06 mars 2013

Red Widow [Pilot & 1x 02]

20446757

Pilot // The Contact

7 130 000 tlsp.

61039229_bis

 

What About ?

Marta Walraven voit sa vie bouleversée lorsque son époux, un parrain de la drogue, est assassiné par un rival. Cette femme au foyer de la banlieue californienne se découvre une ténacité qu'elle ne pensait pas avoir. Décidée à tout faire pour garder sa famille unie et venger la mort de son mari, elle rejoint les affaires familiales, aux côtés de son père et de son frère. Alors qu'elle s'immerge dans le sombre milieu du crime organisé, Marta va mettre à l'épreuve sa propre force, ses ressources et sa détermination comme jamais elle ne l'avait fait auparavant.

Who's Who ?

 Drama créé par Melissa Rosenberg (Dexter, Twilight). Adapté de la série nnéerlandaise Penoza. Avec Radha Mitchell (Silent Hill), Luke Goss (Hellboy II), Goran Visnjic (Urgences), Lee Tergesen (Oz), Jaime Ray Newman (Eastwick, Eureka), Suleka Mathew (HawthoRne, Men In Trees), Sterling Beaumon (Lost), Clifton Collins Jr. (The Event) et la participation de Anson Mount (Hell On Wheels).

What's More ?

 Pendant un temps, le projet était nommé The Life. Finalement, ABC, peu sûre d'elle, a demandé aux internautes de choisir via Facebook leur titre favori. C'est Red Widow qui l'a emporté. 

So What ?

   Les sombres trafics de son mari et de sa famille ont pourri la vie de Marta Walraven ? Eh bien je n'ai aucune pitié pour elle : elle a pourri ma soirée ! Je savais que je n'allais pas aimé le pilote de Red Widow puisque la lecture du script m'avait déjà laissé de marbre il y a quelques mois (ICI), mais j'avais l'espoir fou que les prestations des acteurs amélioreraient le produit final. Il n'en a rien été. Ils se débrouillent comme ils peuvent, mais le matériau d"origine est vraiment trop faible. Et comme le premier épisode est plus une mise en place qu'autre chose, le deuxième diffusé dans la foulée avait pour mission de nous donner une idée plus générale de ce vers quoi les auteurs souhaitaient aller au cours de cette courte première saison de huit épisodes. Je m'attendais éventuellement à un format : un épisode = une mission, mais  il faudra encore attendre le troisième morceau pour le savoir puisque l'annonce de la première mission sert de cliffhanger au deuxième épisode ! En clair, ils essayent en vain de crédibiliser et d'approfondir pendant 42 minutes une histoire qui ne pouvait de toute façon que laisser indifférent. Une manière aussi de nous faire croire que nous ne sommes pas devant un formula show, alors qu'en réalité, un petit peu quand même ! Et ce serait préférable de l'assumer à vrai dire. Peut-être qu'on trouverait plus de plaisir à suivre des missions plutôt que des lamentations, des hésitations et des faux mystères. 

   Avec Red Widow, on est à mi-chemin entre le thriller et le soap. Mais un mauvais thriller, ni prenant ni bien ficelé, et un soap médiocre, paresseux et ennuyeux. Tout est très sérieux, sauf peut-être quand le "Parrain" interprété par Goran Visnjic entre en scène, comme s'il était le seul à avoir compris que tout ça est quand même du grand n'importe quoi et qu'il vaut mieux en rire. Il parvient aussi à être menaçant, voire flippant, et il y a une certaine alchimie entre Radha Mitchell et lui. C'est, je crois, les moments qu'ils partagent qui m'ont permis de ne pas m'emdormir devant tant d'ennui. Il faut dire que tous les personnages sont extrêmement antipathiques (le frère, le père, le fils), quand ils ne sont tout simplement pas inexistants (la mère, la soeur, la meilleure-amie). Oui, bizarrement, ce sont les personnages féminins qui sont les moins bien servis. Même l'héroïne ne parvient pas à être attachante. On ne comprend d'ailleurs jamais vraiment ce qu'elle pense, ce qu'elle veut... On nous promettait pourtant des restes de girl power, non ? Rajoutez par dessus tout ça des clichés à n'en plus finir sur les mafieux, sur les Russes, sur les Colombiens, et par extension, sur les sacro-saints Américains, et vous obtenez une série sacrément indigeste. 

