06 septembre 2011

Revenge [Pilot]

vlcsnap_2011_09_06_01h58m16s245

19785599

 Pilot // 10 020 000 tlsp.

44030377

What About ?

Une jeune femme retourne vivre dans les Hamptons où elle a grandi sous le pseudonyme d'Emily Thorne, avec pour objectif de détruire ceux qui ont brisé son enfance et gâché la vie de son père. Elle est prête à tout pour le venger...

Who's Who ?

Créée par Mike Kelley (Swingtown). Avec Emily VanCamp (EverwoodBrothers & Sisters), Madeleine Stowe (Le Dernier des Mohicans), Connor Paolo (Gossip Girl), Gabriel Mann, Joshua BowmanAshley Madewke (Secret Diary Of A Call Girl), Henry CzernyChrista B. Allen, Nick Wechsler...

So What ?

   "This is not a story about forgiveness" nous martèle celle dont la vengeance est un plat qui se mange... empoisonné. Blonde ou brune, douce ou torturée, nostalgique ou haineuse, Amanda Clarke devenue Emily Thorne pourrait bien nous conter la plus soap des séries de l'année. Très librement adaptée du Comte de Monte-Cristo de notre cher compatriote Alexandre Dumas, Revenge reprend les ingrédients qui ont fait le sel de tous les plus grands feuilletons, en y ajoutant une pincée de modernité et de douceur-amère. Habilement construit, lorgnant du coté de Damages, ce pilote nous dévoile d'abord les événements tragiques se déroulant à la fin de l'été pour mieux revenir ensuite sur les prémices de la vengeance entamée 5 mois plus tôt. Orchestré par une Emily VanCamp inspirée, prête à dévoiler une nouvelle facette de son talent, plus sombre, il est rythmé par les surprises, les faux-semblants, les premiers mystères, les premiers indices et les douces mélopées d'Angus & Julia Stone, particulièrement bien insérées dans le récit, qui enveloppent de tendresse et de nostalgie une héroïne troublante et déjà attachante. Les vagues de l'océan, prisonnières à l'infini, n'auront pas suffit à effacer les souvenirs et les douleurs de cette enfant meurtrie...

   Non loin de Point Pleasant mais bien plus proche de Newport Beach, Revenge ou le conte de fées qui a très mal tourné possède sa méchante reine, une dénommée Victoria, incarnée par la charismatique Madeleine Stowe. A elle seule elle cristallise tout le mal qu'une communauté fortunée peut faire à un honnête homme, perdu au coeur d'une spirale infernale. Si Emily a visiblement plus d'un tour dans son sac, elle a trouvé une rivale de taille à laquelle se mesurer. La confrontation s'annonce enthousiasmante même si l'on sait qui gagnera à la fin, si conclusion il y a. Romeo & Juliet semblent aussi s'inviter à la table de Revenge, tant il semble qu'une opposition va se former au fil de l'histoire entre la famille Grayson, et plus particulièrement le prétentieux Daniel, fils prodige, et la famille Porter, menée par Jack, le romantique et doux rêveur. Si seulement les acteurs choisis ne paraissaient pas si insipides...

   Avec Revenge, ABC a toutes les cartes en main pour nous offrir un soap-opera digne d'intérêt, comme on en attendait plus, qui n'a pas vocation à durer des années et qui aurait d'ailleurs sans doute fait une meilleure mini-série estivale qu'un drama de pleine saison. La mise en place de l'intrigue est efficace et faussement complexe. Elle parvient ainsi à capter notre attention du début à la fin sans en avoir l'air. Les personnages principaux prennent un peu plus d'épaisseur au fur et à mesure, même s'il reste encore beaucoup de boulot pour certains. Je n'ai désormais plus qu'une hâte: que les secrets profondément enfouis dans le sable des Hamptons des prochaines victimes de la machination d'Emily soient déterrés. 

What Chance ?

Face aux Experts, à l'Unité Spéciale et à l'American Horror Story, entre autres, Revenge n'a pour ainsi AUCUNE chance de survie. Si toutefois ABC parvient à la garder à l'antenne jusqu'au 13ème épisode, elle pourrait malgré tout obtenir une fin satisfaisante. Et peut-être que ce serait mieux comme ça...

vlcsnap_2011_09_06_02h02m22s146 vlcsnap_2011_09_06_02h04m59s177

How ?

Posté par LullabyBoy à 12:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


27 juin 2011

[Saison 2011/2012 - Dramas] 10- Revenge

19740379

What ?

Une jeune femme retourne dans les Hamptons où elle a grandi dans le but de détruire ceux qui ont fait du mal à sa famille et elle est prête à tout...

Who ?

Créée par Mike Kelley (Swingtown). Avec Emily VanCamp (Everwood, Brothers & Sisters), Madeleine Stowe, Connor Paolo (Gossip Girl), Gabriel Mann, Ashley Madewke...

Where ?

ABC.

When ?

Le mercredi à 22h.

Why ?

Parce que Emily VanCamp. Cela va de soi. Cette jeune actrice n'a plus à prouver qu'elle a du talent. En revanche, on ne l'a encore jamais connu dans un rôle de bitch. Le sera-t-elle vraiment ici ? Sous couvert de larges sourires, sans doute un peu même si ses motivations sont certainement légitimes. Parce que les Hamptons. J'adore ce petit coin de paradis donc dès que la télévision s'y intéresse, je suis partant ! Dans les faits, ce sera tourné à Newport Beach près de Los Angeles mais bon... Parce qu'on évoque le Comte de Monte Cristo comme inspiration. Le résultat en sera forcément très éloigné mais l'intention est louable. Parce que Madeleine Stowe est rare mais précieuse. Parce qu'il n'y a pas d'autres séries de ce type, très soap, actuellement à l'antenne.

Why Not ?

Parce que Revenge risque d'être l'une si ce n'est la première des nouveautés à être annulée. On sait la case dont elle hérite difficile, les échecs successifs l'ont prouvé, mais avec en plus l'arrivée des Experts à la rentrée, les carottes semblent malheureusement déjà cuites ! Parce que le casting, contrairement aux autres nouvelles séries de la chaîne, n'est pas super alléchant. Beaucoup de visages sont inconnus et l'ensemble semble assez lisse, ce qui serait dommage pour un soap tout de même. Parce que cela ressemble plus à une mini-série qu'à une série pouvant passionner pendant plusieurs saisons.

How ?

What About You ?

