22 mai 2012

Smash [Saison 1]

 vlcsnap_2012_05_20_19h17m08s73

Saison  1 // 6 730 000 tlsp. en moyenne

44030377


vlcsnap_2012_05_20_19h27m31s158 vlcsnap_2012_05_20_19h33m26s127

   Si j'ai bien compris, il est de bon ton de dire beaucoup de mal de Smash après en avoir dit beaucoup de bien. Me voilà sacrément embêté : j'avais adoré le pilote (la preuve), dois-je dire que la suite m'a déçu et, qu'en fait, Smash est une mauvaise série ? Désolé, mais ça ne va pas être possible ! Je peux reconnaître à la limite que la série musicale n'est pas la perfection incarnée et qu'elle n'a pas atteint la grandeur espérée mais qu'elle est mauvaise, qu'elle s'est vautrée dans la fange, qu'elle ne méritait même pas une saison 2, certainement pas ! Je crois que ce que la plupart des téléspectateurs ont découvert avec horreur en cours de route, c'est que Smash est un soap opera déguisé en série "quali". Ou une série "quali" qui utilise les ressorts dramatiques classiques du soap opera : rencontre - amour - sexe - trahison - vengeance. Sauf que ce serait très injuste de la réduire à cela...

vlcsnap_2012_05_19_15h12m51s98 vlcsnap_2012_05_20_19h34m16s108

   La qualité première de cette saison inaugurale, et qui est à mon sens la plus importante et le plus gros défi auquel elle était confrontée aussi, c'est celle d'avoir réussi à nous montrer les différentes étapes de la préparation d'une nouvelle comédie musicale de Broadway avec panache, fluidité et ce qui ressemble à de l'authenticité. C'est un gage de qualité que la créatrice et showrunner Theresa Rebeck ne pouvait qu'apporter vu son expérience dans le milieu. Je crois que de ce point de vue-là, Smash a fait un sans faute : des phases de casting aux premières répétitions, en passant par les problèmes de financement,  les conflits d'ordre artistique, les previews et tellement plus encore, on a été immergé en coulisses aux coté de tous ces gens talentueux, producteurs, compositeur, parolier, metteur en scène, chorégraphe, acteurs, chanteurs, danseurs, techniciens (bon ok, eux se sont faits plus discrets)... On a vécu leurs galères, leurs crises de foi et leurs joies de l'intérieur. Ca, c'était absolument passionnant, instructif et réjouissant ! Les réunions de crise par exemple étaient de super moments, de même que la complicité indéfectible entre Julia et Tom. L'entrée en scène d'une "movie star" incarnée par Uma Thurman (excellente mais vraiment pas faite pour interpréter Marilyn) a permis de bousculer le désordre déjà bien établi au cours des derniers épisodes avec brio. Rebecca Duvall ne correspondait pas exactement au cliché de la diva auquel on pouvait s'attendre. Une bonne surprise, donc. Sa sortie, très discréte, était toutefois nécessaire pour avancer. Elle n'était qu'une distraction, un obstacle, avant de passer aux choses sérieuses et relancer la rivalité entre nos deux héroïnes, Karen et Ivy, après quelques moments de complicité certes très amusants, comme la nuit alcoolisée sur Time Square, mais forcément passagers. 

   Etes-vous plutôt Team Karen ou Team Ivy ? Les fans se sont divisés en deux camps et j'ai choisi pour ma part celui de la blonde pulpeuse, à la base parce qu'elle me semblait être l'incarnation de Marilyn la plus fidèle, ensuite parce que c'est celle dont le parcours m'a le plus touché. Sans compter mon penchant naturel pour les garces. Et clairement, elle en est une belle, surtout dans les deux derniers épisodes ! Mais ce n'est pas la bitch que l'on adore détester, c'est la bitch qui fait un peu pitié dans le fond et que l'on a envie de réconforter quand les lumières s'éteignent. On oublie souvent qu'on ne naît jamais vraiment bitch mais qu'on le devient. Et c'est sa transformation à laquelle on assiste. A force de se prendre des claques dans la tronche et de toutes parts (sa mère, Derek...) elle réplique. Elle n'est pourtant pas à l'aise avec ses choix et plonge peu à peu dans la solitude et une détresse infinie. Son acte désespéré dans le final la rapproche forcément de Marilyn. Il arrive parfois qu'un acteur finisse par mélanger sa propre vie et son rôle, surtout quand il s'agit d'un torturé, ici d'un mythe. Ivy illustre parfaitement cette dérive, cet abandon de soi-même. J'essaye de vous convaincre, en gros, qu'elle est mille fois plus complexe et donc intéressante que cette chère innocente et douce Karen, qui n'a finalement pas vécu grand chose, qui a eu beaucoup de chance même si tout le monde n'a pas été tendre avec elle, même si tout n'a pas été simple, et qui termine la saison en gagnante, par K.O. Attention, je ne la déteste pas ! Elle a également su me toucher régulièrement. Mais j'ai du mal à comprendre comment le public peut être à ce point hypnotisé à chacun de ses passages sur scène (d'autant que Katherine McPhee a beau être extrêmement douée, c'est dans le domaine de la pop qu'elle est le plus à l'aise). Je comprends davantage la fascination qu'elle peut excercer sur Derek, d'autant que, contrairement à Ivy, elle a toujours refusé jusqu'ici de s'offrir à lui. Si elle avait accepté ses avances dès les premiers instants, il ne brûlerait plus de désir pour elle depuis longtemps... 

vlcsnap_2012_05_20_19h29m50s15 vlcsnap_2012_05_20_19h35m50s27

   Si Karen et Ivy ont été très présentes pour des raisons évidentes tout au long de la saison, plusieurs personnages de cette large distribution ont su tirer leur épingle du jeu, à commencer par Derek. Tout était fait pour qu'on le déteste, cet homme-là, et pourtant, on s'est attaché à lui. Je ne peux pas dire que je l'adore et son comportement a souvent laissé à désirer mais on ne peut qu'admirer, au bout du compte, toute l'étendue de son talent. Il est odieux, comme les plus grands génies. On lui fait confiance. Ellis, c'est un peu tout l'inverse. Il n'a pas de talent artistique particulier à notre connaissance mais il est un manipulateur hors-pair ! C'est ça son talent finalement, ainsi que celui de jouer avec nos nerfs. Bien des complications ont eu lieu à cause ou grâce à lui. Il est un moteur scénaristique indéniable et je vois mal les auteurs s'en passer en saison 2. Ce qui serait super, par contre, c'est de ne plus le limiter à ses sales coups et de nous le montrer sous un jour différent car il ne peut pas être que le Diable. Eileen, de son coté, est un excellent personnage qui a connu une belle évolution au fur et à mesure mais que l'on aimerait plus souvent voir taper du poing sur la table, autrement qu'avec son ex-mari. Elle a eu quelques coups de sang mais ce n'est pas encore assez à mon goût. Trop souvent, on nous l'a montré avec son petit ami un peu voyou sur les bords, comme une gamine de 12 ans fascinée par le danger. Je trouve que c'est réducteur pour le personnage et réducteur aussi pour Anjelica Huston qui a plus à offrir, assurément. Toujours est-il que dès qu'elle entre en scène, elle dégage un charisme énorme et plus rien d'autre n'existe qu'elle.

   Et il me faut maintenant entrer dans le vif de la polémique : y'a-t-il eu trop d'histoires de coeur développées dans la première saison de Smash, au détriment d'intrigues plus importantes touchant à la comédie musicale en elle-même ? Il est vrai que les rapports humains dans la série ont trop souvent été réduits à des rapports amoureux et/ou sexuels, amicaux de temps en temps, mais pas bien plus. Karen et Dev ont systématiquement gâché l'ambiance avec leurs scènes répétitives et leurs dialogues identiques épisode après épisode. Mais ça, franchement, on le sentait venir dès le pilote et ça n'a pas raté. Entre Julia et son mari, et le fameux Michael Swift qui était à frapper par moment, il y avait un peu plus de place pour la nuance. C'était un peu ennuyeux parfois, on tournait trop en rond, mais il en est toujours ressorti de belles émotions, notamment avec le fils, Leo. Il n'a pas été atteint de la malédiction habituelle de l'ado insupportable et tête à claque, fils de l'héroïne. Debra Messing, de son coté, a été géniale. Comme prévu. Les affaires sentimentales de Tom ont été largement traitées mais pas avec le soin que j'attendais. Le personnage ne m'a pas inspiré beaucoup de sympathie. Il a traité John comme une merde, et son histoire avec Sam est mignonnette mais elle ne fait chavirer personne, il me semble. Peut-être parce qu'il n'y a pas d'alchimie particulière entre les acteurs. En revanche, la relation entre Ivy et Derek était passionnante à suivre, faite d'allers et de retours incessants mais pas lassants. Là, il y a une alchimie. Là, il se passe définitivement quelque chose de puissant. Les choses se sont un peu gâtées sur la fin, soyons francs. Faire coucher Ivy avec Dev était too much et faisait, pour le coup, soap opera un peu bas de gamme. Au final cette dimension de la série ne m'a pas dérangé, au contraire. Mais elle aurait pu être mieux maîtrisée et se faire plus subtile parfois.

