21 avril 2010

Breaking Bad [3x 03]

dnes_season4_bb_walter_mini

I.F.T. // 1 33o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_225837 vlcsnap_238554

   L’épisode précédent m’avait déçu, j’ai retrouvé dans cet épisode tout ce que j’aime dans Breaking Bad : cette suite de scènes fortes, tendues comme des strings, ces fulgurances de mise en scène, cette violence, cette émotion… J’aurais pu me plaindre du peu de temps d’antenne dont a encore bénéficié Jesse mais je ne le ferais pas car j’ai trouvé chaque seconde de ses apparitions nécessaires et douloureuses. Il a beau avoir pris sa revanche envers ses parents, il est maintenant seul dans sa grande maison à pleurer la perte de l’être-aimé. Il ne sait que faire. Il tourne en rond et il écoute inlassablement le message de répondeur de Jane jusqu’à ce qu’il s’efface et le libère quelque part de l’emprise qu’elle avait encore sur lui au-delà de la mort. Il peut désormais revenir à ses bonnes vieilles habitudes, encouragé par Saul. On attend fébrilement que Walter le rejoigne. Et tout rentrera dans l’ordre.

   Si les affrontements entre Walter et Skyler commençaient à me lasser, ils ont pris une toute autre envergure dans cet épisode, nous offrant des scènes incroyables de tension poussées à leur paroxysme. Je ne peux pas ne pas évoquer le passage d’une dizaine de minutes à la mise en scène brillante, où Walter, contre le gré de Skyler, reprend ses quartiers dans la maison familiale. Plutôt que de souligner le jeu parfait de Bryan Cranston, bien qu’on ne s’en lasse pas, je tirerais mon chapeau à Anna Gunn qui lui tient tête admirablement. La peur de Skyler était palpable, son désarroi aussi. Comprenant que sa stratégie ne fonctionne plus, elle en change et nous surprend tous je crois en couchant avec son patron. Cela la démangeait depuis longtemps, et lui aussi. Mais se servir de cela pour pousser Walter dans ses derniers retranchements était juste l’idée la plus intelligente qui soit. Cette femme est loin d’être idiote. Je n’en ai jamais douté mais je tenais à le dire quand même.

   La drogue peine à retrouver une place au sein de la série mais les scénaristes égrènent les pierres en attendant de se lancer dans la construction de l’édifice. La scène introductive de l’épisode était d’une violence rare et revenait sur les circonstances qui ont amené de bien malfaisants personnages à fixer la tête du mafieux Tortuga sur une tortue ! Souvenez-vous qu’elle a explosé la saison dernière, nous laissant avec un Hank traumatisé. C’est sur cela que l’on revient surtout car Hank ne va visiblement pas mieux. Il aura lui-même un accès de violence choquant dans un bar, manquant de tuer ses adversaires. Pendant ce temps-là, les choses s’éclaircissent autour des compères bottés, qui sont en fait les cousins de Tuco (aurais-je dû le comprendre plus tôt ?), et sur l’implication de Gustavo dans l’affaire. Pour le moment, il protège Heisenberg dont il attend encore quelque chose. Mais pour combien de temps ? Pas sûr que les cousins soient très patients…

vlcsnap_243843 vlcsnap_235401


// Bilan // J’ai le sentiment que des trois premiers épisodes de la saison 3 de Breaking Bad, c’est ce dernier qui ressemble le plus à la série que j’aime tant. Les intéractions entre les personnages sont plus nombreuses et plus fortes, l’émotion déborde et tout semble se remettre en marche de tous les cotés. Et puis le réalisateur n’a pas paressé ! De magnifiques plans à nouveau, de belles couleurs. Breaking Bad c’est aussi un plaisir esthétique de tous les instants.


20 avril 2010

Glee [1x 14]

dnes_season4_glee_rachel_mi

Hell-O // 13 66o ooo tlsp.

44030375_p


vlcsnap_188788

   Après visionnage de cet épisode de Glee, je suis en colère ! Plus de quatre mois d'absence pour nous pondre ça, sérieusement ? J'ai vraiment l'impression que les producteurs et scénaristes de la série ont oublié quelque chose : c'est cool de soigner les numéros musicaux, c'est super d'avoir des lignes de dialogue très bien écrites et qui font mouche, mais ce qui est super important dans une série c'est d'avoir des scénarios de la mort qui tue. Et Glee ne les a pas. Surtout pas dans cet épisode qui s'amuse à déconstruire une à une les intrigues lancées dans l'épisode précédent. Il n'y a rien qui m'agace plus que ça ! Rien ! Ainsi, on comprend tout de suite que Will et Emma ne seront plus ensemble à la fin des 45 minutes. Tellement gros comme une maison ! Ca gâche en un instant la fin du précédent épisode qui était facile et tout ce qu'on veut mais qui représentait l'aboutissement de quelque chose. Ils auraient pu les laisser ensemble deux-trois épisodes et se concentrer sur autre chose. C'est pas comme s'il y avait quinze personnages derrières qui attendaient qu'on leur offre un petit quelque chose à faire hein... Cela dit, l'émotion recherchée était là, et on a appris avec surprise qu'Emma était toujours vierge ! Quand on y pense, ce n'est pas si étonnant. Mais je trouve l'idée potentiellement sympa. Mais qui donc va la déflorer ? Sûrement Will quand il se sera trouvé. Ah l'argument pourrie de leur séparation est un autre de mes gros problèmes avec cet épisode. Je note quand même que la fauve Terri est lâchée ! Maintenant que Will l'a jetée comme une merde, elle va pouvoir révéler sa vraie nature et Jessalyn Gilsig s'en donner à coeur joie. J'en trépigne d'avance !