Posté par LullabyBoy à 12:35 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2011

Coming Next [5ème Round: ABC]

64010406

19652325

 Telle une prière pour qu'ABC ne meurt pas: je t'implore, Paul Lee, cher nouveau président, de prendre les bonnes décisions et surtout les bons pilotes pour la saison prochaine. La chaîne de l'alphabet est en effet sur la pente descendante depuis deux-trois ans à la fois parce qu'aucune nouveauté ne devient un hit et parce que les succès vieillisent à vue d'oeil, aussi vite que leurs actrices principales. Desperate Housewives et Grey's Anatomy sont passées régulièrement sous les 10 millions de téléspectateurs cette saison et la moyenne ne sera certainement pas bien plus haute, ce qui font d'elles des lead-in peu efficaces pour lancer la chair fraîche. Modern Family coté comédies, et Castle et Body Of Proof coté séries policières se débrouillent d'ailleurs mieux mais ces deux dernières dépendent beaucoup de Dancing With The Stars, dont le succès reste incontestable. The Middle a vu ses audiences exploser en début de saison, avant de repartir à la baisse face à American Idol. Brothers & Sisters et Private Practice sont de plus en plus faibles, à tel point que la première est sérieusement en danger de mort (ce qui n'est peut-être pas plus mal...) La dernière née de la team Shonda Rhimes en laquelle je croyais beaucoup, Off The Map, a été un flop considérable, de même qu'à peu près toutes les autres nouveautés : My Generation, Detroit 1-8-7, The Whole Truth, Better With You, Mr. Sunshine, Happy Endings et No Ordinary Family, gagnante du Coming Next l'année dernière, qui a été, à mon avis, très mal programmée (face à NCIS, Glee et le Biggest Loser, ses chances étaient nulles). V ? J'espère que Paul Lee aura la présence d'esprit de l'annuler car rien ne peut vraiment la sauver qu'il s'agisse de sa qualité ou de ses audiences. C'est un putain de boulet ! Et il faut libérer Elizabeth Mitchell !!! L'objectif de la saison prochaine n'est donc pas des moindres : recréer la magie de 2004 où avaient été lancées Desperate Housewives, Grey's Anatomy, Lost et Boston Legal, et éviter par la même occasion de devenir la nouvelle NBC ! Bonne chance...

 ___________

19689071

1. DAMAGE CONTROL

La vie professionnelle et personnelle d'une experte en relations publiques, Olivia Price, particulièrement réputée pour sa gestion des crises, et de son staff, composé d'avocats débutants et confirmés, d'un expert en litige, d'un hacker et d'une détective. Fitzgerald Grant, le président des Etats-Unis, est un vieil ami d'Olivia qui demande son aide lorsqu'une de ses assistantes fait courir le bruit qu'ils couchent ensemble...

Drama créé par Shonda Rhimes (Grey's Anatomy, Private Practice). Avec Kerry Washington (Boston Legal, Les 4 Fantastiques, Le dernier roi d'Ecosse), Columbus Short (Studio 60), Henry Ian Cusick (Lost), Katie Lowes (Easy Money), Guillermo Diaz (Weeds, Mercy), Jeff Perry (Grey's Anatomy), Tony Goldwin, Darby Stanchfield, Liza Weil, Leslie Grossman...

 

19693008

2. THE RIVER

Un aventurier célèbre, star de la télévision, est porté disparu lors d'un voyage au fin fond de l'Amazonie. Son équipe et ses amis partent alors à sa recherche à bord d'un bateau qui remonte l'Amazone et qui va bientôt faire des rencontres pour le moins effrayantes...

Drama créé par Oren Peli (Paranormal Activity 1 & 2). Avec Bruce Greenwood (John From Cincinnati), Eloise Mumford (Lone Star), Joe Anderson (Across The Universe), Paul Blackthorne (Lipstick Jungle), Leslie Hope (Mentalist, Runaway), Thomas Kretschmann...

 

19692271

3. ONCE UPON A TIME

De nos jours, dans une petite ville du Maine, les contes de fées existent encore. C'est ce que va découvrir une femme au passé trouble qui y emmènage avec son petit garçon. L'attirante mère de famille et maire de la ville est aussi "Evil Queen". Soeur Mary Margaret Blanchard, une institutrice religieuse, n'est autre que Blanche-Neige, sur qui l'"Evil Queen" a jeté un sort. Alors elle attend son prince charmant et fait appel à Rumplestiltskin, un expert en magie noire, pour l'aider. Archie, un gentleman excentrique, qui se ballade toujours dans la rue avec une ombrelle et un Dalmatien en laisse, est l'équivalent de Jiminy Cricket. Il sait tout ce qui se passe dans la ville...

Drama créé par Adam Horowitz et Edward Kitsis (Lost, Tron l'héritage). Co-produit par Damon Lindelof (Lost). Avec Jennifer Morrison (Dr. House, How I Met Your Mother), Robert Carlyle (Stargate Universe), Ginnifer Goodwin (Big Love), Lana Parilla (Swingtown, Lost), Josh Dallas, Jamie Dornan, Raphael Sbarge...

 

19689870

4. APARTMENT 23

June, une jeune fille honnête et optimiste venant de la campagne doit, contre son gré, emménager avec Chloé, qui se trouve son parfait opposé: une fêtarde invétérée, sans morale et diablement sexy. Son meilleur-ami n'est autre que... James Van Der Beek, l'acteur ancienne star de "Dawson", particulièrement imbu de sa personne. Pour couronner le tout, le voisin est un ado prépubère pervers !

Comédie créée par David Hemingson (How I Met Your Mother). Avec Krysten Ritter (Breaking Bad, Gravity, Veronica Mars), Dreama Walker (The Good Wife), James Van Der Beek (Dawson, Mercy), Michael Blaiklock...

 

 19695134

5. GOOD CHRISTIAN BITCHES

Amanda Vaughn, une femme récemment divorcée et mère de deux enfants, décide de retourner dans son Dallas natal dans un quartier huppé, entourée de ses anciennes ennemies botoxées bien décidées à détruire sa réputation. Il y a Sharon, l'ancienne reine de beauté devenue mangeuse compulsive; Darlene Cockburn, la chef de bande qui va à l'église chaque Dimanche, qui connaît par coeur les versets de la Bible mais qui n'hésite jamais à outrepasser certains commandements pour arriver à ses fins, et son mari, un métrosexuel aux allures de cowboy; ou encore Gigi, sa propre mère, envahissante et insupportable.

Drama créé par Darren Star (Beverly Hills, Melrose Place, Sex & The City, Cashmere Mafia). Avec Leslie Bibb (Popular, Preuve à l'appui), Kristin Chenoweth (Pushing Daisies, Glee, A la Maison Blanche), Annie Potts (Any Day Now, Designing Women), Miriam Shor (Swingtown, Damages), Jennifer Aspen (Rodney), Marisol Nichols (The Gates), David James Elliott (JAG, Scoundrels), Mark Deklin...

