28 juin 2010

[LOST] Interview d'Elizabeth Mitchell

L'interview d'Elizabeth Mitchell réalisée lors du Festival de Monte-Carlo est en ligne (avec un bug sur la dernière question, ce serait pas drôle sinon) ! Honnêtement, elle était beaucoup plus loquace et intéressante sur V (partie de l'interview qui sera mise en ligne plus tard). Ca reste un de mes meilleurs souvenirs, si ce n'est le meilleur, grâce à sa gentillesse, son sourire, sa beauté, sa bienveillance... Une bien belle rencontre.

Posté par LullabyBoy à 13:47 - - Permalien [#]
Tags : , ,


18 juin 2010

Tueurs Hors-Séries [Spécial Monte-Carlo]

Sans_titre_1

Au programme : Emission spéciale consacrée aux stars du Festival de Monte-Carlo qui reprennent des répliques cultes de séries. Retrouvez Julie Benz, Dana Delany, Elizabeth Mitchell, Ice-T, Jeremy Sisto, Ian Somerhalder, Lucy Lawless, Tristan Wilds, Jessica Szohr...

13 juin 2010

My Festival de Monte-Carlo

x2_193ef19 x2_192b807

   Comme promis, voici un petit compte-rendu de ma semaine au Festival de Monte-Carlo, que je qualifierais comme la plus excitante de ma vie ! Pour ceux qui n'auraient pas tout suivi : je travaille à la rédaction séries d'AlloCiné et c'est grâce à cela que j'ai pu interviewer une vingtaine de stars lors du Festival. Ce n'est pas tant "interviewer des stars" qui m'a le plus plu mais interviewer des acteurs et des actrices qui font un peu partie de ma vie car présents dans mon salon chaque semaine depuis des années. Inutile de dire que c'est beaucoup de travail en amont. Les interviews ne se préparent pas toutes seules et notre émission quotidienne Tueurs En Séries ne s'écrit pas et ne se monte pas toute seule non plus ! Et c'est aussi évidemment beaucoup de stress avant et pendant le Festival. Je ne vais pas m'attarder là-dessus, ce n'est pas ce qui vous intéresse le plus. Mais sachez que j'ai appris beaucoup de choses en cinq jours. C'est très formateur. Et puis même si le temps n'était pas splendide, c'est toujours un plaisir de se lever et se coucher avec la mer.

x2_18bde93 x2_18bdca6

   Premier jour et premier tapis rouge de toute ma vie ! Voilà une expérience que je n'oublierais pas de sitôt : on ne sait pas qui va arriver quand, on ne sait pas forcément quelle question on va bien pouvoir poser mais il faut être prêt, sur le qui-vive. C'est super stressant au début puis on se laisse prendre au jeu et ça devient super excitant. Le plus gros moment d'hystérie revient au trio de Vampire Diaries qui a fait crier les foules ! C'est sans doute, pour ma part, ceux qui m'ont le moins impressionné puisque je les avais déjà rencontrés (Nina Dobrev et Paul Wesley) en Décembre dernier à Londres. Nina Dobrev m'a reconnu d'ailleurs. Ca fait toujours plaisir ! Beaucoup de monde est passé sous mes yeux ébahis mais celle qui m'a fait la meilleure impression tant elle était belle et classe, c'est Elizabeth Mitchell. De quoi me donner encore plus hâte de l'avoir en interview quelques jours plus tard. Ma première interview du Festival était celle d'Eric Close, ex-FBI: Portés Disparus. Un type super sympa, qui sait vous mettre à l'aise et qui vous parle avant et après l'interview. C'est pas si souvent. Il m'a même confirmé que CBS avait commandé sa nouvelle série Chaos, qu'il ne restait plus qu'à régler un problème de lieu de tournage. Il ne l'a pas confirmé à tout le monde, bizarre. Mais après dérushage de l'interview, non, je n'ai pas rêvé ! Le même jour a eu lieu l'interview la plus surréaliste du Festival : celle de Valérie Kaprisky. C'était ma seule interview en français et je m'en souviendrais ! Elle est arrivée en disant qu'elle n'avait pas grand chose à dire vu que "L'Internat" a été annulée par M6. Or, elle était annoncée au Festival pour en parler. Pas de chance, elle n'était pas très loquace pour parler des raisons de l'annulation. Des réponses très courtes donc. Un désintérêt total pour son travail. Elle dit regarder beaucoup de séries américaines mais est incapable d'en citer plus de deux (Dexter et United States Of Tara)... Au final, c'était elle qui m'interviewait à la fin pour savoir quelles séries je pouvais lui conseiller. Elle était sympathique, c'est pas le problème. Elle n'avait juste rien à dire. J'ai ramé comme jamais pour tenir 10 minutes !

