19 décembre 2011

Once Upon A Time [1x 07]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Heart Is A Lonely Hunter // 8 920 000 tlsp.

 61074943_bis


 vlcsnap_2011_12_18_19h42m02s46 vlcsnap_2011_12_18_19h42m30s68

    Il n'y a désormais plus l'ombre d'un doute sur ce que sait ou ne sait pas Regina. Elle sait TOUT et bien plus encore. Elle sait surtout qui elle est vraiment (The Evil Queen) et ce qu'elle veut. Elle qui n'a pas de coeur (ou prétend ne pas en avoir) en possède pourtant une belle collection dans une crypte souterraine. Cette petite visite, je dois bien le dire, m'a mis en émoi. C'est si bon de se balader dans cet entre deux mondes aussi féérique que sinistre ! C'est fou en tous cas ce que le coeur peut avoir de l'importance dans la vie de cette femme : il lui fallait récupérer celui de l'être qu'elle aimait le plus -son père- pour mettre en marche la malédiction; il lui fallait garder précieusement celui du Chasseur pour le contrôler dans l'ancien monde comme dans le nouveau; et il lui fallait un homme sans coeur pour pourchasser Blanche Neige, une entreprise qui a échoué et qui a amené la jeune femme à se transformer en Robin des bois. Les pièces du puzzle se rassemblent petit à petit, au moins pour les deux rivales au centre de la série. On ne sait toujours pas précisément ce que Snow White a fait à l'Evil Queen mais il est question de secret et de trahison. La révélation a intétêt d'être à la hauteur quand elle aura lieu ! Cela ne résume en tous cas pas à une question de pouvoir même si, logiquement, la méchante reine la voulait morte ne serait-ce que pour avoir accès au trône et régner seule. Elle a tué/fait tuer son mari (le père de Blanche Neige) pour ça après tout. 

   Comme beaucoup l'avait deviné en amont, le shérif Graham n'était autre que le Chasseur de Blanche Neige. Les auteurs ont pas mal respecté l'histoire originale cette fois-ci, il n'y a donc pas eu tellement de surprises de ce coté-là mais sa quête, sa défaite puis son châtiment n'en sont pas restés moins passionnants à suivre. J'ai beaucoup aimé la rencontre entre le Huntsman et Snow White, ainsi que, dans le présent, sa discussion avec Mary Margaret. Enfin un personnage a commencé à se souvenir -à la suite d'un baiser, ce qui n'est pas sans rappeler à nouveau notre chère Lost- et à se poser les bonnes questions. La scène entre Graham et Henry était d'ailleurs pas mal non plus dans son genre, très libératrice. Les choses se sont gâtées ensuite et je ne m'attendais vraiment pas à ce que le sort s'acharne à ce point sur le héros, qui finit par mourir, le coeur émietté par Regina. Salauds de scénaristes ! Jusqu'ici, on en avait un peu rien à faire du shérif -hormis le fait qu'il était charmant, et bien plus que prince d'ailleurs- mais en un seul épisode, ils ont réussi à nous le rendre hautement sympathique. Forcément, un jeune homme qui pleure les bêtes mortes, ça a de quoi toucher. On aurait bien verser une petite larme avec lui même... Et voilà qu'on nous l'arrache dans d'atroces souffrances ! Ca me rappelle un certain Boone, pas très intéressant jusqu'à ce qu'il meure et qu'on le regrette amèrement...

   Que peut bien représenter le loup dans la série ? Est-il vraiment un protecteur ? Un guide ? Tout porte à le croire, surtout quand on repense au pilote : le loup s'est mis en travers du chemin d'Emma, elle a eu son accident de voiture et elle est donc restée à Storybrooke. Mais est-ce la réincarnation d'un personnage mort, ou tout simplement la forme animal d'un personnage que nous connaissons déjà ? Certes, on n'est pas dans True Blood et je ne suis pas certain que les shapeshifters fassent partie des contes de fée mais tout est possible après tout. Peut-on imaginer que Rumplestiltskin/Mr Gold a tué le loup puis l'a enterré dans la forêt ? On dirait bien et c'est inexplicable : parfois il donne l'impression de vouloir aider les personnages à se souvenir, et d'autres fois, il agit pour que ce soit tout l"inverse !? Vivement qu'il obtienne son propre épisode, qu'on en apprenne un peu plus sur son histoire, même si je doute que ses motivations nous soient révélées tout de suite. 

vlcsnap_2011_12_18_19h39m21s228 vlcsnap_2011_12_18_19h42m53s45


// Bilan // Indéniablement, avec ce très bel et intense épisode -écrit par les créateurs de la série eux-mêmes- Once Upon A Time marque beaucoup beaucoup de points et éveille plus que jamais notre curiosité. 2012 sera l'année des contes de fée !