 

19692244

6. HALLELUJAH

Dans la petite ville d'Hallelujah dans le Tennessee, le combat entre le bien et le mal fait rage jusqu'à l'arrivée d'un étranger, bien décidé à apporter justice et paix à ses habitants. Il est accueilli par la famille Turner, dont le père, Rye, le gérant d'un restaurant, a toujours fait preuve d'une grande malchance. Il ne supporte plus les pressions que Del Roman, un mafieux local, exercent sur lui. Tout se complique lorsque le frère de Rye, Caleb, s'intéresse de trop près à la femme étourdissante de Del, Veda. Des scènes chantées par une chorale gospel entrecouperont le récit.

Drama créé par Marc Cherry (Desperate Housewives) et Sabrina Wind. Avec Jesse L. Martin (Ally McBeal, New York Police Judiciaire), Terry O'Quinn (Lost), Donal Logue (Terriers, Parents à tout prix), Frances O'Connor (Cashmere Mafia), Arielle Kebel (Life Unexpected), Della Reese (Les Anges du Bonheur), Jonathan Scarfe, Brett Cullen...

 

19689210

7. PAN AM

Embarquement immédiat dans les vols de la compagnie aérienne la plus glamour des années 60 : la Pan American World Airways. A bord : un espion sous couverture, une nouvelle hôtesse qui se retrouve en une de "Life Magazine", un pilote prétentieux qui ne quitte jamais ses lunettes d'aviateur... Destination : New York, Paris, et bien d'autres villes du Monde...

Drama créé par Nancy Ganis et Jack Orman (Urgences). Pilote réalisé par Thomas Schlamme (A la maison Blanche, Studio 60). Avec Christina Ricci (La Famille Adams, Casper, Grey's Anatomy), Margot Robbie (Neighbours), Michael Mosley (Scrubs), Kelli Garner (My Generation), Jonah Lotan (Generation Kill)...

 

19695389

8. BAD MOM

Julia, une mère célibataire avec deux enfants, se voit dans l'obligation de les élever le jour où sa mère, Marian, qui s'en occupait jusqu'ici, décide de reprendre sa vie en main. Linda, également mère de famille, lui vient régulièrement en aide, tandis qu'elle ne peut pas compter sur son mari, sans cesse retenu par son patron...

Comédie créée par Sharon Horgan. Avec Jenna Elfman (Dharma & Greg, Accidentally On Purpose, Alex Rose), Frances Conroy (Six Feet Under), Tom Everett Scott, Sharon Horgan...

 

19689131

9. CHARLIE'S ANGELS

Trois filles superbes sont recrutées par l'agence Townsend pour remplir des missions qui ne sont pas sans danger...

Drama créé par Alfred Cough et Miles Milar (Smallville). Remake de la série des années 70. Avec Minka Kelly (Friday Night Lights, Parenthood), Rachael Taylor (Transformers, Grey's Anatomy), Annie Ilonzeh, Ramon Rodriguez, Robert Wagner...

 

19697918

10. GEORGETOWN

La vie personnelle et professionnelle d'un groupe de colocataires et amis dans la ville de Washington D.C. Nikki, une vive et intelligente débutante au sein du service de communication de la Maison Blanche, qui a des liens avec la Première Dame des Etats-Unis, est mannequin à ses heures perdues. Elle est très amie avec Andrew, un charmant et brillant ancien étudiant à Yale, qui peut se vanter d'avoir été le plus jeune homme à avoir écrit un discours du président. Leur troisième colocataire se nomme Samantha, une jeune femme idéaliste qui travaille pour le président du Parti Démocrate et qui fait partie d'une dynastie de politiciens. Elle a vécu par le passé une histoire avec Andrew. Le 4ème colocataire, Peter, passe encore pour un ado prépubère malgré ses 28 ans...

Drama créé et produit par Josh Schwartz (Newport Beach, Gossip Girl, Chuck...) et Stephanie Savage. Avec Katie Cassidy (Melrose Place 2009, Harper's Island, Supernatural), James Wolk (Lone Star), Daisy Betts (Persons Unknown), Joe Mazello (The Pacific), Boris Kodjoe (Undercovers), Kevin Zegers (Transamerica, Gossip Girl), Tiya Sicar (Vampire Diaries)...

 

19697384

11. REVENGE

Une jeune femme, Emily Thorn, retourne dans les Hamptons où elle a grandi dans le but de détruire ceux qui ont fait du mal à sa famille. Elle s'apprête à se marier avec le fils de celle qui a gâché la vie de son père, une femme superbe et très riche dans la quarantaine...

Drama créé par Mike Kelley (Swingtown). Adapté librement du Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas. Avec Emily Vancamp (Everwood, Brothers & Sisters), Madeleine Stowe, Connor Paolo (Gossip Girl), Ashley Madekwe (Secret Diary Of A Call Girl), Gabriel Mann (Mad Men), Joshua Bowman...

 

19695178

12. SUBURGATORY

Les péripéties d'une adolescente rebelle, Tessa, qui déménage, à son grand malheur, avec son père d'une grande ville à une banlieue paumée qui représente tout ce qu'elle déteste. Elle se fait rapidement une amie dans son lycée, bien qu'elle soit un peu étrange, mais aussi une ennemie, dont la mère, Dallas Royce, est une femme avec des lèvres géantes et des seins énormes et faux...

 Comédie créée par Emily Kapnek (Parks And Recreation, Aliens In America). Pilote réalisé par Michael Fresco (Better Off Ted). Avec Jane Levy (Shameless US), Jeremy Sisto (Six Feet Under, Kidnapped), Allie Grant (Weeds), Cheryl Hines (Larry et son nombril), Alan Tudyk (Dollhouse, Firefly)...

 

03 février 2011

[Interview] Emily VanCamp - Brothers & Sisters

Sans_titre_1emily

J'attendais beaucoup de cette interview, étant fan à la fois d'Everwood et de Brothers & Sisters. Mais Emily n'a pas été très volubile, bien qu'extrêmement mignonne et sympathique. Je n'ai pas pu en tirer grand chose. Elle passait son temps à regarder son attachée de presse, toute paniquée (alors que mes questions étaient tout sauf méchantes). Qu'importe, je suis ravi d'avoir pu la recontrer. Je précise que l'interview a eu lieu quelques semaines avant que l'on apprenne son départ de la série. Pas de question là-dessus donc. Peut-être qu'elle le savait déjà, ce qui expliquerait sa peur de faire la moindre gaffe... Sa timidité était en tous cas très touchante. Sa simplicité aussi.

