10 mars 2010

Big Love [4x 08]

dnes_season4_biglove_bill_m

Our Next Ticket Out // 1 92o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_251085 vlcsnap_215502

   Les adjectifs commencent à me manquer quand il s'agit de qualifier Big Love. Alors je n'en utiliserais pas cette semaine et je vous dirais simplement que j'ai trouvé cet épisode exemplaire, des événements aux dialogues percutants qui ont rythmé son ascension vers une scène finale d'une beauté rare (rare mais pas dans Big Love). Nous perdons Sarah, nous perdons Amanda Seyfried, et c'est une chose triste qui l'on ne mérite pas mais les scénaristes ont su intégrer la demande de départ de l'actrice a une évolution logique du cheminement personnel du personnage, qui la conduit à Portland avec son amoureux (qui restera malheureusement off) où on lui souhaite de s'épanouïr enfin pleinement loin de cette famille qu'elle aime et qu'elle déteste. C'est toute la force de cette dernière scène d'ailleurs, cette amertume mêlée d'amour profond. J'ai bien conscience que mes phrases sont trop longues et qu'elles ne veulent pas dire grand chose mais je n'ai malheureusement pas le talent des scénaristes et dialoguistes de la série qui se sont surpassés cette semaine !

   Barb a toujours été la sister-wife la plus battante, la plus à même de déstabiliser Bill aussi, et on lui découvre un féminisme qui pourrait paraître inadéquate à la série mais qui lui sied pourtant parfaitement. Barb n'a jamais été aussi rebelle et aussi franche. Elle fait des erreurs, les assume, et en commet d'autres consciemment car elle a besoin d'affirmer sa position auprès de Bill et du reste de la famille. J'aime infinement cette Barb-là, même si j'ai beaucoup aimé les autres et que toutes réunies, elles ne font qu'une. Confrontations au sommet entre Jeanne Tripplehorn et Bill Paxton, jusqu'à ce que Sissy Spacek vienne mettre son grain de sel et rende le tout encore plus magistral. Cette scène où Marylin appelle Barb à la tombée de la nuit était extrêmement effrayante. Je n'imaginais pas Marylin à ce point vicieuse et mauvaise. C'est très prometteur, car il ne fait aucun doute que le Season Finale ne suffira pas à boucler cette intrigue. Elle ne fait que commencer, la campagne aussi.

   Comme d'habitude, ça foisonne de tous les cotés, on ne sait où donner de la tête. J'adore la nouvelle Nicky qui se veut plus femme, qui crie sur tous les toits qu'elle aime Bill, qui veut de nouveau avoir des enfants. Ce nouveau look va à ravir à Chloé Sevigny et je n'ai pas le sentiment que l'on trahisse le personnage initial. Même avec ces belles parures, Nicky reste Nicky. Elle est toujours autoritaire, hystérique et inadaptée au monde. Je regrette qu'elle ne soit pas restée plus longtemps dans cet état mais son retour au chignon n'était peut-être que passager après les atrocités proférées par son père, ou par Roman d'ailleurs. J'en viens d'ailleurs au tout petit petit bémol de l'épisode : Alby n'est pas assez présent et j'ai le sentiment que l'on frôle seulement son intrigue alors qu'il y a beaucoup de choses à dire encore. Ce n'est que partie remise j'imagine. Du coté de J.J. et de Wanda, le mystère reste entier. Mais Adaleen étant sur le point de découvrir la vérité, j'ai bon espoir que nous aussi. J.J. est sacrément flippant quand même ! Je ne me lasse pas de le dire. 

vlcsnap_214857 vlcsnap_247216


// Bilan // Les cinq étoiles se suffisent à elles-même, encore qu'elles ne sont sans doute pas assez...


28 février 2010

Big Love [4x 07]

dnes_season4_biglove_bill_m

Blood Atonement // 1 71o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_176583 vlcsnap_178922

   A travers ce nouvel épisode, je me suis rendu compte que Big Love avait beaucoup perdu en noirceur cette saison. Depuis la mort de Roman Grant en réalité. Ce n'est absolument pas négatif que de pointer cela du doigt. Une simple constatation. Blood Atonement a renoué avec cette noirceur, dont le paroxysme avait été atteint en saison 2, et les personnages de Hollis et Selma Green n'y sont pas étranger. Ils m'ont toujours fasciné tant je les trouve terrifiants. Retenus prisonniers, surveillés par des autruches malfaisantes, Ben, Loïs et Frank sont jugés par ces deux êtres abjectes. Tout semblait fou, impossible, c'en était presque drôle. Au début. Puis la tension est montée d'un cran après une mort secondaire mais soudaine et choquante. La suite était parfaitement prenante jusqu'à l'arrivée de Bill, tel Indiana Jones, qui est venu sauver les siens et même son père pour qui il n'a pourtant plus d'amour. Frank aurait pu mourir là, il venait de se repentir devant une Loïs apeurée mais émue. Puis est venu le moment le plus choquant : Loïs a littéralement coupé le bras de Hollis alors que Bill était sur le point d'être exécuté. Le plan sur le corps sans bras droit était-il nécessaire ? Cela a donné un petit air de série B à une série qui en est très loin. De même, tout ce petit monde s'en sort un peu trop facilement sur la fin. Au final, ce que je retiens avant tout de ce road-trip au Mexique, ce sont les aveux de Joey, essentiels et poignants, et la photographie superbe de toutes ces scènes. Les couleurs étaient particulièrement belles. C'était beau comme du Breaking Bad. Si Big Love et elle ne sont pas les meilleures séries du moment (et je ne suis pas d'accord avec cela), on ne pourra jamais leur enlever le titre des séries les mieux réalisées.

