14 février 2010

Damages [3x 03]

dnes_season4_damages_patty_

Flight's At 11:08 // 1 o8o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_39066

   Au risque de paraître un peu dur avec cet épisode, je vais vous avouer franchement qu'il m'a ennuyé. Il manquait de rythme, clairement, mais je salue l'idée de sortir un peu des sentiers battus en se débarrassant temporairement des scènes de flashforwards pour se concentrer sur une nuit de traque, à la recherche de la Danielle Marchetti, la maîtresse de Tobin père. Curieusement, la grande affaire de la saison en elle-même est ainsi mise de coté pour se concentrer davantage sur ses protagonistes, en particulier Joe Tobin qui dévoile peu à peu son vrai visage, beaucoup moins angélique qu'il ne voudrait le faire croire. Bon père de famille ? Pas vraiment. Comme le sous-entendait le précédent épisode, Danielle Marchetti était en fait sa maîtresse à lui avant de devenir celle de son père. On ne s'éternise pas là-dessus mais il faut bien le garder en mémoire pour la suite. On comprend également que le monsieur a un faible pour l'alcool. Peut-être un ancien alcoolique. Peut-être l'est-il toujours... L'avocat des Tobin, Leonard Winstone, reste encore dans l'ombre. On sent, c'est indéniable, qu'il a beaucoup de choses à se reprocher, qu'il est pourri jusqu'à la moëlle, mais on ignore encore quel est son rôle exact dans la fraude. Ses quelques face à face avec Patty étaient intéressants mais pas fascinants. Je repense avec nostalgie à ceux avec Ray Fiske en saison 1 et la comparaison n'est forcément pas flatteuse. Mais Martin Short est loin d'être mauvais. C'est juste que son personnage est trop sur la réserve pour le moment. C'est frustrant.

   Une bonne partie de l'épisode est étonnante car inhabituelle dans Damages : Ellen passe sa soirée en famille chez ses parents en présence de sa soeur que l'on n'avait plus revu depuis son mariage il y a trois ans. Sa situation a bien changé. Elle est devenue accro à la méth. Ceci explique sans doute pourquoi son mari l'a quittée. En soit, on s'en fout de tout ça. Qu'est-ce que ça peut bien avoir comme importance ? C'et la question que je me suis posé pendant un long moment et la réponse est finalement très simple et plutôt bien amenée : Patty a toujours prévénue Ellen qu'il ne fallait pas compter sur sa famille, que quoi qu'il arrive, elle nous déçoit toujours. Cf le pilote de Damages. Eh bien Ellen vient d'en avoir la preuve. Les membres de sa famille lui mentent. Autant dire que son coup de téléphone final à Patty en dit long sur la suite des événements. Elle va petit à petit revenir vers son mentor et faire passer son travail avant tout. Un petit mot est glissé concernant Wes qui n'est pas apparu depuis le début de cette saison et qui n'apparaîtra vraisemblablement plus jamais : c'est fini entre Ellen et lui depuis plusieurs mois et elle n'a plus de nouvelles. Autant dire que ce personnage n'aura pas servi à grand chose tout compte fait. Beaucoup d'esbrouffe... Du coté de Tom, sa famille passe après son travail, Patty le lui a fait comprendre depuis longtemps, et sa femme n'a pas d'autre choix que de l'accepter. C'est lui qui mène une grande partie de l'enquête pour retrouver Marchetti et je lui en veux de ne pas avoir compris tout de suite en voyant le verre rempli de glaçons que la jeune femme était chez elle au moment où il a frappé à sa porte. Je sais pas, c'était évident. Ca n'a servi à qu'à faire perdre artificiellement quelques minutes précieuses.

vlcsnap_30245


// Bilan // Malgré les excellents acteurs et l'écriture si intelligente qui la caractérise, Damages nous prouve que sans ses flashs, elle perd en intensité. 