Posté par LullabyBoy à 17:22 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 octobre 2010

Brothers & Sisters [5x 03 & 5x 04]

dnes_season4_brothers_justi

Faking It // Righteous Kiss

8 9oo ooo tlsp. // 8 86o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_100723 vlcsnap_102484

   Avancer. Grandir. Après tous les drames traversés, après toutes les douleurs, les héros de Brothers & Sisters ne peuvent qu'aller de l'avant. Sans doute parce que ce thème me touche tout particulièrement aujourd'hui, ces deux épisodes m'ont beaucoup parlé et beaucoup ému. Les Walker ont su mettre les mots justes sur certaines choses que je pouvais ressentir, et que vous ressentez vous aussi sûrement. C'est un peu notre lot à tous d'apprendre à avancer sans trop regarder en arrière. Ça m'agace. Cette série me force toujours à être impudique. Kitty a enfin droit au bonheur semble-t-il. J'avais peur que l'après-Robert soit difficile à gérer pour les scénaristes. C'était un vrai challenge. Jusqu'ici, c'est un sans fautes. C'est agréable de retrouver la Kitty des débuts de la série : très amusante, légère. J'adore son nouveau chez elle, à Ojaï. On respire mieux. Tout est plus naturel, et plus doux, et plus simple. Son plombier, qui tombe totalement dans le cliché sans que ce soit gênant, me plaît bien. On se doute qu'il ne restera pas longtemps dans sa vie, parce que ce n'est pas le genre d'homme qu'il lui faut, mais ce pourrait être une jolie parenthèse. De quoi la remettre en selle ! J'ai adoré le jeu de Calista Flockhart (oui, comme d'habitude). Elle m'a énormément rappelé Ally McBeal en fait, avec son soufflé, sa fuite puis son abandon. C'est très enthousiasmant en tous cas, et on peut remercier une fois de plus les scènes au téléphone, inlassablement drôles. C'est beaucoup moins excitant du coté de Sarah. Ça n'a jamais été mon personnage préféré mais ce qu'elle est en train de devenir ne me plaît vraiment pas. Par moment, j'avais l'impression de me retrouver devant du sous-Desperate Housewives (imaginez le truc quoi !) ou du sous-Parenthood même. L'angle parents/jeunes enfants n'a jamais été très exploité dans la série et on comprend pourquoi. Ce n'est tout simplement pas dans le ton. C'était loin d'être horrible à regarder mais juste pas super bien écrit et absolument pas original. De toute façon, je vois mal Sarah rester dans ce rôle bien longtemps... Et tant mieux !

   Le retour de Rebecca, je l'attendais avec impatience et je le redoutais en même temps. Est-ce que sa sortie est à la hauteur du personnage ? Sans l'ombre d'une hésitation : oui ! Elle m'a ému aux larmes mais j'étais heureux de la voir se tourner vers de nouveaux horizons. On sait qu'on ne la quitte pas pour de bon en plus. Elle reviendra forcément. En fin de saison, ou en fin de série. Ou l'année prochaine (car je crois de plus en plus à une saison 6). Les scénaristes se sont très bien débrouillés pour expliquer son départ. Il paraît complètement logique du coup. Justin et elle sont toujours très amoureux mais le temps a passé et surtout, le temps de se retrouver n'est pas venu. Ils ont trop de choses à accomplir l'un sans l'autre. La scène dans la cuisine au petit matin était bouleversante, tout comme celle où Justin s'effondre dans les bras de sa mère. J'ai peut-être moins aimé les passages entre Rebecca et Holly. Comme dans les épisodes précédents, je trouve que cette intrigue manque de force mais je n'arrive pas à savoir pourquoi. La prestation de Patricia Wettig est plus que correcte, les dialogues sont bons... C'est peut-être l'idée même des trous de mémoire qui me déplaît. C'est tellement dirigé contre Rebecca en fait que ça en devient suspect. Holly se rappelle de tas de choses sauf de sa fille. Mais pourquoi ? J'aimerais une explication à laquelle m'accrocher. J'aime beaucoup le rôle de David dans l'histoire en tous cas, sa bienveillance. Et la scène entre Holly et Nora était magnifique. De toute façon, quand elles sont réunies ces deux-là... Au passage, j'ai bien aimé l'intrigue chirurgie esthétique parce qu'elle était assez osée finalement. On se doutait bien que Nora ne sauterait pas le pas, ça ne lui ressemble pas et je suis à peu près sûr que Sally Field aurait mis son véto. Mais c'était fun. Du coup, une question me taraude : est-ce que vous pensez que Patricia Wettig a déjà eu recours à la chirurgie ? J'aurai tendance à dire que oui, pour ses seins surtout qui tiennent drôlement bien la route encore, mais son visage ? Elle a quand même pas mal de rides, un cou bien abîmé... Je la trouve superbe en tous cas. Sally Field vieillit aussi très bien.

   Miracle : on a rencontré un mec de Saul ! C'est pas trop tôt. Je suis assez content que Stephen Collins ait été choisi pour l'incarner, même si ça n'a duré qu'un épisode. Malgré 7 à la maison, c'est quand même un bon acteur. Il l'a prouvé dans Private Practice l'an passé, maintenant ici. Je suis triste pour Saul en tous cas. Apparemment, il est condamné à finir ses jours malheureux et seul. C'est quand même pas de chance de tomber sur un homme qui a perdu son ancien compagnon à cause du SIDA ! Kitty doit tenir de lui. Vraiment les rois de la poisse chez les Walker ! Au milieu de tout ça, Kevin et Scotty sont au repos. Enfin pas tant que ça. Ils papillonnent un peu dans toutes les intrigues et c'est très bien comme ça. Scotty reste pas mal en retrait. J'espère qu'une petite intrigue va lui tomber sur le coin du nez quelque part dans la saison. Il a encore des histoires à régler avec ses parents, en particulier sa mère si je ne m'abuse... 

vlcsnap_103664 vlcsnap_227627


// Bilan // Le temps n'a pas d'emprise sur les Walker. Je crois qu'au bout du compte, y'a pas d'autres séries qui m'ont touché et qui me touchent autant, systématiquement.