   Les autres intrigues sont loin d'avoir déméritées même si j'ai ressenti comme un relâchement de la part des scénaristes. Le calme avant la tempête ? On prend le temps de revenir sur l'impossible nouvelle grossesse de Nicky. Elle est apparement devenue stérile même si tout espoir ne semble pas perdu. Ironie du sort, même après vérification, Adaleen, sa mère, est enceinte, elle ! Et de JJ bien entendu. Si toute cette histoire était malsaine, elle le devient encore plus. J'admire Big Love pour oser tout ça. Malgré la gravité de la situation, certains passages étaient extrêmement drôles. J'admire Big Love pour réussir tout ça. Il y avait de l'humour aussi et du burlesque dans la folle initiative de Margene qui consiste à se marier au nouveau mec d'Ana afin d'éviter leur départ du pays. So Margene ! J'ai trouvé Barb particulièrement agaçante et injuste envers Ana, et même aussi envers Margene même si pour le coup on peut comprendre. De tous les personnages, s'il y en a bien qui est au bord de la crise de nerfs, c'est elle. Voilà qu'une bombe est déposée au casino ! Too much ? Non, rien n'est jamais too much dans Big Love. Si la fin de la saison doit être explosive, ce sera sûrement de ce coté-là. La campagne de Bill sera probablement davantage creusée la saison prochaine. Reste le cas Maryline à régler, ou pas. Pas bien compris ce qu'elle trafiquait, pas plus que JJ et Wanda d'ailleurs. J'ai hâte de connaître le secret qui les lie, au-delà du sang.      

vlcsnap_154767 vlcsnap_183630


// Bilan // La dernière fois que Big Love nous faisait voyager, c'était dans l'épisode Come Ye Saints de la saison 3. Le meilleur épisode de 2009 toutes séries confondues selon moi. Blood Atonement n'est malheureusement pas à la hauteur, même s'il est bon, palpitant et magnifiquement réalisé.

16 février 2010

Big Love [4x 06]

dnes_season4_biglove_bill_m

Under One Roof // 1 5oo ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_125652 vlcsnap_119134

   Je ne sais pas exactement ce que les scénaristes de Big Love cherchent à prouver mais ils réussissent. Je comprends maintenant pourquoi cette saison 4 ne compte que 9 épisodes. C'est avant tout une question de budget bien-sûr, la série rapporte sans doute peu mais coûte cher en casting (un nombre impressionnant de personnages dont certains sont interprétés par de grands noms), mais c'est aussi et surtout une façon de se rajouter des challenges ! On n'aura pas 12 épisodes pour raconter tout ce qu'on veut raconter ? Pas de problème. On va caser ça en 9 épisodes et même que ça sera pas bâclé ! Parce que de toutes les mérites de la série, celui qui est le plus impressionnant c'est de réussir à jongler avec autant d'intrigues et autant de personnages avec une telle dextérité, sans jamais passer à coté d'une émotion. Les scènes fortes se sont encore accumulées dans cet épisode...