   Au rayon deconstruction, il y a aussi le couple tout frais Rachel/Finn qui n'aura pas tenu non plus un épisode. Ces deux-là ensemble, ça ne donne rien. Pas d'alchimie particulière, sauf quand ils chantent, et pas d'envie, pour ma part en tous cas, de m'impliquer dans leurs histoires. C'est trop teenage et trop gnan-gnan. C'est d'ailleurs ce qui risque de poser problème à la série sur le long-terme niveau audience : elle s'adresse malheureusement à un public trop jeune. Il y aussi eu tabula rasa avec le retour expéditif de Sue à McKinley. On imaginait mal la série sans elle, on ne s'étonne pas de la voir revenir si vite. Par contre, j'espérais qu'elle aurait un nouveau but dans la vie que de démonter le Glee Club. Au moins le temps de quelques épisodes. Non, on repart sur la même intrigue que dans la première partie de la saison et avec les mêmes protagonistes en plus ! Britney et Santana restent ses fidèles espionnes. Elles me font mourir de rire donc je ne vais pas trop m'en plaindre mais on pourrait les utiliser pour autre chose. "Did you know that dolphins are just gay sharks ?".

   La seule nouveauté de l'épisode est l'introduction des principaux concurrents du Glee Club pour les regionals : les Vocal Adrenaline, emmenés par un chanteur charismatique, Jesse, et une chef de chorale interprétée par Idina Menzel avec un fort potentiel. Elle a déjà sauté sur Will, dans une scène qui a d'ailleurs atténué l'aspect gendre idéal du personnage et c'est franchement pas du luxe. Jesse, quant à lui, a mis le grappin sur Rachel dans le but bien-sûr d'espionner le Glee Club. On repart surt quelque chose d'assez similiare à la première partie de la saison mais avec peut-être un peu plus d'ambition en incarnant vraiment la concurrence. Coté numéros musicaux, ils étaient tous à base de "Hello" et ils étaient pas mal dans l'ensemble. Je retiens surtout le "Hello" made in Lionel Richie chanté par Rachel et Jesse. C'était joli. Et je pousse en revanche un gros coup de gueule, une fois de plus, contre le playback hyper flagrant qui gâche tout, ainsi que contre les deux danseurs de la bande, l'asiatique et le black, qui ne disent jamais un mot mais qui trouvent toujours le moyen de faire des pas de danse clichés et ridicules dès qu'une musique un peu entraînante débarque. Ca a le don de m'agacer ! Un peu comme les instruments que l'on entend mais que l'on ne voit pas à l'écran. Ils ont essayé de rectifier le tir dans cet épisode j'ai l'impression, notamment sur le duo Jesse/Rachel où un troupeau d'idiotes se sont mises à faire du violon et des maracas (je dis ça au hasard, je ne me souviens plus exactement). C'était ridicule !

vlcsnap_197730


// Bilan // Tout petit retour de Glee qualitativement parlant mais gros retour en termes d'audience grâce à American Idol. C'est dommage que les nouveaux téléspectateurs aient dû s'infliger cet épisode. C'est un des plus faibles depuis le début de la série et sans aucun doute le plus agaçant ! Il faut le dire franchement : Glee n'est pas à la hauteur du phénomène qu'elle est en train d'engendrer. 

Nurse Jackie [2x 04]

dnes_season4_nursejackie_mi

Apple Bong // 68o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_153154

  Il y a des choses qui m'échappent parfois dans Nurse Jackie. En réalité, bien souvent, je ne comprends pas où les scénaristes et les réalisateurs de la série veulent en venir, s'ils veulent en venir à quelque chose. Par exemple, le plan de la fin de cet épisode devant le frigo, je ne l'ai pas compris. Je n'ai pas compris non plus globalement quel était l'intérêt de cette intrigue médicale secondaire et l'implication exagérée de Jackie. Cela dit, c'était plutôt pas mal fichu. J'ai juste l'impression que l'on nous impose cela pour passer le temps, plutôt que de traiter des sujets qui nous intéressent vraiment. Ici, le cas Eddie par exemple. Il s'insinue de plus en plus dans la vie de Jackie et surtout celle de son mari, etil devient carrément pathétique. Elle le traite de psychopathe et c'est effectivement un peu ça, sauf qu'on n'est pas dans un thriller et que c'est donc automatiquement moins prenant. Le seul truc vraiment intéressant à retirer de l'épisode, c'est que Jackie est encore amoureuse de lui. Et ça me surprend ! Ca laisse donc une porte ouverte à un retour du couple mais j'imagine mal comment tout cela peut s'emboîter correctement...

   Les personnages secondaires sont peu gâtés dans cet épisode, même si O'Hara se tape Sam ! Ce n'est pas innatendu puisque l'idée nous avait été suggérée précédément mais ça a le mérite de faire un peu bouger les choses dans cet hôpital car hormis les querelles de Jackie et Dr Twitter, on s'y ennuie un peu. Le All Saints deviendrait presque un hôpital comme les autres. Quoiqu'elle fasse, O'Hara m'éclate. Et puis Sam me plaît assez dans son genre. Il y a vraiment quelque chose à faire de ce personnage mais je ne sais pas bien quoi. Le retour de ses addictions pourrait nous réserver de bons moments. Quant à Zoey, disons que le personnage change un peu trop à mon goût et c'est traité bizarrement, avec bien peu d'attention. J'adore toujours ses expressions et la voir jouer à l'infirmière calme et posée m'amuse mais il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps. A part ça, elle serait enceinte. De qui ? Du mec qui lui fait tourner la tête depuis le début de la saison mais dont on ne sait strictement rien. A moins que ce ne soit l'ambulancier crétin mais là, je crierais au scandale ! Il faudra donc patienter, comme d'habitude, pour en apprendre un tout petit peu plus.   

vlcsnap_145988


// Bilan // Nurse Jackie serait-elle sur la mauvaise pente ?  On se concentre dans cet épisode un peu trop sur le personnage principal, sans pour autant le faire avancer, et on range au placard les truculents personnages secondaires qui ont pourtant des intrigues mais traitées à la va-vite. A ce rythme-là, Nurse Jackie pourra bien durer 15 ans sans avoir épuisé le quart de ses ressources...