x2_18bd07f x2_18fa411

   THE interview, celle que je retiendrais s'il ne fallait en garder qu'une, c'est celle d'Elizabeth Mitchell. C'était paradoxalement la plus courte (5 minutes) mais aussi la plus intense. Elle était sublime et je n'arrivais pas à croire qu'elle était là, en face de moi, si souriante, avec cette voix douce et ce regard bienveillant. Je crois que j'en suis tombé amoureux. J'ai d'ailleurs pu prendre une photo avec elle (je m'étais promis de ne pas me laisser aller à ce genre de pratiques peu professionnelles mais j'ai craqué cette fois-ci). Je m'en souviendrais longtemps... Puisqu'on est dans Lost, je me suis aussi entretenu avec Jorge Garcia, gentil comme tout, amusant, très proche de son personnage d'Hurley finalement. Il nous a donné au passage deux petits scoops sur le contenu du bonus DVD donc c'était cool (c'est là que l'on voit d'ailleurs le manque de puissance des médias français puisque les infos n'ont pas été reprises). Et puis Ian Somerhalder, c'est un peu Lost aussi. Je l'ai eu près de 15 minutes, ce n'était pas prévu comme ça. J'ai donc pu lui poser toutes mes questions. Ses réponses étaient assez longues d'ailleurs, intéressantes. Il se la péte grave, c'est clair. Ca fait partie de son personnage. Il prend des poses de mannequin toutes les deux minutes. Mais il est magnifique, il le sait. Puis il était sympathique quoiqu'il en soit. Sinon, j'ai été agréablement surpris par Paula Trickey de Pacific Blue vue dans The OC. Je n'avais pas grand chose à lui dire mais elle était bavarde alors le moment que je redoutais est passé très vite. J'ai adoré converser avec Emily VanCamp, parce que c'était une sorte de rêve, que ça me rappelait mon adolescence, et je n'ai pas été déçu. Elle était simple, souriante, un peu timide. Telle que je l'imaginais. Par contre, elle était un peu trop collée aux basques de son attachée de presse, comme si elle avait peur de dire des conneries. Un peu langue de bois donc mais beau moment. Je dirais que j'ai eu le même problème avec Julie Benz, qui était superbe et très chaleureuse, mais qui restait promo à fond. L'interview de Dana Delany était pas mal non plus mais on sentait qu'elle commençait à être fatiguée de répondre toujours aux mêmes questions (elle avait déjà 3 jours d'interviews dans les pattes quand mon tour est venu). Sympathique en tous cas et amusante. Et pas langue de bois pour le coup (elle s'est d'ailleurs pas mal lâchée avec mes confrères de Séries Live, je vous conseille de lire leur interview). Bon et puis ma deuxième interview préférée après celle d'Elizabeth Mitchell, c'est celle de Luke MacFarlane. Marry Me ! Il était super craquant, super gentil, super intéressant... Il a tout pour lui ce garçon. Lors du tapis rouge de clôture, il m'a reconnu et m'a serré la main. Moment de jouïssance.

