22 février 2010

Critiks Récap' [Du 16 au 22 Février 2010]

44069588

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


44030378

49790392

49866856


44030377

49829003

50003141


44030376

49824800

49957677

How To Make It In America [Pilot]


44030375_p

dnes_season4_ga_derek_minib


20 février 2010

Tueurs En Séries [Episode du (19 Février 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : Sur le tournage des Bleus, le sort de Heroes selon Jimmy Jean-Louis, Kate Winslet sur HBO, de nouvelles images de Glee... 

Posté par LullabyBoy à 00:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

19 février 2010

How To Make It In America [Pilot]

19245094_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100208_123609

Pilot // 64o ooo tlsp.

44030376


   What About ?

Ben et Cam, la vingtaine, vivent de magouilles en tous genres en attendant d'accomplir leur rêve américain à New York...

Who's Who ?

Dans les deux rôles principaux de cette "comédie" made in HBO, on retrouve Bryan Greenberg, vu dans la médiocre October Road et dans la plus encore honteuse Les Frères Scott; et Victor Rasuk, un des Seigneurs de Dogtown apparu aussi dans la dernière saison d'Urgences. Ce casting ne vous fait pas rêver ? Pas étonnant ! Les rôles secondaires ont pour interprétes Eddie Kaye Thomas (American Pie, Off Centre), Lake Bell (Surface, Boston Legal), Shannyn Sossamon (Dirt, Moonlight) ainsi que Martha Plimpton mais elle n'apparaît pas dans le pilote. Toujours pas convaincus, hein ?

So What ?

    Autant HBO commence à retrouver de sa splendeur à travers ses nouveaux dramas (Boardwalk Empire, Treme), et Big Love et True Blood, autant elle a un gros problème avec ses séries au format 26 minutes, bien moins convaincantes que celles de Showtime. Je ne suis pas un grand fan de Curb Your Enthousiasm mais de ce que j'en ai vu, ça tient la route et ça a le mérite d'être unique en son genre. Bored To Death est bourrée de charme mais se cherche encore et Hung m'a bien plu mais elle a une grande marge de progression. Puis vient le cas Entourage, une série que la critique adore adorer mais avec laquelle j'ai beaucoup de mal personnellement. Il se trouve que How To Make It In America est dans la même veine, elles ont d'ailleurs des producteurs en commun dont Mark Wahlberg, mais avec une petite différence non négligeable : les branleurs-frimeurs sont ici remplacés par des branleurs-chômeurs et c'est autrement plus intéressant. En revanche, ce pilote laisse entrevoir une dimension critique moins grande que chez sa soeur aînée. Le sujet s'y prête moins sans doute.

      Les 26 minutes de ce pilote passent vite et c'est presque un exploit vu qu'il ne se passe quasiment rien. On nous présente les personnages en nous immergeant dans leur quotidien au milieu d'un New York moins bling-bling qu'à l'accoutumée, plus réaliste, même si on n'échappe pas aux soirées branchées et aux jolies filles aux moeurs bien légères. On se prend presque d'amitié pour ces deux potes sympas, pas idiots mais qui ont peut-être des ambitions un peu trop élevées. Mieux vaut ça que de ne pas avoir d'ambition du tout. En revanche, il ne s'agit pas du tout d'une comédie pour moi. Je n'ai pas ri une seule fois, j'ai trouvé les répliques plates (à l'exception de "He who hesitates masturbates"), et les personnages secondaires ne font pas leur boulot. Ils passent, repassent, mais ne suscitent aucun intérêt. J'ai quand même bien apprécié l'apparition de Samaire Armstrong (The OC, Dirty Sexy Money) mais elle ne reviendra apparemment pas. Dommage. A part ça, le générique est très sympa et l'idée de faire apparaître des images "subliminales" régulièrement est originale et permet de réveiller le téléspectateur quand l'ennui commence à se faire ressentir. Ca ne marchera pas éternellement cela dit.