12 décembre 2011

Once Upon A Time [1x 06]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Shepherd // 9 660 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2011_12_11_15h20m21s64 vlcsnap_2011_12_11_15h25m19s225

    Alors comme ça, Regina se souvient de tout ? C'est ce que la "Previously On" de Once Upon A Time annonce clairement cette semaine alors qu'il semblait pourtant qu'elle en savait un peu plus que les autres mais pas nécessairement tout. Un peu comme si elle était guidée par une force plus forte qu'elle, comme si elle était possédée par la démoniaque Evil Queen. D'autant qu'elle n'a pas toujours agi en conséquence, en apparence du moins. Le problème avec les "Previously", c'est qu'il ne sont pas toujours du fait de la production mais souvent du fait de la chaîne. Je ne pense pas que ce soit le cas ici mais méfions-nous quand même... Une chose est certaine : Rumplestiltskin est peut-être au final bien plus puissant et mauvais que l'Evil Queen ! On se rend compte petit à petit qu'il est lié à tous les personnages, et qu'il a passé un acte avec nombe d'entre eux. Qui est-il vraiment ? Son alter-ego à Storybrooke, Mr. Gold, semble être là aussi celui qui tire toutes les ficelles et qui fait de chacun des personnages une marionnette, même Regina. Mais jusqu'à quel point ? Sa boutique doit en tous cas renfermer bien des secrets et elle est peut-être le point de passage entre les deux mondes... 

   Après s'être concentré sur des personnages secondaires -Cendrillon et Jiminy Crickett- avec plus ou moins de succès, les scénaristes ont eu la bonne idée de s'intéresser au Prince Charming cette fois. Dès le départ, son histoire nous importe donc davantage et tant pis si l'on n'avance pas tant que ça au final. Les flashbacks sont là pour nous éclairer sur la vie de David avant qu'il ne rencontre Snow White/Robin Hood au détour d'un vol en forêt, et expliquer par la même occasion sa relation avec Abigail, qui se révèle être la fille du Roi Midas. Sa version à Storybrooke, Kathryn, semble drôlement différente, ce qui me fait penser que, peut-être, cette femme n'est pas aussi gentille et bien intentionnée qu'elle le laisse croire... Un futur rebondissement probable. Celui que l'on n'avait pas vu venir, c'est que David n'est pas le "vrai" Prince mais son frère jumeau. A la mort de celui-ci, il a pris sa place auprès du Roi George, incarné par Alan Dale, le vieux riche et méchant de TOUTES les séries (Newport Beach, Ugly Betty et bien sûr Lost). J'ai trouvé les effets spéciaux avec le dragon plutôt réussis -pour de la télévision, il est important de le préciser à chaque fois- et l'équipe technique s'en sort plutôt astucieusement pour que la bête soit impressionnante sans qu'on la voit vraiment. Du bon boulot. Les fonds verts sont toujours très présents et peu convaincants mais ils se rattrappent sur les tournages en extérieur, je pense notamment à la jolie petite prairie où David vivait avec sa maman. L'histoire de Prince Charming était donc très agréable à suivre avec un dénouement qui ne surprendra personne : il n'allait pas être réuni avec Blanche Neige dans le présent au bout de seulement six épisodes ! Au passage, Josh Dallas a su démontrer qu'il avait un peu plus de charisme que prévu. 

   Au-delà de ça, les autres personnages ont tendance à faire du surplace, en particulier Emma qui peine à trouver sa place pour le moment à Storybrooke. Cette fois, ce n'est pas sa relation avec Henry qui est mise en avant mais ses sentiments confus pour le shérif Graham. Elle découvre la vérité sur ses petites escapades nocturnes chez Regina. Pour le moment, on s'en fout un peu je dois dire... L'attention que le Dr. Whale porte à Mary Margaret est plus intéressante et surtout plus prometteuse pour la suite des événements. Il est clairement en mission pour Regina, mais que va-t-il faire et comment la Maire l'a-t-elle convaincue de rejoindre son "combat" ? Et puis qui est-il dans le monde des contes de fée ? Pour le moment, son nom ne peut nous indiquer qu'une seule piste : la baleine de Pinocchio. Mais honnêtement, je ne vois pas le lien là et surtout pas l'intérêt ! C'est une vraie question qui se pose mine de rien : tous les habitants de Storybrooke viennent-ils des contes ou y'a-t-il des gens dits "normaux" ? 

vlcsnap_2011_12_11_15h28m11s149 vlcsnap_2011_12_11_15h41m25s159


// Bilan // Once Upon A Time réussit à nouveau à nous émerveiller sans que la grande histoire de la série n'avance pour autant. Je crois qu'il va falloir s'y habituer : les créateurs venant de l'école de Lost, ils savent parfaitement comment tirer profit des multiples personnages en gardant de nombreuses munitions pour la suite et en ménageant le suspense aussi longtemps que possible. 

30 novembre 2011

Once Upon A Time [1x 05]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

That Still Small Voice // 10 690 000 tlsp.

