22 octobre 2011

Man Up! [Pilot]

19820917

Pilot // 7 780 000 tlsp.

44030375_p

What About ?

Le quotidien de trois amis et collègues à trois étapes différentes de leurs vies : Will est marié, Kenny est divorcé et fait la guerre à son ex, et Craig est encore célibataire mais encore éperdument amoureux de son ex...

Who's Who ?

Créée par Christopher Moynihan (100 Questions). Avec Christopher Moynihan (According To Jim, Coupling), Dan Fogler (Kung Fu Panda), Mather Zickel (Reno 911, The Cape), Teri Polo (Felicity, Sports Night, The West Wing, Bienvenue en Alaska), Amanda Detmer (What About Brian, Private Practice, Necessary Roughness), Henry Simmons (Shark, New York Police Blues)...

So What ?

   Il y a quelques années, l’ancien président d’ABC, Steven McPherson, avait pété un plomb en commandant les deux sitcoms Carpoolers -pilote désatreux mais épisodes suivants corrects- et, surtout, l’inoubliable Cavemen -le pilote le plus embarrassant jamais vu- qui restera comme l’une des plus grosses bêtises de son règne. Aujourd’hui, son successeur, Paul Lee, ose lancer à son tour trois nouvelles sitcoms centrées sur des hommes alors que c’est quelque chose qui n’a jamais vraiment marché, que ce soit sur les networks ou sur le câble, à quelques rares exceptions, sur une chaine qui s’adresse en plus principalement aux femmes. En attendant « Work It » -probablement la pire de toutes- et après Last Man Standing -médiocre mais pas suffisamment pour faire fuir le public apparemment- voici donc Man Up!, qui n’est pas bonne non plus mais s’il ne fallait en choisir qu’une, ce serait celle-là. (Je n’ai pas mentionné le How To Be A Gentleman de CBS, ma mémoire essayant de le bloquer à tout jamais).

   Le simple fait que Man Up! soit une comédie single-camera et non multi-camera lui donne un avantage certain. Visuellement, on est très proche d’un Modern Family et la ressemblance va jusqu’au choix de certains interprètes, en particulier Teri Polo et Mather Zickel qui forment un couple qui rappelle immanquablement Claire et Phil Dunphy. Les Keen pourraient d’ailleurs être leurs voisins. Problème de taille : ils sont beaucoup moins drôles et complices ! Leur fils est un « simple » enfant de télévision : quasi-muet, sans intérêt. On est donc loin de ce que Malcolm, Modern Family ou The Middle ont pu apporter. Les autres héros n’ont pas d’enfants. Le problème est donc vite réglé ! Parlons-en de ces deux-là : ce sont des losers, qui ont soi-disant perdu toute virilité en se laissent mener par le bout du nez par leurs copines/femmes. Ils sont évidemment lâches, peureux, débiles… A nouveau, le propos est ringard et ridicule et ne tient pas debout, pas plus que l’obstination du père a trouvé un cadeau pour son fils qui représente bien l’homme qu’il est en train de devenir. Je ne comprends pas cette obsession de l’homme moderne pour sa virilité perdue –n’est-ce pas une invention au fond ?- et je regrette que les séries télévisées se mettent à reléguer la tendance. Tout ça n’est qu’une question d’évolution logique vers un peu plus d’équité entre les hommes et les femmes, de toute façon. Rien qui mérite que l’on s’offusque. N’en déplaise à un certain Eric Zemmour…

    Le pilote de Man Up! ne jouit pas d’un casting attractif, ne dispose pas d’un propos intéressant et ne contient pas de bonnes blagues mais lorsque l’on a vu Last Man Standing et How to be a gentleman, l’indulgence est de rigueur, l’optimisme aussi : il y a là un petit potentiel qui mériterait d’être exploité dans les épisodes suivants.  

What Chance ?

 Les "fans" de Last Man Standing n'ont même pas laisser sa chance au pilote de Man Up! en le fuyant comme la peste. C'est assez incompréhensible et inquiétant mais pas si étonnant... ABC aurait certainement dû l'associer à Modern Family, même si la qualité est loin d'être la même !