x2_194a207 x2_194a364

   Il faut bien parler aussi des interviews qui m'ont moins convaincu, même si aucune n'a été horrible. Shaun Sipos de Melrose Place par exemple, il était saoulé et clairement pas heureux d'être là. Donc c'était sans intérêt pour lui comme pour moi. Promouvoir une série annulée, je comprends que ça ne motive pas cela dit. Luke Pasqualino de Skins, il était tout mignon et sympa mais ses réponses tenaient toujours en deux peties phrases. Ce fut donc rapide. Taye Diggs m'a déçu : il ne souhaitait pas être filmé ! Quelle drôle d'idée. Ca ne l'a pas empêché d'être souriant et sympathique mais bon, je l'ai un peu en travers de la gorge. Dans le même genre, j'en veux un peu à Busy Phillips, enfin à son attachée de presse, qui a annulé mon interview (et quelques autres) pour qu'elle puisse partir plus tôt... Paraît qu'elle était géniale pour ceux qui ont eu la chance de l'avoir. Une bonne cliente quoi. Un peu comme Alessandra Toressani de Caprica, dont j'ai assisté à l'entrevue même si je n'étais pas l'intervieweur, et qui était absolument géniale ! Un phénomène ! Et puis accessoirement peu farouche. J'ai d'ailleurs vu sa culotte tant sa robe était courte et tant elle ne cherchait pas à croiser les jambes. Un appel au viol cette fille. Les vieux de la vieille Larry Hagman et Donna Mills étaient plutôt cools mais je n'ai pas été vraiment convaincu. Le premier parce qu'il ne répondait finalement jamais sérieusement aux questions et parce qu'il était sourd et qu'il fallait répéter cinquante fois la même question. Pour la deuxième, disons que sortie de Côte Ouest elle n'avait rien à dire. Elle n'a même pas vu son épisode de Nip/Tuck ! Elle était moins refaite que prévu en tous cas. Et puis sinon, c'est un peu de ma faute, mais je lui avais préparé un questionnaire "garces de la télévision" et elle n'en connaissait aucune : Amanda Woodward, Wilhelmina Slater, Edie Britt... Dommage ! Ah et je l'ai oublié dans les bons souvenirs : Dante Di Loreto, le producteur exécutif de Glee. Passionnant ! Et puis ça change un peu des interviews des acteurs.

x2_1948a90 x2_1948348

   Mais Monte-Carlo, c'est aussi des petites anecdotes amusantes comme Jane Lynch qui dîne avec sa compagne une table à coté de la nôtre dans un restaurant, c'est Simon Baker que je croise aux toilettes, c'est ce même Simon Baker qui se la péte grave, c'est Zachary Levi (qui était venu une semaine plus tôt dans les bureaux d'AlloCiné) qui est juste l'acteur le plus sympa de sa génération, c'est la caméra qui se casse la gueule pendant l'interview de Paul Wesley, c'est les stars que tu croises le midi "à la cantine", c'est par exemple Tonya Kinsinger qui a mangé une part de gâteau malgré son état cadavérique, c'est Jane Lynch qui me lance un sourire forcé tout en buvant son coca... Et puis c'est une soirée absolument incroyable organisée pour les 50 ans du Festival dans un hôtel sublime. J'ai eu l'impression d'entrer dans une des soirées chics de Newport Beach par exemple. Des stars à chaque métre carré, dont quelques surprises (Jay Harrington de Better Off Ted ou Justin Chatwin), qui dansent, qui rient, qui s'amusent, qui discutent, qui chantent un "Happy Birthday" à un publicist d'ABC. C'est Nina Dobrev qui ne lâchait pas une seconde Jorge Garcia, c'est Emilie VanCamp en grande conversation avec Paul Wesley (ces deux-là feraient un beau couple), c'est Paula Trickey complètement à part qui est bel et bien has-been et ça fait un peu de peine, c'est Zachary Levi qui se déhanche comme personne, c'est Jessica Szohr de Gossip Girl complètement défoncée... Bref, une soirée inoubliable que je ne reviverais sans doute pas de sitôt.

   x2_19490ef x2_191d8b3

   Voilà, désolé pour ce récit un peu décousu mais milles images se bousculent encore dans ma tête. Je le répéte mais j'ai vécu quelque chose d'exceptionnel, que j'ai envie de voir comme une récompense après tant de séries regardées, tant de news écrites, tant de critiques... A l'année prochaine donc ! Pour ceux que ça intéresse, les interviews seront visibles dans leur quasi-intégralité dans les semaines voire les mois qui viennent. Tout dépend des diffusions françaises des séries en question. En tous cas, celle de Jorge Garcia sera très prochainement en ligne. 

x2_192bc4b x2_192ab55

09 juin 2010

Tueurs En Séries [Special Monte-Carlo Part.3]

tueurs

Au programme aujourd'hui : Jorge Garcia parle des bonus du DVD de Lost, exclu à la clé, Ian Somerhalder et Nina Dobrev se confient sur The Vampire Diaries, Jeremy Sisto se lance dans la chanson, le zapping du jour en compagnie d'Elizabeth Mitchell, Emily VanCamp, Ice-T, Larry Hagman, Enrico Colantoni, Alessandra Torressani...