44030377


 vlcsnap_2011_11_30_00h22m37s241 vlcsnap_2011_11_30_00h22m51s116

    On ne me fera pas croire que mon esprit divague et que le manque de Lost me rend fou : les réfèrences à la série culte étaient plus qu'évidentes dans cet épisode. Ainsi, nos héros se penchent au bord d'un "trou", dont l'intérieur ressemble à s'y méprendre à celui du "hatch" de l'île et la star de ce nouveau segment, Archie, tombe sur une barre chocolatée "Appolo", bien connue des naufragés pour les avoir nourris un petit moment ! Bref, vous imaginez mon excitation au cours de cet épisode intéressant qui laisse entrevoir encore plus que les autres tout le potentiel de la série sur le long terme. Il n'était pas nécessaire de nous en convaincre, néanmoins le monde magique n'a pas été inventé de toutes pièces par l'imagination fertile de Henry. Il est là, enfoui sous terre, prêt à resurgir pour briller à nouveau de milles feux. Avant cela, il y a des tas d'histoires à raconter et des tas de personnages à rencontrer...

   That Still Small Voice a choisi de se concentrer sur Jiminy Cricket et les raisons qui l'ont poussé à se transformer en petit insecte malin. Comme pour la plupart des personnages de contes de fée, il faut blâmer sa famille et plus particulièrement ses vilains parents -dont la mère est un sosie d'Helena Bonham-Carter d'ailleurs- des voleurs, meurtriers même, qui lui ont rendu la vie difficile jusqu'à ce qu'il décide d'emprunter sa voie à lui, pas celle qu'ils lui avaient toute tracé. Son parcours est forcément touchant, surtout quand il croise sur sa route Geppetto et celui qui deviendra probablement Pinocchio. Mais le plus grand moment de bonheur, c'est quand même quand il se retrouve face à la fée bleue, une petite bombe qui semble tout droit sortie d'un porno ! Son décolleté déborde et elle semble très bien savoir manier les b(r)aguettes... magiques ! A Storybrooke, Archie, lui aussi, comprend qu'il faut se débarrasser de la mauvaise influence de Regina afin de prendre son destin en main et exercer son métier au mieux. Le rapprochement avec Henry sous terre est amené avec de gros sabots mais l'aventure est ludique. Pongo des 101 dalmatiens en fait même partie ! Les paroles du gamin sonnent déjà comme un disque un peu rayé mais, bizarrement, il ne m'agace pas. Pendant ce temps-là, le Prince Charmant reste amnésique mais son coup de coeur de coeur pour Mary Margaret ne se dément pas. Sera-t-il le premier de tous les personnages à prendre conscience de qui il est vraiment ? L'ironie voudrait que ce soit lui, oui...

vlcsnap_2011_11_30_00h23m06s9 vlcsnap_2011_11_30_00h20m56s254


// Bilan // Ce 5ème épisode de Once Upon A Time m'a fait un effet proche de celui procuré par le pilote : le récit est exaltant malgré quelques longueurs et quelques maladresses et le résultat est magique. Les auteurs ne maîtrisent pas encore parfaitement le bijou qu'ils ont entre les mains mais en abattant les bonnes cartes au bon moment, ils sont assurés de nous émerveiller encore un bon bout de temps !

19 novembre 2011

Once Upon A Time [1x 04]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Price Of Gold // 11 360 000 tlsp.

44030376


vlcsnap_2011_11_16_00h54m50s240 vlcsnap_2011_11_16_00h57m56s54

   Tiens, je n'avais pas remarqué ce petit détail chou-mignon dans le générique -si on peut appeler ça comme ça- de Once Upon A Time : il y a systématiquement un élément qui change, les chevaux ont ici laissé place à une fée. J'aime ! Ce que j'aime en moins en revanche, c'est cette propension de la série à introduire un peu trop vite certains personnages clés de l'univers des contes de fées. En seulement 4 épisodes, on en a rencontré quand même pas mal. La plupart sont surtout restés dans l'ombre (Pinocchio, Jiminy Crickett, la trashy-sexy Chaperon Rouge) mais était-ce bien nécessaire de déjà nous présenter Cendrillon, son prince et sa belle famille ? Je n'en suis pas certain, d'autant que pour le coup, les scénaristes se sont un peu ratés. On ne s'attend pas à ce qu'ils respectent fidèlement l'oeuvre originale -qu'elle soit vue par les frères Grimm ou par Perrault- ce ne serait absolument pas intéressant, mais la modifier au point où il n'en reste quasiment plus rien, je n'en vois pas l'intérêt non plus. Point de citrouille donc et point de souris transformée en cochet pour conduire Cendrillon au bal, point de belle-mère et de belles-soeurs méchantes (même si Henry les évoque au détour d'une réplique)... mais la fée est là en revanche (pas longtemps, avant qu'elle n'explose). En fait, j'exagère un peu : les auteurs ont fait le choix de faire l'impasse sur tout un pan de l'histoire mais rien ne nous empêche de croire qu'ils reviendront dessus plus tard. On passe donc directement au mariage de Cendrillon et du Prince, le tout mis en parallèle avec l'histoire d'Ashley à Storybrooke, une femme enceinte poursuivie par M. Gold et Emma, laquelle a été prise au piège tendu par le machiavélique personnage.

