Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
Des News En Séries, Le Blog
5 septembre 2012

Elementary [Pilot]

20192997

Pilot // Diffusion le 27 septembre

44030377

 

What About ?

 Après être tombé en disgrâce à Scotland Yard et passé par la case désintox, le détective Sherlock Holmes doit désormais, sur ordre de son père, être accompagné nuit et jour du Dr Joan Watson, afin qu'il ne commette aucun nouvel écart. Consultant pour la police de New York, il entraîne ainsi la jeune femme dans ses folles enquêtes. Lui, habitué à toujours être la personne la plus intelligente où qu'il se trouve, et elle, humaine et hantée par une erreur qu'elle ne parvient pas à se pardonner, forment un duo complémentaire. Elémentaire ?

Who's Who ?

Drama créé par Robert Doherty (Médium) et produit par Sarah Timberman et Carl Beverly (Unforgettable, A Gifted Man). Réalisé par Michael Cuesta (Homeland, Dexter, Six Feet Under). Avec Jonny Lee Miller (Eli Stone, Dexter, Dossier Smith, Trainspotting), Lucy Liu (Charlie et ses drôles de dames, Ally McBeal, Dirty Sexy Money, SouthLAnd), Aidan Quinn (Légendes d'automne, Prime Suspect, Weeds)...

What's More ?

 Steven Moffat, le créateur du Sherlock anglais, avait été approché par CBS dans un premier temps pour développer une adaptation américaine de la série à succès. Face à son refus, la chaîne n'a pas abandonné l'idée et s'est tournée vers d'autres scénaristes et producteurs pour travailler sur un projet dans la même veine.

Jonny Lee Miller, la star de cette version, et Benedict Cumberbatch, celle de Sherlock, se connaissent très bien et sont même amis. Ils ont tous les deux joué, en alternance, le mythique rôle du professeur Frankenstein sur les planches à Londres sur une mise en scène signée Danny Boyle. 

So What ?

   La polémique entourant Elementary me fatiguait avant même d'avoir commencé et cela fait six mois qu'elle dure, bien que les choses se soient calmées dernièrement, les fervents défenseurs de la série anglaise et admirateurs de Benedict "Bogdanoff" Cumberbatch se retrouvant à court de matière et d'argument. Ridicule, vous avez dit ridicule ? Oui, car le mythique détective n'appartient qu'à une seule personne, Sir Arthur Conan Doyle, et certainement pas à Steven Moffat et à la BBC. L'idée même de placer le personnage dans un contexte moderne n'est tout de même pas révolutionnaire. Il faut avoir l'honnêteté de le reconnaître. Ce qui n'enlève rien aux qualités de Sherlock, apparemment très nombreuses. C'est donc le moment de cette review où je vous avoue que je n'ai pas vu cette version. Je vous donne l'autorisation de m'insulter. Que CBS veuille s'engouffrer dans la brèche, ouverte rappelons par le film de Guy Ritchie et non le show de la BBC, est somme toute assez logique, inévitable même. L'occasion était trop belle. Mais pourquoi tant de haine ? En évitant le petit jeu des comparaisons stériles -que je serais bien incapable d'orchestrer vu mes connaissances sur le sujet- il faut reconnaître que la chaîne américaine a fait les choses bien, très bien même ! Elementary n'est peut-être pas à la hauteur de Sherlock, mais ce pilote est fichtrement réussi quand même !

   En théorie, pourtant, la série avait à peu près tout pour me déplaire, qu'elle soit policière étant son premier crime. Au bout du compte, ce n'est effectivement pas la première enquête de Sherlock que je retiens, même si je me suis facilement pris au jeu, amusé par les facéties et les déductions farfelues mais crédibles qui font tout le charme de ce héros atypique -bien que le dénouement soit un peu facile et certainement peu surprenant pour les habitués du genre- mais plutôt son alchimie d'ores et déjà très forte avec Watson, qui a pris les traits d'une femme pour la première fois. A mon avis, c'est la meilleure idée de cette version, même si elle l'inscrit automatiquement dans une mode actuelle initiée par Brennan et Booth dans Bones, Lisbon et Jane dans Mentalist ou encore Castle et Beckett dans Castle, la série la plus proche d'Elementary des trois citées d'ailleurs puisque l'écrivain partage de nombreux points communs avec Holmes, ce qui ne doit pas être innocent. Le scénariste du pilote s'amuse intelligemment dès la scène d'ouverture avec l'idée que les deux personnages puissent former un couple mais cela ne rassure pas nécessairement sur ses intentions sur le long terme. Quoiqu'en dise Robert Doherty, soit sous la pression des fans, soit sous celle de la chaîne, il sera bien obligé, surtout si la série dure longtemps, d'aborder franchement le sujet tôt ou tard. En attendant, ce n'est pas une tension sexuelle sous-jacente qui rend la fine équipe si agréable à suivre, mais la partie de ping-pong qu'ils entreprennent à coup de répliques assassines et inspirées, cherchant chacun de leur coté à percer le mystère de l'autre car, bien évidemment, ils cachent quelques secrets qui serviront à alimenter en fils rouges la suite de la saison et même de la série. Rien de très original à l'horizon toutefois, on reste dans du convenu. Et si Watson, comme dans toutes les autres versions, avait été un homme ? Eh bien les fans de Sherlock auraient encore davantage crié au scandale et cette énième réappropriation du mythe n'aurait rien apporté de nouveau. On peut regretter la dynamique masculine bien sûr, surtout qu'elle aurait pu s'accompagner d'une ambiguïté intéressante entre les deux enquêteurs, mais on est sur CBS, ça avait donc de toute façon très peu de chance d'arriver... Les prestations de Jonny Lee Miller et Lucy Liu sont en tous points irréprochables, lui ne tombant pas dans la caricature de l'extravagant légèrement hystérique et elle évitant la transparence et la féminité à outrance. Le chef de Sherlock n'apporte en revanche pas grand-chose à l'heure actuelle. De manière générale, il y a trop peu de personnages secondaires. Sur le long terme, pourtant, ils deviendront essentiels pour éviter une certaine monotonie.