vlcsnap_2012_05_20_19h26m39s151 vlcsnap_2012_05_20_19h36m20s71

   Last but not least, du coté des morceaux et des chorégraphies, on peut dire que l'équipe a réalisé un travail tout à fait incroyable. Bombshell, la comédie musicale, a pris vie sous nos yeux et dans nos oreilles de la plus belle manière qui soit. Qui ne s'est pas surpris à fredonner Let Me Be Your Star pendant sa journée de travail ? Qui ne s'est pas repassé certaines scènes comme le fameux Twentieth Century Fox Mambo ? Et qui n'a pas été ébahi devant le Smash façon Bollywood, qui était totalement gratuit, c'est vrai, mais carrément grandiose ?! Je prie pour que Bombshell voit vraiment le jour à Broadway à terme. Ce serait dommage que tout le travail fourni se limite à la série. Ce qui a davantage laissé à désirer, c'est cette régle d'une chanson contemporaine et populaire par épisode. Les choix n'étaient pas toujours judicieux, les interprétations rarement à la hauteur des versions originales et les prétextes la plupart du temps complètement bidons ! Mais pour des raisons purement marketing et en sachant que Glee est passée par là, je comprends tout à fait la manoeuvre. J'espère cependant qu'elle sera moins systématique en saison 2, d'autant que Smash n'a pas affolé les charts digitaux. Question de public...

vlcsnap_2012_05_20_19h22m57s234 vlcsnap_2012_05_20_19h30m41s6


// Bilan // Réussite musicale et visuelle totale, Smash a quelques progrès à faire du coté de ses scénarios, trop souvent centrés sur des affaires de coeur banales. Tout est réuni pourtant, des personnages à leur interprètes, pour en faire une très grande série. En se débarrassant de la créatrice et en faisant appel à l'ancien showrunner de Gossip Girl, NBC n'envoie-t-elle cependant pas le mauvais message au public pour la saison 2 ? Il semblerait bien que les problèmes ne font que commencer... Si Smash parvient à rester bien meilleure que Glee, ce sera toutefois déjà une satisfaction. Et elle a une très confortable avance !

Posté par LullabyBoy à 12:14 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


21 mai 2012

Private Practice [5x 18 > 5x 22]

dnes_season4_private_miniba

6 880 000 tlsp. en moyenne

44030376_bis


vlcsnap_2012_04_26_22h29m41s214 vlcsnap_2012_04_26_22h30m58s221

   On ne regarde jamais une série à laquelle on tient de la même façon quand on la sait condamnée. J'ai suivi cette 5ème saison de Private Practice avec beaucoup d'intérêt, car elle était vraiment bonne, mais avec aussi un peu de distance, en me persuadant qu'il s'agissait probablement des derniers épisodes. Il vaut mieux prévoir le coup quand on sent la tempête arriver. Cela évite les déceptions au final, puis on la laisse partir avec plus de sérénité. Shonda a eu foi en ABC et a choisi de ne pas terminer la saison sur une "vraie" fin mais sur un cliffhanger, relativement léger, certes, mais un cliffhanger quand même. Et elle a eu raison : les négociations ont abouti et Private Practice reviendra cet automne pour une 6ème et ultime saison de 13 épisodes. Un luxe que l'on aurait aimé que Brothers & Sisters obtienne l'année dernière... Je ne suis pas certain que la série médicale en avait véritablement besoin, dans le sens où tous les personnages semblent être arrivés là où ils devaient arriver. Mais je fais confiance aux scénaristes pour nous dénicher deux-trois rebondissements de dernière minute qui retarderont le happy end. Evitez juste de rendre un des héros malade, ou d'en tuer un dans un quelconque accident. Il leur ait déjà arrivé bien assez de tragédies ! En fait, j'ai beaucoup de mal à imaginer à quoi ces derniers épisodes vont ressembler car Private sans grands drames, ce n'est pas vraiment Private...

    Un des axes inévitables de la saison sera le choix d'Addison, encore un : Jake ou Sam ? Sam ou Jake ? Qui regarde la série depuis ses débuts aura forcément plus tendance à pencher pour Sam. Les auteurs ont su on ne sait comment, à mi-parcours, nous faire croire en son histoire avec Addison, alors que celle avec Naomi -qui ne sera pas apparu de toute la saison- se détériorait affreusement au point de nous indifférer complètement. Aujourd'hui, Addison et Sam, c'est comme une évidence, malgré les récentes complications. Et Jake ? Impossible de le détester, impossible de lui souhaiter de finir seul et malheureux, mais impossible -à mon sens- d'espérer qu'il "obtienne" notre héroïne. C'est un peu moche de la transformer en trophée d'ailleurs, d'autant que la rivalité entre les deux hommes -pour le moment en tout cas- n'est ni amusante ni prenante. C'est un peu maigre, comme cliffhanger de fin de saison. La demande en mariage vient faire monter un peu plus la pression. Mais pour des raisons que j'ignore, je n'ai pas envie qu'Addison se (re)marie. Qu'elle ait autant de bébés qu'elle veut ! Mais un nouveau mariage, bof... J'aime bien la Addison maman. Elle a atteint son but, j'allais dire ultime. C'est aussi pour ça que la saison 6 ne me parait pas nécessaire. Mais j'ai été un peu déçu de l'épisode où elle le devient. Il manquait d'émotion, bizarrement. Peut-être parce que ce qui se passait à coté était plus fort. Peut-être parce qu'Amelia a quelque peu gâché la fête -la pauvre- ou peut-être parce que les scénaristes nous ont fait trop attendre et sont allés trop vite dans la dernière ligne droite, sans nous laisser le temps de réaliser. 

vlcsnap_2012_04_21_00h18m58s48 vlcsnap_2012_05_13_02h46m13s246

   Après une première année discréte au sein de la série, la saison 5 a été la saison d'Amelia. Clairement, l'intrigue sur son addiction était une très belle réussite, bouleversante. Celle de sa grossesse en fin de saison semblait too much, ce qui ne m'a pas empêché de me laisser emporter parfois. L'accouchement, très douloureux, puis la vision de ce petit être sans cerveau, trituré par tous ces médecins, éventré même, étaient choquants. L'amitié qui unit tous les personnages était extrêmement bien mise en valeur. Sheldon a pu briller un peu, après une absence mal gérée, qui débouchera peut-être sur une intrigue la saison prochaine. C'est l'impression que j'ai en tout cas. Il serait temps qu'il en ait une en tout cas. Et c'est le moment ou jamais qui plus est ! Amelia n'est quand même pas un personnage facile à aimer. Même si l'on comprend sa souffrance, il est difficile d'accepter qu'elle réagisse de la sorte face à son entourage, face à Addison notamment. C'était un challenge de ne pas la rendre détestable. Les auteurs s'en sont bien tiré, Caterina Scorsone aussi, même si sur la fin, on lui aurait de toute manière forcément pardonné. Heureusement que Jake avait un rôle actif auprès d'Amelia, sinon sa présence au sein de la série aurait été un peu difficile à justifier. 

   Pour Violet et Pete, même constant que lors de ma précédente review : les scénaristes prennent grand soin de rendre leur histoire crédible, et elle l'est, mais on s'ennuie quand même ferme dès qu'ils entrent en scène. Les quelques passages en thérapie de couple auraient pu être intéressantes mais elles ont tourné court à cause de Pete. Dans le genre "personnage difficile à aimer", il se pose là. Sa froideur met systématiquement une distance avec le téléspectateur qu'il est impossible d'ignorer. Je redoute un peu la saison 6 aussi pour ça : que dire de plus, bon sang ? J'ai la même inquiétude par rapport à Coop et Charlotte. Je trouve que la position dans laquelle  ils se trouvent aujourd'hui, c'est-à-dire dans celle d'une famille en souffrance mais qui se construit peu à peu via l'intégration de Mason, est belle, et parfaite. Il n'y a rien de plus à dire à mon sens. Il ne faut plus y toucher. Mais il ne va pas rien leur arriver pendant 13 épisodes. Et des intrigues anecdotiques ne nous conviendraient pas non plus. Donc que vont-ils faire ? J'ai un peu peur. Une chose est sûre : Amelia a peut-être énormément participé à rendre cette saison forte et émouvante, mais c'est Mason, Erica, Cooper et Charlotte qui l'ont rendu mémorable ! La mort d'Erica est une des choses les plus tristes que j'ai pu voir à la télévision ces dernières années. 

vlcsnap_2012_05_13_02h15m27s214 vlcsnap_2012_05_18_16h38m07s22


// Bilan // Ces derniers épisodes de Private Practice n'étaient pas à la hauteur des précédents, en particulier le final, un peu léger, mais ils n'entâchent pas pour autant une saison 5 qui a été extrêmement forte et éprouvante, pour les personnages comme pour les télespectateurs. La nécessité d'une dernère saison reste à prouver mais on l'aura quoiqu'il en soit donc essayons de nous en réjouir !