   Je préfère d'abord parler de ce qui m'a le moins passionné : le casino ! L'arrivée de Marylin à la direction est un soulagement puisque c'est ce qui se tramait depuis plusieurs épisodes et qu'il était temps d'en arriver au fait, mais c'est aussi une grande crainte. On sent bien qu'elle cache quelque chose, qu'elle en sait plus qu'elle ne veut bien le faire croire, mais impossible de dire pour le moment ce que c'est. Je ne peux pas m'empêcher de penser que quelque soit cette chose elle sera de trop. On atteint de tels sommets dramatiques de tous les cotés qu'il va bien falloir calmer le jeu quelque part et le casino me semble être l'élément le moins intéressant. Mais je ne me fais pas d'illusions. Les scénaristes ont l'air d'y tenir et ils iront jusqu'au bout. Je suis content en tous cas que Sissy Spacek reste de ce fait dans les parages. Elle est géniale ! Chez les Henrickson, Ana refait surface. C'est au moment où l'on s'y attend le moins qu'elle revient et avec en bonus un polichinelle dans le tiroir (j'affectionne beaucoup cette expression). Il ne manquait plus que ça ! Autant à une époque je militais pour qu'elle devienne vraiment une sister-wife, autant je suis content aujourd'hui qu'elle n'en soit pas une. Elle n'est pas à la hauteur des trois autres. Elle est fade, elle manque de personnalité. Elle reste néanmoins touchante et on ne peut que comprendre son envie de rester éloignée des Henrickson et de tout le drama qu'ils déversent sur qui les approche. On n'est même pas sûr que cet enfant soit de Bill en plus. Un retournement de situation ne m'étonnerait pas, d'autant que son nouveau copain n'a pas l'air fin. Il lui aurait soufflé cette bien mauvaise idée que ça ne m'étonnerait pas. Cerise sur le gâteau : Barb découvre que Bill lui a encore une fois menti. Eh oui, on avait oublié que Bill avait chevauché Ana avant le mariage et ça, c'est très mal chez les Mormons...

   Pendant que Ben et ses grands-parents sont de passage à Mexico pour un road-trip qui va tourner au drame avec le retour de Josée Dayan (si vous voyez de qui je parle), Adaleen est sur le point de se marier avec JJ ! Nicky est évidemment furax et quand elle découvre que JJ a l'intention de marier aussi Cara-Lynn, elle débarque à Juniper Creek habillée comme une traînée et nous offre une scène intense à base de cris, de rires et de larmes. La scène suivante, celle où Adaleen s'offre pour la première fois à JJ, est très choquante en toute simplicité. De la même façon, l'intrigue d'Alby et de Dale nous a fait vivre de belles émotions jusqu'ici mais pas autant que dans cet épisode où tout s'achève cruellement. Dale avoue contraint et forcé son secret à Bill puis se pend. Terrible. Autant dire que la haine de Alby vis à vis de Bill ne va pas s'amoindrir. Si en plus il apprend que Lura a tout révélé à la femme de Dale, je ne donne pas cher de sa peau. J'ai dû oublier d'évoquer d'autres intrigues mais il y a tant à dire...         

vlcsnap_109418 vlcsnap_133732


// Bilan // Big Love frose l'overdose d'intrigues. Tout se termine toujours dans les larmes, dans les cris, dans le drame. C'est fascinant, c'est un objet télévisuel unique et incroyable, mais c'est aussi un jeu dangereux que jouent les scénaristes. S'ils se calment, on va le leur reprocher. S'ils en rajoutent, on risque aussi de le leur reprocher. Il va falloir garder ce rythme et cette intensité jusqu'au bout. Un défi qu'ils sont capables de relever !   

09 février 2010

Big Love [4x 05]

dnes_season4_biglove_bill_m

Sins Of The Father // 1 32o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_222100

   "Build With Bill". Isn't it ironic, don't you think ? Si Bill se construit une image, une réputation, un avenir, il déconstruit peu à peu sa famille et bientôt il n'en restera plus rien. Il se met tout le monde à dos, même ses plus fidèles alliés. C'est celle avec qui il a toujours eu le plus de rapports conflictuels, Nicky, qui est la plus présente et la plus dévouée dans cette campagne pour le siège de sénateur de l'Utah. Rien d'étonnant à cela : il fait appel à son sens inné de la filouterie et du mensonge. Elle est dans son élément, même si elle déplore ce rôle peu reluisant. Elle est même bien décidée à retomber enceinte ! Sacrée Nicky, si imprévisible. Barb, elle, se force pour tout désormais. Elle s'est d'abord forcée avec la casino, pour finalement y trouver son compte, et elle se force maintenant à soutenir son mari dans sa campagne, mais y trouvera-t-elle un jour son compte ? Elle a bien compris que toute sa famille était en péril et qu'il arrivera un moment où elle ne pourra plus suivre et laisser faire. Les quelques secondes où elle craque à la fin de l'épisode dans la vapeur étaient bouleversantes. Je ne sais pas si l'on doit toujours voir une tension sexuelle entre Barb et Tommy Flute. Il y a quelque chose c'est certain, mais ça relève plus de l'ordre spirituel désormais. C'est toujours intéressant cette incursion d'une autre culture, de d'autres coutumes.

