21 janvier 2010

How I Met Your Mother [5x 13]

dnes_season4_himym_robin_mi

Jenkins // 1o 5oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_60163

   Jenkins rentre dans le cercle de plus en plus large des "épisodes de How I Met qui auraient pu être géniaux seulement si...". Les deux intrigues de départ n'étaient pas mauvaises, ma petite préfèrence allant vers celle de Marshall et de sa nouvelle collègue interprétée par Amanda Peet. Le quiproquo avec Ted au début était vraiment bien trouvé et amusant. Le concept du "settler/reacher", je ne le connaissais pas, mais je l'ai trouvé criant de vérité ! Non mais c'est vrai, je suis en plein dedans et je suis parfaitement d'accord avec la théorie de Ted. Et bien-sûr, je suis le settler ! Cela va sans dire... Là où on aurait pu rire mille fois plus, c'est au niveau du personnage de Jenkins en lui-même qui, tel qu'il nous est décrit, est hilarant (mais selon Marshall... on ne doit pas avoir le même humour lui et moi !) alors qu'il est finalement très plat dans les scènes où il apparaît. On peut dire une fois de plus que How I Met n'a pas vraiment soigné sa guest-star. Elle aurait mérité mieux. Par contre, Marshall qui tente de faire naître une pointe de jalousie chez Lilly, c'était vraiment bon, surtout au niveau du dénouement. J'ai beau les trouver gnangnan tous les deux, je n'imagine plus la série sans eux en couple. Ils sont touchants quoiqu'on leur fasse faire et dire.

   La deuxième storyline, centrée sur les "But Ahem..." de Robin quand elle présente son very-late show, est sans doute trop anecdotique pour convaincre sur 22 minutes. Elle a le mérite de la mettre en lumière et de confirmer qu'elle est géniale. Mais à part ça, je cherche encore et l'intérêt et les fou-rires... Au fait, son coprésentateur est déjà oublié ? J'imagine que l'on y reviendra mais ça m'énerve de plus en plus ces épisodes loners. Avant, le dosage était beaucoup plus équilibré. La présence très restreinte de Barney ne m'a pas dérangé, au contraire. Il se trouve que Neil Patrick Harris réalisait pour la première fois un épisode de la série (et un épisode de série tout court d'ailleurs), ceci explique cela. De ce point de vue, c'était un épisode comme un autre. Pas de patte NPH particulière. 


// Bilan // Beaucoup de potentiel gâché dans cet épisode vaguement sympathique.

44069764

 


20 janvier 2010

Human Target [Pilot]

19220835

Pilot // 1o 1oo ooo tlsp.

44030376

What About ?

Christopher Chance, un mystérieux garde du corps, est capable de prendre différentes identités afin de protéger ses clients en danger de mort. Il risque sa vie tous les jours, il est prêt à tout et n'a peur de rien...

Who's Who ?

C'est Mark Valley qui a été choisi pour interpréter le rôle du charismatique héros de la série. Tous ceux qui regardent Fringe le connaissent bien puisque son personnage est célèbre pour avoir été tué dès le pilote (malgré de multiples apparitions au cours de la saison 1). Parmi ses autres rôles importants, on peut citer celui de Brad Chase dans Boston Legal. A ses cotés, celui qui ne passe pas une seule saison sans être à l'antenne, j'ai nommé : Chi McBride ! La preuve : Boston Public (2000-2004), Dr. House (2005), Killer Instinct (2005-2006), The Nine (2006-2007) et Pushing Daisies (2007-2009). Il est excellent, on ne va pas s'en plaindre ! Le trio de Human Target est complété par Jackie Earle Haley, plus habitué au cinéma avec des rôles dans Watchmen, Little Children ou bientôt Shutter Island. Il risque d'y avoir une nouvelle guest féminine par épisode, celle du pilote n'est autre que Tricia Helfer, la créature qui a fait bander des millions de geeks pendant 5 ans dans Battlestar Galactica. Elle est méconnaissable sans sa robe rouge et ses cheveux blond platine.    

So What ?

   Comme je m'y attendais, Human Target n'est pas du tout une série faite pour moi ! Elle s'inscrit dans une tradition oubliée des shows d'action pure et dure, très en vogue dans les années 70 et 80, qui ne requiert qu'une paire d'yeux grand ouverts mais pas forcément un cerveau. Je ne suis pas en train de dire que c'est une série faite pour les simples d'esprit, attention ! C'est une série faite pour ceux qui sont capables de poser leur cerveau sur leur canapé le temps de 42 minutes pour profiter d'un moment sans prise de tête purement divertissant. Je ne sais pas faire mais Dieu sait que j'aimerais ça !