20 mai 2012

Grey's Anatomy [8x 23 & 8x 24]

dnes_season4_ga_meredith_mi

Migration // Flight (Season Finale)

 9 820 000 tlsp. // 11 440 000 tlsp.

44030377 // 44030376_bis


 vlcsnap_2012_05_19_01h10m44s155

vlcsnap_2012_05_19_17h04m12s79 vlcsnap_2012_05_19_17h05m58s116

   Le vent tourne. Je le sens qui tourne. Je savais déjà que depuis deux voire trois saisons, depuis le fantôme de Denny, depuis le départ d'Izzie, ceux qui croyaient encore en Grey's Anatomy étaient de moins en moins nombreux. Et c'est quelque chose qui m'a toujours attristé car, sans me forcer, sans chercher à me persuader, j'ai continué à l'aimer encore très fort, cette série, sachant reconnaître certaines de ses faiblesses dont sa perte globale d'efficacité. Entre temps, il y a eu le final de la saison 6, époustouflant, choquant, inoubliable, qui a réconcilié tout le monde au moins pendant deux heures et un été. Mais ce dont je suis certain aujourd'hui, c'est qu'après le final de cette saison 8, beaucoup d'autres fans vont lui tourner le dos à leur tour. Le débat fait rage. Les insultes à l'encontre de Shonda Rhimes, la créatrice de la série et scénariste de cet épisode, fusent. Pour plusieurs raisons différentes. Certaines étant parfaitement justifiées, ou en tout cas compréhensibles, et d'autres... imméritées, voire idiotes. Et moi, je ne sais pas très bien où me placer dans tout ça. Pour sûr, ce final ne m'a pas scotché comme je l'aurais souhaité. Il ne m'a pas non plus ému comme je me devais de l'être vu les circonstances. Il ne m'a pas déplu pour autant. Il m'a surtout frustré. Mais la frustration, à la fin d'une saison, c'est un signe positif. Cela signifie que l'on reviendra, au moins pour le prochain Season Premiere. N'est-ce pas le but premier après tout ?

   Fallait-il se lancer dans une nouvelle intrigue catastrophe après toutes celles qui ont frappé le "Seattle Grace Mercy Death", comme dirait Cristina ? J'ai bien peur que non. Grâce aux études de nos héros qui s'achèvent et grâce aux potentiels départs de plusieurs d'entre eux, il y avait largement de quoi faire un final puissant et jouant à fond la carte du suspense, de la nostalgie et de l'émotion. Ce crash d'avion ne pouvait pas rivaliser avec la fusillade de toute façon. Ce n'était même pas la peine d'essayer. On était déçu avant même de l'avoir vu. Bien sûr, il y a une explication "technique" derrière cela : Shonda Rhimes ne sachant toujours pas au moment de l'écriture de cet épisode puis du tournage quels acteurs historiques allaient renouveler leurs contrats, il lui fallait proposer une fin suffisamment "ouverte" pour permettre un ou plusieurs départs au début de la saison 9. Et, clairement, utiliser une tragédie de ce type était la solution la plus facile. Elle s'est donnée du mal pour rendre la situation crédible -à ce titre, merci à Cristina d'être partie sur le thème "nous sommes tous maudits" car c'est évidemment ce à quoi on a tous pensé en découvrant l'étendu des dégâts- mais c'était perdu d'avance. J'ai quand même trouvé très pertinents les parallèles entre les scènes au Seattle Grace, souvent joyeuses et pleine de légéreté, et celles sur les lieux de l'accident, terrifiantes et desespérées. Entendre Callie faire passer des messages d'espoir alors que l'amour de sa vie était sur le point de perdre la vie, ça procurait de sacrés princements au coeur. Voir Richard fiers de ses élèves, prêts à les célébrer comme il se doit, bouclant une boucle tracée depuis le pilote, c'était aussi très dur rétrospectivement. Le message de Karev laissé sur le répondeur d'Arizona aurait pu m'attendrir  également, mais j'étais trop énervé qu'il n'ait pas fait parti du voyage pour ça. Et puis Bailey était en mode romance, comme dans l'épisode précédent et ceux d'avant, et même si c'était mignon, on avait vraiment pas envie de s'appesantir là-dessus. 

vlcsnap_2012_05_19_17h08m12s178 vlcsnap_2012_05_19_17h08m05s112

    Qui suit un tant soit peu l'actualité des séries ne pouvait ignorer que ce final allait comporter une mort importante. Les bandes-annonces de l'épisode insistaient bien là-dessus, comme il est de coutume dans ces cas-là. L'annonce du renouvellement des contrats des six acteurs principaux s'est faite à quelques jours seulement de la diffusion. Les possibilités sur l'identité de la victime en étaient donc grandement réduites. Je misais du coup tout sur Lexie ou Mark. Je ne croyais pas tellement à la mort d'Arizona. D'un point de vue purement scénaristique, elle aurait eu beaucoup moins de répercussions que celle de "Little Grey" ou de "McSteamy" sur les autres personnages. Et c'est la soeur de Meredith qui a donc été tuée, comme ça, au bout de 15 minutes d'épisode, à un moment où l'on ne s'y attendait pas. Dans un final comme celui-ci -et on en a l'habitude maintenant- les morts ne meurent qu'à la toute fin. Cependant, ce choix plutôt audacieux ne s'est pas révélé payant : au lieu de rendre la scène encore plus puissante car surprenante et soudaine, il l'a rendu expéditive, comme si Lexie n'avait finalement pas grande importance. Les derniers mots de Mark étaient évidemment bouleversants mais pris dans la panique et coincés entre deux scènes à mi-chemin entre cette forêt et le Seattle Grace, ils n'ont pas eu la force escomptée. Et je crois que c'est cela, plus que la mort en elle-même du personnage, qui fait rager un certain nombre de fans. Et il vaut mieux d'ailleurs car il se trouve que c'est Chyler Leigh, l'interpréte de Lexie, qui a demandé à quitter la série. Certes, Shonda aurait pu ne pas la tuer, juste la faire quitter Seattle, mais vu la situation de son histoire avec Mark, cela aurait été incompréhensible et encore plus rageant. Sans compter qu'Izzie nous a déjà fait le coup ! J'ai encore du mal à réaliser que "Little Grey" est morte. Elle a été peu présente cette saison -sûrement à la demande de l'actrice- mais on était quand même très attaché à elle. On espérait encore plein de scènes de complicité avec Meredith. On ne se souvient même pas de la dernière, tant elle remonte dans le temps. Et puis Meredith, pauvre Meredith... elle qui était devenue enfin si heureuse... On savait bien que ça n'allait pas durer mais lui faire un coup pareil ! Je vais peut-être en faire hurler certains mais j'espère que Mark, qui est dans un sale état, succombera à ses blessures dans le premier épisode de la saison 9. En fait, je ne vois pas le personnage se remettre d'une telle épreuve. Et j'aime assez l'idée qu'il la rejoigne. Le mythe du couple maudit, tout ça... J'aurais quand même préféré que ce soit Meredith et Derek qui écopent de cette fin-là.