    

Posté par LullabyBoy à 00:17 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


13 février 2010

Nip/Tuck [6x 16]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Dr. Griffin // 1 73o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_89773 vlcsnap_88978

   Après des semaines et des semaines de déroute, là je dis bravo ! Nip/Tuck n'a plus grand chose à dire, c'est certain, mais dans cet épisode, tout ce qui doit être dit l'est franchement, sans détour, sans parasites et sans coucheries et provocations faciles. En s'inspirant de la série de HBO In Treatment, trois séances de thérapie de nos deux chirurgiens nous sont présentées. Bien que l'on n'apprenne rien de nouveau, l'affrontement entre ces deux hommes faux-frères/vrais amis, vaut à lui seul le détour. Face au thérapeute (qui en impose), ils restent fidèles à ce qu'ils ont toujours été : Christian se comporte en parfait salaud et l'assume, on ne peut pas lui reprocher d'être malhonnête; Sean cherche à prouver par tous les moyens qu'ils en sont arrivés là à cause de Christian et uniquement à cause de lui, il ne semble rien avoir à se reprocher. Certaines révélations vont alors avoir lieu : la fraude de Christian d'un coté, la tromperie avec Kimber de l'autre. C'est plutôt malin de s'en être servi dans cet épisode et pas avant ni après. En dehors du bureau du psy, on aurait eu des réactions classiques que l'on connaît par coeur. Là, ça se passe un peu différemment.

   La tension monte d'un cran lors de la venue de Liz. L'occasion de constater à nouveau que c'est bien elle le personnage le plus normal, le plus lucide et le plus censé de la série. C'est la seule qui n'a jamais plongé dans le pathétique même si elle a connu sa zone de turbulences. C'est la seule qui a su rester touchante aussi. Elle l'est encore dans cet épisode quand elle parle du manque de reconnaissance, de toutes ces années passées dans l'ombre sans jamais trouver grâce aux yeux de ses employeurs. En revanche, je n'ai pas du tout aimé le fait qu'elle soit enceinte de Sean. Par don de sperme Dieu soit loué ! Mais je le vois un peu comme sa revanche vis à vis de Christian après ce qu'il lui a fait. Dommage qu'elle ne l'assume pas comme tel mais peut-être ne s'en rend-t-elle même pas compte ? Elle est bien plus forte pour analyser les autres et on l'en remercie. Quel soulagement quand elle leur dit leurs quatres vérités ! Elle est un peu la voix des téléspectateurs. Puis il y a le retour de Matt qui ne changera visiblement jamais. Il emmène avec lui sa nouvelle petite-amie, or elle n'avait rien à faire là. Il tente un nouveau coup d'éclat pour se faire remarquer en espérant que Christian réagisse : il annonce qu'il part et qu'il ne souhaite plus les revoir. Jamais ! C'est ridicule dans le fond. Mais pour tout dire, on aimerait ne plus jamais le revoir non plus.

   La scène d'introduction, telle un prologue, et la scène de conclusion, telle un épilogue, enrobe cet épisode à la perfection. Malgré cette narration particulière exceptionnelle, on n'oublie pas que l'on est dans Nip/Tuck et qu'un rebondissement est toujours à venir. Cette fois, c'est le Dr. Griffin qui se fait tirer dessus par une autre patiente au beau milieu d'une consultation. Rien de tellement choquant puisque la série nous a habitué à ce genre de choses et que l'on sentait un peu le coup venir. L'occasion de retrouver Molly Price (New York 911) dans un rôle qui lui va bien et qui est un grand classique de la série : une femme folle à lier, hystérique, psychopathe qui se venge de l'homme.

vlcsnap_94221 vlcsnap_86207


// Bilan // Cela faisait bien longtemps que Nip/Tuck n'avait pas pris de risques en proposant un épisode à la narration bouleversée. Au final, il est plutôt maîtrisé et la guerre entre Christian et Sean atteint son paroxysme avant un affrontement final que l'on espère grandiose, à moins que les scénaristes décident de prendre un autre chemin, moins attendu... En tous cas, j'ai soudainement très envie de reprendre In Treatment !

Posté par LullabyBoy à 13:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

06 février 2010

Nip/Tuck [6x 15]

dnes_season4_niptuck_christ

Virginia Hayes // 1 54o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_339111

   Parce que Nip/Tuck est sur le point de refermer ses portes, ses scénaristes se sont sentis obligés de revenir sur la toute première histoire, celle du pilote, qui mettait en scène Escobar Gallardo, un monstre d'arrogance et de cynisme tatoué prêt à tout pour sauver son honneur. Personne ne l'a oublié, c'est un des visages marquants de la série et il est revenu plusieurs fois hantés nos deux chirurgiens, enfin surtout Sean puisque Christian n'a pas de morale et ne connaît pas la culpabilité. Je ne suis pas certain qu'il était primordial de revenir sur cette affaire, elle s'était achevée logiquement avec sa mort à la fin de la 4ème saison, juste avant que McNamara/Troy ne file à L.A. La boucle était bouclée, la série aurait dû s'arrêter là mais passons... Il revient donc à travers sa fille qui veut savoir ce qui s'est vraiment passé dans son enfance, vis à vis de son oncle, Silvio Perez, qui la violentait et que Sean et Christian ont jeté dans la gueule d'un alligator. Sean ne peut s'empêcher de lui dire la vérité contre l'avis de Christian et les voilà avec des fédéraux aux fesses.