   Les scènes marquantes se sont succédées, comme d'habitude, mais celle que je retiens au bout du compte, c'est lorsque Barb apprend la vérité sur les sentiments de Margene à l'égard de Ben. C'était drôle, de par le contexte, et terrible, de par le propos ! Tout ce qui a suivi était d'une force incroyable, qu'il s'agisse de l'engueulade entre Barb et Margene ("I F**** You Barb !"), des tensions entre Barb et Bill et tout ce qui a touché de près ou de loin à ce pauvre Ben qui se retrouve dans la même position que son père quelques années plus tôt. Sans vouloir fanfaronner, je me souviens très bien avoir imaginé dans une review de la saison dernière ce parallèle entre Bill et Ben. A l'époque, je trouvais ça presque trop facile. Aujourd'hui, quand je vois ce que ça donne vraiment à l'écran, je suis conquis. Et puis pour utiliser une métaphore simple et rebattue : l'effet pelote de laine est impressionnant. Il a suffit aux scénaristes de tirer sur un bout de ficelle pour que tout le reste vienne avec. Les ressentiments de Loïs qui ne pouvait être on ne peut plus émouvante, Ben qui se raccroche à elle en dernier recours, Barb qui ne supporte pas de voir son fils traité de la sorte, Sarah qui ne sait pas quoi faire, qui ne prend pas partie mais qui n'en pense pas moins, Margene qui craque puis qui se rélève, comme à son habitude, plus déterminée que jamais... Tout s'enchaîne à une allure folle, nos coeurs battent avec ceux des Henrickson dont le secret  reste toujours comme un poids incroyable au-dessus de leur tête. Finalement, le seul élément qui m'a un peu ennuyé dans cet épisode, c'est le personnage de Sissy Spacek, Marylin, dont je n'ai pas encore bien saisi l'importance et l'intérêt.      

vlcsnap_211373


// Bilan // Big Love, c'est une spirale infernale où se mêlent sentiments, ressentiments, peurs, frustations, croyances... C'est une famille qui n'en finit plus de tomber, comme en témoigne le générique, et le pire je crois, c'est que l'on souhaite au fond que Bill perde tout à la fin. Parce qu'il le mérite. C'est cruel. C'est tout ça à la fois.

07 février 2010

Big Love [4x 04]

dnes_season4_biglove_bill_m

The Mighty And Strong // 1 52o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_81142 vlcsnap_85962

   A la fois pour fêter le renouvellement de Big Love pour une saison 5, ce qui est un grand soulagement, et aussi pour récompenser cet excellent épisode, j'ai décidé de dégainer les 5 étoiles, ce que j'aurai dû faire depuis le début à vrai dire. Tous les épisodes sont brillants, mais l'intensité est plus forte plus la saison avance. Il y a clairement deux personnages désormais qui attisent la haine de toutes parts mais curieusement plus chez les téléspectateurs qu'au sein de la série elle-même. Le premier n'est pas là depuis longtemps mais il est pourtant déjà devenu indispensable. J.J., ex-mari de Nicky, devient le nouveau mari de la mère de Nicky ! Voilà qui est innatendu pour tout le monde, même pour la principale intéressée. La réaction de Nicky est à la hauteur de la douleur d'Adaleen. Ce cri interminable au milieu du désert était déchirant mais drôle aussi parce que c'est toujours ainsi dans Big Love. J.J. en veut à mort à Nicky mais aussi à Bill, à Joey, à sa propre soeur Wanda... J'ai hâte de découvrir quel sera son prochain mouvement. Que peut-il faire de pire que ce chantage abominable et que cette vengeance d'une bassesse incroyable ? Je vais finir par croire que tous les mormons sont vils. Quels bonnes figures reste-t-il ? Même la soeur de Kathy ne peut s'empêcher de saboter les plans pourtant presque innocents de Loïs. A ce propos, on a connu plus passionnant mais ça a le mérite d'être un trafic... original ! Pendant ce temps-là, Alby poursuit son aventure extra-conjugale avec Dale et l'accuse de complicité avec Bill pour faire tomber Juniper Creek...

   L'autre ordure, c'est Bill évidemment. A chaque épisode, il devient plus avide de pouvoir et il se moque bien des valeurs qu'il prétend pourtant tant respecter. Lorsque sa nouvelle grande entreprise est menacée, il n'hésite pas à faire feu de sa grande amitié avec Don. Il se sert de lui, l'humilie et ne semble même pas le regretter. Bill Paxton est tellement bon que j'en viens à le détester lui. Il fait corps avec le personnage, c'est impressionnant. La partie la plus bouleversante est l'accomplissement de l'intrigue entamée la saison dernière qui avait absolument besoin d'avancer : la relation quasi-incestueuse entre Margene et Ben a atteint son paroxysme lors d'une scène où la jeune femme a avoué que ce baiser échangé n'était pas innocent. J'aurai aimé que Ben la prenne alors sur la table de la cuisine avant d'aller jusqu'au bout des choses mais les scénaristes ont fait le choix de la sagesse en ne les faisant pas (encore) coucher ensemble. La vérité éclate au grand jour grâce à Tancy qui a fini par cracher le morceau sur la lettre enflammée de Ben. Margene est couverte de honte et Ginnifer Goodwin est à nouveau impeccable, tandis que Ben décide de quitter le foyer Henrickson inévitablement. Son père ne le retient pas, bien au contraire. Il est prêt à renier son propre fils. Autant dire que cette intrigue est loin d'être terminée et nous apportera sans doute encore son lot d'émotions fortes. Sarah ne subit pas un sort aussi cruel mais se voit contrainte de rendre l'enfant indien à sa tribu. Je m'attendais à mieux pour cette intrigue, j'imaginais qu'elle prenne un tournant bien plus dramatique et je regrette que la fameuse Leila ne soit même pas apparue dans cet épisode. Toujours est-il que la proximité entre ce bébé et Sarah était très émouvante. On se souvient qu'elle a perdu un bébé la saison dernière, dans le meilleur épisode de la série à ce jour d'ailleurs. Amanda Seyfried use de sa plus belle voix pour chanter une divine comptine, cela suffit à me faire fondre.    