44069764


13 juin 2010

My Festival de Monte-Carlo

x2_193ef19 x2_192b807

   Comme promis, voici un petit compte-rendu de ma semaine au Festival de Monte-Carlo, que je qualifierais comme la plus excitante de ma vie ! Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi : je travaille à la rédaction séries d'AlloCiné et c'est grâce à cela que j'ai pu interviewer une vingtaine de stars lors du Festival. Ce n'est pas tant "interviewer des stars" qui m'a le plus plu mais interviewer des acteurs et des actrices qui font un peu partie de ma vie car présents dans mon salon chaque semaine depuis des années. Inutile de dire que c'est beaucoup de travail en amont. Les interviews ne se préparent pas toutes seules et notre émission quotidienne Tueurs En Séries ne s'écrit pas et ne se monte pas toute seule non plus ! Et c'est aussi évidemment beaucoup de stress avant et pendant le Festival. Je ne vais pas m'attarder là-dessus, ce n'est pas ce qui vous intéresse le plus. Mais sachez que j'ai appris beaucoup de choses en cinq jours. C'est très formateur. Et puis même si le temps n'était pas splendide, c'est toujours un plaisir de se lever et se coucher avec la mer.

x2_18bde93 x2_18bdca6

   Premier jour et premier tapis rouge de toute ma vie ! Voilà une expérience que je n'oublierais pas de sitôt : on ne sait pas qui va arriver quand, on ne sait pas forcément quelle question on va bien pouvoir poser mais il faut être prêt, sur le qui-vive. C'est super stressant au début puis on se laisse prendre au jeu et ça devient super excitant. Le plus gros moment d'hystérie revient au trio de Vampire Diaries qui a fait crier les foules ! C'est sans doute, pour ma part, ceux qui m'ont le moins impressionné puisque je les avais déjà rencontrés (Nina Dobrev et Paul Wesley) en Décembre dernier à Londres. Nina Dobrev m'a reconnu d'ailleurs. Ca fait toujours plaisir ! Beaucoup de monde est passé sous mes yeux ébahis mais celle qui m'a fait la meilleure impression tant elle était belle et classe, c'est Elizabeth Mitchell. De quoi me donner encore plus hâte de l'avoir en interview quelques jours plus tard. Ma première interview du Festival était celle d'Eric Close, ex-FBI: Portés Disparus. Un type super sympa, qui sait vous mettre à l'aise et qui vous parle avant et après l'interview. C'est pas si souvent. Il m'a même confirmé que CBS avait commandé sa nouvelle série Chaos, qu'il ne restait plus qu'à régler un problème de lieu de tournage. Il ne l'a pas confirmé à tout le monde, bizarre. Mais après dérushage de l'interview, non, je n'ai pas rêvé ! Le même jour a eu lieu l'interview la plus surréaliste du Festival : celle de Valérie Kaprisky. C'était ma seule interview en français et je m'en souviendrais ! Elle est arrivée en disant qu'elle n'avait pas grand chose à dire vu que "L'Internat" a été annulée par M6. Or, elle était annoncée au Festival pour en parler. Pas de chance, elle n'était pas très loquace pour parler des raisons de l'annulation. Des réponses très courtes donc. Un désintérêt total pour son travail. Elle dit regarder beaucoup de séries américaines mais est incapable d'en citer plus de deux (Dexter et United States Of Tara)... Au final, c'était elle qui m'interviewait à la fin pour savoir quelles séries je pouvais lui conseiller. Elle était sympathique, c'est pas le problème. Elle n'avait juste rien à dire. J'ai ramé comme jamais pour tenir 10 minutes !

x2_18bd07f x2_18fa411

   THE interview, celle que je retiendrais s'il ne fallait en garder qu'une, c'est celle d'Elizabeth Mitchell. C'était paradoxalement la plus courte (5 minutes) mais aussi la plus intense. Elle était sublime et je n'arrivais pas à croire qu'elle était là, en face de moi, si souriante, avec cette voix douce et ce regard bienveillant. Je crois que j'en suis tombé amoureux. J'ai d'ailleurs pu prendre une photo avec elle (je m'étais promis de ne pas me laisser aller à ce genre de pratiques peu professionnelles mais j'ai craqué cette fois-ci). Je m'en souviendrais longtemps... Puisqu'on est dans Lost, je me suis aussi entretenu avec Jorge Garcia, gentil comme tout, amusant, très proche de son personnage d'Hurley finalement. Il nous a donné au passage deux petits scoops sur le contenu du bonus DVD donc c'était cool (c'est là que l'on voit d'ailleurs le manque de puissance des médias français puisque les infos n'ont pas été reprises). Et puis Ian Somerhalder, c'est un peu Lost aussi. Je l'ai eu près de 15 minutes, ce n'était pas prévu comme ça. J'ai donc pu lui poser toutes mes questions. Ses réponses étaient assez longues d'ailleurs, intéressantes. Il se la péte grave, c'est clair. Ca fait partie de son personnage. Il prend des poses de mannequin toutes les deux minutes. Mais il est magnifique, il le sait. Puis il était sympathique quoiqu'il en soit. Sinon, j'ai été agréablement surpris par Paula Trickey de Pacific Blue vue dans The OC. Je n'avais pas grand chose à lui dire mais elle était bavarde alors le moment que je redoutais est passé très vite. J'ai adoré converser avec Emily VanCamp, parce que c'était une sorte de rêve, que ça me rappelait mon adolescence, et je n'ai pas été déçu. Elle était simple, souriante, un peu timide. Telle que je l'imaginais. Par contre, elle était un peu trop collée aux basques de son attachée de presse, comme si elle avait peur de dire des conneries. Un peu langue de bois donc mais beau moment. Je dirais que j'ai eu le même problème avec Julie Benz, qui était superbe et très chaleureuse, mais qui restait promo à fond. L'interview de Dana Delany était pas mal non plus mais on sentait qu'elle commençait à être fatiguée de répondre toujours aux mêmes questions (elle avait déjà 3 jours d'interviews dans les pattes quand mon tour est venu). Sympathique en tous cas et amusante. Et pas langue de bois pour le coup (elle s'est d'ailleurs pas mal lâchée avec mes confrères de Séries Live, je vous conseille de lire leur interview). Bon et puis ma deuxième interview préférée après celle d'Elizabeth Mitchell, c'est celle de Luke MacFarlane. Marry Me ! Il était super craquant, super gentil, super intéressant... Il a tout pour lui ce garçon. Lors du tapis rouge de clôture, il m'a reconnu et m'a serré la main. Moment de jouïssance.

