16 octobre 2009

Dexter [4x 03]

dnes_season4_dexter_miniban

Blinded By The Light // 1 24o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_92689

   Dexter à Wisteria Lane ? C'est un peu ça. Le serial-killer n'est plus fatigué et tant mieux, alors il en profite pour se frotter à ses chers voisins, de vraies caricatures des habitants des banlieues aisées. Il va finir par désespérer le pauvre. Lui qui est si solitaire et si peu enclin aux grandes effusions de bonheur doit se rendre à l'évidence : il n'est pas fait pour la vie dans les suburbs. Il n'a plus une minute à lui pour respirer et encore moins pour tuer. Il profite des rondes de nuit instaurées par les hommes du quartier afin d'attraper un vandal pour chasser. Sa proie est un adolescent rebelle, qui tourne autour d'Astor (ce qu'elle a grandi !), et qui profite des absences de son père pour faire deux-trois conneries. Mais au final, Dex se rend compte qu'il s'est trompé de proie. C'est le père le pire. Il va lui faire peur, histoire de le calmer. Cette intrigue finalement assez légère a été très bien menée. La sensation d'étouffement du héros ne passe pas que par ce nouvel environnement mais aussi par Rita, apparemment parfaitement dans son élément contrairement à lui. Le fossé se creuse et leur relation vacille encore un peu plus... On n'est pas au bout de nos peines avec ces deux-là.

   Je le répéte : le Trinity Killer est fascinant. Je comprends l'obsession de Lundy. Il a des méthodes très particulières et curieusement, il ne fait pas peur. Il reste calme en toutes circonstances, il ne jette pas des regards horribles à ses victimes, il ne prend pas une voix de pervers ou de psychopathe. Bref, il n'est pas du tout caricatural, ça change des serial-killers dont on nous abreuve à longueur d'années dans les séries policières. La scène où il pousse sa victime du haut d'un immeuble, et tout ce qui précéde, était vraiment flippante. J'en redemande ! Mine de rien, il a déjà tué deux de ses trois victimes. Que va-t-il se passer d'ici à la fin de la saison ? Je ne suis pas inquiet, j'imagine que les scénaristes ont un plan. J'ai hâte également de découvrir les motivations du Trinity Killer. Car il en a forcément. Ce qu'il a au fond des tripes, ses traumatismes, les événements qui l'ont conduit à en arriver là. Il y a toute une psychologie du personnage à construire et il ne faut pas nous décevoir là-dessus. Ce n'est pas concevable. Pendant qu'il tue, l'enquête suit son cours. Pour le moment, ça avance très doucement mais on prend un certain plaisir lors des dialogues entre Lundy et Dex, toujours très intenses. La confusion des sentiments de Debra est beaucoup moins plaisante à suivre tant on s'y attendait. C'est sans surprise pour l'heure. Mais toute compte fait, Lundy n'est plus aussi catégorique la concernant. S'il n'est pas revenu à Miami pour elle, il est bien content de la voir. Et c'est vrai qu'Anton ne fait pas le poids face à lui. L'acteur n'est pas très charismatique en plus. La carrure ne fait pas tout.

   Presque subtilement, les scénaristes ont trouvé un moyen de donner un intérêt à Quinn : il va être le nouvel ennemi de Dexter dans la police ! De loin, ça laisse craindre une intrigue à la Doakes bis. On verra... On continue de nous montrer Quinn avec sa journaliste. Cela aura forcément un sens à un moment donné (de l'enquête). Et puis Laguerta et Angel fricotent toujours et c'est chiant à mourir. Puis je n'arrive pas à m'y faire : Angel n'est pas crédible avec toutes ses responsabilités. C'est un flic moyen, sans véritable instinct, sans passion démesurée. Il était amusant à une époque mais plus maintenant. Masuka doit assurer tout seul et il s'en sort bien jusqu'ici.

vlcsnap_75076


// Bilan // Avec ses nombreuses touches d'humour cynique, cet épisode de Dexter renoue avec la tradition des saisons passées. Le rythme est loin d'être effrené mais on est en début de saison, c'est normal. Le Trinity Killer fascine et c'est déjà pas mal.