   Le parallèle entre l'abandon d'Henry par Emma et le combat d'Ashley pour garder son bébé malgré le pacte passé avec Gold est un peu trop poussif pour être vraiment réussi. Et, si Robert Carlyle excelle toujours dans son rôle, la jeune actrice choisie pour incarner Cendrillon n'est vraiment pas à la hauteur. Elle était meilleure en bad ass dans Falling Skies. Son Prince est tout à fait cendrillon, plus encore que celui de Blanche Neige. Quelque part, ça fait un peu partie du mythe que le Prince soit juste une belle personne qui n'a pas grand chose à dire, mais c'est peut-être justement un élément qu'il aurait fallu transformer dans la série. Toujours est-il que l'histoire de Cendrillon ne m'a semblé passionnante et j'avais bien plus envie d'en savoir davantage sur les personnages que l'on suit depuis le pilote et qui ont encore beaucoup de choses à dévoiler. Ce qui est intéressant par contre, ce sont les liens entre les héros des différents contes de fées : ici, Cendrillon est amie avec Blanche Neige par exemple. Clairement, tous ces flashbacks présentés dans le désordre raconteront une histoire cohérente lorsqu'ils seront mis bout à bout. C'est là qu'on se rend compte que Once Upon A Time peut tenir quatre ou cinq saisons sans problèmes tant il y a à dire. On est exactement dans le même système que Lost de toute façon. La qualité de chaque épisode dépendra beaucoup du personnage auquel il s'intéresse en priorité... Au premier abord, la série pourrait sembler pas si feuilletonnante que ça alors qu'elle l'est énormément et le deviendra sûrement de plus en plus. Il y a toujours quelques mystères qui sont distillés comme ici la nature du pacte passé entre Emma et M. Gold pour qu'Ashley puisse être libérée de son emprise. Les relations entre les héros se complexifient aussi avec la révélation de la liaison entre Regina et le shérif (que l'on peut définitivement associer au Chasseur de Blanche Neige). 

vlcsnap_2011_11_16_01h02m10s28 vlcsnap_2011_11_16_01h00m47s223


// Bilan // En préférant se concentrer sur une nouvelle venue (Cendrillon) plutôt que sur les personnages principaux, Once Upon A Time réalise son premier faux pas. Bavarde et guère passionnante, cette nouvelle aventure n'a surtout d'intérêt que pour les clins d'oeil (le soulier de verre, Henry qui perd sa chaussure dans les escaliers) et pour le génial Rumplestiltskin. 

10 novembre 2011

Once Upon A Time [1x 03]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

Snow Falls // 11 450 000 tlsp.

44030376_bis


 vlcsnap_2011_11_10_02h01m29s71 vlcsnap_2011_11_10_02h02m13s253

    Si cela était encore nécessaire, ce troisième épisode de Once Upon A Time confirme trois choses : 1/ La série féérique emprunte beaucoup à Lost, dans la structure narrative surtout, et on ne peut que l'en féliciter 2/ Elle s'adresse à tout le monde, petits et grands, mais elle prend particulièrement soin de son public sériephile en faisant appel à des acteurs connus dans notre petit monde, que l'on prend plaisir à retrouver (ici David Anders -Alias, Heroes, Vampire Diaries...- et Anastasia Griffith -Damages, Trauma...-) 3/ Elle est la meilleure nouveauté de la rentrée sur un network, pas simplement parce qu'elle est bien écrite mais aussi parce qu'elle apporte vraiment quelque chose de différent au paysage audiovisuel actuel, souvent trop sérieux coté drama. Alors, si Snow Falls n'est pas tout à fait à la hauteur des deux précédents épisodes, le plaisir reste intact. 

   Après avoir défendu le petit Henry la semaine dernière, je dois bien avouer qu'il m'a légèrement agacé cette semaine. Sa manie de s'inscruster dans toutes les scènes devient lourde, d'autant que son utilisation est toujours la même : guider Miss Swan, sa mère biologique, ainsi que les autres personnages qui l'entourent, sur le bon chemin, celui de son conte. Mais sa présence reste toutefois essentielle puisqu'il est le seul, pour le moment, à faire véritablement le lien entre le monde réel et le monde féérique, et il se débrouille plutôt bien, à force d'insistance, pour convaincre qu'il ne s'agit pas simplement d'un délire d'enfant. Et puis il serait impensable qu'une telle série ne possède pas un gamin dans ses personnages principaux ! Cette fois-ci, Emma s'est montrée relativement passive mais elle était sans doutre trop occupée à mater le shérif, qui lui a clairement tapé dans l'oeil. Combien d'épisodes avant le baiser magique ?