19 avril 2010

Ugly Betty [4x 20]

dnes_season4_ugly_miniban

Hello Goodbye (Series Finale) // 5 41o ooo tlsp.

44030376

 


vlcsnap_81411 vlcsnap_74622

  Je ferais à ce dernier épisode d'Ugly Betty exactement le même reproche qu'à l'épisode précédent qui préparait le terrain : c'était pas mal mais ça manquait terriblement de folie et d'extravagance. Ce qui a fait l'idendité puis le succès de la série, c'était son esprit "soap ultime" qui reprenait les codes du genre en les détournant avec humour, mais également son goût pour l'excentricité, les tenues et les personnages hauts-en-couleurs et une réalisation inspirée pour les transitions entre chaque scène notamment. On ne retrouve pas tout ça dans cet épisode et c'est bien dommage. J'espérais que la série retrouverait pour son final tout ce qu'elle a perdu en cours de route mais c'était peine perdue. Le précédent épisode ne présagait rien de bon à ce niveau-là de toute façon. C'est évidemment l'émotion et les bons sentiments qui ont été mis en avant, comme toujours depuis la fin de la saison 2. Le problème, c'est que, pour ma part, je n'ai pas été ému ni même touché par tous les happy-ends que les scénaristes nous ont concoctés. Sans doute parce qu'ils étaient trop attendus, dépourvus de rebondissements et précipités aussi. C'est d'autant plus dommage que ABC a prévenu suffisamment en avance la production pour qu'une fin plus consistante soit élaborée. C'est sans doute plus facile à dire qu'à faire mais bon, en même temps, on savait déjà au début de la saison 4 que ce serait logiquement la dernière. Ils ne sont pas naïfs à ce point j'espère !

   Ma principale déception revient à l'intrigue de Wilhelmina qui se termine avec une facilité déconcertante. Oui, elle s'est momentanément retrouvée dans le coma. C'est mieux que si elle avait été totalement épargnée. Mais elle en ressort gentille et ça c'est franchement moche. De toute façon, les scénaristes nous y avaient préparés. Elle devenait de plus en plus sympathique et de plus en plus compréhensive. La suite était presque logique. J'espérais quand même qu'un dernier événement la ferait rebasculer dans les feux de l'enfer. Même pas ! Sa méchanceté légendaire est quand même récompensée, quelque part, puisque Daniel lui laisse les clés de Mode et reprend sa liberté. On peut dire qu'elle a gagné. Même Claire Meade a décidé de lui fiche la paix. Plus j'y repense et plus je trouve ça décevant. Je ne parlerais même pas de l'énième retour de Connor, assez prévisible et pas du tout crédible, qui replonge une dernière fois Wilhelmina dans un grand dégoulinage de bons sentiments et d'amour éternel. Beurk.   

vlcsnap_66220 vlcsnap_60970

   Pour ce dernier épisode, on était également en droit d'attendre du grand Marc et du grand Amanda, et de préférence ensemble. On n'y a pas vraiment eu droit, même si l'enterrement du chien d'Amanda était très marrant, ainsi que le monologue de Marc à une Wilhelmina endormie. Sans eux, la série n'aurait pas été ce qu'elle a été. Elle n'aurait pas été aussi drôle et parfois aussi irrévérancieuse. Ce sont les deux personnages qui me manqueront le plus. Une sitcom/spin-off les réunissant aurait été enthousiasmante. On leur offre évidemment des happy-endings peu émouvants malgré les efforts de Becki Newton et Michael Urie. Amanda retrouve enfin son père biologique mais ça sort un peu de nulle part, ce n'est pas à la hauteur de toute la grand éqoque Fey Sommer/Gene Simmons. Et puis Marc trouve le courage de... de quoi d'ailleurs ? De danser avec Troy. Sous-entendu qu'ils sont désormais ensemble. Là aussi, ça sort un peu de nulle part. Troy nous a été mal introduit en milieu de saison. Marc n'en voulait pas. Il en a soudainement voulu et hop ! Emballé c'est pesé ! Bof. J'aurais bien aimé un retour de Cliff plutôt. Ca aurait été sans doute été plus émouvant... Pas grand chose à dire sur les Suarez. Tout le monde est heureux, même ce pauvre Ignacio qui va maintenant habiter seul puisque ses deux grandes filles prennent leur indépendance. Il va sans doute devenir rapidement obèse si elle se fait autant à bouffer pour lui tout seul que lorsqu'ils étaient quatre. Il ne sert un peu qu'à ça Ignacio : faire à bouffer. Je suis nostalgique de la période où cette grosse femme noire le harcelait. Qu'est-ce que c'était marrant ça !