Il me semble donc que Human Target remplit parfaitement son contrat : les scènes d'action sont nombreuses et plutôt convaincantes en matière d'effets-spéciaux (on sent que la FOX a mis de l'argent sur la table); et le personnage principal, sans dire qu'il est attachant, est exactement comme on le voudrait : un sous James Bond. Il a de l'humour et du charme, il sait parfaitement en jouer, et il a une part de mystère suffisamment importante pour éveiller la curiosité. Le rôle va parfaitement à Mark Valley puisqu'il n'exige pas d'avoir un talent immense. Un peu de muscle, une voix profonde et un beau sourire font amplement l'affaire. On se retrouve face à un personnage masculin fort, rusé et décomplexé, qui m'a fait énormément penser au désormais célèbre Mentalist ! Dans une moindre mesure, il fait également penser aux héros de White Collar et de Lie To Me. Les contextes de toutes ces séries sont différents mais on en revient toujours un peu au même. Etant donné que ça marche pour le moment, Human Target peut s'en sortir. Elle n'est ni meilleure ni pire qu'une autre. Les deux personnages secondaires apportent indéniablement quelque chose à la dynamique d'ensemble mais il est encore trop tôt pour dire quoi exactement.

En bref, Human Target est d'une efficacité quasi-irréprochable pour qui cherche du divertissement pop-corn et de l'action. Quelque part, elle remplit un créneau qui était laissé à l'abandon depuis des années, à l'exception notable de 24. En ce qui me concerne, n'étant pas du tout sensible à ce type de séries, mon aventure avec Christopher Chance s'arrête là. Je lui souhaite néanmoins bien du succès ! 


// Bonus // Un trailer... explosif !

Posté par LullabyBoy à 14:30 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Desperate Housewives [6x 13]

dnes_season4_dh_catherine_m

How About A Friendly Shrink? // 11 2oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_56080 vlcsnap_69391

   Après ma critique un peu barrée de la semaine dernière, qui a plu à certains et pas du tout à d'autres, je me dois de retrouver un peu de sérieux pour parler de cet épisode de Desperate à mi-chemin entre le médiocre et le sympathique. Pour mettre tout le monde d'accord, je dirai donc qu'il était sympathiquement médiocre. En clair, il n'était pas désagréable à regarder mais il ne valait pas grand chose d'un point de vue scénaristique.

   J'ai envie de commencer naturellement par celle qui a été absente plusieurs épisodes durant et qui revient enfin : Katherine ! Le déroulement de son internement ne nous a pas été dévoilé mais, apparemment, elle va mieux. Elle semble avoir compris son trouble et la scène où elle l'explique à son psy était excellente. Dana Delany n'a pas à rougir de ses performances. Elles valent bien celles de Marcia Cross ou de Felicity Huffman quand elles sont dans un bon jour. La présence de Mrs McCluskey apporte un plus non négligeable. Pour une scène adorée, j'en ai détesté une autre : celle de fin ! Elle était ridicule car parfaitement improbable. Toutes les wives viennent voir Katherine le sourire aux lèvres pour lui dire que tout est oublié, qu'elle peut revenir à Wisteria Lane sans problème. Là où ça coince vraiment, c'est du coté de Susan. Elle nous a tellement pompé l'air avec toute cette histoire que de la voir rappliquer la bouche en coeur est tout sauf plausible. Et puis j'en ai marre de toutes ces engueulades qui se finissent systématiquement par des réconciliations. J'aimerai bien que pour une fois, elles ne pardonnent pas. Par principe ! Ca pue la morale, voilà ce qui me gène le plus. Que va devenir Katherine maintenant ? C'est la grande question. Soit elle va faire de la figuration, ce dont elle est habituée, soit elle ne va pas aussi bien qu'elle le prétend et là, ça peut être intéressant...