En bref, How To Make It In America intégre le département comédie low-cost de HBO avec aplomb. On se demande un peu comment elle a pu arriver à l'antenne quand d'autres projets plus alléchants sur le papier ont été abandonnés mais elle a une ambiance et un capital sympathie qui donnent envie de revenir à l'occasion. Ca aurait été encore mieux sans Bryan Greenberg mais bon.


// Bonus // Le générique de la série sur le titre I Need A Dollar de Aloe Blacc.

05 février 2010

Tueurs En Séries [Episode du (5 Février 2010]

tueurs

Au programme cette semaine : Sur le tournage de Fais pas ci fais pas ça Saison 3, des news de V, Zooey Deschanel groupie pour HBO, un petit déj' Dexter à la française...

Posté par LullabyBoy à 15:20 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 janvier 2010

Big Love [4x 02]

dnes_season4_biglove_bill_m

The Greater Good // 1 54o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_102349 vlcsnap_136218

   Big Love poursuit son ascension vers l'excellence en offrant à son héros, Bill Henrickson, une nouvelle destinée plus ambitieuse que jamais. Le casino, sans être du passé, n'est plus sa préoccupation première. Il a légué son pouvoir à Barb, pouvoir qu'elle mérite et dont elle saura faire bon usage si toutefois les indiens ne lui mettent pas trop de bâtons dans les roues. Si Nicky, et même son frère Joey (de retour avec Wanda, toujours aussi étrange), estime qu'il est destiné à prendre la suite de Roman Grant à la tête de Juniper Creek, lui ne se croit pas prophéte. Il se sent investi d'une autre mission, au moins aussi importante et sans doute bien plus risquée pour son honneur et celle de sa famille : gouverner l'Utah ! Il veut garder le secret de sa polygamie, gagner les élections et ensuite révéler ses croyances pour mieux les imposer. C'est un pari risqué que ses trois femmes ne sont pas sûres de vouloir soutenir mais, comme toujours, il ne leur laissera pas vraiment le choix. A travers cette intrigue, la série embrasse une nouvelle envergure qui ne peut que la rende plus forte et plus significative. La foi et la politique sont deux sujets presque indissociables...

    Big Love n'oublie pas sa galerie de personnages imposante et la gère toujours aussi bien. Le mariage de Sarah, que j'imaginais comme un des points culminants de la fin de saison, est avancé. Peut-être que tout va un peu trop vite mais chaque scène qu'Amanda Seyfried partage avec ses partenaires (Tina Majorino, Jeanne Tripplehorn et Bill Paxton) sont d'une intensité rare. La seule petite déception vient du mariage en lui-même qui ne dure que quelques secondes à la fin de l'épisode mais le morceau choisi pour l'illustrer s'écoute avec bonheur jusqu'à la fin du générique. Margene poursuit sa poussée de maturité en prouvant à toute la famille que son business n'est pas qu'un passe-temps pour housewife désespérée mais un vrai métier qui rapporte beaucoup ! On constate avec amertume qu'il n'y a que l'argent qui intéresse Bill dans tout ça et on regrette que Margene ne s'en rende pas encore compte, à moins qu'elle ne l'accepte sans dire un mot. Nicky aussi a des dollars qui remplissent sa rétine lorsqu'elle découvre l'existence de cet argent mais ce qui la préoccupe le plus, ce sont ses sentiments confus. Comme elle l'avoue à demi-mots à Margene, elle n'est plus amoureuse de Bill. Sauf s'il devenait prophéte... Cette intrigue n'en finit plus d'être passionnante grâce au talent incroyable de Chloé Sévigny (enfin récompensée comme il se doit aux Golden Globes) et celle des scénaristes qui réussissent toujours à rendre simples et bouleversantes des émotions complexes. D'autres histoires plus secondaires émaillent l'épisode, comme Alby qui se sent pousser des ailes au point d'embrasser au grand jour l'homme dont il est vraisemblablement épris mais qui, et c'est là le point le plus intéressant, dirige un groupe de soutien pour aider les homosexuels à chasser de leur esprit toutes ces pensées et désirs jugés nauséabonds pour embrasser un style de vie considéré comme normé. Big Love ne s'arrête devant aucun tabou.   

vlcsnap_134039 vlcsnap_106045


// Bilan // Big Love n'en finit plus de prendre de l'envergure et de se transcender. Peut-être au détriment de certains personnages qui doivent se contenter de quelques scènes seulement, fortes certes, mais frustrantes aussi.