Demain : Julie Benz, Dana Delany, LL Cool J, Luke MacFarlane, l'équipe de Glee, Donna Mills, Zachary Levi...

07 juin 2010

Tueurs En Séries [Special Monte Carlo Part.1]

tueurs

Au programme ce jour : Premier parterre de stars lors du tapis rouge d'ouverture (Ian Somerhalder, Nina Dobrev, Paul Wesley, Elizabeth Mitchell, Larry Hagman, Eric Close...), et Plus Belle La Vie fait son mondial !


30 mai 2010

V [1x 12]

dnes_season4_v_evans_miniba

Red Sky (Season Finale)  // 5 69o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_85431 vlcsnap_59610

   Après une suite d'épisodes médiocres, V termine sa première saison correctement. Disons que le Season Finale donne presque envie de ne pas abandonner la série car il y a du potentiel pour la suite. En même temps, il y avait du potentiel dès le départ et ce n'est pas pour autant qu'il a été exploité ! Le petit jeu des scénaristes est clair : il faut que les personnages choisissent enfin leur camp. Ainsi, Chad, en découvrant ce que les visiteurs peuvent faire subir aux êtres-humains, semble clairement pencher du coté de la résistance. Il ne la rejoint pas officiellement pour autant et avance d'un pas hésitant dans l'église de Father Jack. La solution la plus maligne serait qu'il joue le jeu d'Anna un maximum pour mieux infiltrer les visiteurs. Aura-t-il cette intelligence ? Cela dit, je suis un peu déçu qu'il ne se retrouve pas du coté de la Résistance. Ca me semblait presque évident mais peut-être tout simplement parce que c'était le cas pour le personnage équivalent de la série originale. Je pensais sa soif de pouvoir plus féroce. Le pouvoir, Marcus le veut aussi. Ca se sent et de plus en plus ! C'est un des personnages qui est le plus resté dans l'ombre jusqu'ici mais ses magouilles avec Hobbes attire forcément l'attention, bien qu'elles ne soient pas évoquées dans l'épisode. Comment doit-on interpréter le retour à la vie de Joshua à la fin ? Marcus est-il un membre de la Cinquième Colonne finalement ? Ca me paraît peu probable. Réveille-t-il alors Joshua pour se servir de lui ? Les visiteurs doivent bien avoir un moyen de lui laver le cerveau... En tous cas, je suis content que Joshua ne soit pas vraiment mort. Je l'aime bien.

   Surprise pour Ryan : il change de camp, visiblement ! Je reste très suspicieux tant le retournement s'est fait rapidement et tant il est basé sur pas grand chose. Je suis étonné que l'on se débarrasse de Valerie aussi facilement mais on ne la regrettera pas. Bon, si ça se trouve, elle n'est pas vraiment morte. Tout est possible, on l'a bien compris. Je ne sais pas si l'on peut considérer cela comme une force de la série mais disons que tout en étant prévisible, elle réussit de temps en temps à être surprenante. Elle ne l'a pas été au sujet de Lisa qui intégre officiellement le camp de la Résistance en aidant Erica à tuer les oeufs d'Anna dans une scène à la fois méga kitsch et super prenante. Les effets-spéciaux sont parfaitement ridicules mais il est inutile de le préciser désormais. Ce final permet de donner encore un peu plus d'épaisseur à Erica, à Anna et bien-sûr à Lisa, qui le méritait bien. La scène où Anna apprend la vérité sur ses oeufs était assez géniale, grâce à une Morena Baccarin bien inspirée et vraiment flippante. J'ai envie de la surnommer "Gorge Profonde" tout à coup tiens ! La vengeance d'Anna s'annonce terrible avec l'arrivée, enfin, de tout plein de vaisseaux tout noirs. Rappellez-vous, on nous avait annoncé la menace lors du 4ème épisode en guise de cliffhanger d'hiver. Un mot pour terminer sur Tyler, très inutile, et sur Father Jack qui se transforme en prêcheur pro-Résistance. Ca arrive un peu tard mais bon...      