   S'il y a bien une intrigue que j'ai détesté de bout en bout dans cet épisode, c'est celle de Angie ! Que l'on ne parle pas du mystère fil-rouge cette fois passe encore, mais que l'on nous impose pour la deuxième semaine consécutive le duo de jeunes boulets Ana/Danny, c'est insupportable. Ils ne sont pas intéressants depuis le départ et les scénaristes ont trouvé le moyen de les rendre encore plus abyssaux : plus ça va, plus le pseudo bad-boy a des ailes d'anges qui lui poussent dans le dos, et plus ça va, plus la ceinture de chasteté de la pseudo salope latina dépasse de sa mini-jupe ! Cette manoeuvre pour les rendre parfaitement respectable ne me plaît pas du tout. Là encore, la morale pointe le bout de son nez et c'est moche. Puis les propos d'Ana sur ses blessures passées qui ressemblent à celles de Danny et qui les rapprochent inéluctablement sonnaient complètement faux : 1/ parce que l'actrice est mauvaise 2/ parce que le propos de départ était simplement que Danny méritait mieux qu'une fille aussi superficielle et jusqu'à preuve du contraire, elle l'est toujours, qu'elle ait vécu des choses difficiles ou non.

   Comme le laissait présager l'épisode précédent, rien ne va plus dans le foyer des Hodge ! Monsieur profite de son handicap pour traiter Bree comme une servante et Bree ne se laisse pas faire quitte à oublier que le handicap de Orson est bien réel. Les voir se chamailler comme une maman et son fils malpoli et capricieux était amusant. La scène où Bree passe Orson sous le tuyau d'arrosage pour qu'il se lave enfin était même assez osée et politiquement incorrect. Ca aurait été encore plus percutant si une intrigue quasi-similaire n'avait pas déjà été traitée à l'époque où Carlos était aveugle. Ce qui m'a dérangé, c'est la morale -là encore- de la fin où Orson fait tout un speech à Bree pour lui dire combien sa position actuelle le fait souffrir comme si c'était la raison pour laquelle il la traitait de la sorte. Faire ça, c'est ne pas assumer son intrigue ! Il se comporte ainsi parce qu'il en veut à Bree, point barre ! C'est sûr que du coup le propos est bien léger mais c'est tout qu'il est à la base. Lui inventer une profondeur, c'est escroquer le téléspectateur.

   Pout terminer sur une note positive, j'ai trouvé intelligent d'associer Susan et Gaby dans cet épisode. Puisqu'elles écopent souvent toutes les deux des storylines les plus "comiques" et les plus creuses, autant faire deux pierres deux coups ! Leurs petits stratagèmes et leurs rivalités ont offert de bons moments de divertissement. C'est un peu toujours la même chose, c'est vrai, mais il y a des fois où ça passe mieux que d'autres, allez comprendre pourquoi... Dans le même esprit, la présence -très courte- de Bob et Lee dans l'intrigue de Lynette et Tom a permis de changer un peu la dynamique du couple. D'ailleurs, le comportement de Lynette vis à vis de Tom et de ses séances chez la psy était digne de Susan ou de Gaby. Tant que ça reste un one-shot et qu'elle ne devient pas comme elles, why not ? Comme d'hab', la fin était émouvante.                     

vlcsnap_61258 vlcsnap_54450


// Bilan // Même si ma critique se concentre davantage sur les points négatifs que sur les points positifs de cet épisode, je reconnais volontiers que j'ai passé un agréable moment à le suivre. Je m'auto-cite : il était "sympathiquement médiocre". Ca résume bien le fond de ma pensée.

44069764

19 janvier 2010

Dollhouse [2x 12]

dnes_season4_dollhouse_mini

The Hollow Men // 2 1oo ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_65469 vlcsnap_46089

   La fin de l'aventure Dollhouse n'a jamais été aussi proche. Cet avant-dernier chapitre m'a globalement déçu. Il était quasi-uniquement centré sur l'action pure, dans le but bien entendu de sauver le monde, et il a mis de coté certaines réponses à certaines questions qui étaient pourtant essentielles. Par exemple, je trouve que les motivations de Boyd quant à sa grande trahison n'ont pas été suffisamment bien explicitées. J'ai eu l'horrible sensation que les scénaristes ont préféré rester vague afin de ne pas mettre en lumière d'éventuelles incohérences. Je doute vraiment qu'il était prévu depuis le départ que Boyd tienne ce rôle au final... Le fait que le fameux Clyde soit représenté par Whiskey était ingénieux et en même temps assez risqué car le ridicule n'était pas bien loin. Heureusement, ils ne sont pas tombés dedans et l'affrontement final entre Echo et Whiskey était assez réussi, même si les grosses scènes de bagarres ne m'ont jamais passionné, ni dans Dollhouse ni ailleurs. Et puis, contrairement à l'épisode précédent, tous les personnages n'ont pas été si bien utilisés que cela. Adelle est là et glisse quelques répliques bien senties mais pas de quoi sauter au plafond. Mellie et Ballard restent deux beaux boulets et les tentatives de nous émouvoir avec leur histoire ont échoué. C'est sans doute un peu la faute des acteurs, surtout celle de Tahmoh Penikett qui reste insuportable, mais c'est aussi celle des scénaristes, qui n'ont jamais su rendre Ballard intéressant même quand il avait un rôle capital. Et puis un coup il est amoureux de Mellie, un coup son coeur balance plutôt du coté de Echo... Difficile à suivre le monsieur !