   Si l'épisode précédent avait mis à l'honneur la méchante Reine, celui-ci nous offre 42 minutes d'aventures aux cotés de Blanche Neige, transformée pour l'occasion en Robin des Bois quand elle n'est pas à la recherche de son bien-aimé dans le présent. Il revient par flashbacks sur la rencontre entre le Prince Charmant et sa belle, à l'époque où elle errait dans les bois, vivant de larcins en larcins et, visiblement, sans les 7 nains. Cette jeune fille-là, espiègle et amusante, est l'opposée de la sage et douce Mary Margaret Blanchard, ce qui offre la possibilité à Ginnifer Goodwin de composer une partition riche en émotions. J'ai nettement préféré les scènes de l'autre monde, qui étaient plus surprenantes, plus rythmées et plus effrayantes parfois aussi (je pense évidemment aux vilaines bêtes gardiennes du pont). Les scènaristes s'amusent évidemment avec les codes de la romance made in Disney en évoquant par le biais de certains personnages la non-existence du coup de foudre ou du baiser salvateur. Dans toute cette histoire, l'absence de Regina, l'Evil Queen, se fait cruellement ressentir mais le médecin du coin fait tout le travail pour elle, avec beaucoup moins de talent quand même et en mettant moins le coeur à l'ouvrage. Et puis le Prince Charming manque encore de charisme mais il y a du mieux. L'alchimie entre Josh Dallas et Ginnifer Goodwin n'est pas une évidence mais elle prend forme... 

vlcsnap_2011_11_10_02h03m52s223 vlcsnap_2011_11_10_02h01m41s193


// Bilan // Un amoureux comme moi de Ginnifer Goodwin ne pouvait que prendre du plaisir à regarder ce bel épisode de Once Upon A Time qui repose entièrement sur ses frêles épaules. Toutefois, il est inégal, passionnant davantage quand il tourne les pages du livre du petit Henry que lorsqu'il vire au soap classique à Storybrooke en compagnie du convoité, de l'amoureuse, de la jalouse et de l'entremetteuse. 


02 novembre 2011

Once Upon A Time [1x 02]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Thing You Love Most // 11 640 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2011_11_01_14h39m54s250 vlcsnap_2011_11_01_14h40m28s70

    Il y a des histoires qui vous touchent indéniablement plus que d'autres et je dois dire que ce second épisode a confirmé ma première impression : Once Upon A Time m'émeut et cela à différents niveaux. Ce n'est pas simplement le bonheur de me replonger dans mon enfance, avec ses peurs, ses doutes et ses émerveillements, à travers ces contes populaires, mais c'est aussi et surtout son entrée soudaine dans mon univers d'adulte sériephilie et téléphagique, fan de Lost, de dramas lacrymales, de thriller, drogué à l'aventure et au suspense... Comme si deux époques de ma vie se rejoignaient tout à coup à travers cette série. Comme si j'étais piégé entre mon refus de grandir vraiment et ma réalité. Once Upon A Time excerce sur moi une puissance que je n'avais pas soupçonné avant de m'y plonger.

   Ce deuxième épisode n'est toutefois pas aussi bon que le pilote et ce pour une raison, à mon sens, bien précise : il a pour but premier de crédibiliser la présence d'Emma Swan à Storybrooke coûte que coûte. Or, le résultat, on le connait depuis le pilote et avant même de le voir d'ailleurs : bien sûr qu'elle va rester ! Bref, c'était un passage obligé qui ne pouvait que se traduire par quelques faiblesses. Les auteurs s'en sont malgré tout très bien sorti et ont bien fait de donner la part belle à Regina, l'Evil Queen. On met visiblement un point d'honneur à nous cacher ce que Snow White lui a véritablement fait au point qu'elle veuille se venger avec tant de détermination et de folie, capable, comme elle le prouve, de tuer son père pour arriver à ses fins (ce que je trouve tout de même assez osé dans une série qui se veut familiale). Autant dire que Blanche Neige n'est certainement pas aussi innocente qu'on veut nous le faire croire et cette perspective est très excitante puisque seul Rumplestiltskin reste pour le moment un personnage non-manichéen, capable du meilleur comme du pire. La prestation de Robert Carlyle est d'ailleurs très impressionnante. On nous gâte du coté des personnages secondaires grâce à l'introduction du fameux miroir de la méchante Reine, qui prend la forme du visage de Giancarlo Esposito, l'excellent big bad de Breaking Bad. A Storybrooke, il est le rédacteur en chef du journal local, le... Mirror ! Et puis dans le monde des fées, on fait la rencontre brève mais intense de Maléfique, la sorcière de La Belle au bois dormant, incarnée par la géniale Kristin Bauer, Pam dans True Blood. On ne se moque décidémment pas de nous du coté de la distribution !