Coming Next 2010 [HBO]

dnesseason4nextminiban

hbo

Après quelques années de déroute, HBO revient en force. Ca a commencé avec True Blood, ça se poursuivra sans doute avec Treme dès Avril et Boardwalk Empire dès Septembre et puis Big Love est juste un des meilleurs dramas du moment, si ce n'est le meilleur. La chaîne possède également quelques séries discrétes, plus proches de ce qu'a l'habitude de faire sa concurrente principale Showtime telles que Hung, Entourage, Bored To Death et très bientôt How To Make It In America. HBO a quelque peu surpris l'année passée en refusant des pilotes pourtant très attendus : le Anatomy Of Hope de J.J. Abrams, The Wonderful Maladys avec Sarah Michelle Gellar et The Washingtonienne de Sarah Jessica Parker. Parmi les projets suivants, beaucoup ne verront donc pas le jour et peut-être pas ceux que l'on croit...   

1. LUCK (Pilote commandé)

Créé et produit par David Milch (Deadwood), également produit par Michael Mann (Public Enemies, Heat...)

Un regard provocateur sur le monde de la course hippique à travers les yeux de divers protagonistes qu'ils soient parieurs, coureurs, organisateurs...

__________

2. THE FOLLOWER (Script commandé)

Créé par Brest Easton Ellis (American Psycho, Les lois de l'attraction), adapté du roman de Jason Starr.

Une satire sociale chroniquant les déboires d'un groupe de jeunes New-Yorkais à travers les yeux d'un voyeur.

__________

3. GAME OF THRONES (Pilote commandé)

Créé par D.B. Weiss et David Benioff. Adapté du Trône de Fer de George R.R. Martin. Avec Nikolaj Coster-Waldau, Lena Headey et Sean Bean.

Neuf grandes familles du Royaume des Sept Couronnes se battent pour obtenir le Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu.

__________

4. ENLIGHTENED (Pilote commandé)

Créé et produit par Mike White (Pasadena, Freaks & Geeks). Avec Laura Dern, Diane Ladd et Luke Wilson.

Auto-destructrice de nature, Amy a décidé de changer suite à une révélation d'ordre spirituel. Elle va donc s'efforcer à faire de sa maison un endroit chaleureux et accueillant tout en voyant la vie du bon coté...

__________

5. HUMANITAS (Script commandé)

Créé et produit par Frank Spotnitz (X-Files, Millenium).

Un drama médical se passant à une époque où la médecine a fait des avancées majeures, ce qui pose quelques problèmes d'éthique aux médecins, d'autant qu'une pandémie est sur le point de naître...

__________

6. AMY-SHERMAN PALLADINO'S PROJECT (Script commandé)

Créé par Amy-Sherman Palladino (Gilmore Girls)

Les relations complexes entre trois soeurs, toutes écrivaines, qui vivent dans le même appartement de l'Upper East-Side de New York, aux cotés de leur mère, une célèbre chroniqueuse littéraire, et leur frère, un fils à maman par excellence !

___________

7. STITCH'N'BITCH (Script commandé)

De et avec Ellen Page (Juno) et Alia Shawkat (Arrested Development).

Deux copines un peu hippies quittent Brooklyn pour conquérir Los Angeles en devenant des artistes (en tous genres) reconnues.

__________

8. OPRAH WINFREY'S PROJECT (Script commandé)

Créé par Erin Cressida-Wilson et produit par Oprah Winfrey.

Une femme qui semble vivre un mariage parfait à Santa Monica quitte mari et enfants pour habiter le Los Angeles sulfureux et branché. Elle compte bien aller jusqu'au bout de ses désirs et de ses fantasmes.

__________

9. THE WORLD INSIDE (Script commandé)

Créé et produit par Frank Spotnitz (X-Files, Millenium).