   Comme si cela ne suffisait pas, ils se retrouvent avec une autre mort sur la conscience, celle d'une patiente qui a usurpé l'idendité d'une femme et a détruit sa vie sans même le vouloir. Un cas désespéré et désespérant qui nous rappelle vaguement celui de Kimber, encore dans toutes les mémoires. Il n'y aurait pas une très légère ressemblance physique, ce rapprochement aurait été vraiment tiré par les cheveux. Mais passons, là encore... Ca n'a finalement pas d'effet sur Christian mais ça fout le cabinet dans la merde alors ils la jettent dans un trou dans le désert, l'ensevelissent et devront assumer ce nouveau mensonge qui rappelle évidemment le tout premier suscité. Ce que je retiens dans tout cela, c'est une scène classique de Nip/Tuck où Sean affronte le fantôme d'Escobar tout en déchiquetant le corps d'un alligator qu représente Christian. Il trouve à l'intérieur des morceaux de son propre corps et comprend que pendant toutes ces années, la culpabilité l'a rongé et Christian l'a mangé ! C'est parfaitement exact mais cela fait 5 fois que chaque épisode se termine sur le même triste constat. J'en ai marre. La toute dernière scène dans la voiture était pas mal non plus, émouvante grâce à la musique toujours bien choisie.


// Bilan // Les scénaristes n'ont visiblement qu'un seul et même message à faire passer depuis le début de cette saison. On l'a compris depuis longtemps, bien avant même qu'ils ne songent à nous en donner les clés. Cet épisode est peut-être celui qui l'a le mieux traité, revisitant des passages cultes de la série. N'empêche qu'on s'ennuie profondément...

         


// Bonus // Deux titres marquants de cet épisode que j'ai pris plaisir à ré-entendre : Please Please Please Let Me Get What I Want des Smiths et Drive de The Cars. Que serait Nip/Tuck sans sa B.O. ?

Posté par LullabyBoy à 23:15 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Damages [3x 02]

dnes_season4_damages_ellen_

The Dog Is Happier Without Her // 1 o2o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_103444

   C'est fou. Nous n'en sommes qu'au deuxième épisode de la saison et on a déjà tout un tas d'informations à digérer que ce soit dans le présent ou dans le futur, à travers des flashforwards partiuclièrement généreux. Il ne me semble pas que dans les deux premières saisons on nous en ait donné autant en si peu de temps. C'est un régal ! En plus de ça, il y a comme un esprit "soap" qui traverse toutes les intrigues à la fois grâce à la famille Tobin qui cache bien des secrets mais aussi via les personnages que nous connaissons bien. Après avoir appris la mort de Tom, nous apprenons qu'il avait une liaison avec Ellen ! Du moins, c'est ce que l'on souhaite nous faire croire. Tout est dans le non-dit, le faux-semblant. Difficile de démêler le vrai du faux pour le moment mais il y a clairement ambiguïté. Et puis, puisque l'on sait qu'il s'est passé un an entre la fin de la saison 2 et le début de la saison 3, ça ne m'étonnerait pas qu'il se soit passé des choses importantes dans ce laps de temps. Tom et Ellen ont pu entamer une relation adultère, y mettre fin, puis la reprendre dans un futur proche. Et quand on y pense, leurs gestes mal assurés et leurs regards dans le Season Premiere n'étaient pas anodins et allaient au-delà des gentilles retrouvailles de deux bons vieux collègues. Tout est possible. La phrase d'Ellen adressée à la femme de Tom peut aussi être comprise dans un sens complètement différent. Etait-elle la seule à savoir ce que Tom et Ellen avaient trafiquoté au sujet de l'affaire Tobin ? C'est moins excitant tout de suite. On sous-entend également qu'Ellen serait responsable de la mort de Tom. Je doute vraiment qu'elle ait pu le tuer. En revanche, qu'elle ait assisté à son exécution, pourquoi pas...