07 octobre 2009

Dexter [4x 02]

dnes_season4_dexter_miniban

Remains To Be Seen //

44030376


vlcsnap_171545

   Alors, le corps était-il dans le coffre de Dexter lorsqu'il a eu son accident ? Bien-sûr que non ! Voilà un cliffhanger qui n'avait pas grand intérêt, tant sa résolution était évidente. Une fois de plus, la chance est avec le serial-killer. Good For Him ! Malgré cela, l'épisode était tout en tension et tout en suspense, on vibre encore pour le secret de Dexter ! Car si le corps n'était pas dans le coffre, Dexter n'avait plus aucune idée de ce qu'il en avait fait ! Finalement, il était pendu au-dessus du ring, théâtre de son meurtre. Pourquoi aller chercher midi à quatorze heures ? Heureusement que Dex est extrêmement fatigué car je ne vois pas comment on aurait pu expliquer autrement un tel changement dans son comportement. Il n'est plus alerte, il ne fait plus attention (il avait laissé une trace de sang sur les lieux du crime) et il se montre relativement désagréable avec son entourage et ses collègues. J'espère que ce Dexter-là va repartir de là où il vient. Une bonne cure de sommeil et tout sera rentré dans l'ordre. Le "Fuck" final était excellent, cela dit.

   Pendant que Dex cherchait donc le corps, il ne s'est pas passé grand chose d'intéressant. C'est toujours Les Feux de l'amour au Miami Metro avec Laguerta qui se demande si ses cheveux sont mieux attachés ou détachés (passionnant) et qui a encore dû mal à gérer sa toute nouvelle relation avec Batista. Lui vit les choses beaucoup plus sereinement. Ils sont tous les deux fidèles à leurs personnages mais cela n'a pas grand intérêt. Un peu plus intéressant mais tellement prévisible : Debra doit affronter Lundy et son charme qui la dévaste, quoi qu'elle en dise. Elle était à deux doigts de tomber dans ses bras, au lieu de ça elle s'est ridiculisée car lui prétent n'être venu à Miami que pour le Trinity Killer et en aucun cas pour la revoir. Cela doit être vrai mais ça ne l'empêchera sans doute pas de la sauter dans quelques épisodes. En attendant, Debra se rassure comme elle peut avec son Anton. Quand je vous dis que c'est Les Feux de l'amour... D'ailleurs, le jeu de Julie Benz au moment où elle vient rendre visite à Dexter sur son lieu de travail était aussi mauvais que celui de Melody Thomas Scott, la célèbre Nikki Abbott. Elle n'a jamais été excellente mais quand même, à ce point-là... On se reprend !

   Pendant ce temps-là, le Trinity Killer prépare son deuxième crime à Miami et s'en prend cette fois à une gentille mère de famille qui n'a rien fait à personne. Pour la première fois dans la série, on observe les méthodes d'un autre tueur que Dexter. Avec les précédents, puisqu'on ne connaissait pas leur identité, on ne les voyait pas à l'oeuvre. C'est intéressant, d'autant que John Lithgow fait vraiment flipper. J'aurai tout de même préféré que ça aille un peu plus vite et qu'il tue la femme dès maintenant. Avant que j'oublie : il n'y a rien à dire sur Quinn. Il ne sert toujours à rien. Terrible constat. Dans le même genre, on se passerait bien du père de Dexter. Ses interventions ne sont plus aussi bien justifiées qu'avant. 

vlcsnap_169157


// Bilan // Dexter nous a appris par le passé qu'il fallait prendre son mal en patience et que tout venait à point à qui savait attendre. Sauf qu'à l'époque, il y a deux ans, il y avait plein d'intrigues secondaires qui faisaient patienter avec plaisir. Là, c'est le vide. 

         

20 août 2009

Dexter [4x o1]

dnes_v2_dexter_mini_ban

Living The Dream //

dnes_v2_poll_stars4


19151513_w434_h_q80

   Dexter est de retour un peu avant l'heure ! Alors que le Season Premiere est programmé sur Showtime pour le 27 Septembre, une fuite interne sur le site de la chaîne nous permet de le voir déjà avec un mois d'avance. Une très bonne surprise donc, presque aussi bonne que l'épisode. Rappelons en quelques mots la déception qu'a été la saison 3 : un Dexter heureux, sans doute un peu trop; des intrigues principales moins prenantes, moins bien ficelées et moins subtiles; des intrigues secondaires parfois discutables et qui n'ont jamais mené à rien; le personnage de Miguel Prado qui a pris beaucoup trop de place; et puis heureusement, plein de bonnes choses aussi. La saison 3 fait figure de parenthèse enchantée et, comme la dernière scène du Season Finale le laissait présager, un retour à la noirceur s'amorce en ce début de saison 4.