Un drama présentant un futur dramatique où une vague de reproduction incontrôlée a conduit les humains à vivre dans des centres urbains hyper contrôlés où la frustation et la haine ont été éliminés, le sexe devenant l'obsession ultime et la fertilité le plus grand des attributs...

____________

10. T (Script commandé)

Créé par Anya Epstein et Dan Futterman (In Treatment).

La transformation de A à Z d'une femme voulant devenir un homme...

___________

Votez et commentez ! Les résultats seront dévoilés une fois les premiers tours terminés.

Vous pouvez toujours voter pour les projets de NBC ICI.

22 septembre 2009

Bored To Death [Pilot & 1x o2]

19170799_w434_h_q80

Stockholm Syndrome // The Alanon Case

44030376 // 44030377

What About ?

La vie mouvementée mais drôle d'un écrivain alcoolique et dépendant à la drogue qui prêtend être détective privé, à l'image des personnages de ses romans. Déprimé depuis que sa petite-amie l'a quitté, il ne lui reste plus que ses "amis", tout aussi paumés que lui...

Who's Who ?

Jason Schwartzman, qui interpréte le héros de la série, Jonathan Ames, gagne vraiment à être connu ! Je l'avais adoré dans l'excellent film de Wes Anderson Darjeeling Limited. et surtout dans le court-métrage qui précédait le film, Hotel Chevalier, un bijou ! C'est donc avec grand plaisir que je le retrouve dans Bored To Death, dans un rôle pas très éloigné de celui qu'il tenait dans ce film. Il a un charme fou, et ce malgré sa coupe hideuse de chien mouillé. A ses cotés, on retrouve un acteur formidable qui a prouvé grâce à son rôle dans Damages qu'il valait bien mieux que celui du marrant de service dans diverses sitcoms de plus ou moins bonne qualité (Cheers, Becker, Help Me Help You) : le grand Ted Danson. Il interpréte ici le patron et ami de Jonathan, qui a tendance à se servir de lui comme d'un passe-temps car lui aussi s'ennuie à mourir... On a dû mal à oublier Frobisher mais ça viendra sans doute. Et puis le troisième rôle important de la série est tenu par Zach Galifianakis, vu très récemment dans le carton du cinéma américain The Hangover (Very Bad Trip). C'est le meilleur ami de Jonathan, un peu paumé mais sans doute plus censé. Quelques guests-stars féminines sont attendues au cours de la saison 1, parmi lesquelles la divine Parker Posey ! Autant dire que HBO a réussi à réunir un beau casting.      


So What ?

Après Hung cet été, HBO mise à nouveau sur le format 26 minutes qui réussit tant à Showtime depuis quelques années. Moi qui n'en suis pas vraiment fan, j'avoue que je commence à m'y habituer. Il faut dire que Bored To Death, outre son casting, a de beaux atouts pour convaincre, à commencer par son atmosphère extrêmement chaleureuse. Le quartier New Yorkais de Brooklyn est trop rarement utilisé à la télévision, il a pourtant un pouvoir incroyable quant il s'agit d'installer les personnages dans un décor intime et feutré. Grâce à cela et à bien d'autres choses, on se sent tout de suite proche du personnage principal et on entre dans sa vie discrétement, avec une certaine pudeur. Tout commence par une rupture puis en découle une forme de dépression singulière, qui passe par l'alcool et la marijuana, et par un fantasme de devenir quelqu'un d'utile au monde. Le choix de Jonathan de se tourner vers la profession de détective est amené de manière peu subtile et sans véritable explication. Il faut dire que les scénaristes ont également choisi de ne pas trop en dire, notamment sur les personnages secondaires, en nous laissant deviner qui ils sont vraiment pour le héros. En cela, le pilote est assez déstabilisant et manque de peu d'être raté.