   La déferlante soapesque n'épargne pas Patty puisque son divorce est en cours et que Phil se montre pour le moins entreprenant. Il aimerait bien qu'elle lui laisse une seconde chance mais face à son refus catégorique, il faut s'attendre à ce que le divorce devienne sanglant. Et visiblement, Phil sait pas mal de choses compromettantes sur Patty. Pas étonnant en même temps. A coté de ça, il y a l'affaire Tobin qui se poursuit avec la découverte d'une maîtresse interprétée par Madchen Amick (Twin Peaks). La pauvre s'est déjà faite renverser par le fils Tobin. Ca promet ! Dans le genre poissard, il se pose là lui. Tout est toujours très clairement exposé, les scènes sont intenses. Je n'ai pas grand chose à dire si ce n'est que je suis impressionné. Un petit mot quand même sur l'avocat des Tobin qui est assez discret pour le moment mais qui a clairement son "hidden agenda". Il agit certainement plus dans son propre intérêt ! Coté révélations, on apprend quand même que Tom est lui aussi ruiné, ce qui explique mieux son appart' pourri du flashforward et sa mort aussi.      

vlcsnap_80383


// Bilan // Contre toutes attentes, cette saison de Damages risque d'être celle de Tom. Pourquoi pas ? Le seul défaut de cet épisode et du précédent, c'est une Patty reléguée au second plan. Pour le reste, c'est brillantissime !

30 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 14]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Sheila Carlton // 1 81o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_32557

   Cette semaine, Nip/Tuck nous sort le grand jeu avec deux de ses dernières guest-stars. Les producteurs ont opté pour Mélanie Griffith, qu'on aime bien mais qui n'a plus rien fait depuis un moment maintenant, et Frances Conroy, la divine matriarche de Six Feet Under qui multiplie les apparitions et pas toujours dans des rôles à la hauteur de son talent. Toujours est-il que cet épisode repose entièrement sur leurs épaules car ni Sean ni Christian n'ont plus grand chose à nous dire. Le premier est sur la voie de la rédemption puisqu'il ose refuser les avances d'une femme pourtant sublime et entreprenante qui n'est autre que l'épouse de son vieil-ami de fac qui fait maintenant dans l'humanitaire. Il s'est dit qu'après l'affaire Kimber, mieux valait se la jouer profil bas. Il a même osé dire à Christian qu'il souhaitait partir quelques temps pour découvrir de nouveaux horizons mais un twist final vient gâcher tout cela. Il restera à Los Angeles auprès de Christian advitam eternam. Quant à celui-ci, il gère à sa façon la disparition de Kimber. Je n'ai pas choisi le mot "disparition" au hasard car après tout, rien ne prouve qu'elle est morte. Ce ne serait pas le premier personnage de série censé s'être noyé qui revient d'entre les morts...

   Mélanie Griffith interpréte donc la mère de Kimber et il faut avouer que la ressemblance est là. Seul problème : c'est une campagnarde qui n'a pas beaucoup d'argent et qui assure qu'elle ne s'est jamais faite rien refaire. Or, on connaît tous le visage (et les seins) de l'actrice. Ce n'est pas crédible pour un sou, elle est tirée de partout et plus encore. Je ne connaissais pas sa voix en VO et elle est insupportable de minauderies ! J'imagine qu'elle a forcé le trait pour ce rôle. J'espère en tous cas. Dès son arrivée, on sait parfaitement comment cela va finir : elle va coucher avec Christian bien-sûr, son beau-fils ! En plein dans le mille ! Le parallèle entre cette femme paumée et Kimber était intéressant. Elles ne valent pas tellement mieux l'une que l'autre. La seule différence, c'est que Kimber a su faire de ses atouts physiques sa force alors que sa mère est plus soft. Encore que. Quant à Frances Conroy, elle incarne le cas chirurgical du jour. Elle est une folle-dingue des animaux, passionnée par les chimpanzés, qui a dû tuer son plus fidèle compagnon à coups de couteau de cuisine le jour il s'est mis à dévorer sa meilleure-amie dans un accès de folie. Ultimately, elle préfère choisir son animal de compagnie à sa meilleure-amie. Pas passionnant dans l'ensemble mais cela change un peu des cas habituels. L'actrice était excellente malgré des scènes pas toujours très bien écrites.   