vlcsnap_54152 vlcsnap_31984


// Bilan // Grâce à cet épisode plutôt prenant, V gagne en ampleur et en intérêt et annonce, à tort ou à raison, une deuxième saison plus ambitieuse avec un équilibre des forces que l'on attendait depuis bien longtemps ! Erica devient enfin l'héroïne qu'elle aurait dû être depuis le début. Je n'attendrais pas la deuxième saison avec impatience (retour à la mi-saison a priori), la plupart des Américains non plus d'ailleurs, mais le moment venu, promis, je me repencherai sur son cas. Et si ABC pouvait lui donner un peu plus de moyen, on éviterait le ridicule... 

18 mai 2010

V [1x 11]

dnes_season4_v_decker_minib

Fruition // 5 69o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_55028

   Si seulement V n'était pas aussi mal écrite, ce serait sans doute un bon divertissement. C'est dommage d'être si paresseux à la fois dans la forme et dans le fond. Je ne vais pas revenir une fois de plus sur les plans dans le vaisseau où l'on a vraiment l'impression que les personnages flottent et accessoirement que ce ne sont que des dessins-animés. On s'y fait mais ça participe à rendre certaines scènes ridicules et la série n'avait vraiment pas besoin de ça. Ma grande déception de l'épisode, c'est le premier face à face entre Erica et Anna qui n'était pas du tout à la hauteur de mes espérances. La tension était trop soulignée par la musique omniprésente et par le regard de Morena Baccarin. Elle commence à en faire trop. J'ai beaucoup moins de griefs envers Elizabeth Mitchell. Je la trouve sobre, à défaut d'être incroyable. Elle fait avec ce qu'on lui donne... Le point positif qui ressort de leurs recontres successives c'est qu'Erica se pose en rivale frontale d'Anna et gagne ainsi en importance. Elle est désormais vraiment le leader de la résistance alors que ce n'était pas très marqué jusqu'ici. Sa position au sein du FBI lui permet de donner du poids à son combat et de la crédibilité surtout. Car il ne faut définitivement pas compter sur Father Jack qui a toujours une question naïve voire idiote à poser et qui mériterait bien deux coups de crucifix dans les fesses. Enfin sur les fesses. Enfin vous m'avez compris ! A coté de ça, on nous ressort le cliffhanger facile à un épisode la fin de la saison : Kyle Hobbes, faux gentil ou vrai méchant ? Ca m'importe peu en réalité. Je pense que c'est un leurre de toute façon. Il est bien du coté de la résistance mais tente quand même d'effacer son passé. Qu'a-t-il de si grave à cacher ? Je sens qu'on va être bien déçu quand on va l'apprendre. Jamais bon de faire monter la sauce pour si peu !

   De la même manière qu'Erica, Lisa devient, et je suis le premier surpris, un personnage clef assez égnigmatique. On a bien compris qu'elle allait finir par rejoindre la Cinquième Colonne, notamment grâce à sa relation de plus en plus proche avec Erica. Elle trouve en elle la mère qu'elle n'a jamais vraiment eu. Anna ne laisse pas de places pour les sentiments. Le problème reste éternellement Tyler, qui est devenu un pion indispensable sur l'échiquier mais qui ne se rend compte de rien, qui ne pense qu'à son grand amour blessé. Ouin Ouin. Ryan se lamente aussi car sa femme est loin loin loin. Ouin Ouin. Difficile d'avoir de la peine pour lui. Malgré tous les efforts des scénaristes, il n'est toujours pas attachant, à l'image de quasiment tous les personnages. Au rayon des trucs hyper énervants dont on n'arrive pas à se débarrasser, j'ai nommé Chad Decker. Incapable de choisir un camp, il se fait manipuler par Anna avec une facilité déconcertante. J'avais espoir qu'il soit plus intelligent qu'il n'y paraît mais je l'ai perdu, l'espoir. Vraiment trop facile. Vraiment pas satisfaisant. Qu'il se mette clairement du coté des visiteurs que l'on puisse passer à autre chose ! Sinon, le final semble assez mal préparé. Qu'est-ce qui nous attend ? L'accouchement de Val probablement. Je vois bien la saison se terminer sur son regard horrifié en découvrant son bébé vert et visqueux. Et puis je vois bien un faux-allié d'Anna se faire découvrir. Genre Joshua. Ce qui serait dommage parce que le personnage est sympathique.