   Les héros, déjà attachants et plus complexes que la moyenne, la réalisation, nerveuse et rythmée, et les compositions musicales, utilisant essentiellement des violons, apportent à Elementary un cachet inattendu, qui la font passer de cop-show traditionnel à procedural amusant et singulier. Une entrée en matière solide et prometteuse.

What Chance ?

 A moins d'une surprise incroyable, Elementary devrait être le prochain gros succès de CBS, dans la case où The Mentalist a excellemment perfomé pendant 4 saisons (le jeudi à 22h après Person Of Interest). Et ce n'est pas Scandal ou le magazine d'information de NBC qui vont lui faire peur...

How ? 


Publicité
Publicité
Commentaires
J
Je me suis enfin décidée à regarder le pilot de cette série. Je vais être honnête, si j'ai tardé, c'est que je partais avec beaucoup de réticences, ayant lu de nombreuses nouvelles et histoires de Conan Doyle et vu la série de BBC qui m'avait enchantée.<br /> <br /> <br /> <br /> Mon avis sur ce pilot est assez nuancé. Si on le regarde en se basant sur ce qu’est Sherlock Holmes, cet épisode n'est pas bon. Le personnage ici appelé Holmes ne ressemble en rien à celui inventé par Conan Doyle. En effet, il se dégage en lui une envie de séduire tout en repoussant les gens, ce qui n'ets absolument pas Sherlock Holmes! <br /> <br /> Dans les livres, il est clairement mis en avant son côté égocentrique, ce qui n'est absolument pas retransmis dans ce pilot. Si les films de Guy Ritchie ne respectait pas tout à fait ce caractère (faisant de Holmes, un être comique), ils avaient au moins le mérite de reprendre les bases des livres. Ce qui n'est même pas le cas ici!<br /> <br /> <br /> <br /> Par contre, si on regarde ce pilot sans prendre en compte sa volonté de réadapter ce classique littéraire, je dois admettre qu'il est assez plaisant. La relation Holmes / Watson est fort intéressante, creusée sans être mielleuse. Et les deux personnages pris séparément restent tout aussi intéressants. Il n'était donc pas nécessaire de reprendre le nom de Holmes pour créer cette série (à part faire le buzz). Il aurait très bien pu s'appeler Patrick, ça n'aurait pas changé grand chose. Ah si, Patrick ce n'est pas le nom d'un célèbre Mentaliste de CBS?
E
J'ai adoré Sherlock mais je ne pense pas qu'il faille comparer. Déjà le format est très différent et c'est évident qu'on ne peut pas autant soigner les détails d'une longue série que ceux d'une série à trois épisodes la saison qui s'apparentent à des films.<br /> <br /> <br /> <br /> Bref, j'aime beaucoup ce qu'ils ont fait avec Watson, j'ai beaucoup ri avec la scène de l'opéra... Le seul truc... à quand la série avec Sherlock interprétée par une femme aussi! Ça aurait été rudement intéressant bien que difficile à réaliser vu que la société permet moins d'écart aux femmes qu'aux hommes mmmm...
M
"J'ai regardé et.... impossible de ne pas comparer avec Sherlock!Sherlock est beaucoup plus intelligent, sarcastique..."<br /> <br /> <br /> <br /> Je suis obligé de plussoyer ... J'ai essayé de partir sans préjugé sur le Sherlock à l'américaine mais au final je ne peux que comparer avec l'oeuvre de Moffat. Et justement il ne tient pas la comparaison.<br /> <br /> <br /> <br /> Après si tu as apprécié cette version , les presques-téléfilms de la BBC devraient assure ment te plaire !
L
J'ai regardé et.... impossible de ne pas comparer avec Sherlock!Sherlock est beaucoup plus intelligent, sarcastique...
M
Il va vraiment falloir que tu voies Sherlock :) Sans faire la groupie hystérique, c'est une très bonne série et les acteurs sont vraiment bons.<br /> <br /> <br /> <br /> Je savais que je risquais de râler si je regardais la série, justement par rapport à la qualité de Sherlock, mais si le pilote t'a plu, je devrais réussir à la regarder sans trop de préjugés.
Des News En Séries, Le Blog
Publicité
Visiteurs
Depuis la création 2 495 886
Derniers commentaires
Archives
Publicité