vlcsnap_85938 vlcsnap_79867


// Bilan // A partir d'aujourd'hui et jusqu'à nouvel ordre, Big Love est le meilleur drama de l'année. Qu'importe ce qu'en pense l'académie des Emmy Awards ou celle des Golden Globes. Il faut se rendre à l'évidence. 


29 janvier 2010

Big Love [4x 03]

dnes_season4_biglove_bill_m

Strange Bedfellows // 1 67o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_163536 vlcsnap_197701

   A travers cet épisode, le nouveau générique de Big Love (qui m'a conquis dès le départ et qui me conquit plus que jamais) fait de plus en plus sens. Chaque sister-wife s'éloigne peu à peu de Bill mais toutes en prenant des trajectoires différentes, parfois controversées. L'exemple le plus flagrant et le plus jouïssif est sans aucun doute le baiser furtif entre Margene et Ben qui pourrait avoir des conséquences irrémédiables. Et c'est à souhaiter. Je vous en ai souvent parlé, c'est quelque chose que j'attendais avec impatience car je trouve que c'est hyper culotté. La série n'a plus rien à prouver dans ce domaine cela dit. Je regrette un peu en revanche que la patronne de Margene les affiche de la sorte. Cela offre un cliffhanger surprenant mais qui risque d'être superficiel. Margene peut tout à fait se défendre en disant que sa patronne s'est juste montée la tête toute seule. Barb n'aura pas de soupçon et le tour sera joué ! A moins bien-sûr que la petite Tancy ne révèle ce qu'elle sait. A ce propos, l'actrice a changé. Ca m'a fait un choc ! Et puis j'ai bien peur que cela signe l'arrêt de mort de cette intrigue. Je vois mal comment Ben et Margene pourraient aller plus loin maintenant... Barb aussi s'éloigne de Bill car il s'avère, et je ne l'avais pas du tout vu venir dans les deux épisodes précédents, qu'elle en pince pour le fils de Flute. C'est vrai que le jeune Indien a un certain charme. Pour le moment, je n'ai pas l'impression que l'attirance soit réciproque mais ça va venir. Intéressant et innatendu ! Et puis je suis ravi que les scénaristes creusent le thème de la communauté indienne. C'est vrai que ça fait beaucoup avec tout ce qu'il nous reste déjà à apprendre sur les mormons mais pourquoi pas. Et puis j'avais beaucoup aimé le film Frozen River et on retrouve justement l'actrice Misty Upham. Big Love ne cesse de marquer des points !

   Entre Bill et Nicky, c'est surtout l'année dernière que c'était très très tendu. Le climat est à l'apaisement aujourd'hui même s'ils ont encore beaucoup de mal à communiquer et à retrouver leur complicité d'antan. Le petit road-trip à Washington était une bonne occasion de faire avancer leur relation et d'apprendre à mieux connaître Cara Lynn, vraiment très touchante dans ses quelques scènes. Pendant que mère et fille se rapprochaient, J.J. semait la terreur chez Margene (et c'était vraiment flippant) et Bill cherchait par tous les moyens à approcher une certaine Marylin Densham, interprétée par la fascinante Sissy Spacek ! Allez, un point de plus... Son duo avec Bill Paxton était excellent. Il y a une bonne alchimie entre ces deux-là. Pour en revenir à J.J., je ne comprends toujours pas ce qu'il complote avec sa cancéreuse contre Joey et Wanda mais c'est intriguant. Et puis dans un autre registre, la relation sérieuse qui s'installe entre Alby et Dale est traitée avec beaucoup d'émotion. C'est amusant de voir Alby s'émerveiller comme un enfant après avoir batifollé et, la minute d'après, c'est effrayant de voir l'esprit de Roman qui le hante en le traitant de tous les noms. Je ne suis pas un grand fan des apparitions divines de ce type en général mais là, ça me semble justifié.    

vlcsnap_181166 vlcsnap_176366


// Bilan // Encore un très bon épisode, peut-être même le meilleur de ce début de saison, d'une richesse incroyable tant quantitativement que qualitativement. Chaque plan et chaque réplique fascinent, le rire et l'émotion s'entremêlent et le destin des Henrickson ne nous a jamais autant importé. Je ne sais pas ce qui me retient de donner quatre étoiles... Le sentiment que faire mieux est encore possible ?