vlcsnap_39007


// Bilan // Plus que 5 épisodes. Voilà, en gros, ce que celui-ci m'inspire. Heureusement qu'il y avait les guests

 


28 janvier 2010

Damages [3x 01]

dnes_season4_damages_patty_

Your Secrets Are Safe (Season Premiere) // 1 43o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_92834

   Pour rappel, Damages c'est : une saison 1 puissante, un chef d'oeuvre télévisuel; une saison 2 décevante, brouillonne, mais une conclusion écrite à la perfection. J'ignore encore si la saison 3 sera meilleure que la 2ème, voire à la hauteur de la première, mais son introduction était excellente et prometteuse. Presque un retour aux sources finalement. Tous les éléments qui ont fait la force de la série étaient réunis, à commencer par le désormais traditionnel flash forward qui nous transporte ici six mois dans le futur. Patty manque de mourir dans un violent accident de voiture qui, aucun doute là-dessus, n'est pas le fruit du hasard mais bien une tentative de meurtre déguisée. Qui lui en veut au point de vouloir la tuer ? A peu près tout New York. La première hypothèse qui est venue à l'esprit de tous les téléspectateurs j'imagine, c'est celle d'Ellen. Mais au-delà du fait que c'est trop simple, Ellen prétent avoir pardonné Patty. Libre à chacun de la croire ou non. Elément perturbateur à ne pas négliger : dans la voiture du chauffard, sur le siège passager pour être précis, est posée une petite statue de la liberté, indentique à celle qui avait servi à tuer David en saison 1. Un simple clin d'oeil ou un véritable indice ? Mais les scénaristes ont décidé d'être extrêmement généreux cette année puisqu'ils nous offrent bien plus que cet accident de voiture en flash, ils nous dévoilent aussi ce genre de cliffhanger qui vous laisse bouché bée un moment : Tom Shayes a été tué. Son corps mort gît dans une vieille poubelle près d'un clochard louche. Avec toute l'ironie qui caractérise la série, dans le présent, Tom est promu par Patty : le cabinet porte leurs deux noms associés. Les images saccadées de la fin de l'épisode et la musique tonitruante m'ont achevé. Le "cling" de l'ascenseur de la saison 1 est déjà loin... Tuer Tom, c'est risqué sans l'être. Le coeur de la série a toujours été le duel Patty/Ellen et il le restera jusqu'à la fin de ses jours. Tom n'est qu'un accessoire parmi tant d'autres, à qui l'on a accordé juste un peu plus d'importance. De plus, il ne meurt que dans six mois. Il sera donc présent toute la saison et avec un aura supplémentaire puisque mort-vivant. C'est malin. Il devrait d'ailleurs lui arriver beaucoup de choses puisqu'il semble vivre, dans le futur, dans un appartement miteux, vide...

   Le bonheur de retrouver tous ces personnages complexes et familiers est au moins aussi fort que de rencontrer les petits nouveaux qui feront cette saison à travers une nouvelle affaire qui s'annonce passionnante et très liée à l'actualité puisque toutes ressemblances avec l'affaire Maddof ne peuvent être fortuites ! Les producteurs ont su attirer à nouveau des acteurs confirmés parmi lesquels Martin Short, jouant un avocat habité que l'on espère aussi bon rival que l'a été Zeljko Ivanek dans la saison 1; Campbell Scott, qui impressionne déjà dans le rôle du fils berné par son père, à moins que...; et Lily Tomlin, qui ne lâche pas son paquet de clopes (sûrement une clause dans ses contrats car elle n'arrêtait pas dans Desperate), qui incarne la femme du grand escroc. A noter aussi la présence de Reiko Aylesworth (24, Lost), discréte pour le moment mais qui devrait se révéler au fur et à mesure. Autant dire que les affrontements entre personnages et entre acteurs s'annoncent intenses ! Chapeau aux scénaristes qui ont su nous présenter cette affaire sans détour, sans tout compliquer inutilement comme ils l'avaient fait en saison 2, et en nous présentant déjà des victimes. Il est très important que l'affaire soit incarnée et pas seulement du coté des accusés. C'est aussi un des reproches que je faisais à l'intrigue de la saison précédente et il semble avoir été rectifié.                

vlcsnap_83431


// Bilan // Damages débute son troisième chapitre à la perfection. Elle réussit à poser les bases de sa nouvelle grande affaire sans être lourde et routinière, elle réussit à proposer un flash forward étonnant et plein de promesses et elle réussit à garder l'intensité de l'affrontement entre Patty et Ellen intact. On ne pouvait rêver mieux !   

