant ! On ne cherche pas l'efficacité et le rire du téléspectateur à tout prix, on les trouve naturellement, sans en faire des tonnes. Les amies de Jenna sont amusantes dans leur genre, mais ma préfèrence va à l'infirmière du lycée (ou conseillère d'orientation : on ne sait pas très bien ce qu'elle fait mais elle le fait), complètement à coté de la plaque mais vraiment tordante. 

En somme, je n'attendais rien d'Awkward et j'ai été agréablement surpris par le pilote, qui m'a instantanément donné envie de voir l'épisode suivant, sans avoir l'impression de perdre mon temps. Rarement un teen show n'aura rentrascris, sous forme de comédie j'entends, aussi bien cette période difficile mais inoubliable qu'est l'adolescence. Evidemment, les quelques dramas qui ont réussi à mener à bien cette mission (Dawson, Angela 15 ans, Freaks & Geeks) l'ont fait de manière plus subtile... 

Posté par LullabyBoy à 12:27 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,