vlcsnap_84115


// Bilan // V a été renouvelée pour une saison 2, ce qui ne m'arrange pas vraiment. Combien d'heures encore à m'ennuyer devant la série ? Une la semaine prochaine, ça c'est sûr. Ensuite, on verra... 

11 mai 2010

V [1x 10]

dnes_season4_v_evans_miniba

Hearts And Minds // 5 37o ooo tlsp.

44030374_p


vlcsnap_87619

    Pouah que cet épisode était MAUVAIS ! 42 minutes qui m'ont semblé interminables. Je ne me souviens pas m'être autant ennuyé devant un épisode de série depuis... Heroes saison 2 ! Même les pires épisodes de Prison Break étaient plus sympas car plus rythmés. Je crois même que j'échangerai deux heures de Gossip Girl contre ça ! Autant dire que je suis ravi qu'il ne reste plus que deux épisodes à cette saison qui est bien partie pour être unique. Je crois que s'ils avaient voulu faire plus d'erreurs, ils n'auraient pas pu ! Commençons par la narration classique et rarement pertinente qui consiste à montrer un événement fort  en début d'épisode pour accrocher les téléspectateurs puis revenir sur les heures qui ont précédé pour expliquer comment on en est arrivé là. Les 15 premières minutes sont donc sans intérêt. Comment la résistance en est-elle arrivée à détruire un vaisseau de visiteurs rempli d'humains ? C'est à cela qu'elles répondent, et mal. Les jeux de manipulation entre les personnages auraient pu être super bien menés, comme ils le sont souvent dans Lost par exemple, mais au lieu de ça on doit se taper des scènes affligeantes entre Father Jack et Chad qui sont les deux seuls à ne pas se rendre compte qu'ils se mentent mutuellement. Jack est plus énervant que jamais, sans cesse tiraillé par ses croyances. Là aussi, c'est un thème intéressant à la base mais extrêmement mal exploité. L'interprétation de Joel Gretsch est sans relief. On a encore bien du mal à croire en ce prêtre. Un prête qui fait de la boxe en plus ! Mais elle n'est pas pire que celle de Scott Wolf qui ne réussit pas à rendre crédible ce journaliste sans scrupules aux bottes d'Anna, définitivement. Elle le tient par les couilles et il aime ça.

   Anna est une fois de plus celle qui tente de sauver le tout mais c'est peine perdue. Il n'y a plus rien à sauver. Puis tout ce qui touche à sa suprématie est souvent ridicule. Ici, la voir frapper sa propre fille aurait pu faire son petit effet mais dans ces décors hideux, avec ces dialogues si minimalistes et cette expression désormais impassible donc ennuyeuse de Morena Baccarin, ça ne fonctionne plus. Le cassage du couple Tyler/Lisa aurait du nous faire sauter de joie mais même pas. On s'en fout en fait. Et au pire, on ne peut que se dire : "tout ça pour ça ?". A voir quelle sera la suite du plan d'Anna, si on en a l'occasion. Et je n'y tiens pas spécialement en même temps. Ce n'est pas dans cet épisode non plus que la résistance a gagné en crédibilité. Elle est toujours aussi faible, Jack étant un sacré frein ! Les menaces sont de plus en plus fortes puisqu'une cellule anti-terroriste de la Cinquième Colonne est créée avec à sa tête, un visiteur ! Et pas n'importe lequel : la collègue d'Erica qui a toujours paru louche. C'est donc sans surprise qu'elle révèle son vraie visage. Le fait qu'Erica soit à la fois au sein de la Résistance et au sein de cette cellule est intéressant mais qu'est-ce que ça peut bien donner au fond ? Pas grand chose. C'est tout le problème des intrigues développées : elles ne mènent nulle part, elles ne sont jamais excitantes....

vlcsnap_93023 


// Bilan // V multiplie les déceptions à tous les niveaux et ne mérite définitivement pas une saison 2. Il est trop tard pour rectifier le tir. Cet épisode est un sommet de nullité, j'ai eu beaucoup de peine pour Elizabeth Mitchell. Le reste m'est parfaitement égal.