   On en vient à notre chère Betty, à qui l'on offre une jolie fin quand même puisqu'elle accepte de quitter Mode pour ce job à Londres. Il aura fallu attendre quatre ans pour qu'elle évolue enfin vraiment. Ca fait plaisir. Les scénaristes ont bien géré cette partie-là de l'épisode même si sa petite fête d'adieu n'était pas exceptionnelle. Son départ de la casa Suarez était un beau moment pour le coup, avec le reflet de l'ancienne Betty dans la vitre. Et on vient à la toute fin, sans Henry, sans Gio, sans Matt, sans gros lourdeaux donc. Mais avec... Daniel ! Il s'est découvert des sentiments pour Betty à l'épisode précédent et quitte un peu tout pour ses belles lunettes. Il la rejoint plus ou moins à Londres. On nous sort une carte rare dans Betty, celle de la sobriété et du non-dit. Sont-ils ensemble à la fin de la série ? Un peu, mais pas vraiment. C'est à chacun de s'imaginer sa popre fin, telle qu'il la souhaite. J'aime bien cette idée. C'est mieux que de nous imposer un couple Betty/Daniel avec gros baiser baveux à la fin, qui aurait semblé ridicule qui plus est car il est bien difficile de les imaginer ensemble quand même... Une histoire entre eux aurait été intéressante sur la longueur de la saison 4, ou celle d'une éventuelle saison 5. Là, c'était précipité, pas le temps d'explorer quoi que ce soit. On ne sait finalement pas ce que peut ressentir Betty à ce sujet même si on imagine qu'elle est flatée...

vlcsnap_69838 vlcsnap_71733

 


// Bilan // Et c'est ainsi que s'achève la si jolie vie de Betty. J'aurais beau dire tout le mal que je peux des deux dernières saisons, et surtout de la troisième, je dois reconnaître qu'Ugly Betty m'a fait passer des moments sympas, que j'aurais voulu encore plus sympas c'est vrai. La série ne me manquera pas, certains personnages juste un peu. Goodbye Betty !


// Bonus // Deux de mes scènes préférées de la série.

Quand Marc et Amanda chantent et dansent Dreamgirls !

Quand Amanda chante Milkshake, THE SCENE de la série pour moi !

United States Of Tara [2x 04]

dnes_season4_usoftara_minib

You Becoming You // 4oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_138012

   Dites, cette saison est sacrément bonne ou c'est moi ? J'ai l'impression qu'il se passe jusqu'ici plus de choses qu'en saison 1. Le rythme est un peu plus soutenu, sans pour autant bâcler quoi que ce soit dans la précipitation. Ainsi, les conséquences de la débâcle du précédent épisode sont rapidement traitées. On se doutait que Max, LE mari aimant a la patience infinie, ne laisserait pas tomber Tara comme ça. Alors ils batifolent dans les herbes et font un deal : il lui pardonne et la soutient si elle retourne en thérapie. Elle accepte et c'est le début d'une intéressante introspection. J'aime bien les scènes où elle erre dans la maison vide et se souvient des morceaux de son passé. Doit-on comprendre qu'il faut remonter jusqu'à son enfance pour trouver la raison de ses troubles ? Sa mère est-elle impliquée d'une manière ou d'une autre ? Elle est présentée dans ses souvenirs comme quelqu'un de presque-terrifiant... Le twist final, je ne m'y attendais pas une seule seconde mais il est génia : cette fois c'est sûr, un nouveau double s'est emparé de son corps. Comment la définir ? On dira que c'est une psychiatre au look hippie. Intéressant mélange. Désormais, Tara fait son auto-thérapie...

   Quand je dis que les choses vont assez vite, c'est surtout par rapport à la quête identitaire de Marshall. Toute la saison précédente était consacrée à son béguin pour un autre garçon. Cette année, il a déjà eu le temps de se frotter à la communauté gay de son lycée et de coucher avec une fille ! L'expérience, comme prévu, n'est pas du tout concluante : il est bien gay, et le dit d'ailleurs clairement à son père qui avait visiblement encore un petit espoir pour son fils. Ca m'a étonné sur le coup, je pensais que ses parents l'avaient accepté depuis longtemps. Mais c'est tout à fait logique en réalité. Un parent aura toujours envie de croire au fond que son enfant n'est pas différent et qu'il aura ainsi une vie "normale", "facile". Du coté de Kate, on avance un peu aussi puisque Tara et Max font la rencontre de sa nouvelle grande amie, Lynda, et ne l'apprécient guère d'ailleurs. Un jugement hâtif tout de même ! J'ai trouvé Kate assez géniale dans cet épisode. Elle a une énergie, un franc-parler et une excentricité qui la rendent très attachante. Elle se prépare à quitter le nid je crois... Et puis il y a Charmaine, qui constitue ma seule déception de ce début de saison. On dirait vraiment que les scénaristes ne savent pas trop quoi faire d'elle. Après le mariage, la voilà enceinte ! Elle compte même s'installer avec son homme dans la maison voisine. C'est trop rapide pour moi pour le coup, et pas très intéressant qui plus est. Charmaine a perdu de son humour et de sa splendeur. C'est un peu triste.   

vlcsnap_138807


// Bilan // Les scénaristes de United States Of Tara ont visiblement décidé de ne pas perdre une seconde de la saison et font avancer les intrigues de manière consistante à chaque épisode. On ne va pas s'en plaindre ! 