   Un autre départ a secoué cet épisode et celui-ci était encore plus inattendu mais moins douloureux bien qu'émouvant d'une autre manière. La saison 9 se fera donc sans Teddy également. Ce qui a une certaine logique : depuis la mort d'Henry, les auteurs n'avaient vraisemblablement plus grand chose à dire sur elle -je suis pourtant sûr qu'il y avait de quoi faire- et, surtout, le seul moyen de faire rester Cristina au Seattle Grace vu l'état actuel des choses, c'est en lui proposant le poste de Teddy ! Je suis très triste à l'idée de ne plus voir Kim Raver dans la série. Je serai aux anges si ses nouvelles aventures faisaient l'objet d'un spin-off. Mais j'ai bien conscience que ça n'arrivera certainement pas. Il aurait fallu le faire tout de suite. Dans un an, ce sera trop tard. Une série médicale au sein d'une entité militaire, même si ça a déjà été fait (China Beach et plus récemment Combat Hospital). Teddy aura en tout cas partagé une dernière scène avec Owen très réussie. Enfin dernière... je suppose qu'elle ne va pas quitter l'hôpital comme ça, sans dire au revoir à Cristina et aux autres. Je me rends compte que je n'ai pas tellement parlé de ce qui se passait au coeur de l'action, dans la forêt, sûrement parce que ça se passe de commentaires : c'est efficace, c'est "Greysien" à plusieurs niveaux (l'obsession de Yang pour sa chaussure, le fou rire d'Arizona...), c'est atroce pour les yeux à la vue de certaines blessures et c'est totalement épuisant au final, éprouvant... mais habituel. C'est ça le pire : Grey's Anatomy nous a habitués à "ça".

vlcsnap_2012_05_19_17h05m39s181 vlcsnap_2012_05_19_17h05m37s164


// Bilan // Il y a eu toutes sortes de Season Finales au cours des sept saisons précédentes de Grey's Anatomy : celui qui n'en était pas un (saison 1), celui qui était riche en émotion et qui a marqué les esprits (saison 2), celui qui laissait sur une grosse surprise (saison 3, l'annonce de l'existence de Lexie), ceux où il ne se passait pas grand chose (saison 4 et saison 7), celui qui nous laissait sur un suspense insoutenable (saison 5, la possible mort d'Izzie) et celui qui était simplement un chef d'oeuvre (saison 6, la fusillade). Celui qui était à la fois trop ambitieux, trop classique et trop facile, vraiment "trop" trop quoi, c'est celui de la saison 8. Il conclut sur une pointe d'amertume une salve d'épisode qui a pourtant été globalement bonne, surtout après tant d'années. Toutefois, nul ne peut ignorer, pas même moi, que les plus belles années de Grey's Anatomy sont derrière elles et qu'il faudra savoir, dans une saison ou deux, fermer les portes du Seattle Grace pour de bon.

19 mai 2012

Once Upon A Time [1x 22]

vlcsnap_2012_05_18_19h32m10s239

A Land Without Magic (Season Finale) // 9 660 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_05_18_19h39m17s155 vlcsnap_2012_05_18_19h38m14s38

   Ce final de Once Upon A Time correspond, à peu de choses près, exactement à ce que j'attendais. Le souffle épique qui avait repris de plus belle la semaine dernière s'est littéralement embrasé au cours de cette dernière heure. Le combat entre le dragon aka Maléfique et Emma était impressionnant (bravo les effets-spéciaux), mais pas seulement : il était lourd de sens et extrêmement touchant aussi puisqu'il mettait en parallèle le courage et la force de Charming à celui de sa fille, face à la même bête et en utilisant la même arme. C'est en même temps un grand soulagement pour nous de découvrir une Emma qui croit enfin et qui se bat pour sauver son fils. Il en aura fallu du temps : une saison. Le parallèle de cet épisode, plus pertinent que jamais, se poursuit lorsque le baiser d'Emma sur le front d'Henry le réveille, tout comme celui de Charming avait réveillé Snow White lors de la scène inaugurale de la série. La boucle est bouclée, en quelque sorte. Mais tout ne fait que commencer ! La fin aurait été parfaite à mon sens avec une scène supplémentaire, repoussée à la saison prochaine du coup mais que j'attends de découvrir avec impatience : celle où Emma réalisera que ses parents sont bien "David" et "Mary Margaret". Je ne m'attends pas nécessairement à de grandes effusions de joie mais à quelque chose qui ne peut qu'être bouleversant, surtout avec une actrice comme Ginnifer Goodwin dans l'équation. A ce propos, Jennifer Morrison, comme dans l'épisode précédent, m'a impressionné ! Elle était enfin à la hauteur de Lana Parilla dans les scènes opposant Emma à Regina. Preuve qu'il lui fallait juste le bon matériau.

   Je ne peux m'empêcher, vous me connaissez, de faire des parallèles avec Lost, tant les créateurs fonctionnent ici de la même façon que lorsqu'ils la co-écrivaient. A ce titre, les sortes de "flash-sideways" qui secouent Emma lorsqu'elle comprend ne pouvaient que rappeler le grand final de la série culte. Le parcours de l'héroïne est d'ailleurs assez semblable à celui de Jack, sauf que Jack a mis 6 bonnes saisons avant d'accepter sa destinée. C'est justement ce qui est génial avec ce final, c'est qu'il ose faire avancer les choses. Il nous dirige vers une saison 2 qui sera forcément très différente maintenant que la magie a envahi Storybrooke. Et il semblerait, au vu du sourire final de Regina ou de l'inquiétude de Henry, que ce qui se prépare est bien pire que la malédiction initiale. Mr Gold va-t-il prendre la place du grand méchant de la série, après avoir été si ambigü ? Regina et Emma vont-elles marcher main dans la main pour le bien être d'Henry et de la communauté ? Regina ne peut pas ne devenir qu'une paria dans la ville. Tout le monde lui en voudra, bien entendu, mais elle a certainement encore des cartes à abattre, surtout avec la magie qu'elle va pouvoir de nouveau exploiter. La petite intervention de Jefferson était encore une fois très appréciable. On rêverait que le personnage devienne régulier la saison prochaine, mais je ne suis pas certain que les engagements de Sebastian Stan ailleurs puissent le lui permettre. D'un autre coté, il est peut-être préférable qu'il reste un personnage qui apparaît et disparait selon les besoins, tant que son histoire est approfondi un jour ou l'autre... Dans les spéculations, on peut sans mal imaginer que les premiers flashbacks à FairyTale Land de la saison seront consacrés à la reconquête du trône par Snow White et Charming. Ce n'est pas nécessairement ce qui m'excite le plus...

vlcsnap_2012_05_18_19h35m39s22 vlcsnap_2012_05_18_19h37m02s82

   Pour en revenir à ce dernier épisode, je crois que je n'ai pas assez insisté sur son aspect émotionnel fort. Regina aussi, face à un Henry presque mort, a su se montrer poignante. On n'a jamais vraiment douté de son amour pour lui cela dit. Mais c'est toujours bien de le rappeler tant ses actions tendent parfois à prouver le contraire. Les retrouvailles de Belle et Rumplestiltskin étaient touchante aussi, et je me dis que maintenant que le pilote d'Emilie de Ravin n'a pas été pris par ABC (Americana) elle pourrait devenir régulière la saison prochaine. Une héroïne supplémentaire ne ferait pas de mal, même si ce dont la série a le plus besoin actuellement c'est d'hommes forts, capables de tenir tête à Gold et qui soient un peu moins gentils et mous que Charming et les quelques autres princes que l'on a rencontrés au cours de la saison. Ou que ce pauvre August qui, redevenu Pinocchio et dépourvu de mystère, risque de ne plus être une pièce maîtresse du récit. Quoique. Vous voyez, je ne peux pas m'empêcher de spéculer sur la saison prochaine plutôt que de commenter véritablement cet épisode. C'est sans doute la preuve qu'il a réussi sa mission de nous donner envie de revenir ! 

vlcsnap_2012_05_18_19h37m35s157 vlcsnap_2012_05_18_19h40m08s148


// Bilan // La saison inagurale de Once Upon A Time a été un grand plaisir à suivre, malgré quelques épisodes trop faciles et quelques personnages de contes de fées qui méritaient mieux que ce que les auteurs leur ont offert (je pense notamment à Cendrillon). N'oublions pas que le pari initial de la série était très risqué. On peut dire sans mal que l'équipe s'en est très bien sortie, et avec un budget fort limité. Ce final, réussi, relance la machine avec encore plus de force que ce que j'avais imaginé. Sans être un chef d'oeuvre, Once Upon A Time s'est d'ores et déjà forgée une place importante à la télévision. Pourvu qu'elle la garde encore un moment. En cela, la saison 2 n'a pas intérêt à décevoir...

18 mai 2012

Tueurs En Séries [Spéciale Desperate Housewives]

120518174833437

Au sommaire : Tout sur les renouvellements et les annulations de la saison - La première bande-annonce de la nouvelle production de J.J. Abrams, "Revolution" - Bientôt le retour de "Rookie Blue" - Des guests et des départs dans "Glee" - La Bande-Annonce de la saison 2 de "Suits" - Nos adieux aux "Desperate Housewives"


Veep [Pilot]

20060884

Fundraiser (Pilot) // 1 380 000 tlsp.