   Je sais que le cas du petit Henry fait débat. Il y a ceux qui le détestent et le trouvent insupportable et ceux, comme moi, qui sont touchés par son histoire. Je trouve d'ailleurs le jeune acteur très bon. J'aime moins, en revanche, le rôle que joue pour le moment son psy. J'attendais de ce Jiminy Cricket un peu plus de fantaisie. Il est, comme les autres, totalement apeuré par Regina et agit en conséquences... pour le moment. Mary Margaret s'est faite relativement discréte dans cet épisode à mon grand désarroi mais on a appris à découvrir un peu plus le shérif de la ville, qui ne va pas tarder à tomber amoureux d'Emma (et réciproquement certainement). Le truc qui me soucie, c'est que je n'arrive pas à comprendre qui il est censé représenter dans les contes de fées... Vous avez une idée ? 

vlcsnap_2011_11_01_14h39m04s2 vlcsnap_2011_11_01_14h39m40s107


// Bilan // J'ai bien envie de copier-coller mon introduction à vrai dire, elle ferait une parfaite conclusion aussi. Pour résumer : ce deuxième épisode de Once Upon A Time n'a fait que confirmer tout le bien que je pense d'elle et je suis en mesure de dire, sans aucun doute, qu'il s'agit pour moi de la meilleure nouveauté sur un network de cette rentrée 2011/2012 ! 

28 octobre 2011

Once Upon A Time [Pilot]

19783057 19783059

19783058 19783056

Pilot // 12 930 000 tlsp.

61074943_bis

What About ?

 De nos jours, dans une bourgade du Maine appelée Storybrooke, les contes de fées existent encore. C'est ce que va découvrir Emma, une jeune femme au passé trouble, embarquée dans un merveilleux et tragique voyage par le fils qu'elle a abandonné 10 ans plus tôt. Elle croisera sur son chemin la méchante Reine, qui n'est autre que l'impitoyable Maire de la ville, Blanche Neige, devenue la  douce Soeur Mary Margaret Blanchard, Rumplestiltskin, l'effrayant expert en magie noire ou encore Archie, le sympathique Jiminy Cricket local. Avec son arrivée, c'est l'espoir de toute une communauté amnésique qui renaît...

Who's Who ?

 Créée par Adam Horovitz et Edward Kitsis (LostTron). Avec Jennifer Morrison (Dr. HouseHow I Met Your Mother), Lana Parilla (Swingtown), Ginnifer Goodwin (Big Love), Robert Carlyle (Stargate Universe), Jamie Dornan, Joshua Dallas (Thor)...

So What ?

   Il était une fois ABC, une légendaire chaîne américaine qui a connu la gloire comme les plus grands déboires, à la recherche de la nouvelle série qui lui permettrait de redonner aux lettres de son nom toute leur noblesse; et il était une fois des scénaristes talentueux, un temps perdus sur l'île la plus célèbre de la télévision, en quête d'un projet ambitieux et original, capable d'émerveiller le plus grand nombre de téléspectateurs petits et grands à travers le monde (imaginaire), l'univers... que dis-je ? La galaxie (imaginaire aussi). Il était une fois Once Upon A Time

   Le pari était un peu fou mais ils l'ont fait ! Once Upon A Time n'est pas Enchanted (Il était une fois... en VF, on va finir par s'y perdre) ni Fables (un comics très connu qu'ABC avait déjà failli adapter la saison dernière), elle est Once Upon A Time : elle ne ressemble à rien qui ait déjà été fait à la télévision sous ce format, elle ne tombe jamais dans la niaiserie grâce à des dialogues malicieux et constamment référencés, et elle ne fonctionne pas de manière aussi manichéenne qu'on pouvait le craindre. Il y a les bons et les méchants, c'est vrai, mais un personnage comme Rumplestiltskin ne semble pas avoir encore choisi son camp, par exemple. Les scénaristes ont été suffisamment malins pour nous présenter seulement quelques personnages emblématiques de l'univers des contes de fées, ce qui permettra par la suite d'en introduire tout un tas d'autres. On croise ainsi au détour d'une scène le petit chaperon rouge et sa vilaine grand-mère aux dents longues. On s'amuse également à découvrir quelles professions occupent dans notre monde les héros de notre enfance : Jiminy Cricket est psy, Blanche Neige est institutrice...

   Le pilote enchaîne ainsi les surprises, sans temps mort, que ce soit à travers les flashbacks, réjouissants et touchants, ou à Storybrooke même. Les actrices sont toutes extrêmement bonnes. Je me suis ainsi surpris à apprécier le jeu de Jennifer Morrison, que j'avais pourtant détesté dans How I Met Your Mother (ce qui tend à prouver que c'est son personnage qui était vraiment mauvais), elle incarne une Emma cynique mais pas exaspérante; je ne tarirai évidemment pas d'éloges sur Ginnifer Goodwin ("Big Love", miss U so much), elle est la parfaite Snow White; et Lana Parilla a enfin obtenu le rôle d'envergure qu'elle a toujours mérité, cette Evil Queen est prodigieusement diabolique ! Le casting masculin est beaucoup plus discret pour le moment et malheureusement pas à la hauteur, à l'exception remarquable de Robert Carlyle. Josh Dallas incarne un Prince Charmant fade, sans relief; et Jamie Dornan n'apparait que quelques secondes dans le rôle du shérif de Storybrooke. Bref, Riquet à la houpe, Barbe Bleue, le Petit Poucet, Hansel et les autres vont avoir du boulot ! Visuellement, le pilote de Once Upon A Time n'est pas impressionnant, il est juste beau, à quelques fautes de goût près (les effets spéciaux lors de la première apparition de la méchante Reine notamment). Un grand soin a été apporté à la réalisation et j'espère qu'il en sera de même pour les épisodes suivants. Ce petit bijou ne mérite pas d'être abîmé. Je le dis sans l'ombre d'un doute : j'ai -presque- tout adoré de ce pilote (j'ai déjà très envie de le revoir d'ailleurs, c'est un signe qui ne trompe pas). 