18 avril 2010

Melrose Place [1x 18]

dnes_season4_melrose_simms_

Wilshire (Series Finale) // 1 o9o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_203819 vlcsnap_210218

   Non, on ne va quand même pas nous faire croire que les producteurs et scénaristes de Melrose Place 2009 croyaient qu'il y avait une possibilité pour que leur série soit renouvelée ?! Si ? C'est aberrant et absurde. Toujours est-il que l'on se retrouve avec un épisode correct mais rempli de plein de petits ou gros cliffhangers pour nous donner envie de revenir la saison prochaine, sauf qu'elle n'existera jamais. Il ne faut pas se faire d'illusions. C'est donc extrêmement frustrant et franchement stupide. Je me demande bien ce qui leur est passé par la tête... La star de cet épisode, une fois de plus, ce n'est pas Amanda Woodward mais Ella Simms, qui réussit le tour de force de jeter son mentor en prison à coup de chantage et de coups bas. Du beau boulot en somme ! Le seul problème finalement, c'est que ça donne vraiment l'impression qu'Amanda devient pathétique alors que s'il y avait eu une saison 2, elle aurait certainement pris sa revanche sur Ella. Je trouve que les scénaristes s'en sont vraiment bien sortis et n'ont pas trahi les personnages originaux bien que l'on sente une envie perpétuelle de montrer que la nouvelle génération peut prendre le dessus sur l'ancienne si elle le veut. Pour tout fan de l'originale qui se respecte, ça déplaît forcément. Le plan sur le visage ravi de Katie Cassidy qui clot l'épisode m'a bien plu. La phrase d'Amanda qui précéde aussi : "It's just the beginning". Tellement ironique, tellement Melrose. Je le dis pour la dernière fois : si ce remake a dû servir à quelque chose, c'est de révéler le talent de Katie Cassidy pour jouer la grosse bitch. J'espère qu'on la retrouvera vite dans un rôle équivalent ailleurs. Ce serait dommage de la laisser filer...

   La grande intrigue du tableau d'Amanda a trouvé une conclusion, elle, et, à défaut d'être bien amenée, elle était potable. C'était un plaisir de retrouver Sydney sous forme de la conscience d'Amanda. Les quelques face à face entre les deux femmes que l'on nous a offerts au cours de la saison étaient toujours très bons. La magie a opéré ! J'en viens à ce qui a gâché la série : le couple Jonah et Riley, la touche CW dans toute sa splendeur. Leur niaiserie était d'abord agaçante, puis on s'y est fait à mesure qu'elle s'atténuait. Au final, j'ai trouvé leur dernier chassé-croisé amoureux assez touchant et surtout innantendu. Je pensais que l'on se dirigeait tout droit vers un happy-end les concernant et en fait pas du tout. Bonne surprise ! Ce que je regrette par contre, c'est que Riley ne soit pas devenue une connasse après la trahison de Jonah et Ella. Il y a un début de tentative qui a vite été abandonné. Dommage. On a du coup collé Drew dans les pattes de Riley pour l'occuper et il était bien trop sympathique pour être un personnage Melrosien. L'aveu sur sa maladie en fin d'épisode a enfoncé le clou, c'était presque douloureux de voir ça au milieu de trucs pas mal du tout. Comme Ella, Lauren a pris sa revanche sur l'ancienne génération en humiliant Mancini en salle d'opération ! Là encore, si saison 2 il y avait eu, il ne l'aurait pas lâchée ! J'aimais bien Lauren, mais moins depuis qu'elle ne se prostitue plus. C'était son seul véritable intérêt. Le couple qu'elle a formé avec David était assez mignon, et ils sont les seuls d'ailleurs à bénéficier d'une sorte de fin heureuse, ou optimiste disons. L'histoire de David avec le père de celle qui le harcèle n'était pas intéressante et faisait bizarrement redite mais je ne sais pas bien avec quoi. Et puis pauvre Joe Lando, il vieillit mal. On a de plus en plus de mal à reconnaître le mec de Docteur Quinn, femme catin.            

vlcsnap_211490 vlcsnap_212750


// Bilan // Les scénaristes de Melrose Place 2009 ont eu le don de souffler le chaud et le froid tout au long de la saison, perdus entre leur désir de revenir à l'esprit originel de la série et les contraintes imposées par la CW pour qu'elle ne se démarque pas trop du reste de ses programmes (souvent médiocres). Ils se sont bien débrouillés pour mélanger ancienne et nouvelle génération et le résultat final était loin d'être aussi honteux qu'on aurait pu le croire. J'ai bien aimé ces 18 épisodes dans l'ensemble, malgré quelques couacs (le départ de Violet notamment), mais je ne regretterai pas la série plus que ça. Il n'y avait rien d'inoubliable là-dedans. 

Breaking Bad [3x 02]

dnes_season4_bb_jesse_minib

Caballo Sin Nombre // 1 55o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_194519

   Me pardonnera-t-on si je dis du mal de ce second épisode de la troisième saison de Breaking Bad ? Non parce que j’aimerais en dire beaucoup de bien mais je me contenterais seulement de quelques notes positives. Il y a des choses qui sont rédhibitoires et le coma profond dans lequel les 20 minutes centrales de l’épisode m’ont plongé en font partie. L’introduction était bonne, les dix dernières minutes étaient captivantes, mais au milieu coulait comme une rivière d’ennui. Question d’humeur peut-être. Ou habitude perdue. Le rythme de la série a toujours été très particulier et ça passe parfois un peu moins bien que prévu. Il s’avère que la relation entre Walter et Skyler a atteint un point de non-retour tel que rien ne semble pouvoir les sauver. Les nombreux non-dits, le secret même, est pesant pour tout le monde, y compris pour le spectateur. J’aimerais tellement que Skyker se confie à Mary ou à Hank, ou même à son fils. Ce ne serait pas raisonnable mais Breaking Bad a toujours su nous surprendre. Qu’elle le fasse à nouveau à ce sujet ! Dans tout ça, le point positif, c’est que Walter Jr. (qui ne veut finalement plus qu’on l’appelle Flynn, sans doute pour prouver qu’il est fier de son père dont il ne partage plus le toit mais au moins le prénom) sort de l’ombre et peste contre sa mère, fugue… Il s’affirme et ça me semblait important à ce stade de la saison. Cela dit, il ne faudrait pas que le conflit dure trop longtemps. Les scènes entre lui et Skyler sont pénibles.