23 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 13]

dnes_season4_niptuck_christ

Joel Seabrook // 1 98o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_35362

   Kimber Henry n'a pas toujours été le personnage le plus intéressant de Nip/Tuck mais pour quelqu'un qui ne devait rester qu'un épisode à la base, on peut dire qu'elle a parcouru beaucoup de chemin et a su se faire une place à part dans la série. Nip/Tuck ne serait pas Nip/Tuck sans Kimber. Et Nip/Tuck ne sera plus Nip/Tuck sans Kimber d'ailleurs, si elle est bel et bien morte. Nip/Tuck n'étant pas du genre à faire les choses à moitié, je crois que nous pouvons commencer notre deuil. Rien ne l'empêchera d'apparaître sous forme fantômatique de toute façon. Christian aura le poids de sa mort sur la conscience car il faut bien avouer qu'il est allé trop loin avec elle, une fois de plus, pour la dernière fois. Je ne parle pas seulement de l'orgasme par étranglement qui n'était finalement qu'une broutille à l'échelle de la série, une simple bizarrerie sexuelle de plus, mais plutôt de la façon qu'il a eu de la jeter dans cet état second, après lui avoir tout promis. On a du mal à plaindre Kimber puisqu'elle l'a bien cherché en revenant encore et toujours vers lui mais on lit à travers elle comme un livre ouvert (vu qu'elle a toujours les cuisses écartées, j'admet que ça facilite la tâche) et on a de la peine pour cette femme. Elle ne vit qu'à travers le regard des hommes. Quand plus aucun ne la regarde, elle meurt. C'est d'une logique implacable et ça m'a ému. Kelly Carlson est une bonne actrice, au-delà de son apparence de bimbo (forcée pour incarner ce personnage). Kimber sera donc allé au bout du bout du pathétique, comme Matt en fin de saison dernière, elle peut s'en aller tranquille.

   Pendant que Kimber et Christian se déchirent, Sean semble finalement assez à l'aise dans la trahison qu'il vient de faire subir à son meilleur-ami. Il a sans doute l'impression de prendre sa revanche mais c'est tout le contraire : il est en train de de devenir comme Christian et il n'y a rien qui puisse lui arriver de pire. D'un point de vue professionnel, il était sur le point de faire un grand pas en avant -partir en mission humanitaire- mais il renonce au dernier moment. Je m'y attendais un peu. C'est décevant parce que ça rend son intrigue du jour bien inutile mais là encore, c'est d'une logique implacable.

vlcsnap_43514


// Bilan // FX nous promettait 9 derniers épisodes de Nip/Tuck grandioses. Pour le moment, la promesse est loin d'être tenue. Ce ne sont pas les pires épisodes que Ryan Murphy et son équipe aient enfanté mais ce sont loin d'être les meilleurs...

16 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 12]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Willow Banks // 1 96o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_339074

   Il fut un temps où Nip/Tuck était bonne sur la forme comme dans le fond, malgré quelques ratures. Depuis plusieurs années, elle n'est plus que bonne soit sur le fond soit dans la forme. Les deux sont rarement réunis. Dans cet épisode, c'est le fond qui est intéressant même si le propos n'est pas nouveau et c'est son exécution qui pêche à cause d'un manque de subtilité flagrant et sans doute un manque d'inspiration aussi. Entre le précédent épisode et celui-ci, du temps semble avoir passé mais ce n'est pas explicité. Sean s'est trouvé une jolie villa mais elle est vide, il s'ennuie profondément et ne cesse de faire des bilans de sa misérable vie tandis que Christian a tout sur le papier mais ne semble pas plus heureux. Il se laisse bouffer par le quotidien et se rend compte que sa beauté et sa superficialité ne suffisent plus alors il se détruit. Les deux cas médicaux du jour vont refléter leurs peurs et leurs craintes, comme il est de coutume, mais tout est si translucide et, j'ose le dire, ridicule, que le message ne nous touche pas le moins du monde.