   Un peu de magie, un zeste d'alchimie, un tour de passe-passe et quelques poussières d'étoiles plus tard, les aiguilles de l'horloge ont repris leur trajectoire infernale alors que le temps s'était arrêté pendant très exactement 43 minutes et 46 secondes. Le monde dans lequel nous vivons, ce paradis d'enfer, est capable d'enfanter les plus jolies oeuvres nées des plus beaux rêves mais quand la lumière s'éteint, il ne reste plus que la cruelle réalité. Avant et pendant, Once Upon A Time enchante, passionne, fascine. Mais après ? Il faut toujours croire en un happy end, toujours...

What Chance ?

 Le départ canon de la série -meilleur score pour un drama depuis V- est plus qu'encourageant pour la suite mais méfions-nous : on sait où en est Pan Am aujourd'hui, malheureusement...

How ?

22 juillet 2011

Tueurs En Séries [Episode du 22 Juillet 2011]

110722101136503

Au programme cette semaine : Quand les seniors prennent le pouvoir, de Betty White à Cloris Leachman; Dexter est bientôt de retour, le teaser; Teen Wolf est renouvelée et ce n'est pas la seule; le gang de The Big Bang Theory fait son clip, la nouvelle bande-annonce impressionnante de Once Upon A Time, Eric Judor tease sa nouvelle comédie Platane pour Canal +...

 

29 juin 2011

[Saison 2011/2012 - Dramas] 8- Once Upon A Time

19739565

What ?

De nos jours, dans une petite ville du Maine, les contes de fées existent encore. C'est ce que va découvrir une femme au passé trouble qui y emmènage avec son petit garçon. L'attirante mère de famille et maire de la ville est aussi "Evil Queen". Soeur Mary Margaret Blanchard, une institutrice religieuse, n'est autre que Blanche-Neige, sur qui l'"Evil Queen" a jeté un sort. Alors elle attend son prince charmant et fait appel à Rumplestiltskin, un expert en magie noire, pour l'aider. Archie, un gentleman excentrique, qui se ballade toujours dans la rue avec une ombrelle et un Dalmatien en laisse, est l'équivalent de Jiminy Cricket. Il sait tout ce qui se passe dans la ville...

Who ?

Créée par Adam Horovitz et Edward Kitsis (Lost, Tron). Avec Jennifer Morrison (Dr. House, How I Met Your Mother), Lana Parilla (Swingtown), Ginnifer Goodwin (Big Love), Robert Carlyle (Stargate Universe), Jamie Dornan...

Where ?

ABC.

When ?

Le Dimanche à 20h, avant Desperate Housewives.

Why ?

 Parce que deux anciens scénaristes de Lost sont derrière ce projet, un gage évident de qualité. Parce que les contes de fée, ça fait toujours un peu rêver. Parce que Dieu soit loué, Ginnifer Goodwin ne disparaîtra pas des écrans après la fin de Big Love. Parce que mine de rien, on va nous proposer avec cette série quelque chose d'inédit à la télévision. Parce que je suis curieux de voir ce que peut donner Lara Parilla en méchante reine. Il y a là un sacré potentiel pour une excellente prestation.

Why Not ?

 Parce que Jennifer Morrison est tout sauf ma tasse de thé, au regard de ses précédents travaux. C'est quand même l'héroïne ici... Parce qu'il ne va pas falloir abuser des fonds verts à la V et la bande-annonce ne m'a pas tellement rassuré là-dessus. Parce que Damon Lindelof, le co-créateur de Lost, s'est retiré du projet en cours de route pour des raisons inconnues. C'est dommage. Parce que les bons sentiments à la sauce Disney (qui produit) pourraient poser problème sur le long terme. Parce que la case horaire choisie par ABC est risquée mais logique. Un gros flop est possible, comme une bonne surprise... Un lancement fin Octobre n'arrange rien. Un Pushing Daisies bis sans grève des scénaristes pour s'assurer un court sursis ?

How ?

What About You ?

10 mai 2011

Big Love [5x 07 & 5x 08]

vlcsnap_266099

Til Death Do Us Part // The Noose Tightens

1 o5o ooo tlsp. // 1 36o ooo tlsp.