04 mai 2010

V [1x 08 & 09]

dnes_season4_v_decker_minib

We Can't Win // Heretic's Fork

5 81o ooo tlsp. // 4 87o ooo tlsp.

44030375_p // 44030376


vlcsnap_468901 vlcsnap_458458

   Bon sang ! Les scénaristes de V adorent se tirer une balle dans le pied apparament ! La majeure partie de l'épisode intitulé "We Can't Win" a été consacrée à la démonstration que la résistance, qui commençait doucement à paraître crédible à l'épisode précédent, ne fait pas le poids face à Anna et son armée en devenir. On enfouce le clou dans le second épisode avec le prisonnier de la résistance (interprété par Ty Olsson que j'aime bien depuis Men In Trees) qui fait clairement comprendre à Erica que jusqu'ici, ils n'ont strictement rien fait. Et il a parfaitement raison. Ils sont toujours occupés à régler un problème de dernière minute (l'enlèvement de Georgie, la disparition de Ryan) et n'avancent donc pas dans leur tâche première. Comment peut-on accrocher le téléspectateur face à un tel déséquilibre des forces. On se doute bien que tôt ou tard la résistance va trouver THE truc qui va lui donner plus de pouvoir mais en attendant, on s'ennuie sec. Les scènes d'action s'enchaînent mais on les suit passivement. Ils n'ont pas encore réussi à nous impliquer vraiment dans toute cette histoire. C'est pas faute d'avoir essayé ! Le problème vient aussi des personnages. Erica pourrait être géniale, d'autant qu'Elizabeth Mitchell est géniale, mais elle ne l'est pas. Trop molle finalement. Father Jack a tendance à m'agacer depuis le début mais son évolution dans ces deux derniers épisodes est intéressante. Il se voit contraint de mettre une partie de ses croyances de coté pour devenir un résistant crédible, capable de se défendre. Quant à Kyle Hobbes, je ne peux pas le supporter. Il en fait trop. Il est trop stéréotypé. Il devrait faire peur mais il fait rire tant il est ridicule avec ses gros yeux menaçants et ses gros muscles saillants. Si saison 2 il y a, les producteurs ont tout intérêt à muscler la Résistance avec de nouveaux personnages plus convaincants, tout en rendant ceux qui en font partie moins passifs. Sinon j'adore Joshua mais on le voit trop peu à mon goût.

   Si Chad rejoignait la Résistance, il serait sans doute un ajout de taille. Il a une influence telle sur les Américains qu'il pourrait convaincre du mal que représentent les visiteurs. Le souci c'est qu'il n'en est pas encore convaincu lui-même. Il sent bien qu'Anna mijote de sales coups et ce n'est pas très étonnant car elle est de moins en moins précautionneuse. Mais comme son rêve très chaud qui ouvre le premier épisode en témoigne : elle le tient par les couilles ! En imaginant que la série durerait 3 ou 4 ans, Chad aurait bien le temps de changer de camps plusieurs fois. Mais il y a peu de chances qu'on en arrive là... La partie la plus palpitante de l'épisode, la seule d'ailleurs, c'est la révélation de la vraie nature de l'enfant de Valerie à Valerie elle-même, ainsi que celle de Ryan, et la fuite qui s'en suit. On s'étonne un peu qu'elle ne pose pas plus de questions mais tout est fait pour qu'elle n'en ait pas l'occasion. Elle est finalement écartée des intrigues pour un temps. Jusqu'à ce qu'elle accouche de son monstre gluant ? Reste Tyler, toujours aussi énervant, qui est bien trop facilement manipulable je trouve. Certes Lisa est plutôt maligne dans son genre mais il lui facilite grandement la tâche !   

vlcsnap_443134 vlcsnap_474162


// Bilan // V a bien du mal à avancer. Les scénaristes en gardent un peu trop sous le pied. Vu la situation de la série, en mauvaise position pour un renouvellement, ils feraient mieux d'en donner un maximum dès maintenant, quitte à griller des cartouches si la série était amenée à durer. Parce que là, on se fait juste carrément chier !