x2_194a207 x2_194a364

   Il faut bien parler aussi des interviews qui m'ont moins convaincu, même si aucune n'a été horrible. Shaun Sipos de Melrose Place par exemple, il était saoulé et clairement pas heureux d'être là. Donc c'était sans intérêt pour lui comme pour moi. Promouvoir une série annulée, je comprends que ça ne motive pas cela dit. Luke Pasqualino de Skins, il était tout mignon et sympa mais ses réponses tenaient toujours en deux peties phrases. Ce fut donc rapide. Taye Diggs m'a déçu : il ne souhaitait pas être filmé ! Quelle drôle d'idée. Ca ne l'a pas empêché d'être souriant et sympathique mais bon, je l'ai un peu en travers de la gorge. Dans le même genre, j'en veux un peu à Busy Phillips, enfin à son attachée de presse, qui a annulé mon interview (et quelques autres) pour qu'elle puisse partir plus tôt... Paraît qu'elle était géniale pour ceux qui ont eu la chance de l'avoir. Une bonne cliente quoi. Un peu comme Alessandra Toressani de Caprica, dont j'ai assisté à l'entrevue même si je n'étais pas l'intervieweur, et qui était absolument géniale ! Un phénomène ! Et puis accessoirement peu farouche. J'ai d'ailleurs vu sa culotte tant sa robe était courte et tant elle ne cherchait pas à croiser les jambes. Un appel au viol cette fille. Les vieux de la vieille Larry Hagman et Donna Mills étaient plutôt cools mais je n'ai pas été vraiment convaincu. Le premier parce qu'il ne répondait finalement jamais sérieusement aux questions et parce qu'il était sourd et qu'il fallait répéter cinquante fois la même question. Pour la deuxième, disons que sortie de Côte Ouest elle n'avait rien à dire. Elle n'a même pas vu son épisode de Nip/Tuck ! Elle était moins refaite que prévu en tous cas. Et puis sinon, c'est un peu de ma faute, mais je lui avais préparé un questionnaire "garces de la télévision" et elle n'en connaissait aucune : Amanda Woodward, Wilhelmina Slater, Edie Britt... Dommage ! Ah et je l'ai oublié dans les bons souvenirs : Dante Di Loreto, le producteur exécutif de Glee. Passionnant ! Et puis ça change un peu des interviews des acteurs.

x2_1948a90 x2_1948348

   Mais Monte-Carlo, c'est aussi des petites anecdotes amusantes comme Jane Lynch qui dîne avec sa compagne une table à coté de la nôtre dans un restaurant, c'est Simon Baker que je croise aux toilettes, c'est ce même Simon Baker qui se la péte grave, c'est Zachary Levi (qui était venu une semaine plus tôt dans les bureaux d'AlloCiné) qui est juste l'acteur le plus sympa de sa génération, c'est la caméra qui se casse la gueule pendant l'interview de Paul Wesley, c'est les stars que tu croises le midi "à la cantine", c'est par exemple Tonya Kinsinger qui a mangé une part de gâteau malgré son état cadavérique, c'est Jane Lynch qui me lance un sourire forcé tout en buvant son coca... Et puis c'est une soirée absolument incroyable organisée pour les 50 ans du Festival dans un hôtel sublime. J'ai eu l'impression d'entrer dans une des soirées chics de Newport Beach par exemple. Des stars à chaque métre carré, dont quelques surprises (Jay Harrington de Better Off Ted ou Justin Chatwin), qui dansent, qui rient, qui s'amusent, qui discutent, qui chantent un "Happy Birthday" à un publicist d'ABC. C'est Nina Dobrev qui ne lâchait pas une seconde Jorge Garcia, c'est Emilie VanCamp en grande conversation avec Paul Wesley (ces deux-là feraient un beau couple), c'est Paula Trickey complètement à part qui est bel et bien has-been et ça fait un peu de peine, c'est Zachary Levi qui se déhanche comme personne, c'est Jessica Szohr de Gossip Girl complètement défoncée... Bref, une soirée inoubliable que je ne reviverais sans doute pas de sitôt.

   x2_19490ef x2_191d8b3

   Voilà, désolé pour ce récit un peu décousu mais milles images se bousculent encore dans ma tête. Je le répéte mais j'ai vécu quelque chose d'exceptionnel, que j'ai envie de voir comme une récompense après tant de séries regardées, tant de news écrites, tant de critiques... A l'année prochaine donc ! Pour ceux que ça intéresse, les interviews seront visibles dans leur quasi-intégralité dans les semaines voire les mois qui viennent. Tout dépend des diffusions françaises des séries en question. En tous cas, celle de Jorge Garcia sera très prochainement en ligne. 

x2_192bc4b x2_192ab55

09 juin 2010

Tueurs En Séries [Special Monte-Carlo Part.3]

tueurs

Au programme aujourd'hui : Jorge Garcia parle des bonus du DVD de Lost, exclu à la clé, Ian Somerhalder et Nina Dobrev se confient sur The Vampire Diaries, Jeremy Sisto se lance dans la chanson, le zapping du jour en compagnie d'Elizabeth Mitchell, Emily VanCamp, Ice-T, Larry Hagman, Enrico Colantoni, Alessandra Torressani...

Demain : Julie Benz, Dana Delany, LL Cool J, Luke MacFarlane, l'équipe de Glee, Donna Mills, Zachary Levi...

24 mai 2010

Brothers & Sisters [4x 24]

dnes_season4_brothers_kitty

On The Road Again (Season Finale) // 9 93o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_293096 vlcsnap_288613

   J'imagine que beaucoup d'entre vous vont me reprocher de n'avoir accordé "que" trois étoiles à cet épisode et pas quatre, mais je reste fidèle à mes principes : aussi bonnes soient les cinq dernières minutes (et elles sont vraiment excellentes), il y en a eu 35 autres un peu moins bonnes, un peu moins intenses pour un Season Finale. Alors je suis obligé d'être un peu dur. Je vais donc commencer par ce qui m'a moins plu. Premier problème : le syndrôme du "trop". Alors que les épisodes précédents étaient franchement sur la réserve, celui-ci donne beaucoup et malheureusement trop. On passe d'une scène à l'autre sans avoir vraiment le temps d'approfondir les dialogues. C'est un travers dans lequel Brothers & Sisters tombe rarement. Dommage que ça arrive maintenant, dans cet épisode charnière. Le mystère Narrow Lake est d'abord résolu. Une bonne chose, indéniablement. Cet endroit si mystérieux renferme une source d'eau qui pourrait faire la forture des Walker (et de Holly) dans le futur. Un joli coup de pouce du destin (enfin surtout de William) qui permettra de repartir sur de bonnes bases, surtout pour Sarah qui sombrait dans la déprime. Et l'alcool. Mais tous les Walker sont alcooliques. C'est d'ailleurs très ironique que ce soit le business de l'eau qui leur tende les bras ! On remarquera par ailleurs la quasi-absence de Luc de tout l'épisode. Ca m'a un peu gêné. Il avait sa place comme les autres "pièces rapportées" ! Ca ne facilite pas son intégration mais comme une place va être bientôt vacante...

   Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'autant de temps soit consacré à Saul dans cet épisode. C'est tellement rare et tellement bouche-trou d'habitude. Je ne sais pas bien quoi penser de sa nouvelle intrigue qui consiste à l'enfoncer encore un peu plus dans une vie absolument merdique : un vieux célibataire homosexuel sans enfants et désormais séropositif. Quel tableau ! Malgré ce "trop" et le fait que la série se transforme limite en dramédie médicale avec toutes ces health issues, il est intéressant de traiter le sujet du SIDA, c'est pas si souvent hors séries médicales justement. Puis ça permet de mettre Saul en avant (jusqu'à son suicide au prochain Season Finale ?). Ron Rifkin a eu de bien jolies scènes, notamment avec Nora. Et son discours enflammé à l'encontre de Kevin et Scotty était poignant ! Du coté de Justin et Rebecca, on assiste avec désarroi à la déstruction du couple. Ils ne sont jamais restés heureux très longtemps et dès qu'ils évoquent leur mariage, une catastrophe survient. Vu les circonstances, je ne pense pas que Justin partira à Haïti. Ou alors il serait encore plus égoïste que je ne l'imaginais. Peut-être que cette nouvelle épreuve va les rapprocher, ou au contraire, les éloigner pour de bon. On verra mais tout ça ne me passionne plus tellement. Le couple a perdu en intérêt à force d'indécisions.

   Brothers & Sisters jongle toujours avec brio entre la comédie et le drama. Le petit road-trip en bus des trois femmes Walker était très amusant. Il aurait presque mérité un épisode à lui seul. Je regrette par contre que la campagne de Kitty ne soit finalement jamais montrée directement. On en parle, elle en parle, mais on ne voit quasiment rien. Il y avait d'autres moments marrants dans d'autres intrigues, inutile et impossible de les énumérer. On en vient donc aux cinq dernières minutes, atroces, qui ont fait battre mon coeur à mille à l'heure car je sentais, comme tout le monde je crois, que quelque chose de grave allait arriver sur le chemin du retour pour au moins une des voitures. Les scénaristes n'y sont pas allés avec le dos de la cuillère en créant carrément un carambolage ! Là encore, on pourrait reprocher un "trop" évident mais c'était tellement émouvant... C'est ainsi que Rob Lowe nous quitte, en mourant dans l'accident. On ne l'avait pas vu venir. On s'attendait à une nouvelle attaque, qu'il a eu d'ailleurs, ou à une séparation express de dernière minute, mais certainement pas à ça. Ca fait quand même beaucoup de choses pour un seul homme en si peu de temps, puisqu'il y a aussi cette histoire louche bien mystérieuse dont je n'ai toujours rien compris. Peu importe maintenant. Je ne pensais pas qu'ils allaient oser tuer Robert, ne serait-ce que pour pouvoir le faire revenir de temps en temps et affoler éventuellement les compteurs d'audiences. Ils sont forts, ils ne reculent devant rien ! Ils ont de sacré couilles, contrairement à d'autres. Robert va tous nous manquer. Il était devenu essentiel à la série et à son équilibre. J'en veux un peu à Rob Lowe pour avoir demandé de partir mais peut-être que c'est un mal pour un bien. Une façon de faire avancer Kitty. Car, à n'en pas douter, elle ne laissera pas tomber sa campagne. Au contraire ! Elle voudra plus que jamais la gagner pour lui... Un petit mot pour terminer sur Holly, qui ne mourra évidemment pas. Je la vois plutôt paralysée, quelque chose dans le genre. Ca pourrait donner quelque chose d'intéressant.      

vlcsnap_289734 vlcsnap_269709


// Bilan // Brothers & Sisters quitte le petit écran chaque année par la petite porte avec des Season Finales sobres, quasiment sans cliffhangers. Les choses sont différentes en cette 4ème année puisque les 5 dernières minutes remettent beaucoup de choses en cause et ouvrent vers de nouvelles perspectives plutôt alléchantes. La rumeur veut que la saison 5 se déroule 1 an après les événements de cet épisode. Je ne suis jamais pour ce genre de saut dans le temps mais je fais confiance aux scénaristes pour le gérer à merveille, comme toujours. Cela dit, passer à coté du deuil de Kitty me dérange un peu... Pour le moment, la saison 5 ne compterait que 18 épisodes pour faire de la place à Off The Map. Entre ça et le départ de Rob Lowe, ça sent la fin. Pour être honnête, ça ne me dérangerait pas que la série s'achève aux terme de la 5ème saison, si toutefois on prévient l'équipe suffisamment tôt pour clôturer la série comme il se doit. Je dis ça aujourd'hui mais je sais que je dirais le contraire dans quelques mois... La saison 4 était aussi bonne que les trois précédentes, avec une première partie excellentissime "grâce" au cancer de Kitty. Quelles séries peuvent se targuer d'être aussi constante ? Comme d'habitude, les Walker vont me manquer pendant l'été ! A très vite... 

44069764

10 mai 2010

Brothers & Sisters [4x 22]

dnes_season4_brothers_justi

Love All // 8 44o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_33226

   Arf. Deux épisodes consécutifs moyens, c'est rare chez les Brothers & Sisters. Pourvu que ça ne dure pas jusqu'au Season Finale. J'aimerais être positif mais force est de constater que depuis l'excellent double épisode, la saison manque clairement de grandes lignes directrices. Il y a bien la campagne de Kitty, mais je crois que ce sera davantage exploré la saison prochaine. Pour le moment, ça se passe essentiellement hors-caméra et sans Robert, bien trop occupé avec ses affaires top-secrètes dont on ne comprends pour ainsi dire rien ! Non mais c'est vrai : qui est le gros bonhomme qu'il va voir souvent (et qui jouait dans Urgences si je me souviens bien) ? Et qui est l'autre mec, qui a l'air bien louche aussi, à qui il a parlé au country-club ? Ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas très clean puisque Robert s'inquiéte déjà que ses agissements aient une répercussion sur la campagne de sa femme... Ca ne le soucie d'ailleurs pas autant qu'il voudrait bien le faire croire. La porte de sortie n'est pas encore grande ouverte pour Robert mais déjà bien entrebaillée. Il me manque déjà ! C'est peut-être parce qu'il va manquer aux scénaristes aussi qu'il est associé à Kevin, Sarah et Luc pour quelques parties de tennis endiablées. Ca fait du bien de le voir au milieu des Walker et pas forcément avec Kitty. Le "Kevrah" m'a fait beaucoup rire même si ça aurait pu être exploité davantage. Le plus amusant ? Kevin et Sarah qui s'étirent comme de grands gymnastes ! Pendant que la petite bande se détend, Scotty et Saul travaillent sur leur projet commun de restaurant. Pas très excitant puisque l'on nous en montre peu mais on est content que Saul sorte la tête d'Ojaï de temps en temps, d'autant qu'on imagine sa vie amoureuse pitoyable puisqu'il n'en est jamais fait mention. Sur ordre d'ABC qui ne veut pas d'amourettes de vieux (gays) ? Terrible mais pas impossible.