   Jesse est bien trop absent durant ces deux premiers épisodes. Bien-sûr, sa petite vengeance personnelle auprès de ses parents est relativement jouïssive bien que cruelle, mais on ne lui offre malheureusement que ça. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’il ne retrouve Walter mais le plus tôt sera le mieux car la série marche définitivement mieux quand le duo est réuni. Le retour de Saul ne m’a pas procuré le plaisir escompté. Il ne m’amuse plus tellement à vrai dire, pour le moment en tous cas. Bob Odenkirk en fait trop et je crois que c’est la première fois que j’émets une critique sur le jeu d’un acteur de la série. Alors j’ai le droit d’abord ! Ne me conspuez pas ! Du coté des messieurs méchants, ça avance. Ils ont déjà trouvé Walter. Je croyais que ça mettrait plus de temps. Cela dit, ils le laissent finalement s’échapper. La tension était à son maximum, ça j’ai beaucoup aimé. Tout comme le clin d’œil-de-verre. D’ailleurs, le plan de la pizza sur le toit m’a vraiment fait rire. J’adore quand la série part dans ce genre de délires en prenant des risques d’ailleurs car je ne suis pas sûr que ça ait fait rire tout le monde. Moi, j’ai trouvé  ça hilarant et je pèse mes mots ! Eh Skyler qui revient dessus au téléphone quelques minutes après… Je crois que les scénaristes voulaient se foutre de sa gueule.

vlcsnap_187215


// Bilan // Je n'ai pas tellement aimé cet épisode et j'assume. On ne peut pas crier au génie toutes les semaines !

17 avril 2010

Damages [3x 12]

dnes_season4_damages_ellen_

You Were His Little Monkey // 76o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_199306 vlcsnap_214013

   On nous a offert cette semaine du Damages grand cru ! Rien de très étonnant étant donné que la saison est plutôt bonne dans son ensemble et que c'est quand elle distribue ses dernières cartes que la série est la meilleure. A un épisode du fin mot de l'histoire, les révélations s'enchaînent et nous surprennent. Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par les intrigues secondaires récurrentes. Pourquoi ? Comme ça, pour changer. Michael est de retour et il a la preuve formelle que l'enfant que Jill attend est bien le sien. La nouvelle ne ravit évidemment pas Patty qui a la bonne surprise de voir revenir Jill quelques temps plus tard, prête à accepter son offre précédente : une rondelette somme contre un Michael qui ne serait plus sous son emprise. Elle accepte le deal mais ne respecte visiblement pas les termes du contrat. Et c'est là que la petite histoire pourrait rejoindre la grande histoire : et si c'était Jill qui allait provoquer l'accident de voiture de Patty ? Autre intrigue secondaire qui prend un tournant très intéressant : le cas Frobisher, l'interminable. Si l'homme n'apparaît pas, son acteur, lui, vient à la rencontre de Patty, officiellement pour en apprendre davantage sur son personnage. Une chose en amenant une autre, il lui confesse quelques informations qui vont permettre, ni une ni deux, de relancer l'affaire du meurtre de David, l'ex d'Ellen ! Et c'est là que l'on se dit, encore une fois, que le hasard n'existe pas dans Damages. Tout est parfaitement pensé au préalable et tout finit toujours par s'imbriquer. Mine de rien, la résolution de cette histoire qui date de la saison 1 confirme que la saison 3 ressemble de plus en plus à la dernière... Pour terminer, c'est toujours le flou artistique concernant les rêves d'étalon de Patty. Un rapport au père ne m'étonnerait pas tellement. Après tout, on ne sait rien de sa famille, quasiment rien de son passé. Ce sang sur ses mains est forcément suspect. Aurait-elle tué son père ? Pourquoi ce souvenir la hante maintenant ? Je suis sûrement loin du compte. Mais je suis très intrigué, n'est-ce pas le principal ?

   Si l'épisode n'avait pas contenu le détail qui vient, il aurait sans doute mérité quatre étoiles. Oui mais voilà : les scénaristes m'ont grandement déçu en ayant recours, peut-être pour la première fois de l'histoire de la série, a une facilité navrante. Le journaliste avec qui Ellen couche de temps à autres permet de relancer toute l'affaire Tobin, qui était toujours au point mort, grâce à une découverte sur la fausse identité de Leonard Winstone. Alors certes, ça ne sort pas totalement de nulle part puisque les scénaristes avaient préparé le terrain dès le début de la saison mais ça reste un coup de pouce paresseux. Toujours est-il qu'ensuite, tout s'enchaîne. Le Tom Shayes, que l'on croyait au bout du rouleau, au bord du suicide, est encore plus malin qu'on ne le pensait ! Il a même réussi à dépasser le maître (Patty) dans l'art de la manipulation, tout en prenant des risques inconsidérés qui forcent le respect. Tout devient plus clair et les éléments qui conduiront à sa mort certaine se mettent en place rapidement. Il y a encore beaucoup de choses à expliquer et on n'est sans doute pas au bout de nos surprises. Les Tobin vont bien tenter un dernier coup d'éclat ! Comment pourrait-il en être autrement ?      

vlcsnap_221527 vlcsnap_206790


// Bilan // Excellent épisode pré-final qui augure du meilleur pour la conclusion de la saison (et peut-être de la série). Les dernières secondes, qui ressemblent presque à une bande-annonce qui aurait été intégrée à l'épisode, sont particulièrement efficaces pour faire monter la tension d'un cran. Plus que 3 jours avant l'accident de Patty Hewes et la mort de Tom Shayes... A noter que le final durera exceptionnellement 90 minutes (avec les pubs a priori) et que les producteurs de la série cherchent une chaîne pour co-produire la prochaine saison avec FX, laquelle ne peut plus la financer toute seule compte tenu des audiences très moyennes réalisées et du coût de production relativement élevé. Entre nous, je crois qu'il faudrait mieux que la série s'arrête au terme de la saison 3. Je ne veux pas d'une saison 4 au rabais et je ne veux pas que Damages s'éternise. Une "trilogie", c'est bien. 