22 avril 2010

V [1x 07]

dnes_season4_v_evans_miniba

John May // 5 61o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_66973 vlcsnap_68849

   Ca me fait presque de la peine de l’avouer car je trouve cette série censée être moderne ultra kitsch mais je crois que je commence à aimer V et toute la mythologie qui l’entoure. Déjà, d’un point de vue comparatif entre l’ancienne et la nouvelle version, on nous offre quand même quelque chose de plus consistant. Je sais bien que les puristes ne vont pas aimer ce que je vais dire mais la première série manquait vraiment d’un but et finissait par se réduire à cette fameuse métaphore du régime nazi sans tellement aller plus loin. Le nouveau V a sans doute laissé tomber ce fond, même finalement celui des débuts autour du spectre du 11 Septembre et du terrorisme, mais il nous offre à mon sens un divertissement un peu plus complexe et beaucoup plus paranoïaque. J’y trouve davantage mon compte et de plus en plus. Par exemple, je me surprends à adorer toutes les fantaisies autour d’Anna. Cette scène finale d’accouchement grandiloquente était ridiculement géniale ! De même, tous les outils et gadgets utilisés me font de l’effet : la boule bleue talkie-walkie, la petite bête qui s’insinue dans votre système nerveux jusqu’à vous faire mourir de douleur… Tout ça est assez génial finalement et ajoute une intensité à la lutte entre la résistance et les visiteurs. Les deux camps sont totalement déséquilibrés et on a du mal à croire que la résistance soit encore debout, ou même qu’elle puisse s’agrandir, mais, pour ma part, ça y est, je suis dedans.

   Pour une fois, les scènes de Valerie n’étaient pas trop chiantes. Le suspense quant au contenu du coffre-fort était un peu factice mais le résultat est bien là : elle est sur le point de découvrir toute la vérité sur Ryan et c’est assez enthousiasmant. Cela dit, il ne serait pas impossible qu’il l’ait perdu pour un petit moment. Je ne serais d’ailleurs pas étonné qu’elle ne se soit pas enfuie comme on pourrait le croire mais qu’on l’ait enlevée. Un timing on ne peut plus parfait pour séparer les amoureux ! D’ailleurs, Ryan est un personnage qui me surprend dans le bon sens d’épisode en épisode. Il ne se réduit plus à son secret puisque l’on ouvre une porte sur son passé, plus trouble qu’on ne pouvait l’imaginer, et il aura sûrement pas mal de choses encore à nous apprendre. Du coté du boulet, c’était prenant aussi, contre toutes attentes. Comme le laissait supposer l’épisode précédent, Joe n’est pas le père de Tyler. Est-il pour autant un visiteur ? A priori non. J’espère quand même que les scénaristes ont prévu quelque chose d’autre pour Nicholas Lea. Je le verrais bien rejoindre la résistance à un moment donné. Ils ne peuvent pas s’en débarrasser comme ça quand même ! La dernière scène entre Erica et son fils était très belle, du très bon Elizabeth Mitchell. Je crois que c’est la première fois qu’on lui laisse vraiment montrer tout son talent. En ce qui concerne Chad, peu de choses à dire. Il prouve à nouveau qu’il est un adversaire de taille pour Anna, malgré son petit gabarit, et qu’il y a désormais une réelle tension sexuelle entre eux. On est toujours en droit d’en attendre plus de ce personnage qui tarde à abattre ses premières cartes.

vlcsnap_62494 vlcsnap_62684


// Bilan // Premier épisode de V qui me convainc vraiment. Ce qui a fait la différence ? Des rebondissements moins attendus, un kitsch auquel on s’habitue doucement et qui pourrait même devenir plaisant, des personnages qui gagnent en consistance, une résistance qui gagne en crédibilité, et enfin une émotion à laquelle la série ne nous avait pas habitués. Je trouve un peu dommage que les audiences soient si basses…