59798768 // 64025356


vlcsnap_39156 vlcsnap_111481

   Til Death Do Us Part. Il m'est toujours aussi difficile d'écrire sur Big Love, peut-être plus encore maintenant que je ne suis plus tout à fait sûr d'apprécier la série qu'elle est devenue. "Home. Is this my home?" Il se passe tant de choses, pour tout le monde et à de multiples niveaux. Les scénaristes ont pourtant décidé d'en rajouter quelques couches, à travers le rachat des locaux de Home Plus par Alby par exemple. Je ne sais pas si c'était nécessaire. S'il s'agissait de nous montrer que le fake prophète était vraiment prêt à tout, eh bien... on le savait déjà. Plus la peine de nous le prouver. J'ai également beaucoup de mal à m'intéresser à tout ce que Goji Juice implique pour Margene. Le personnage de Grant Show n'apporte finalement rien. Je doute que cela change d'ici à la fin de la série. Ce qui est beaucoup plus intéressant concernant la dernière sister-wife, c'est le mensonge sur son âge qui prend désormais l'ampleur que l'on imaginait. Plusieurs éléments (Heather, pas dans son meilleur jour; le discours suspicieux de Margene...) servent à faire monter le suspense jusqu'à la scène finale, où tout retombe presque comme un soufflé. Je m'attendais à quelque chose de plus dramatique, à l'arrestation de Bill pour tout dire. Finalement, ce n'est "que" Barb qui se fait interroger. Je suis par contre ravi de la tournure que prend la relation entre Cara Lynn et son professeur. Je n'avais pas encore saisi le parallèle avec les débuts de l'histoire entre Margene et Bill. Dès lors, c'est extrêmement intéressant d'impliquer Margene dans leur séparation (forcée). Ben tente également de s'affirmer à travers cette intrigue et celle de Heather et sa mère. Ah, si seulement Sarah avait été là... C'est amusant de constater que dans cet épisode, les rôles entre les hommes et les femmes sont souvent inversés. Barb marie Bill et Nicky, le "tueur à gages" d'Alby devient aussi sa bitch, Ben se transforme presque en mère de famille pendant le mariage... L'intrigue de Lois est toujours aussi bien traitée, avec beaucoup de talent et d'émotion. On ne sait jamais très bien si c'est sa maladie ou sa folie naturelle qui la pousse à agir de la sorte, mais elle est aussi flippante que bouleversante. Pam et Carl ? Je ne comprends pas pourquoi on parle d'eux. Ils ne m'intéressent pas.

   The Noose Tightens. Devant un épisode comme celui-ci, je n'ai plus de doute : Big Love est toujours une grande série, qui s'est simplement trompé de chemin pendant quelques temps. Malgré toutes les intrigues qui se battent dans tous les sens, on en revient petit à petit aux basiques : à ce quatuor dysfonctionnel que l'on a tant aimé, et à cette opposition entre la vision de la religion de Bill, progressiste, et celle d'Alby, destructrice. Sans m'en rendre compte, depuis quelques épisodes, je ne ressens plus de haine envers le héros de la série. Il n'en reste pas moins un être abject, plus intelligent et subtil qu'un Alby, mais dangereux quand même. A ce stade de la série, alors qu'il ne reste plus que deux épisodes, je commence à imaginer une fin, celle que les scénaristes semblent nous suggérer mais qui ne sera pas celle finalement choisei, car ils sont plus malins que ça... J'imagine Margene quitter cette famille qui lui a tout donné mais aussi tout volé, son innocence en premier lieu. Si l'intrigue de Goji Juice doit servir à quelque chose, c'est bien à cela. Lui ouvrir les yeux sur le culte dont elle fait partie, presque malgré elle. J'imagine aussi Barb se séparer définitivement de Bill, car à elle aussi il lui a volé sa vie. Contrairement à Margene, elle n'a plus toute sa vie devant elle, il sera plus difficile de se reconstruire mais elle est forte, elle en est capable. Margene elle-même n'a jamais été aussi forte. Ginnifer Goodwin interprète cette évolution à la perfection. Nicky a-t-elle tué son frère, après qu'il l'ait enfermé dans un placard (un vrai cette fois, pas un métaphorique comme celui dans lequel il est coincé) puis menacé de mort, arme à l'appui ? Elle en est capable en tous cas, mais j'imagine mal un événement comme celui-ci avoir lieu hors-caméra, même si on peut y revenir via un flashback. Et puis ce serait sans doute trop tôt. C'est sans doute Bill qui achèvera Alby dans le final. Prendra-t-il alors sa place à Juniper Creek, avec Nicky en femme dévouée ? 

vlcsnap_102497 vlcsnap_50748


// Bilan // Pour ceux qui ont déjà vu le final de la série, vous avez bien dû bien rire à lire mes théories. Je suis certainement à coté de la plaque. Qu'importe: je reprends un plaisir fou à suivre les aventures au bout de l'enfer des Henrickson.