44030376


What About ?

La sénatrice Selina Meyer devient la vice-présidente des Etats-Unis. Elle découvre alors que ce métier est très loin de ce qu'elle avait imaginé. Ses déboires sont prétexte à une satire politique...

Who's Who ?

Créée par Armando Iannucci (In The Loop, The Thick Of It). Avec Julia Louis-Dreyfus (Seinfeld, Old Christine), Anna Chlumsky (My Girl), Tony Hale (Arrested Development), Reid Scott (My Boys, The Big C)...

So What ?

  Ces derniers temps, je me suis souvent demandé ce qui passait par la tête des pontes de HBO à refuser quasi-systématiquement tous les pilotes qu'ils commandaient. Bien entendu, un pitch intéressant, un bon casting et des  producteurs qui ont déjà fait leurs preuves n'assurent pas obligatoirement la réussite et l'aboutissement d'un projet. Mais tout de même. A ce petit jeu-là, on a eu The Wonderful Maladys, 12 Miles Of Bad Road, The Miraculous Year, All Signs Of Death et plus récemment Tilda, Spring-Fall et surtout The Corrections qui ont été snobés par la chaîne, malgré des auspices plus qu'attrayants et prometteurs. On ne verra jamais ces pilotes, certains étaient peut-être très mauvais. Mais là où je veux en venir -parce que je sens bien que je tarde un peu trop- c'est que je ne comprends pas bien comment Veep a pu arriver à l'antenne. Enfin j'exagère un peu. Si, je comprends. D'autant que je n'ai pas trouvé ce pilote mauvais à proprement parler. Disons simplement qu'elle n'apporte rien de nouveau. Games Of Thrones offre une alternative intéressante. Treme aussi dans un autre genre. Et ça vaut pour à peu près toutes les séries de la chaîne, qu'on les aime ou pas. C'est encore plus vrai pour l'autre nouveauté qui accompagne Veep, Girls, qui est un vrai petit bijou comme on en attendait plus. Bored To Death avait un truc aussi coté comédie. Même Hung ou Eastbound & Bound. Bref, la liste est longue. Mais Veep, sérieusement ?

   On pourrait d'abord rétorquer que Veep a un atout de taille : Julia Louis-Dreyfus. C'est vrai, mais c'est un peu faux aussi. Je l'aime bien la bougresse. Je n'ai pas vu grand chose de Seinfeld à mon grand désarroi (j'ai les DVD mais pas le temps de les regarder) mais il me semble bien qu'elle y était excellente. Et le rôle de sa vie restera toujours celui d'Elaine de toute façon. Elle m'a bien fait marrer aussi quand elle est apparue en guest dans Arrested Development. C'était quelque chose ! A partir de Old Christine, ça se gâte un peu. C'est super que HBO lui fasse confiance mais ne méritait-elle pas une meilleure série que celle-ci ? D'après le pilote, son personnage est tout sauf attachant. Il n'est pas particulièrement agaçant non plus. Il laisse indifférent. Gênant pour une héroïne. Et il ne fait pas beaucoup rire. Encore plus gênant pour une comédie. Quel autre atout possède Veep alors ? Ses acteurs secondaires peut-être. Tony Hale était excellent dans Arrested Development lui aussi. Tiens, on y revient. Il se débrouille bien ici aussi, à première vue. Reid Scott ? Un peu de tendresse à son égard, uniquement parce qu'il a joué dans The Big C et que The Big C est une série importante pour moi. En plus, il a dans Veep un rôle très différent et même prometteur. Et puis il y a Anna Chlumsky et je crois qu'en souvenir de My Girl, un film culte de mon enfance, je serais prêt à regarder toute la saison rien que pour elle. Son personnage est sans conteste le meilleur, le seul qui soit attachant d'ailleurs. Et puis l'actrice n'a jusqu'ici jamais eu la carrière qu'elle méritait. Il est temps que la roue tourne ! Bravo aux producteurs de lui avoir donné sa chance et merci HBO de ne pas les en avoir empêchés. Un autre atout particulier sinon ? Non, je n'en vois pas vraiment.

   Veep est présentée comme une satire politique mais ce que j'ai vu, moi, c'est une simple suite de gags, rarement brillants, parfois vulgaires, souvent ratés. Le problème de Selina Meyer n'est pas qu'elle n'est pas compétente mais juste qu'elle est bien trop égocentrique pour s'autoriser à l'être. Son problème aussi c'est qu'elle n'est pas la Présidente mais la Vice-Présidente et que son champ d'action est donc plus limité. Elle est un peu notre François Fillon en fin de compte. Elle est là mais on se demande bien à quoi elle peut servir ! Et elle aussi visiblement. Comment la série peut-elle tenir sur la longueur dans ces circonstances ? Je l'ignore mais je crois que je ne serai pas là pour le savoir. Je préfère largement revoir Parks And Reacreation (et rattraper la saison 4) qui, sur un thème proche, s'en sort bien mieux et avec plein de fous rires à la clé ! Sur ce coup-là, HBO aurait pu s'abstenir. 

How ?

17 mai 2012

The Vampire Diaries [3x 22]

 vampire_diaries_season_3

The Departed (Season Finale) // 2 530 000 tlsp.

 44030376


vlcsnap_2012_05_12_00h19m27s59 vlcsnap_2012_05_12_00h19m58s108

   Ce final très décousu de Vampire Diaries m'a laissé une impression franchement bizarre, tout comme la saison dans son ensemble, qui avait bien commencé avant de perdre pied. Je ne peux pas dire que j'ai détesté The Departed, puisque j'ai pris un certain plaisir à le suivre, mais je ne cautionne pas la plupart des rebondissements et les nouvelles directions qu'ils engendrent pour plusieurs personnages. La saison 3 n'a pas été celle d'Elena. Elle est toujours au coeur de toutes les intrigues mais elle n'a plus le même capital sympathie. C'est en quelque sorte le syndrôme Joey Potter, mais en partant du principe qu'Elena est à la base beaucoup moins attachante et intéressante que l'héroïne de Dawson (et que Nina Dobrev n'est pas Katie Holmes). Elle ne sait pas ce qu'elle veut et surtout qui elle veut. Son choix aura fait l'objet de tout l'épisode -et ce n'était vraiment pas malin de miser autant là-dessus- et ce n'est pas vers Damon qu'il s'est porté, ce que pourtant 90% des téléspectateurs espéraient (enfin je suppute). Les auteurs n'ont aucunement l'obligation de satisfaire les fans, c'est même souvent nécessaire d'aller à contre-courant pour maintenir le suspense et entretenir le désir, mais, au terme de trois saisons, il me semble que le moment était naturellement arrivé de la voir gémir de plaisir dans les bras du plus cynique des vampires.

   Retrospectivement, l'idée de montrer l'Elena d'avant l'accident qui a coûté la vie à ses parents et d'avant la rencontre avec les Salvatore qui a bouleversé son existence était pertinente au regard du cliffhanger, puisque rien ne sera plus jamais comme avant, à nouveau. Mais ce n'est pas ce qu'on attendait d'un final, surtout dans une série qui mise surtout sur l'action. La seule action qu'on nous sert était ridicule au possible (et même pas sauvée par la bande-son) : qu'est-ce que c'est que ces êtres humains qui peuvent rester si longtemps sous apnée, sans paniquer, en réussissant même à communiquer facilement les uns avec les autres ? même le "I Love You" lu sur les lèvres du père d'Elena n'était pas émouvant. Les flashbacks de manière générale brassaient du vent; découvrir en chair et en os le couple Gilbert aurait pu avoir le coup si des figurants n'avaient pas été engagés pour les incarner. Ils pourront toujours les recaster le moment venu au pire -car je suis certain que l'on en restera pas là- même si ça fait un peu désordre. Tante Jenna a fait sa petite apparition qui ne servait vraiment à rien (comme c'est étonnant) et puis il y a eu cette "révélation" pourrie sur le fait que ce n'est pas Stefan qu'Elena a rencontré en premier en réalité mais Damon (qui a effacé sa mémoire). Quel est le but de la manoeuvre ? Rendre leur future union encore plus légitime. Elle n'avait pas besoin de ça. Montrer à quel point Damon, au fond, est un gars bien ? On le savait aussi.  Sauf que ça ne tenait pas debout. Le Damon que l'on a découvert au début de la série n'avait rien à voir avec celui du flashback. A part ça, le court moment road trip avec les deux frères était très fun. J'ai quand même hâte de découvrir jusqu'à quel point la nouvelle Elena va venir bousculer la dynamique actuelle du triangle amoureux. Il y a de bonnes choses à faire. Et puis j'imagine que sa transition va se passer de manière beaucoup plus compliquée que celle de Caroline... 