   Ainsi, Sean va s'occuper d'un homme qui est resté 20 ans dans le coma et qui, quand il se réveille, n'a plus le corps de son esprit. Une idée intéressante mais qui ne ménera à rien, si ce n'est pousser Sean à refaire le constat terrible que sa jeunesse est loin derrière lui désormais. Après 25 ans de mariage, il se retrouve un peu comme cet homme : perdu, désemparé et seul. Délaissée par Christian, Kimber va alors se réfugier dans ses bras, ils vont combler leurs solitudes. La même chose était arrivée il y a plusieurs saisons. La série ne change pas, elle revient constamment en arrière et offre à ses personnages l'occasion de refaire les mêmes erreurs all over again. Je ne parlerai pas de la bêtise de Christian qui ne se rend compte de rien, même s'il est bien trop occupé avec son cas à lui, et celui de sa patiente. Celle-ci est une ancienne mannequin qui souffre de sa beauté au point qu'elle veut devenir laide. Il est apparement plus facile de rendre quelqu'un plus beau que de le rendre moche. Le propos a beau être original, il n'est absolument pas crédible. Au-delà de ça, on sait très bien dès le départ comment cela va finir : Christian va coucher avec elle, elle va se faire du mal (en l'occurence elle va foncer dans un mur en voiture) et va regretter son geste car être défigurée, c'est pas facile non plus vis à vis du regard des autres. Elle voulait se fondre dans la masse, elle est devenue un "monstre". L'intrigue défile donc sans surprise, sans ennui non plus, et l'on a du mal à reconnaître le nouveau Christian qui a tout d'un beauf. Il ne se rase plus, ne se coiffe plus, ne se douche même plus, il regarde des matchs de je-ne-sais-quoi avec une bière à la main et une demi-tonne de blanc de poulet grillé. Mouais, pas convaincu. A la fin de l'épisode, il semble décidé à reprendre sa vie en main. Il va effectivement falloir qu'il récupère Kimber ! Au fait, leurs enfants ont disparu ? Et Matt ? Et Julia ? Brrr, pas Julia.

vlcsnap_334327


// Bilan // Un épisode sans saveur, pas très intéressant dans la forme, un peu plus dans le fond, mais qui souffre du même mal que la plupart des précédents : les scénaristes n'ont plus rien à dire sur les deux héros de Nip/Tuck qui ont déjà tout fait, tout vécu et qui, de fait, revivent sans cesse les mêmes choses et refont inéluctablement les mêmes erreurs, avec les mêmes personnes.

   

09 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 11]

19221666_jpg_r_760_x_f_jpg_q_x_20100107_124456

Dan Daly (Season Premiere) // 1 7oo ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_306334

   Si cet épisode emaillé de flashbacks sur les années universitaires de Sean et Christian était survenu plus tôt dans la série, il aurait pu avoir un véritable intérêt. Malheureusement, revenir là-dessus au bout de sept ans alors que l'on sait déjà tout de leur relation dominant/dominé était une très mauvaise idée, qui s'est traduite chez moi par un ennui profond. Jusqu'au bout j'espérais une petite surprise, un truc que l'on ne savait pas déjà, mais rien de rien ! Enfin si, Christian a copié sur Sean à un examen important. Mouais... La façon dont est décrite le Christian de l'époque laisse entendre qu'il ne serait absolument pas compétent dans son boulot puisqu'il passait son temps à niquer toutes les filles du campus et à piquer les notes de son pote. C'est beaucoup trop caricatural pour être crédible. Il n'a pas pu devenir le chirurgien qu'il est devenu sans avoir du talent. Il doit beaucoup à Sean, on l'a bien compris et on insiste lourdement dessus, mais il ne lui doit pas tout ! Pendant que l'on essaye de rendre Christian plus salaud qu'il ne l'est vraiment, on rend Sean toujours plus navrant. Après tant d'années, 25 ans de collaboration quand même, comment peut-on vouloir nous faire croire qu'il n'a pas encore accepté la vraie nature de Christian ? Et comment peut-il le rendre responsable de tous ses maux alors qu'il a toujours fait n'importe quoi, avec ou sans l'influence de son meilleur ami ? On a tellement fait le tour de ces deux personnages qu'ils en deviennent bien plus antipathiques qu'il ne faudrait.