S'il s'agit bien d'une comédie, le ton choisi est délibérément loufoque, surtout dans le second épisode lorsque les personnages de George et Ray se dévoilent davantage. L'un accepte de faire une coloscopie par amour (oui oui) tandis que l'autre tente en vain de gérer son addiction pour le viagra et cherche un moyen de cacher son herpès (rien que ça). Plusieurs scènes sont donc irrésistiblement drôles et l'on s'attache très rapidement à ce trio de choc. Les dialogues sont soignés, amusants et intelligents à la fois. Les deux premières enquêtes de Jonathan m'ont grandement rassuré. J'avais peur que tout ce bel apparat cache un cop-show simpliste mais on en est loin. Ce n'est pas Castle par exemple. L'intérêt ne réside pas tellement dans les affaires que traite Jonathan mais dans sa manière de les traiter ! Totalement inexpérimenté, il fait bourdes sur bourdes et sa maladresse est très touchante. Après avoir visionné les deux premiers épisodes, je n'ai qu'une envie : voir les huit suivants ! Il y a étrangement quelque chose d'addictif dans cette nouvelle série...

 

En bref, Bored To Death était prometteuse sur le papier et en images, elle ne déçoit pas une seule seconde. Le pilote est un peu bancal mais le second épisode est un délice. Elle réussit à imposer ses personnages et son univers en très peu de temps et, sauf mauvaise surprise, elle devrait faire partie de la short-list des séries de l'automne à ne rater sous aucun prétexte !

 


 

// Bonus // Une bande-annonce...

 

Posté par LullabyBoy à 12:20 - - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 septembre 2009

Hung [1x 1o]

hung

"A Dick And A Dream" Or "Fight The Honey" (Season Finale) //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_88312

  Hung achève sa première saison comme elle l'a commencée : dans une ambiance intimiste sur fond de dépression. Je dois dire qu'avec la pluie qui frappe contre mes carreaux et l'automne qui approche, j'ai sans doute été influencé lors du visionnage de cet épisode. Je l'ai trouvé triste mais sa résonance avec l'actualité lui donne une force incroyable. Les gens se font virés de partout, certains même se suicident parce qu'on leur en demande trop, et au milieu de ce désenchantement planétaire, il y a cette petite série qui tente de donner un peu d'espoir tout en gardant un certain sens des réalités.

   Ray ne sera bientôt plus professeur d'histoire et coach de l'équipe de basket de son lycée. Il va être viré, comme 70% de ses collègues parce que c'est la crise, particulièrement dans un état comme celui du Michigan, très industrialisé. Alors forcément, son nouveau business, "sa queue" comme il dit, c'est tout ce qui lui reste pour survivre et rester un bon père. Mais on le sait, Tanya a dû mal à faire décoller leur petite entreprise. Un loser ne devient pas un winner en un jour. C'est alors que Lenore fait une proposition qui pourrait tout changer : s'associer à la fine équipe ! Je ne l'avais pas vu venir et cette perspective me réjouit. C'est ce qui pourrait permettre à la série de vraiment décoller car jusqu'ici, elle a été comme le Happiness Consultant : prometteuse mais brouillonne. La scène partagée par Jane Adams et Rebecca Creskoff au parc était très réussie car vraiment drôle et bien foutue. L'opposition des deux femmes était parfaitement retranscrites via la réalisation et les petits détails anodins (un parapluie transparent pour Tanya, la sainte; et un parapluie noir pour Lenore, le démon, par exemple). Le passage de la crotte de chien, en plus d'être amusant, est très significatif. La métaphore autour du miel était également une jolie idée, très séduisante, et qui a été utilisée comme il le fallait : avec humour dans un premier temps ("Fill up my honey jar"), puis avec poésie. De la même façon, la toute fin, lorsque Tanya écrase la mouche avec son livre de coaching, est très positive et annonce un changement, une évolution.