   La Red Widow rejoindra bientôt, et sans surprise, son défunt mari aux pays des personnages partis trop tôt, ou peut-être pas assez vite. Elle est morte de l'intérieur et nous morts d'ennui quand on la regarde. Cela fait beaucoup de cadavres pour une si petite série.

What Chance ?

Je n'ai jamais cru en ce projet, et ce n'est certainement pas avec son premier score (surtout sur les 18/49 ans) que l'espoir est permis. ABC a déniché son nouveau flop de la saison 2012/2013, le cinquième après 666 Park Avenue, Last Resort, Nashville (bah oui...) et Zero Hour. Prochaine victime probable : Mistresses cet été ! 

How ? 




21 mars 2011

The Event [1x 08 & 1x 09]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

For The Good Of Our Country // Your World To Take

44030376 // 44030377


vlcsnap_36000 vlcsnap_34588

    Après Simon et Sterling, c'est au tour du vice-président Raymond Jarvis d'obtenir son épisode, émaillé de flashbacks plus ou moins intéressants. Je regrette toujours que la série ait perdu la (dés)tructure de ses premiers épisodes, qui rendait l'ensemble moins monotone. For The Good Of Our Country s'efforce à nous présenter à la fois comment Jarvis a obtenu son poste et quelle est la nature de sa relation avec le président Martinez, et comment il est devenu l'un des pions d'une conspiration encore très floue. Le véritable rôle du vieux Dempsey, interprété par l'excellent Hol Hollbrook, est cependant un peu plus clair : il n'est pas l'ennemi pervers que l'on imaginait. Il agit pour la bonne cause, si l'on peut dire. Celle de son pays, comme le titre de l'épisode l'indique. Et du monde peut-être aussi, mais on s'interdit de l'évoquer. Vous savez le problème dans tout ça, le truc qui risque vite de me faire décrocher ? C'est le syndrôme Prison Break (ou 24, comme vous préférez). Les retournements de situation interminables, les personnages qui ne sont pas ceux que l'on croit, et qui retourne leur veste à de multiples reprises selon le sens du vent. Ca me gonfle. Ca empêche de s'attacher aux personnages, à force de tous les soupçonner lorsqu'un climat de paranoïa s'installe. The Event n'a pas encore atteint le point de non-retour, et ne l'atteindra sans doute jamais vu que sa vie risque d'être courte. Mais je regrette son penchant pour ce type de rebondissements. 

   Sean et Leila retrouvent peu à peu leur place de héros après avoir été écartés quelques épisodes. Les scénaristes n'avaient visiblement pas grand chose à dire les concernant dans le premier épisode puisque l'on doit se contenter d'une blessure et de la recherche d'un médecin de toute urgence. La détermination et le courage de ces deux-là ne sont plus à prouver. Alors on s'ennuie un peu. Dans le deuxième épisode en revanche, le rythme s'accélère un peu puisqu'ils sont fin prêt pour partir à la recherche de la petite Samantha, toujours perdue quelque part avec des gamines qui ont des têtes de vieilles. Ils ne vont pas apprendre grand chose mais la course-poursuite dans les hautes-herbes était palpitante et particulièrement bien réalisée. C'est bien de savoir s'en contenter.

   Un peu comme dans V où il faut toujours se tourner vers les visiteurs pour passer les meilleurs moments, c'est avec les extra-terrestres que The Event fascine le plus. La lutte de pouvoir entre Sophia et son fils est évidemment infiniment plus passionnante et mieux écrite que les aventures d'Anna et ses sbires. Les portraits des deux protagonistes sont approfondis, autant que faire se peut. Ils ne sont pas unidimensionnels. Les interprétes sont excellents. Toutes les conditions sont réunies pour les rendre attachants. Je ne portais pas tellement d'intérêt à Thomas jusqu'ici mais je suis prêt à raviser mon jugement.