24 janvier 2010

Big Love [4x 02]

dnes_season4_biglove_bill_m

The Greater Good // 1 54o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_102349 vlcsnap_136218

   Big Love poursuit son ascension vers l'excellence en offrant à son héros, Bill Henrickson, une nouvelle destinée plus ambitieuse que jamais. Le casino, sans être du passé, n'est plus sa préoccupation première. Il a légué son pouvoir à Barb, pouvoir qu'elle mérite et dont elle saura faire bon usage si toutefois les indiens ne lui mettent pas trop de bâtons dans les roues. Si Nicky, et même son frère Joey (de retour avec Wanda, toujours aussi étrange), estime qu'il est destiné à prendre la suite de Roman Grant à la tête de Juniper Creek, lui ne se croit pas prophéte. Il se sent investi d'une autre mission, au moins aussi importante et sans doute bien plus risquée pour son honneur et celle de sa famille : gouverner l'Utah ! Il veut garder le secret de sa polygamie, gagner les élections et ensuite révéler ses croyances pour mieux les imposer. C'est un pari risqué que ses trois femmes ne sont pas sûres de vouloir soutenir mais, comme toujours, il ne leur laissera pas vraiment le choix. A travers cette intrigue, la série embrasse une nouvelle envergure qui ne peut que la rende plus forte et plus significative. La foi et la politique sont deux sujets presque indissociables...

    Big Love n'oublie pas sa galerie de personnages imposante et la gère toujours aussi bien. Le mariage de Sarah, que j'imaginais comme un des points culminants de la fin de saison, est avancé. Peut-être que tout va un peu trop vite mais chaque scène qu'Amanda Seyfried partage avec ses partenaires (Tina Majorino, Jeanne Tripplehorn et Bill Paxton) sont d'une intensité rare. La seule petite déception vient du mariage en lui-même qui ne dure que quelques secondes à la fin de l'épisode mais le morceau choisi pour l'illustrer s'écoute avec bonheur jusqu'à la fin du générique. Margene poursuit sa poussée de maturité en prouvant à toute la famille que son business n'est pas qu'un passe-temps pour housewife désespérée mais un vrai métier qui rapporte beaucoup ! On constate avec amertume qu'il n'y a que l'argent qui intéresse Bill dans tout ça et on regrette que Margene ne s'en rende pas encore compte, à moins qu'elle ne l'accepte sans dire un mot. Nicky aussi a des dollars qui remplissent sa rétine lorsqu'elle découvre l'existence de cet argent mais ce qui la préoccupe le plus, ce sont ses sentiments confus. Comme elle l'avoue à demi-mots à Margene, elle n'est plus amoureuse de Bill. Sauf s'il devenait prophéte... Cette intrigue n'en finit plus d'être passionnante grâce au talent incroyable de Chloé Sévigny (enfin récompensée comme il se doit aux Golden Globes) et celle des scénaristes qui réussissent toujours à rendre simples et bouleversantes des émotions complexes. D'autres histoires plus secondaires émaillent l'épisode, comme Alby qui se sent pousser des ailes au point d'embrasser au grand jour l'homme dont il est vraisemblablement épris mais qui, et c'est là le point le plus intéressant, dirige un groupe de soutien pour aider les homosexuels à chasser de leur esprit toutes ces pensées et désirs jugés nauséabonds pour embrasser un style de vie considéré comme normé. Big Love ne s'arrête devant aucun tabou.   

vlcsnap_134039 vlcsnap_106045


// Bilan // Big Love n'en finit plus de prendre de l'envergure et de se transcender. Peut-être au détriment de certains personnages qui doivent se contenter de quelques scènes seulement, fortes certes, mais frustrantes aussi.

14 janvier 2010

Big Love [4x 01]

19214936

Free At Last (Season Premiere) // 1 73o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_98795 vlcsnap_120650

   Les saisons de Big Love sont si courtes que la 4ème à peine commencée, je pleure déjà son départ pour dix nouveaux longs mois. Après avoir perdu deux épisodes l'année dernière, voilà qu'on en perd un de plus cette année ! La saison 4 ne comportera que neuf épisodes. J'ai un peu de mal à comprendre pourquoi sachant que la série n'a pas à rougir de ses audiences... Tout ça pour dire qu'il va falloir apprécier chaque seconde de chaque épisode, c'est ce que j'ai fais avec ce Season Premiere et j'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver les Henrickson. Ils me manquaient terriblement. On ne peut pas dire que l'on nous ait offert la meilleure reprise qui soit puisque bon nombre d'intrigues ont été survolées, juste histoire de nous rafraîchir la mémoire. Ainsi, Sarah ne fait que passer le temps d'une très courte scène. C'est frustrant mais son tour viendra, je n'en doute pas. De la même manière, Joey et ses deux compagnes sont totalement absents. Ce qui différencie pas mal cette reprise par rapport aux autres, c'est qu'elle est très légère, les traits d'humour sont privilégiés au drame. Vu les épisodes extrêmement intenses que l'on nous a offert en saison 3, ce n'est pas une mauvaise idée. Puis on sait que comme d'habitude, la pression va monter crescendo.