   Ce que je trouve bien dommage dans ce Season Finale, et cela vaut pour tous les épisodes précédents, c'est que pour quelques scènes très réussies, on doit se taper en contrepartie des scènes inutiles, qui semblent avoir été écrites et posées là par inadvertance. Ainsi, le passage au cinéma n'avait pas grand intérêt, à part montrer en filigrane l'amour de Ray pour ses enfants -mais on le savait déjà- et la confusion des sentiments de Damon, mais cela mérite un développement beaucoup plus poussé. Et puis je ne sais pas ce qui s'est passé mais la scène où Darby réconforte son frère était extrêmement mal jouée ! Pourtant, les deux acteurs n'avaient pas été mauvais jusqu'ici, juste transparents. De la même façon, la scène consacrée à Ronnie qui retrouve une amie du lycée n'avait strictement aucun intérêt. A la limite, elle était rigolote, mais elle n'apporte rien du tout. Mais alors par contre, la dernière scène, que l'on voyait pourtant venir depuis le début de la série, était magnifique. Jessica a accepté la proposition de Lenore qui consiste à faire appel à un gigolo, lequel n'est autre que notre Ray, son ex-mari ! Je l'avais imaginé drôle, elle était émouvante. On sentait bien le lien qui les unit, le poids du mensonge qui leur pèse comme jamais. C'était simplement dommage que Ray ne finisse pas par ouvrir la porte de la chambre d'hotel...

vlcsnap_87588


// Bilan // Hung est mon coup de coeur de l'été. Elle a réussi, avec un pitch improbable et un peu racolleur, à se créer son propre univers, à la fois réaliste, amusant et tendre. Elle est pleine de défauts mais c'est aussi ce qui la rend attachante. La saison 1 est trop courte, définitivement. Je la recommande chaudement à tous ceux qui ont envie d'une série simple, avec des personnages simples et des histoires (pas si) simples.

            

Posté par LullabyBoy à 22:13 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

04 septembre 2009

Hung [1x o9]

hung

"This Is America" Or "Fifty Bucks" //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_91861

   Je veux en parler à chaque review et j'oublie toujours : pourquoi cette voix-off de Ray ? Elle ne sert à rien et elle apparaît à chaque fois de manière très décousue. Une phrase par là, qui n'apporte rien, et puis on ne l'entend plus de l'épisode. Je n'ai rien contre les voix-off dans les séries mais dans le cas de Hung, elle est inutile en l'état. Ca participe un peu à cette impression brouillonne que peut donner parfois la série. Je suppose que l'idée était d'ajouter une note d'humour mais c'est raté.

   Une fois de plus, j'ai été séduit et les personnages y sont pour beaucoup, bien plus que les situations finalement. J'étais ravi de retrouver Lenore par exemple. Son petit grain de folie et son franc-parler manquaient un peu. J'irai même jusqu'à dire son intelligence car cette fille est sacrément maligne, sans doute plus que Tanya d'ailleurs. Niveau business en tous cas. Tanya s'y prend comme un manche une fois de plus mais c'était amusant de la voir tenter d'embrigader ses collègues dans sa petite entreprise qui connaît la crise. J'ai particulièrement aimé ses conversations avec la très à l'ouest Linda ! "Fifty Bucks ?". Il y a une certaine alchimie entre Lenore et Ray qui est plutôt sympa à regarder. La scène de cunilingus nous a assuré le quota de sexe de l'épisode, avec en prime vue sur la petite chatte de Rebecca Creskoff qui, comme son personnage, n'a semble-t-il peur de rien. Et je tiens quand même à dire que même dans Sex & The City, à l'époque, aucune des héroïnes n'en dévoilait autant. HBO se décomplexe de plus en plus et ça fait plaisir à voir.

   Jessica prend de plus en plus de place dans les intrigues et c'est tant mieux. Anne Heche est parfaite dans son rôle et Jessica s'intègre de plus en plus à l'univers de la série alors qu'elle était très à part au début. Son mari a tendance à casser l'ambiance mais une séparation se profile au loin... En attendant, les enfants de Ray commencent doucement à hériter d'intrigues dignes de ce nom. C'est une bonne nouvelle aussi. Je ne m'attendais pas à ce que Damon soit homosexuel. Certaines mauvaises langues diront que ce sont les quotas qui veulent ça. Je me contenterai de dire pour le moment que c'est une intrigue qui a un certain potentiel. Pas tellement pour le personnage de Damon en lui-même mais pour les réactions que cela pourrait provoquer chez Jessica et bien-sûr chez Ray. A voir donc... A part ça, Pierce est de plus en plus louche.

vlcsnap_87430


// Bilan // Au-delà de son charme et de ses personnages, Hung a une force particulièrement évidente dans cet épisode : elle s'ancre dans une réalité qui parle aux téléspectateurs. Elle parle beaucoup d'argent, et surtout de manque d'argent, et elle traite cela sous un angle tantôt dramatique tantôt comique avec une certaine justesse. Peut-être que tout est un peu trop tiède, en revanche. 