Tueurs En Séries [Episode du 16 Avril]

allocine_tueur_en_series

Au sommaire cette semaine : Twin Peaks a 20 ans, le feuilleton Nicollette Sheridan, Olivier Marchal en guest, la franchise Law & Order au top, Glee revisite Madonna...

16 avril 2010

LOST [6x 12]

dnes_season4_lost_jack_mini

Everybody Loves Hugo // 9 48o ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_61302 vlcsnap_63575

   Libby ! J'exulte ! Depuis qu'elle a disparu tragiquement dans la saison 2, je guette son retour. Et je ne parle pas d'une simple apparition de deux secondes. Non ! De vraies scènes avec de vrais dialogues. Je commençais à ne plus tellement y croire, d'autant qu'il se disait que l'actrice, Cynthia Watros, ne voulait pas revenir, ne s'étant jamais remise de son départ express de la série. Je ne sais pas si c'est un gros chèque qui l'a décidée ou s'il ne s'agissait que de foutaises mais elle est là, bien là, et retrouve Hurley. Les quelques scènes que les deux anciens tourtereaux ont partagé étaient très émouvantes, très touchantes. Nous ont-elles pour autant donner la clé du mystère Libby ? Pas le moins du monde. Puisqu'il s'agissait de scènes dans la réalité alternative, tout ce qu'on a vu n'explique pas sa précense à Santa Rosa dans le même hôpital psychiatrique qu'Hurley dans notre réalité. On ne le saura donc probablement jamais. Cela dit, et je m'étonne moi-même de le dire : est-ce que cela a vraiment une importance ? Chacun peut se faire sa petite théorie dans sa tête et c'est bien aussi parfois. Pour ma part, j'opte pour l'explication la plus simple : je pense qu'elle a été internée dans cet hôpital suite à la mort de son mari et le fait que ce soit au même endroit qu'Hurley est une "coïncidence" (conditionnée par Jacob ?) comme il y en a eu tant d'autres dans la série. Les personnages sont liés par le destin, quoi qu'il arrive. Pourquoi chercher plus loin ?

   Le point le plus important dans tout ça, c'est que Libby fait partie des rares personnes qui se souviennent de l'île, ou du moins qui se souviennent de certains visages, de leur constante ? Pourquoi elle ? On ne nous le dit pas clairement. Elle se présente comme folle mais elle est sans doute bien plus censée que n'importe qui ! Si l'on s'en tient à ce que l'épisode précédent nous a montré, si Libby se souvient de l'île, c'est parce qu'elle a frôlé la mort à un moment donné et que tout lui est alors revenu. Dès lors, vu son état psychologique instable, on peut imaginer qu'elle ait tenté de se suicider et que c'est à ce moment-là qu'elle s'est souvenue. C'est en même temps ce qui l'a souvée car elle avait tout à coup une raison de vivre. Bref, c'est semblable à l'expérience vécue par Charlie dans la réalité alternative, et j'aime beaucoup cette idée de l'amour qui fait revenir à la raison alors que l'amour est la chose en ce bas monde qui rend le plus fou. Je regrette cela dit l'effet très cheap lorsque Hurley embrasse Libby et a des flashs rapides de l'île. Très bâclé visuellement ! Je tiens à souligner en revanche la jolie prestation de Cynthia Watros. Elle était parfaite. J'en viens à une mini-théorie pas très élaborée : et si les personnes mortes sur l'île et qui tendaient plus vers le bien que le mal trouvaient refuge dans cette réalité alternative où ils sont finalement plus heureux qu'avant, tandis que les personnes mortes sur l'île et qui tendaient davantage vers le mal en restaient prisonnières à jamais ? Car ce que l'épisode nous apprend sans effets d'annonce et dans la bouche de la dernière personne que l'on avait envie de revoir (Mr. "They Took My Son"), c'est que les murmures que l'on entendu sur l'île depuis le début sont ceux des morts prisonniers de l'île qui errent encore et encore et qui, parfois, apparaissent à certains naufragés. La révélation pourrait paraître décevante mais elle est avant tout logique. Les murmures étaient toujours liés, avant ou après, à une apparition donc... Alors voilà, je ne sais pas bien ce que l'on peut tirer de cette idée mais le parallèle me paraît évident.