vlcsnap_2012_05_12_00h10m04s63 vlcsnap_2012_05_12_00h11m11s215

   Il se passe quand même deux ou trois autres trucs en parallèle, comme le retour d'Elijah, qui a été plus qu'anecdotique à mon grand désarroi. Vu la déception qu'a été Klaus tout au long de la saison, j'espère qu'il relévera le niveau la saison prochaine. Il a toujours eu beaucoup de potentiel sans qu'il soit jamais exploité. Rebekah n'a pas été très présente non plus. Partie remise ? Je la vois bien former un super duo de copines avec Elena la vampire ! Il y a du chemin à parcourir avant d'en arriver là, je l'admets volontiers, mais pourquoi pas à terme ? (un duo Elena-Caroline est plus vraisemblable et même évident, mais imaginer un duo Elena/Katherine aussi !) En plus, il va y avoir une place à prendre dans son coeur puisque Bonnie se transforme en Evil Willow. Venons-en donc sans transition à ce qui m'a le moins plu dans cet épisode, en dehors de la mort d'Alaric assez brouillonne et pas très touchante (il a été tué si souvent il faut dire...) : le retour de l'invincible Klaus dans le corps de... Tyler ! Pouvait-il trouver pire hôte ? Oui ! Matt ! Mais bon, quand même. Joseph Morgan n'était déjà pas super convaincant en grand méchant (mais reconnaissons une amélioration de son jeu au fil du temps) alors Michael Trevino... ça promet ! Caroline est la seule qui est parvenue à m'émouvoir, et ce n'était pourtant pas gagné puisqu'on l'a très peu vu avec Tyler au bout du compte. Soit il n'était pas là, soit ils s'engueulaient... S'attacher à un couple qui n'existait que virtuellement, c'est pas supet évident. Mais ils l'on fait, plus ou moins. 

vlcsnap_2012_05_12_00h12m10s44 vlcsnap_2012_05_12_00h37m37s205 


// Bilan // Vampire Diaries avait réussi on ne sait comment à échapper à la malédiction de la saison 2. Elle n'a pas su en faire de même avec la suivante, même s'il y a eu de bons épisodes en cours de route, d'excellents cliffhangers, des répliques de Damon toujours aussi drôles et brillantes et quelques beaux moments d'émotion. La gestion très douteuse du casting, les intrigues systématiquement avortées à peine lancées, la lassitude provoquée par le triangle amoureux et l'absence de direction claire pour les Originals sont autant de défauts qui ont empêché cette salve d'épisodes de nous embarquer avec autant d'efficacité que les précédentes. Si bien que  la saison 4 est attendue au tournant : soit la spirale infernale continue et le public déserte peu à peu, précipitant sa fin; soit les auteurs se reprennent et relancent la machine pour quelques années supplémentaires. La révélation finale de cet épisode pourrait bien faire pencher la balance du bon coté mais restons prudents, une tragédie est vite arrivée à Mystic Falls ! 

15 mai 2012

Desperate Housewives [8x 22 & 8x 23 - Series Finale]

desperate_housewives_cast_desperate_housewives_791679_1280_960

Give Me The Blame // Finishing The Hat (Series Finale)

11 100 000 tlsp.

 44030376


 vlcsnap_2012_05_15_01h03m56s144 vlcsnap_2012_05_15_00h32m04s224

   Je me souviens parfaitement de la première saison de Desperate Housewives. Comme si c'était hier. 2003... Huit ans pourtant. Déjà. Je me rappelle que je la regardais avec ma colocataire de fac, chaque semaine, religieusement. C'était notre rendez-vous à nous. On se tapait souvent des fous rires devant et on écrasait quelques larmes parfois. C'est une des premières séries que j'ai suivi sur internet -illégalement bien sûr- en direct des Etats-Unis. Quelle excitation c'était ! Quelle mine d'or pour les sériephiles ! C'était comme trouver un trésor mais sans bouger de son canapé, juste en téléchargeant un logiciel et en attendant patiemment, voire très patiemment, que les épisodes se chargent. C'était bien avant Hadopi. Voyez comme les temps changent ! C'est la première série que j'ai regardé sans sous-titres aussi et, mine de rien, elle m'a fait drôlement progresser en anglais et très vite. Je leur dois au moins ça, aux ménagères d'ABC.

   A l'époque, le superbe générique de la série passait en entier. Une tradition qui s'est malheureusement perdue par la suite, pour toutes les séries des grands networks du moins. Je pensais qu'on aurait l'occasion de le revoir une dernière fois lors de ce Series Finale. Mais non. Le premier faux pas d'une liste conséquente car, il ne fallait pas se leurrer, Desperate ne pouvait pas s'achever sur un "grand" épisode, hilarant, surprenant, bouleversant... Non, Desperate, dans la dernière ligne droite, est restée fidèle à ce qu'elle est devenue au fil des ans : routinière, consensuelle, terriblement paresseuse, prisonnière de ses personnages... mais efficace. Son format, son style, ses répliques et sa légèreté l'ont toujours sauvée, même dans les pires moments. C'est pour ça que je n'ai jamais pu me résoudre à la quitter avant l'heure, et c'est pour tous ses défauts que je la laisse s'en aller aujourd'hui avec joie. Voilà une série qui a bien vécu, trop même, mais peu importe. Je vais tenter, à ma manière, de la célébrer une dernière fois. 

vlcsnap_2012_05_15_00h13m46s254 vlcsnap_2012_05_15_00h14m10s236

   Le premier épisode -car ce "final de deux heures" n'est finalement que les deux derniers épisodes mis bout à bout- se propose de résoudre l'affaire du meurtre d'Alejandro, ou devrais-je dire, se propose de s'en débarrasser. Comme tout mystère de la saison qui se respecte, il aura été traité avec plus ou moins de pertinence selon les épisodes. Le retour d'Orson, dont il n'est nullement fait mention ici, a permis quelques rebondissements bienvenus en cours de route mais, dans l'ensemble, à force de vouloir forcer le trait de la comédie et pas assez celui du dramatique, à force de vouloir creuser le thème de la culpabilité -ou l'absence totale de culpabilité concernant Gaby- sans en brasser d'autres, c'est une impression de superficialité qui a dominé du début à la fin. Et le dénouement devant le juge et les jurés n'arrange rien ! J'avais prédis il y a quelques épisodes (lors du 18) que Karen, à l'article de la mort, allait fièrement porter le chapeau et ainsi sauver ses amis ("A moins que Karen n'abatte sa carte "petite confession avant mon dernier souffle" ?"). C'était la solution de facilité qui permettait d'offrir à tout le monde un "happy end". Je ne sais pas ce que le fait d'avoir anticipé cette idée veut dire sur moi ? Que je ne connais que trop bien les entourloupes prévisibles des auteurs de Desperate ou que j'aurais fait un bon scénariste de la série ? Je préférerais m'en tenir à la première solution, la seconde est un peu vexante dans le fond. 

   Tout dans le traitement du procès de Bree aura été peu inspiré, ridicule par moment, et aucune intensité particulière n'aura été ressentie malgré les enjeux (d'ailleurs, ses enfants n'ont même pas daigner y assister, ils devaient se douter comme nous qu'elle ne risquait rien !). Les auteurs sont passés à coté de quelque chose. Ce n'est certainement pas de cette dernière intrigue dont on se souviendra en repensant à la série. Dommage. Elle avait tant de potentiel lorsqu'elle nous a été dévoilée dans le dernier épisode de la saison 7 ! Ils auraient pu faire quelque chose de tellement plus fort et marquant... Il faut dire que tout a été parasité sur la fin par l'avocat de Bree, amusant, certes, très bien incarné par Scott Bakula, aussi, aidé par une belle alchimie avec Marcia Cross, mais impossible d'ignorer l'impression qu'il a été intégré au récit au dernier moment pour permettre à Bree de finir la série avec quelqu'un de bien et pas un psychopathe cette fois. Je pense que j'aurais préféré qu'elle termine seule, histoire d'atténuer un peu l'effet "tout est bien qui finit bien pour tout le monde" (et j'aurais adoré la suivre en politique, pourquoi ne pas l'avoir fait plus tôt ?!). On a connu la série à ses débuts beaucoup plus douce-amère. Il manquait clairement à cette fin un événement tragique. La mort de Mrs McCluskey était évidemment poignante et elle a offert de très beaux moments, de bien belles scènes, illustrant parfaitement le lien unique entre ces voisines devenues les meilleures amies du monde au fil des années, mais était-ce suffisant ? Le montage parallèle entre la naissance du bébé de Julie et son doux basculement vers l'au-delà était extrêmement convenu. C'est ça finalement qui est le plus difficile à avaler : le début de Desperate était fascinant, osé, alors que la fin est déconcertante de facilité. 