 

vlcsnap_306358 vlcsnap_312594


// Bilan // The Event a réussi à confectionner en peu de temps de solides portraits d'hommes et de femmes. Le problème à l'heure actuelle est que les intrigues qui les accompagnent ne sont pas dignes d'intérêt, pas toujours à la hauteur. Je crois encore beaucoup en la série. Pas en son succès, qui n'arrivera plus, mais en sa qualité.  

08 février 2011

The Event [1x 06 & 1x 07]

carruseldeseries_the_event_nbc_logo

Loyalty // I Know Who You Are

44030377 // 44030376


vlcsnap_101313 vlcsnap_103766

   Après une longue pause me concernant, je suis heureux de retrouver The Event, la seule série de cette saison à offrir du thriller haletant et des mystères. Ce qui m'hallucine toujours, c'est la vitesse à laquelle les réponses nous sont données, petites ou grandes. Ce qui me déçoit un peu en revanche, c'est que sa forme puzzlesque des débuts à laisser place à de simples flashbacks qui ne sont pas sans rappeller Lost. La manoeuvre est simple : expliquer pourquoi les personnages que l'on suit depuis quelques épisodes sont devenus ceux que l'on connait, quel a été leur parcours. Et de ce point de vue là, c'est bien exécuté, bien interprété, mais pas très inspiré. Ainsi, Simon a vécu une histoire d'amour contrariée, il a dû abandonner la femme qu'il aimait à cause de sa nature (extra-terrestre donc). Quant à Blake, il a été trahi par celle qu'il aimait puisqu'il s'agissait d'une taupe qui surveillait le moindre de ses faits et gestes, mais qui l'aimait certainement. Ces deux passés reflétent parfaitement la situation dans laquelle ils se trouvent aujourd'hui. On peut donc considérer que tout cela est plutôt bien pensé et écrit. Ca l'est ! Mais, encore une fois, c'est déjà vu et presque trop facile. Ces différents couples nous renvoient forcément au couple-star de la série, peu mis en avant dans ces deux épisodes, sans doute pour la bonne cause.

   Maintenant que Sean a retrouvé sa belle, la cavale perd un peu de son piquant. Bien sûr, il y a encore des tas de choses à découvrir et à comprendre, mais le coeur n'y est plus vraiment. On tente de nous intriguer intelligemment avec une scène pour le moins curieuse dévoilant que la jeune soeur de Leila n'est pas la seule petite fille à avoir été enlevé. Mais ces autres petites filles ont des visages... de vieilles ! On ne peut pas nier que The Event ose ! Les morts-vivants d'il y a quelques épisodes, c'était déjà pas mal dans son genre... Je ne sais absolument pas vers quoi on se dirige mais c'est étrangement excitant. J'ai la conviction que tout cela va mal se terminer, dans le sens où personne ne va être satisfait, mais j'ai très envie d'assister à tout ça ! Parmi les scènes marquantes de ces deux épisodes, celle de l'effrondrement de l'immeuble était particulièrement réussie, malgré quelques effets-spéciaux un peu limites à certains moments. C'est quand même pas mal du tout pour de la télévision. On sent que NBC a mis les moyens nécessaires (pour combien de temps encore ?). L'avantage de la série, par rapport à un Flashforward par exemple, c'est que les acteurs sont bons et la plupart des personnages fascinants. La série "s'assume" également davantage. Mais impossible de s'enlever de la tête que tout ça n'est pas très original, intrigue par intrigue. C'est l'idée de les réunir qui est brillante ! 

vlcsnap_107212 vlcsnap_248047


// Bilan // The Event est définitivement une bonne série, portée par d'excellents acteurs. Mais, après un départ tonitruant, on sent que le soufflé retombe peu à peu. Comme si l'essentiel avait déjà eu lieu, comme si le meilleur était forcément derrière nous...