06 avril 2010

Fringe [2x 16]

dnes_season4_fringe_bishopd

Peter // 5 84o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_52717 vlcsnap_53236

   Le retour de Fringe après plusieurs semaines d'absence ne pouvait être plus réussi. Je dirais même qu'il s'agit du meilleur épisode de la série depuis le pilote. Il met en images ce que nous savions déjà ou ce que nous supposions sur les origines de Peter, tout en répondant à quelques questions secondaires et en en posant d'autres, à la Abrams-style. Je tiens d'abord à saluer la prise de risques des scénaristes qui ont fait le choix de consacrer l'intégralité de l'épisode à un flashback. Ils auraient pu l'entrecouper de scènes dans le présent, ils auraient pu diluer les informations sur plusieurs épisodes comme ils l'ont toujours fait jusqu'ici... Et puis la deuxième personne à saluer, c'est évidemment John Noble qui délivre une fois de plus une prestation tout en nuances en tous points admirable. Il passe d'un Walter à un autre avec dextérité, gardant les spécificités de chacun intactes. Il fait passer une émotion incroyable dans chacune de ses scènes et dans la moindre ligne de ses dialogues. Comme dans toutes les oeuvres de la team Abrams, l'histoire sert les personnages et non pas l'inverse. Comme les naufragés de Lost se retrouvent confrontés à des phénomènes fantastiques pour mieux faire ressortir leurs qualités, leurs défauts et mettre en avant leur destinée, la science et le paranormal sont des accessoires inhabituels pour tracer les portraits des héros hors-du-commun de Fringe.

   Ce que va d'abord nous apprendre cet épisode, c'est que Walter n'est pas aussi mauvais dans le passé qu'on aurait pu l'imaginer. Du moins, sur cette partie-là de l'histoire, il agit uniquement comme un père désespéré prêt à tout pour sauver son fils puis le faire revenir à la vie. Il n'y a pas là d'ambition scientifique. Et pendant ce temps-là, c'est William Bell qui parcoure le monde pour profiter de sa notoriété naissante... Dans l'Autre Monde, Peter est aussi malade mais c'est l'alliance des deux Walter qui va permettre de le sauver. L'un scrutant l'autre. L'Observer a son rôle à jouer puisque c'est à cause de lui (on parle ici de September) que Walternate (nom que les fans donnent à l'Autre Walter) passe à coté du remède qui sauvera Peter. Et c'est également lui, mais ça on le savait déjà, qui sauve Peter et Walter de la noyade. Sauf que s'il le fait, c'est pour "réparer" son erreur, ré-équilibrer les choses. On découvre au passage que les Observers peuvent visiblement passer d'une réalité à une autre sans problème. On en apprend également plus sur Nina Sharp. On assiste à la perte de son bras et on comprend mieux ses liens avec Walter. Toutefois, sa relation avec Bell reste très mystérieuse. Au final, si Walter a gardé Peternate dans son Monde, c'est parce qu'il ne pouvait se résoudre à le perdre une deuxième fois et que la douleur de sa femme était insurmontable à ses yeux. Après ce récit, Olivia ne peut plus en vouloir à Walter, du moins plus pour ça... Toutefois, de nouvelles questions se posent, notamment sur ce que sont devenus les Walternate et Elizabethnate après l'enlèvement de leur fils. L'objet probable, entre autres choses, d'un futur flashback...

   Et puis parce que les scénaristes sont facétieux et que Fringe c'est aussi tout un tas de clins d'oeil, on nous offre un générique spécial 80s assez génial, on fait référence à l'invention du téléphone portable tactile et on nous rappelle que ce n'est pas Michael J. Fox à la base qui devait interpréter McFly dans Retour vers le futur mais Eric Stoltz ! 

vlcsnap_62393 vlcsnap_65134


// Bilan // Dans cet épisode, Fringe lève le voile sur une partie de sa mythologie et n'occasionne pas la moindre déception, bien au contraire. L'ironie du sort, c'est que Joshua Jackson n'apparaît même pas alors que l'épisode est consacré à son personnage...

44069764


// Bonus // Le générique 80's !