   Il y a d'un coté les choses qui ne changent pas : par exemple Loïs et Frank qui se cherchent perpétuellement des poux avec le grain de folie qui les caractérise (et les rend si attachants); Bill, plus ambitieux que jamais, qui ne comprendra visibiblement jamais la leçon : on ne peut pas tout avoir, et quand on veut tout, on finit avec rien; Margene, la divine et gracieuse, qui rayonne et qui sourit perpétuellement à la vie; Nicky qui, même quand elle ne veut pas mentir, s'embourbe dans des explications sans queue ni tête; et Alby qui gagne chaque année en noirceur et en profondeur. Et puis il y a la révolution, d'abord signifiée par un changement de générique. Cela se fait peu, surtout sur les séries du câble (en même temps les séries des networks n'ont plus de générique), il fallait oser ! Je me range du coté de ceux qui adorent ce générique. Impossible de dire si c'est plus ou moins que le précédent mais je l'ai déjà adopté. Visuellement, à part à la fin où Bill nous fait un remake de Superman, c'est simplement superbe. Le message est clair : contrairement aux apparences, la destruction de la famille Henrickson est en route et rien ne pourra l'arrêter. Autre changement : les nouvelles responsabilités de Barb. Bon gré mal gré, elle se retrouve en charge du casino, le nouveau business de Bill, et reprend ainsi sa vie en main après les malheurs qui l'ont frappés l'an passé. J'ai hâte de la voir à l'oeuvre.

   A Juniper Creek, la révolution arrive sur la pointe des pieds puisque c'est officiel, Roman, le grand prophéte, est bel et bien mort ! D'ailleurs, Adaleen n'a rien trouvé de mieux que de cacher son corps dans une chambre froide. La scène où Nicky le trouve était très amusante, très cocasse. Puis c'est assez surprenant puisque l'on s'attendait à quelque chose de plus dramatique, forcément. Les quelques voyages du corps de Roman n'étaient pas piqués des hannetons non plus ! Le changement au sein de la vie quotidienne des Henrickson se matérialise en partie sous les traits de Cara Lynn, la fille (plus) cachée de Nicky. Telle mère, telle fille. Son regard en dit long : c'est une peste, une menteuse, une tricheuse. Quelques intrigues secondaires sont lancées sans que l'on ne comprenne vraiment de quoi elles retournent. Je pense surtout au fils de Flute, qui apparaît tout à coup comme si c'était normal, comme si elle était là depuis le début. Et puis Alby s'est fait prendre dans les bois par un homme très important au sein de la comission qui gère la fortune de Juniper Creek... Ah et j'oubliais : Ben chante maintenant. Pas mal mais scéniquement parlant, c'est plus drôle qu'autre chose à regarder ! Qu'il s'occupe de Margene, c'est l'intrigue qui me plaît le plus...   

vlcsnap_99996 vlcsnap_91215


// Bilan // C'est la révolution chez les Henrickson ! Big Love nous revient en forme, moins grave et plus légère, avec de nouvelles perspectives et ce qu'il faut de confortable pour ne pas trop nous dépayser. Comme le nouveau générique le laisse entendre, la menace pèse là-bas et elle n'est pas si loin...


// Bonus // Le nouveau générique où l'on troque God Only Knows des Beach Boys contre Home des Engineers.

26 août 2009

Séries... Ton Classement Impitoyable... Big Love !

untitled

A la 6ème place (sur 40) du classement du meilleur et du pire des séries de la saison sur le blog TV News, on retrouve Big Love ! Les fidèles du blog savent qu'il s'agit d'une de mes séries préférées du moment, voici donc mon hommage en quelques lignes à une saison d'exception...