   La "star" de l'épisode n'est pas celle qu'on croit ! Non, il s'agit, je crois pour la toute première fois de la série, du petit Cooper ! Je préfère largement Paige mais c'est bien aussi de parler un peu de lui. Ca change et les problèmes rencontrés par Sarah pour l'élever et le faire accepter Luc sont universels. Peut-être que tout se résoud un peu trop facilement mais c'est crédible. Cooper est encore jeune. Et puis Sarah a déjà apparemment fort à faire avec Paige qui ne s'est pas calmée, crise d'adolescence oblige. Ca a donné lieu à quelques moments amusants avec l'intervention de Nora en mamie qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui est toujours de bon conseil. Et pour une fois, elle n'en a pas fait trop ! Elle était par ailleurs très émouvante dès que la question du retour de Justin en Afghanistan s'est posée. On a l'impression d'avoit déjà vu tout ça mais l'émotion passe. Enfin quand il s'agit d'ellle. Les scènes de Justin m'ont beaucoup ému. Je le trouve assez égoïste en fait, même si ses justifications sont compréhensibles, et on se demande quand est-ce qu'il arrêtera enfin de détruire sa vie, que ce soit par l'alcool, la drogue ou la guerre. En même temps, les gens comme lui ça existe. Et c'est bien malheureux. Je ne pense pas qu'il retournera sur le front cette fois. Les scénaristes sont bien trop intelligents pour aller vers cela. Si ça en reste là, alors ça aurait été une bonne idée. C'est bien qu'il y ait une continuité dans les intrigues et que l'on revienne sur le passé de temps en temps. Question de crédibilité. Il va maintenant falloir qu'il trouve sa voie et ce n'est visiblement pas celle de la médecine. Ca tombe bien, ce n'était pas très intéressant. 

vlcsnap_44210


// Bilan // Moyennement convaincu par l'épisode dans son ensemble. De très bon moments de comédie, quelques bonnes idées, mais aussi deux-trois intrigues plombantes et mal exploitées. Plus que deux épisodes pour rectifier le tir, puis les Walker nous quitteront quelques mois encore...

44069764

02 mai 2010

Brothers & Sisters [4x 20 & 21]

dnes_season4_brothers_kitty

If You Bake It, He Will Come // Where There's Smoke...

7 84o ooo tlsp. // 8 36o ooo tlsp.

44030377 // 44030376


vlcsnap_52738 vlcsnap_54905

   On se relève toujours difficilement d'un épisode événement mais pas Brothers & Sisters qui poursuit sur sa constante qualité et son mélange dramédique efficace avec des acteurs toujours au diapason. Cela dit, la fin de la saison s'annonce moins enthousiasmante que le reste. Le deuxième épisode a beau être bon, il me fait peur vu les directions prises. Prenez Justin par exemple. Il n'a pas été spécialement gâté cette saison (chacun son tour en même temps) et les scénaristes semblent incapables de lui trouver une nouvelle intrigue aussi forte qu'avant. Du coup, ils optent pour la solution de facilité en faisant revenir ce qui l'a rendu si émouvant et attachant : son engagement dans l'armée américaine contre vents et marées. Déjà, j'ai trouvé que ça a été mal amené puisque c'était à la fois trop soudain et trop prévisible dans le déroulement de l'épisode. Le coup du copain mort n'était pas subtile pour deux sous. Ensuite, il me semble que tout a été dis à ce sujet et que le timing ne pouvait pas être plus mauvais : comment justifier un tel retournement de situation alors que Justin est fraîchement marié avec l'espoir d'avoir bientôt un enfant avec Rebecca ? Bon courage aux scénaristes qui se sont mis dans un beau pétrin mais qui s'en sortent toujours en général... L'autre intrigue qui me dérange pas mal, c'est celle de Robert et de son nouvel aura hyper mystérieux autour de ce fameux nouveau job. On sait bien que les scénaristes sont en train de préparer le départ de Rob Lowe alors on regarde tout ça avec beaucoup d'appréhension et d'incompréhension. Outre les questions d'argent, je ne comprends pas les motivations de Rob Lowe. Pourquoi quitter une aussi bonne série où il a parfaitement sa place ? Ca restera un grand mystère. Je n'aime pas ce nouveau Robert et j'aimerais autant qu'il claque. Au moins, ce serait un grand départ. Là, je sens qu'il va partir sans partir à la manière d'un Balthazar Getty et ce serait trop frustrant, pas satisfaisant, dans son cas.

   Kevin a un peu été la star des derniers épisodes et ce n'est que justice ! Depuis le début de la série, il est légèrement plus en retrait que Sarah, Justin et Kitty. Là encore, chacun son tour ! Matthew Rhys a fait du sacrément beau boulot et face à une Sally Field toujours plus impressionnante de justesse, c'est loin d'être chose aisée. La scène de réconciliation qu'ils ont partagé était magnifique, accompagnée de la larmichette qui fait du bien. Cela dit, j'aurais aimé que leur brouille dure un peu plus longtemps que ça. Juste pour ne pas rendre le double épisode obsoléte trop vite. Je suis toujours moins fan de l'intrigue bébé de Kevin et Scotty. Ca reste plaisant mais ça traîne trop en longueur pour le coup. L'affaire de la voyance m'a moyennement convaincu mais c'était une façon intelligente de lier les intrigues de tous les personnages. Je suis de moins en moins fan du couple Sarah/Luc, peut-être parce que Gilles Marini commence à montrer les limites de son jeu et parce que son personnage a perdu en fraicheur. Il devient niais. Puis alors je ne me suis pas remis du coup de la "green card" à la fin du deuxième épisode qui est d'une facilité déconcertante. J'ai horreur de ça ! Mais au moins, on est débarrassés. Sinon, j'ai adoré tout ce qui a tourné autour du trio Nora/Ida/Saul. Ca change un peu de ce dont on a l'habitude et Ida est un bon personnage qui aurait pu être davantage utilisé au cours des premières saisons. J'aurais aimé qu'elle s'installe chez Nora plus longtemps mais l'intrigue sur un épisode se suffisait cependant à elle-même. C'était très fort en émotion, comme souvent quand le thème de la vieillesse et plus particulièrement d'Alzheimer est traité. 

vlcsnap_60295 vlcsnap_47066


// Bilan // Deux épisodes plutôt bons qui souffrent cependant de quelques ficelles scénaristiques peu subtiles et trop faciles. Ca ne ressemble pas vraiment à Brothers & Sisters. Heureusement que tout le reste est convaincant !