   Le cas médical du jour, inédit, nous présente un homme extrêmement perturbé qui, à cause de la maladie qui le ronge depuis son enfance, ne peut s'empêcher de s'automutiler. Ses doigts, il les a en partie dévorés. Sa bouche n'est qu'un terrain ravagé. C'est assez fort visuellement. A une époque, une telle intrigue aurait pris plus de place et aurait été émouvante. Là, on doit se contenter de bien peu. Son seul intérêt est finalement de montrer à Sean que sa naïveté le perdra. Il veut voir le bon en son prochain mais il se fait constamment blesser. Il s'automutile de l'intérieur et c'est peut-être pire que tout. Tout cela est joliment mis en scène, avec une belle bande-originale, mais l'ennui est là quand même. Et ce n'est pas la présence furtive de Kimber qui réveillera quoi que ce soit. Cette femme peut-être touchante dans un épisode et profondément détestable dans le suivant. Quand on y réfléchit bien, c'est le cas de tous les personnages de la série maintenant...


// Bilan // L'ultime salve d'épisodes de Nip/Tuck commence mal. La délivrance est prévue dans 8 semaines maintenant. Je me demande ce que Ryan Murphy et son équipe nous ont concoctés. En tous cas, ils ont perdu leur précieux temps restant avec cet épisode raté.   

17 décembre 2009

Nip/Tuck [6x 09]

47060008

Benny Nilsson // 1 75o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_86391

   Comment peut-on produire d'aussi bons épisodes que les deux précédents et produire ensuite cette sombre merde ? Je sais bien que les scénaristes principaux changent à chaque épisode mais la différence de niveau n'a jamais été aussi flagrante. Tout -ou presque- était à jeter dans cet épisode et la seule étoile que je lui décerne est pour la prestation des acteurs qui réussissent à rester juste malgré le matériel fourni. Voilà que l'on découvre après six ans passés à ses cotés que Sean a un frère. On en a jamais entendu parler. Pourtant Sean semble très affecté par son retour. Il le croyait mort. Il avait quand même engagé depuis près de trois ans un détective pour le retrouver, sans succès. Brendan, puisque c'est son prénom, a longtemps été addict à la meth mais il promet à son frère qu'il n'y touche plus. Il a besoin de lui pour lui reconstruire son visage, qu'il a ravagé à cause de la drogue. Une opération gratuite bien-sûr qui n'est pas au goût de Christian qui est en plein dans sa crise financière à lui et qui est jaloux comme tout de voir ce frére ré-apparaître car il l'a remplacé, en quelques sortes, dans le coeur de Sean depuis bien longtemps. Il nous dévoile alors un de ses visages les plus honteux. Il va même jusqu'à trahir son grand ami. C'est surprenant quelque part, car jusqu'ici, la seule trahison qu'ils s'autorisaient était au lit, en couchant avec les copines de l'un ou l'autre. Là, Christian va beaucoup plus loin et cela ne sera pas sans répercussions dans les prochains épisodes, j'imagine. Toute cette storyline a été écrite avec les pieds : impossible d'adhérer à cette arrivée soudaine d'un personnage dont on ignorait l'existence, et puis le sujet de l'addiction est traité avec tellement de poncifs que c'en est ridicule, d'autant qu'il a déjà été abordé dans la série plusieurs fois de manière bien plus convaincante.

   L'autre intrigue du jour aurait-elle eu plus d'effet sans le récapitulatif des épisodes précédents qui pointait exactement sur le twist ? Probablement. Mais ça serait resté médiocre, quoi qu'il arrive. Un homme d'affaires suédois vends donc les charmes de son fils afin de se faire un peu d'argent de poche et va même jusqu'à le sodomiser devant une assemblée de pervers afin d'en amasser encore un peu plus. Mais parce qu'il a le souci du détail et qu'il sait exactement ce qui fait bander son public, il demande à Christian Troy de faire en sorte que son fils lui ressemble davantage. Vous avez dit glauque ? Oui. C'est le fond de commerce de la série. Parfois c'est intelligemment utilisé. Là, ça ne comporte aucun autre intérêt que de choquer. Et ça aide Christian à mettre en place sa trahison. Revenir sur les blessures d'enfance de Christian une dernière fois avant la fin de la série, je ne dis pas non. Mais pas comme ça. Ca ne vaut rien.

           vlcsnap_86641


// Bilan // Sans doute l'un des plus mauvais épisodes de Nip/Tuck toutes saisons confondues. C'est paresseux, ennuyeux, pas subtil mais bien joué. Heureusement.

Posté par LullabyBoy à 00:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,