   On avait quitté Dexter alors qu'il était souriant et semblait épanouï, on le retrouve éreinté, désabusé et en manque de meurtre. Les scénaristes ont eu la bonne idée -pas très surprenante en même temps- de faire un bond dans le temps de quelques mois afin de nous épargner le supplice de l'accouchement et tout ce qui va avec. Le bébé est donc là depuis quelques semaines; la petite famille a emménagé dans une nouvelle maison toute orange qui respire le bonheur, au beau milieu d'un quartier résidentiel tout ce qu'il y a de plus accueillant avec des voisins souriants et tout plein de palmiers; bref, Dexter se retrouve propulsé dans un monde qui ne lui ressemble pas mais qui lui permet d'enfouir encore un peu plus profondément son lourd secret. Le bébé ne faisant pas ses nuits, il ne dort pas beaucoup, ce qui explique son état de délabrement avancé. La première scène de l'épisode est très réussie car elle concentre à la fois l'humour et l'horreur qui caractérisent la série. On veut nous faire croire que Dexter va à nouveau tuer après une longue période d'abstinence, on découvre en parallèle qui pourrait être sa prochaine victime, et puis finalement, Dexter ne fait que se balader en voiture dans une tentative désespérée de faire s'endormir le nouveau-né. La supposée victime est en fait le nouvel ennemi de Dex : le Trinity Killer. Il tue une femme avec délection puis se baigne dans son sang. Autant dire que ce nouveau serial killer est très prometteur, il n'a pas intérêt à nous décevoir. Il est interprété par John Lithgow, surtout connu pour son rôle de patriarche dans la très bonne sitcom 3ème planête après le soleil (qui n'a jamais eu droit à une reconnaissance suffisante en France), qui prouve ainsi qu'il est capable de tout jouer, même les pires sadiques. Réjouissant !

   Tout va très vite dans ce Season Premiere, à l'inverse des trois premières saisons où les intrigues se mettaient en place doucement. Difficile pour le moment de dire si c'est une bonne chose mais, au moins, on nous propose du neuf de tous les cotés. Le neuf, on le trouve parfois en recyclant le vieux. Le retour de l'agent Frank Lundy, désormais à la retraite, est une excellente idée. Il était parti trop vite à la fin de la saison 2, on ne pouvait pas en rester là. Non seulement son histoire avec Deb avait été avortée mais, en plus, il a toujours semblé porter des soupçons sur Dexter. Je vais sans doute trop vite en besogne mais je l'imagine déjà percer le secret de Dexter et en informer Deb. Ce qui obligera Dex à le tuer, évidemment. Je ne m'enlève pas l'idée de la tête que cette saison, un personnage important apprendra qui est vraiment Dex. Le contraire serait décevant, non ? En attendant, la chasse au Trinity Killer s'annonce passionnante. Ce qui l'est un peu moins, à première vue, c'est les multiples histoires d'amour qui se profilent. Quinn, sur qui j'attends toujours une révélation surprenante, flirte avec une journaliste. Espérons que cela rejoigne l'enquête de la saison. Batista n'est plus avec sa flic mais carrément avec sa patronne : notre chère Maria. Je ne m'attendais pas à ça mais ça me paraît pas mal, du moins si les scénaristes tiennent tant à ce que ces deux personnages aient une vie amoureuse. Les saisons précédentes, leurs histoires étaient trop à part du reste des intrigues. En les mettant ensemble, on réduit logiquement le nombre de scènes inutiles. Reste maintenant à rendre leur relation crédible. Elle ne l'est qu'à moitié pour l'instant. Et puis Deb se prépare aux feux de l'amour. Elle est avec Anton et a même emménagé avec lui mais le retour de Lundy va certainement tout chambouler...

vlcsnap_74975


// Bilan // Si Dexter, le personnage, nous revient épuisé, Dexter, la série, nous revient en grande forme ! Ce Season Premiere pose les bases d'une intrigue principale qui s'annonce passionnante, il réussit à surprendre çà et là même si l'on reste globalement dans quelque chose de convenu mais dans la continuité des deux premières saisons.