How ?


05 septembre 2011

Necessary Roughness [Pilot]

19738405

Pilot // 4 670 000 tlsp.

44030376

What About ?

Une psychologue sexy de Long Island, fraîchement divorcée, intervient auprès d'une équipe de football professionnelle afin de boucler ses fins de mois. Très vite, d'autres sportifs, musiciens ou politiques viennent la voir pour qu'elle les aide à supporter les affres de la célébrité...

Who's Who ?

Créée par Elizabeth Kruger (Les téléfilms des soeurs Olsen) et Craig Shapiro (Miami Medical). Avec Callie Thorne (Sur Ecoute, Prison Break, Rescue Me), Marc Blucas (Buffy), Mehcad Brooks (True Blood, Desperate Housewives), Amanda Detmer (What About Brian, Private Practice, Man Up), Scott Cohen (Gilmore Girls), Hannah Marks (Weeds), Concetta Tomei (Providence), Patrick Johnson...

So What ?

    Les femmes tentent de prendre le pouvoir sur USA Network après quelques années de suprématie masculine. L'Annie Walker de Covert Affairs et la Kate Reed de Fairly Legal ont ainsi été rejointes cet été par Dani Santino, l'héroïne de Necessary Roughness. Moins jeune que ses acolytes, elle ne se distingue quasiment que par son âge et sa profession, puisqu'elle est évidemment, comme les autres, brillante et amusante. C'est ce que l'on appelle communément "une femme forte" avec tous les clichés que cela implique. Lorsqu'elle découvre que son mari la trompe, elle le quitte en jettant tous ses costumes Prada par la fenêtre (littéralement). Elle reste seule et triste une heure ou deux, se décide à sortir avec sa meilleure amie puis rencontre très vite un homme qui fait chavirer son coeur. Cet enchaînement est sans surprise, mais le charme de Callie Thorne opère. Elle n'est pas aussi pétillante qu'une Sara Shahi, ou aussi badass qu'une Piper Perabo, mais elle se défend bien. C'est peut-être lorsqu'elle assume son rôle de mère qu'elle est la plus attachante. Mais sa nouvelle situation familiale est, là encore, cousue de fil blanc. On connait tout de suite les tenants et les aboutissants. Les enfants sont très caricaturaux, la mère aussi mais elle a le mérite d'être drôle.

   Si USA avait déjà ses agents de la CIA, ses détectives en tous genres, son voleur, son médecin et ses avocats, elle manquait d'une fine psychologue. Dani est celle qui leur fallait. Mais des psy à la télé, il y en avait déjà plein. Il a donc été décidé de la faire évoluer dans le monde du sport, histoire de bousculer l'ordre établi. Le premier cas auquel elle est confrontée offre évidemment ses moments drôles, le patient étant du genre flambeur, bling bling et capricieux. Mais aussi des passages plus sérieux, complètement ratés tant ils sont traités de manière naïve et simpliste. Le footballeur étant en plus incarné par Mehcad Brooks, l'un des comédiens les plus mauvais de sa génération, cela n'arrange rien à l'affaire. La voix-off de l'héroïne n'aide pas non plus, tant elle dit des banalités à base de "Mon père me disait que la vie, c'est comme le football. Il y a des gagnants et des perdants (...)". Peut-on encore écrire cela en 2011 ? Je vois mal le monde du sport comme un terrain fertile pour raconter des histoires très différentes à chaque épisode. La discipline aura beau changer, les problèmes reviendront sans doute souvent au même. Curieusement, c'est le cas "normal" que Dani traite au cours de l'épisode qui m'a le plus séduit. C'était paradoxalement plus original.

   Necessary Roughness poursuit la tradition de la chaîne USA, qui propose des séries sympathiques, colorées et rythmées, en y ajoutant ici une touche féminine bienvenue mais qui ne parvient pas à rendre la dramédie plus originale ou passionnante que ses consoeurs. On est désespérement en terrain connu et rien ne surprend jamais. Il faut ne pas avoir grand chose d'autre à regarder pour s'attacher à Necessary Roughness...