L’avantage de vous raconter Big Love, c’est qu’il y a 80% de chances que vous n’en ayez jamais entendu parler et 99% de chances que vous n’en ayez pas vu le moindre épisode. Au moins, je vais vous faire véritablement découvrir quelque chose ! Le fait est que c’est l’une des séries les plus réussies du moment et également l’une des moins connues, même chez les sériephiles ! En France, les abonnés de Canal + ont pu tomber dessus, ainsi que ceux de TPS Star plus récemment. A vrai dire, j’aime l’idée que Big Love soit un bijou injustement méconnu. Ca lui confère une aura supplémentaire. Jusqu’à l’arrivée de True Blood l’an passé, c’était la seule série d’HBO qui pouvait encore prétendre au titre de digne successeur des Soprano, de Six Feet Under, de Carnivale… On y retrouve tout ce qui a toujours fait le succès des séries de la chaîne : du cul, du fric et du glauque, accompagnés d’une écriture brillante, d’une réalisation maîtrisée et d’acteurs extrêmement talentueux, le tout sur un sujet tabou !

La suite ICI.

26 avril 2009

Big Love [3x 1o]

Big_love

Sacrament (Season Finale) //

dnes_v2_poll_stars4


vlcsnap_54659

   La saison 3 de Big Love aura été (trop) courte mais (très) intense. Tellement d'ailleurs que ce Season Finale n'est pas spécialement plus intense que d'autres épisodes de la saison mais il offre une conclusion à quelques intrigues. Cela pourrait passer pour une facilité, j'y vois personnellement une grande maîtrise du scénario : la révélation faite par Roman sur la fausseté des fameuses lettres dont on a entendu parler toute la saison dénoue un certain nombre d'intrigues, notamment celle des casinos, qui était sans doute la moins passionnante de la saison avec du recul. Ce qui l'a vraiment rendue intéressante, c'est l'implication du beau-frère et de la soeur de Barb. Ca évitait d'avoir, comme dans les saisons précédentes, une intrigue sur les affaires de Bill trop à part. A coté de ça, le compte de Roman est enfin rêglé. Je commençais à me demander s'il n'était pas immortel ce faux prophéte... On s'attendait à ce que Alby le fasse exploser mais il n'en est rien. C'est Joey qui le tue. Il n'écoute pas les conseils de son frère et venge la mort de Kathy en étouffant Roman dans un coussin. C'est "amusant" d'avoir choisi une mort si "douce" pour cet homme ignoble. Il aurait pu mourir des coups de feux de la saison 2, il aurait pu exploser dans sa maison mais non, il meurt étouffé. Sa mort lui évite de retourner en prison et il s'en sort donc finalement pas si mal. J'espère que Joey ne va pas prendre sa place dans une cellule. Cette mort intervenant en toute fin d'épisode, il faudra attendre la saison prochaine pour en connaître les répercussions. I faut s'attendre à de nombreux changements à Juniper Creek. Je me demande quel rôle vont jouer les Greene, s'ils en jouent un.

   Chez les Henrickson, c'est le branle-bas de combat. Nicky quitte la maison mais pas pour longtemps. Je trouve ça d'ailleurs assez dommage. J'aurai aimé qu'elle soit "'punie" plus longuement mais la fin de l'épisode laisse entendre qu'elle va vite ré-intégrer le domicile familial. C'est la rencontre avec sa fille Caroline qui va tout faire basculer. Cela va amener le pardon de Barb, puis, semble-t-il, celui de Bill. C'est un peu facile, non ? L'existence de Caroline ne justifie pas toutes les crasses qu'elle a pu faire. Elle ne justifie même pas son absence de désir quant à avoir d'autres enfants, ce qui est vraiment la cause de sa rupture avec Bill à la base. J'attends de voir la suite des événements... Je m'attendais à un retour d'Ana mais rien. La saison prochaine j'espère. Margene est la seule qui possède véritablement une storyline légère et amusante. Son business de bracelets, auquel ni nous ni sa famille ne croyaient au départ, se porte bien et sa patronne lui promet la fortune si elle continue comme ça ! On est dans Big Love : ça ne va pas durer ! C'était un plaisir de la voir si heureuse en tous cas. Elle a bien souffert cette saison. Pas de réfèrences aux sentiments de Ben pour elle, dommage. Enfin, il y a Sarah et Scott qui vont se marier ! Ils ont même eu la bénediction de Bill : incroyable ! S'il n'avait pas été si préocuppé par d'autres choses, il n'aurait certainement pas réagi de la même façon. Mon petit doigt me dit que ce mariage n'aura jamais lieu...

vlcsnap_75032


// Bilan // Un Season Finale correct mais il y a eu de biens meilleurs épisodes cette saison. Pourquoi n'y a-t-il eu que 10 épisodes cette saison alors que 12 étaient prévus à la base ? Mystère. Mais ça se ressent sur cet épisode où certaines intrigues se dénouent trop rapidement et ou d'autres doivent attendre la saison prochaine pour trouver un écho. Je suis donc légèrement déçu, d'autant que la réalisation n'est pas non plus tout à fait à la hauteur. Maintenant, Big Love reste une des meilleures séries de la saison, si ce n'est la meilleure. Et la saison 3 est meilleure que les deux précédentes. Combien de séries peuvent en dire autant ?