vlcsnap_2012_05_15_00h21m53s1 vlcsnap_2012_05_15_00h52m21s99

   On peut dire sans mal que l'on doit le meilleur de ce final à Lynette et Tom, le couple phare de la série, les inséparables, les indestructibles. Ils formeront d'ailleurs éternellement l'un des plus beaux couples de la télévision.  Je ne suis pas fan des "Happy end" comme vous l'aurez peut-être compris mais, les concernant, c'était simplement impossible de ne pas le leur offrir. Le dialogue entre Tom et Roy était très facile, sur le thème "dire aux gens qu'on les aime tant qu'il est encore temps", mais émouvant et tellement vrai... La dernière scène du premier épisode, au beau milieu de Wisteria Lane, avec le coeur "gros comme ça", qui aurait pu sortir d'une mauvaise comédie romantique était pourtant parfaite et a permis d'alléger notre petit coeur à nous qui commençait à se faire lourd. Etait-il nécessaire de la ternir quelques instants à l'épisode suivant ? Sans doute, pour rappeler que la vie ne s'arrête pas après la fin du film. Que les difficultés restent, à mesure que la vie passe. C'était la moindre des choses. Les Scavo représentent le couple simple, normal, auquel tout le monde peut s'identifier. Ce n'est pas le couple Hollywoodien fantasmé. C'est pour ça qu'on le aime tant. A l'inverse, Carlos et Gaby correspondent à un certain cliché qui nous a fait longtemps rire, beaucoup moins depuis plusieurs saisons tant tout était redevenu redondant, des disputes aux réconciliations, des aveux de faiblesse aux promesses d'amélioration jamais tenues, mais leur fin à eux, sans surprise, leur va bien. Si ce n'est que Carlos a visiblement vite abandonné l'idée de se rapprocher du petit peuple en se prélassant avec sa femme dans sa grande villa, mais qui a cru de toute façon que sa lubie du moment allait s'inscire dans la durée ? Et puis c'est Gaby qui a toujours commandé, de toute façon... 

   Peu de véritables retours dans ce final, mais notons quand même l'inutilité de Katherine, présente dans deux ou trois scènes seulement. On a beaucoup de mal à reconnaître la femme que l'on avait vu partir à Paris, heureuse. Elle n'est plus lesbienne et donc plus avec Robin. Mais elle a réussi en affaires ! On ne peut pas tout avoir, n'est-ce pas ? Surtout quand on est un personnage secondaire arrivé en cours de route. J'ai l'impression que les auteurs ont renié la dernière intrigue amoureuse de Katherine, qui n'était pourtant pas mauvaise et qui avait eu le mérite de nous surprendre un peu. Regrettable. Elle se contente de faire sa bitch via deux-trois répliques, comme si elle avait soudainement fusionné avec la grande absente Edie (et on sait pourquoi...). Non, ce n'était pas Katherine. De son coté, Renee prenait presque presque trop de place avec la préparation de son mariage à la noix, dont on se contrefiche. Eva Longoria et Vanessa Williams ont ainsi pu cabotiner une dernière fois tandis que Susan était étrangement rare, comme si Marc Cherry avait voulu punir Teri Hatcher pour son comportement tout au long de la série (vous connaissez ces histoires, je ne vais pas vous faire un résumé...). D'ailleurs, heureusement que Mike a été tué quelques temps plus tôt, un quatrième happy end amoureux aurait vraiment été de trop ! Elle n'y perd pas au change, en plus. C'est la dernière housewife que l'on voit juste avant Mary Alice après tout. C'est elle que les fantômes du passé entourent (remarquez qu'il manque Felicia, ce qui tend à confirmer qu'elle n'est pas morte dans son accident de voiture). Jolie dernière scène d'ailleurs, les dix dernières minutes sont assez réussies. Dommage que tout ce qui précéde soit sans saveur, hormis quelques scènes dont le toast de Lynette au mariage. A mi-chemin du final, on a même l'impression d'être devant un épisode classique. C'est fâcheux quand même.

vlcsnap_2012_05_15_00h25m11s194 vlcsnap_2012_05_15_00h22m47s37

    Les clins d'oeil au pilote (la jardinière des Solis, les rôles qui s'inversent, Lynette à qui l'on offre enfin le droit d'être mère ET épouse ET femme d'affaires...) sont assez peu nombreux, mais suffisent à amener un vent de nostalgie. L'apparition Hitcockienne (mais tout de même moins discrète) de Marc Cherry fait sourire. De même que le cycle éternel du mystère, puisqu'un nouveau est introduit via une nouvelle voisine comme d'habitude (dommage qu'ils n'aient pas choisi une actrice plus connue, enfin connue tout court, histoire de marquer le coup) et les auteurs n'auront pas besoin de se casser la tête -ou pas- pour le résoudre celui-là. Si c'est ça la fameuse idée que le créateur avait depuis le début de la série pour la terminer, c'est quand même pas révolutionnaire. On l'aurait tous eu, non ? En tout cas, à Wisteria Lane, la vie continue, avec ou sans nos héroïnes. C'est d'ailleurs presque triste de se dire que leurs chemins ne se croiseront plus si souvent, ce n'est pas forcément la morale de l'histoire que l'on attendait. Mais ainsi va la vie. La série a perdu de sa splendeur avec les années, refusant l'évolution de son format et surtout de ses personnages, refusant on ne sait pourquoi d'embrasser à nouveau une noirceur qui était pourtant à la base de son identité et qui la rendait si spéciale, mais elle restera l'une des séries les plus marquantes des années 2000, servie par des actrices formidables. C'est incontestable. La perdre, comme Lost, c'est dire adieu à un âge d'or des séries. Dans un ou deux ans ce sera au tour de Grey's Anatomy, dont on attend une fin plus riche, et puis après ? 

vlcsnap_2012_05_15_00h21m11s100 vlcsnap_2012_05_15_00h29m37s33


// Bilan // Ce n'est pas tant le contenu de ce tout dernier épisode de Desperate Housewives qui m'a touché et ému, car malheureusement le miracle n'a pas eu lieu, mais la simple idée de perdre l'habitude de découvrir un nouvel épisode chaque lundi, un rituel auquel je m'étais habitué depuis 8 ans. Même quand les épisodes n'étaient pas bons, j'avais envie de voir le suivant. Et ça vaut aussi pour les saisons d'ailleurs. Preuve que la série a su garder une partie de son efficacité initiale jusqu'au bout. Il n'y en a pas beaucoup des comme ça. Vraiment pas beaucoup. "One Of A Kind". Et il est temps pour moi de faire la paix avec Marc Cherry. Je lui souhaite bon vent dans ses nouveaux projets, en espérant qu'il ne cherche pas à clôner à l'infini les Wives mais qu'il invente autre chose. Au revoir, ladies. Et merci pour tout (même toi, Teri Hatcher !).

 vlcsnap_2012_05_15_01h04m11s36

Toujours la grande classe, Marc Cherry.


// Bonus // Quelques scènes qui sont, pour moi, les plus marquantes de la série et que je n'oublierai pas de sitôt...


Lorsque Susan court après Mike au beau milieu de Wisteria Lane, en robe de mariée...

Lorsque Lynette est coincée dans le supermarché avec cette folle furieuse de Nora et qu'elle se fait tirer dessus !

Lorsque Bree abandonne son fils au bord de la route...


Lorsque Lynette et Tom se séparent, un dialogue mémorable...

Lorsque les housewives rendent un dernier hommage à Edie et les derniers mots prononcés par cette derrière, qui restent gravés dans mon esprit...

13 mai 2012

Coming Next [And The Winners Are...]

dnesseason4nextminiban

 

Le drama la plus attendu de la saison par les lecteurs de Des News En Séries est :


75151525

666 PARK AVENUE (ABC)

(48%)

 Créé par David Wilcox (Fringe).
Réalisé par Alex Graves (Terra Nova).


Un jeune couple tout juste débarqué du Midwest emmènage dans une résidence new yorkaise très chic de l'Upper East Side dont ils deviennent les gérants. Ce qu'ils ignorent, c'est que tous les habitants ont signé un pacte avec le Diable afin que leurs plus profonds désirs soient assouvis et que leur plus grandes ambitions se réalisent...