       vlcsnap_66637 vlcsnap_78459

   Dans ce contexte, je trouve la place de Desmond encore plus intéressante qu'elle ne l'est déjà. L'incident avec l'électromagnétisme aurait fait de lui un homme ni vivant ni mort, qui peut donc voyager d'une réalité à une autre. Il est peut-être le seul à avoir cette capacité. Ce que cet épisode met très en avant aussi, c'est l'analogie entre Desmond et Jacob. Le Desmond des flashsideways semble finalement déconstruire ce que Jacob a construit quand il est allé toucher les naufragés un à un. Et s'il ne déconstruit pas, il intervient en tous cas plus ou moins de la même façon dans le destin de chacun afin de les réunir et les faire se souvenir. C'est ce qui me fait penser que finalement, ce n'est peut-être pas Jack le candidat idéal à la succession de Jacob mais bien Desmond. N'est-il pas le 108 ? En attendant, on constate que Desmond peut lui aussi voir le mini-Jacob qui nargue inlassablement le Man In Black. Ce qui surprend beaucoup ce dernier d'ailleurs, comme le fait qu'il n'effraye pas Desmond. Alors évidemment, le gamin n'est peut-être pas Jacob, d'autant que celui que l'on a vu là n'était pas blond. En même temps, quand j'étais petit j'étais blond, et je suis devenu chataîn en grandissant. Ce n'est donc pas improbable. Pourquoi MIB jette-t-il Desmond dans un puits ? Ce rebondissement me laisse très perplexe. Ce qu'il faut d'abord bien souligner, c'est que MIB lui raconte en partie des conneries quand il raconte la construction de ce puits. Pourquoi ? Parce qu'à notre connaissance, le puits qui débouche sur la roue gelée a été rebouché depuis bien longtemps. Ce puits n'est donc pas LE puits. On peut en déduite qu'il y en a plusieurs sur l'île, qui sont peut-être même reliés les uns aux autres dans les profondeurs. Quel intérêt de le jeter là ? MIB croyait-il/voulait-il vraiment le tuer ? Je n'y crois pas trop. Ou alors il est un peu con. Desmond ne peut pas mourir comme ça, surtout alors qu'on l'envoie directement du coté de la source de l'électromagnétisme ! De toute façon, il en parle à MIB. Il sait bien qu'il y survivra. Je rêve donc à une visite par Desmond des entrailles de l'île. C'est peut-être là que ses plus grands secrets se cachent....      

   Concernant le cliffhanger de l'épisode, qui est un beau moment de "What The Fuck?" comme sait nous en offrir la série mais de moins en moins souvent, il ne faut pas se tromper en l'expliquant de la manière la plus simple qui soit, à savoir que Desmond ne fait que de se venger de Locke dans les flashsideways. Desmond n'est pas comme ça et il doit bien savoir que le mec qui l'a jeté dans le puits n'est pas Locke. Non, il le renverse afin de le faire frôler la mort et ainsi provoquer en lui le déclic qui le fera se souvenir de l'île. Avait-il vraiment le choix ? Sa Claire ou sa Libby à lui n'est jamais allée sur l'île. Alors ce n'est pas l'amour qui le fera revenir à la raison. On peut dès lors imaginer que Locke va être transporté au seul hôpital de Los Angeles à en croire la série : celui où bosse Jack ! Là, il aura son déclic en le voyant (en l'embrassant ? lol) et Desmond aura réussi son coup, à nouveau. C'est bien, ça permet de ne pas rendre sa tâche trop répétitive ! Pour l'analogie Desmond/Jacob, vous remarquerez que le dernier plan fait furieusement penser à celui où Jacob touche Locke après qu'il soit tombé de l'immeuble. Pouvait-on nous faire passer le message plus clairement ?

vlcsnap_95446 vlcsnap_87970

   La grande faiblesse de l'épisode ne réside pas dans les actions de Desmond ou les flashs d'Hurley mais dans le grand surplace sur l'île au présent, marqué malgré tout par quelques événements. Les deux groupes de MIB et de Jacob se rejoignent déjà. C'est le début de quelque chose. On se serait bien passé du grand sourire de Kate à Jack mais il y a des fans-pisseusses à contenter aussi, ne l'oublions pas. Je n'ai pas bien compris non plus pourquoi Jack avait l'air si étonné de voir Locke vivant. Il le savait déjà, qu'est-ce qui a changé depuis ? Rien. Pour souligner leur opposition, un grand regard noir aurait suffit même si Matthew Fox ne les maîtrise pas bien. On notera également le départ de Miles, Richard et Ben qui forment du coup un troisième camp. Tous ces camps me gavent à force, d'autant qu'ils ne passent jamais vraiment à l'action. Mais celui-là m'intrigue beaucoup. Il est formé de deux personnages passionnants (enfin qui l'étaient) et un troisième qui ne va sûrement pas tarder à crever vu son utilité. Cela dit, je les vois assez bien mourir tous les trois en voulant eux aussi faire les cons avec la dynamite !

   Eh oui, faut bien en parler : Ilana a donc explosé comme une grosse merde, comme ça. C'était sacrément surprenant, je ne peux pas le nier. Est-ce que c'est frustrant qu'Ilana soit morte ? Oui et non. On pensait forcément qu'elle avait des choses à nous apprendre vu son statut de protectrice de Jacob et elle est partie sans nous dévoiler quoi que ce soit. D'un autre coté, on commence à être habitué à ce genre de mort au bout de six ans. Combien de personnages sont morts tragiquement avant d'avoir délivré leurs secrets si toutefois ils en avaient ? Des tas ! Une de plus ou de moins, on n'est plus à ça près. Comme je ne peux pas m'empêcher de chercher un sens au moindre des événements, je tiens quand même à dire que tout ce qu'on sait du passé d'Ilana, c'est que Jacob est venu la toucher alors qu'elle était dans un hôpital, toute bandée de partout ! Comment ne pas faire un lien avec cette explosion qui l'a théoriquement faite exploser en mille morceaux mais qui a très bien pu aussi la brûler très gravement ? Serait-elle victime d'une boucle temporelle ? Savait-elle que son destin était de crever de la sorte ?

vlcsnap_88966 vlcsnap_79178


// Bilan // Pour ce dernier tiers de la saison et de la série, les rôles s'inversent : ce ne sont plus les flashsideways qui déçoivent un peu mais les scènes sur l'île. Dommage que l'on ne puisse pas tout avoir ! Alors les flashs étaient excellents, à la fois émouvants et importants pour l'avancement des intrigues, tandis que les scènes sur l'île étaient surprenantes mais incarnées par des personnages amorphes, réduits à des dialogues insipides, à l'exception notable de Hurley, Desmond et MIB, qui nous ont offerts de grands moment très intenses. Plus que 5 épisodes... Les pièces du puzzle se rassemblent mais visiblement, beaucoup de pièces manquantes le resteront !    

44069764