   

Posté par LullabyBoy à 13:12 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

29 août 2009

Hung [1x o8]

hung

"Thith Is Prothetic" or "You Cum Just Right" // 3 3oo ooo tlsp.

dnes_v2_poll_stars3


vlcsnap_119719

   Bien que le charme de Hung reste intact (les discussions sous la tente pendant que la pluie battante...), cet épisode pointe clairement du doigt un gros problème de la série : elle part un peu dans tous les sens et finit donc par manquer de direction claire. J'ai le sentiment que la saison 1 s'articule surtout autour de l'apprentissage, à la fois celui de Ray en tant que gigolo, et celui de Tanya en tant que P.I.M.P., et que la saison 2, logiquement, s'attardera davantage sur ce qui nous intéresse vraiment. En attendant, on ne passe pas un mauvais moment. Loin de là.

   L'affaire Jemma touche à sa fin, plus ou moins comme on s'y attendait. Ray s'est pris une claque et a réagi de façon très clichée mais très réaliste : il a bu comme un trou. Ce que j'ai bien aimé, et que je n'avais pas vu venir, c'est la raison pour laquelle Jemma l'a largué. Je pensais simplement que ça ne collait pas entre eux, qu'il n'était pas à son goût une fois sortie des parties de jambes en l'air. Mais c'est plus pervers que ça : elle l'a fait de façon à se soulager d'un poids. Elle s'est toujours faite larguer alors qu'elle était très amoureuse, elle avait besoin de rendre la pareil. Ca peut paraître un peu tordu mais je ne suis pas sûr que ça le soit tant. Soigner le mal par le mal... En tous cas, Ray devrait avoir compris la leçon. On ne s'attache pas à ses clientes ! D'ailleurs, la cliente du jour, une collègue de Tanya, m'a bien plu. Une fille simple, pas très maligne, mais assez touchante. Ca a pris 5 minutes dans l'épisode et c'était très bien comme ça.

   Quand je reproche à la série d'aller un peu dans tous les sens, je pense par exemple au cas Jessica et à son mari. Le petit repas en compagnie de Ray n'avait aucun intérêt, on en a quasiment rien vu d'ailleurs, et la question de Ray à la fin n'avait pas tellement de sens. La question est légitime mais pourquoi la poser maintenant ? A cause de la déconvenue Jemma ? On mélange un peu tout et ça ne donne pas grand chose. Les enfants sont une fois de plus très transparents mais bonne nouvelle : le petit gros à lunettes a changé sa couleur de cheveu. Il n'est pas plus mignon mais il n'est plus ridicule. C'est déjà ça.

   En ce qui concerne Tanya, on n'a pas fait une grande avancée mais je l'adore toujours autant. Elle s'en sort de mieux en mieux dans son "métier" mais sa solitude, en revanche, est toujours difficile à combler. J'ai apprécié qu'elle résiste aux avances de Ray, ce n'était vraiment pas le moment. Mais pour combien de temps ? Sinon, il y a quelque chose de louche concernant Pierce. A-t-il déjà une copine ? Est-il carrément marié ? Son secret est-il en rapport avec ses parents ? Il cache quelque chose en tous cas, c'est clair. Et je sens que Tanya va souffrir même si, pour le moment, elle ne semble pas plus attachée que ça...

vlcsnap_120888


// Bilan // La fin de la première saison de Hung approche et les scénaristes tâtonnent encore beaucoup. Ca a tendance à gâcher le beau potentiel de la série. Heureusement, il y a plein de bonnes choses aussi !

Posté par LullabyBoy à 18:41 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,