Avec Terry O'Quinn (Lost), Vanessa Williams (Ugly Betty, Desperate Housewives),Dave Annable (Brothers & Sisters), Rachael Taylor (Grey's Anatomy, Charlie's Angels), Mercedes Masöhn (The Finder), Robert Buckley (Les Frères Scott, Lipstick Jungle)...

NB: Vous avez eu le nez creux (et c'est un plébiscite en plus), le pilote a été commandé en série vendredi dernier. La série figurera donc dans la grille de la chaîne à l'automne ou à la mi-saison.

____________

THE SELECTION - CW (16%)

REVOLUTION - NBC (13%)

THE FOLLOWING (aka MASTERMIND) - FOX (11%)

THE AMERICANS - FX (10%)

ELEMENTARY - CBS (0,5%)

 ____________

 

La comédie la plus attendue de la saison par les lecteurs de Des News En Séries est :


75054452

PARTNERS (CBS)

(39%)

Créé par David Kohan et Max Mutchnick (Will & Grace).


Partenaires en affaires et amis de longue date, Charlie et Louis - l'un est gay et l'autre hétéro - sont engagés chacun de leur côté dans une relation de couple sérieuse. Soit quatre personnes impliquées dans trois relations...

Avec David Krumholtz (Numb3rs), Michael Urie (Ugly Betty), Sophia Bush (Les Frères Scott), Brandon Routh (Chuck, Superman Returns), Elizabeth RegenLucy Davis (The Office), Molly Shannon...

NB: Elle aussi a été commandée, par chance.

____________

FRIDAY NIGHT DINNER - NBC (29%)

THE GOODWIN GAMES - FOX (19%)

PRAIRIE DOGS - ABC (13%)

__________

Merci à tous de votre participation et je vous félicite pour vos choix ! Je n'aurais pas forcément fait les mêmes mais ceux-ci ne me font pas honte pour autant. Rendez-vous l'année prochaine, peut-être, pour une nouvelle édition du Coming Next. Et rendez-vous assurément à la rentrée pour découvrir ensemble ces deux nouveautés, et toutes les autres !

Posté par LullabyBoy à 21:00 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Once Upon A Time [1x 20 & 1x 21]

vlcsnap_2011_11_01_14h34m00s37

The Stranger // An Apple Red As Blood

9 200 000 tlsp. // 8 950 000 tlsp.

44030377


vlcsnap_2012_05_09_01h33m46s211 vlcsnap_2012_05_09_01h31m57s143

   Grâce à vous, chers lecteurs, j'ai su avant même d'avoir vu l'épisode révélant la véritable identité d'August que je m'étais trompé dans ma théorie. Damn You ! Il n'est pas du tout Henry vieux, qui aurait voyagé dans le temps je ne sais comment. Je prends un moment quand même pour vous dire que ce n'était pas si idiot et farfelu. Quoi ?J'y tiens moi à cette idée ! Heureusement, la vérité ne me déplait pas. Qui est-il alors ? Un personnage de conte de fées auquel je n'aurais probablement jamais pensé alors que, pourtant, plein d'indices étaient sous notre nez depuis le début (la jambe défaillante, la maitrise de l'art du mensonge...). Preuve que les auteurs se sont extrêmement bien débrouillés sur ce coup-là et sans tricher. Pinocchio ! Je n'avais repéré aucune bosse suspecte sur le monsieur, il faut dire, à quelque endroit que ce soit. On ne saura probablement jamais ce qui s'allonge chez lui mais il fait assurément une jolie poupée. Je me demande quand même comment on peut passer de petit rouquin à grand brun ténébreux. De la magie sans doute. Rien d'anormal ici donc. Je sais que je suis indulgent en général au sujet des effets spéciaux de la série -en partie parce que j'adopte tout simplement une attitude réaliste- mais j'espère que vous serez d'accord avec moi sur ce coup-là : les passages sur l'eau, lors de la tempête, étaient fort réussis ! Ça se voyait parfaitement qu'on était en studio bien sûr mais la réalisation était épique et le petit personnage animé bien fichu. Globalement, l'histoire de Pinocchio, connectée à celles de Gepetto et Jiminy, a été bien traitée et tout nous a été expliqué, sans laisser aucune zone d'ombre. On ne peut être plus satisfait par rapport aux réponses que l'on attendait. La seule chose qui m'a chagriné, c'est la fin, expédiée. August abandonne trop facilement Emma. 

   Tout ce qui touche à la quête d'August, à son émotion lorsqu'il retrouve son père (la scène finale est simplement superbe), à sa force de caractère malgré la souffrance pour mener à bien sa mission face à une Emma limite débile sur les bords, était vraiment prenant et fort. Même dans les épisodes les plus réussis ces derniers temps, la série manquait peut-être de cette force justement, de ce souffle épique. Il fait bon l'embrasser à nouveau à l'approche de la conclusion de la saison. Il fait bon sentir la menace concrètement et autrement que par Regina. Même si Emma était à frapper par moment, mais vraiment, et surtout lorsqu'elle décide de partir de la ville avec Henry sous le bras, j'ai trouvé la prestation de Jennifer Morrison remarquable. C'est sans doute la première fois qu'on lui donne véritablement l'occasion de s'appuyer sur une vaste palette d'émotions. La Emma amorphe, la Emma cynique, la Emma bonhomme, on a assez donné ! Au milieu de tout ça, la nouvelle tentative désespérée de Regina pour faire souffrir Mary Margaret -en essayant de lui piquer David- n'était pas des plus subtiles. 

vlcsnap_2012_05_09_01h33m12s118 vlcsnap_2012_05_09_01h38m06s244

   Malgré un déroulement quelque peu prévisible par moment, le pénultième épisode de la 1ère saison de Once Upon A Time parvient à faire monter la pression bien comme il faut et nous offre la promesse d'un grand épisode final. Espérons qu'il soit justement moins prévisible. Une chose est sûre : Emma, après avoir longuement nié l'évidence, va devoir se faire une raison : les contes de fées existent, elle en est issue et c'est elle et uniquement elle qui peut sauver les habitants de Storybrooke. Il n'y avait que Henry lui-même qui pouvait la convaincre de toute façon. Il aura passé la saison à essayer et la dernière carte qu'il a abattu sera forcément la bonne. On ne croit pas une seule seconde qu'il puisse périr évidemment, et je préfère ne pas m'autoriser à le croire de toute façon pour ne pas être déçu, mais le sacrifice est puissant. Il ne peut qu'en découler des événements encore plus forts. An Apple Red As Blood permet de revenir peu à peu au moment où l'histoire de la série a commencé, après que Snow White ait mangé la fameuse pomme empoisonnée. C'était très excitant de voir tous ces personnages joindre leur force pour sauver Charming (d'autant que la bande son était exceptionnelle à ce moment-là). Sur le principe du moins. Car, cette fois, les scénaristes ont vu trop grand. La mise en images n'était pas à la hauteur et ne pouvait pas l'être en fait. Toutes ces fées qui jettent une pauvre poignée ou deux de poudre magique, c'était un peu ridicule. Rien d'impressionnant visuellement donc, mais du divertissement de qualité quand même.

   On ne s'ennuie jamais à Fairytale Land. A Storybrooke, ça arrive plus souvent mais pas cette fois. La petite combine de Regina avec le Chapelier Fou Jefferson était un peu trop bancale à mon goût et semblait n'être qu'un prétexte pour faire revenir ce personnage, il est vrai, très intéressant et même fascinant. Et puis il y a encore tant de choses à expliquer le concernant que c'est un peu frustrant qu'il ne soit ici qu'un simple accessoire. Mettre de la magie dans un monde qui n'est pas censé en avoir, c'est aussi un moyen un peu facile de débloquer une situation impossible. Mais y'avait-il vraiment un autre échappatoire crédible ? L'excellente trouvaille, prévue depuis le départ je suppose cela dit, c'est que la mort d'Emma entraînerait automatiquement la fin de la malédiction. Non parce que c'est bien de chercher à expliquer pourquoi Regina ne se contente pas de tuer sa pire ennemie. Après tout, ce ne sont pas des choses qui sont censées l'arrêter ! Et maintenant ? Vivement le final ! 

vlcsnap_2012_05_09_01h34m30s138 vlcsnap_2012_05_09_01h34m50s83

 


// Bilan // Dans le premier épisode, Once Upon A Time se surpasse visuellement tandis que dans le second, elle montre à nouveau ses limites. Mais, dans les deux cas et c'est ça le plus important a fond, elle fait preuve d'une grande maîtrise scénaristique, à peine gâchée de temps à autres par quelques facilités. Cette fin de saison est solide, intense et émouvante. Il ne reste plus qu'au final de confirmer...