   Une fois encore, et peut-être était-ce la dernière, Victor/Anthony et Sierra/Prya ont su tirer leur épingle du jeu même si leur retour était couru d'avance et leur utilisation presque trop facile. Enver Gjokaj nous a encore gratifié d'une imitation de Topher Brink absolument hallucinante ! C'est un vrai tour de force et je crois que c'était encore mieux que la première fois ! Il a dû drôlement s'entraîner. Dichen Lachman a eu moins l'occasion de démontrer toute l'étendue de son talent mais elle en a et c'est pour moi la meilleure révélation de la série avec son compère. Amy Acker, quant à elle, a été la confirmation de la série ! On verra ce qu'elle donnera dans Happy Town mais vu que la série ne fera pas long feu, j'espère que d'autres casteurs penseront à elle. Et metteront par la même occasion Eliza Dushku sur une black-list ! Je ne voudrais pas trop cracher sur elle, je l'ai assez fait, mais j'avoue que je ne comprends toujours pas la fascination de Whedon pour cette actrice plus que moyenne. Un petit mot sur les dernières secondes de l'épisode : je suis partagé quant à leur présence. D'un coté, elles n'auraient pas été là, j'aurai détesté que l'épisode se termine sur cette note si positive, et de l'autre coté, c'était tellement prévisible que ça n'a fait aucun effet. Au-delà de ça, il sous-entend que tout ce qui s'est passé dans cet épisode et dans les précédents n'a servi à rien. C'est un peu énervant même si ça fait partie du jeu...         

vlcsnap_53640 vlcsnap_52660


// Bilan // Beaucoup d'action dans cet épisode de Dollhouse qui clôture la partie "présent" de la série, avec tout ce que cela implique de facilités, de raccourcis, de clichés et de bagarres ennuyeuses. La mythologie est mise de coté et je doute que l'on revienne vraiment dessus dans Epitaph Two qui sera diffusé dans deux semaines. Beaucoup de questions resteront donc sans réponse. C'est rageant mais on savait bien depuis l'année dernière que ça se terminerait comme ça, sur une frustration.   

Fringe [2x 12]

dnes_season4_fringe_bishopd

Johari Window // 6 6oo ooo tlsp.

44030377


vlcsnap_128153

   Après l'épisode "perdu" de la saison 1, nous revoici en plein coeur de la saison 2 de Fringe avec un stand-alone qui aurait pu être banal, ennuyeux, mais qui était au contraire un des meilleurs de la série. Il n'était pas forcément très impressionnant visuellement et un plus grand effort de réalisation aurait pu être fait, mais l'intrigue était bonne, surprenante et rythmée. Ca partait pourtant assez mal : "encore une histoire de monstre" ai-je soupiré au bout des trois premières minutes. Elle valait pourtant bien mieux que ça et on ne peut la résumer ainsi. Pour tout dire, j'ai vraiment eu l'impression de regarder un épisode de X-Files. Pas parce qu'il s'agissait d'un plagiat, juste parce que l'atmosphère était la même : petite ville perdue peuplée de gens étranges, bois sombres et douteux, brouillard épais... On était en terrain connu mais Fringe se différencie grâce à ses résolutions scientifiques et grâce à la personnalité de Walter, sans aucun équivalent dans le monde de Mulder et Scully. Je pensais que cette saison serait pour Joshua Jackson mais pour le moment, c'est John Noble qui tire nettement son épingle du jeu. Les étrangetés de Walter étaient encore assez géniales d'autant qu'elles ont eu cette fois une importance capitale. S'il n'avait pas eu cette chanson en tête et s'il n'avait pas ramené à Astrid un papillon, il n'aurait jamais pu régler cette affaire ! Parfois, les signes étaient trop appuyés (ou alors on s'habitue) mais je crois qu'il était impossible de deviner avant la fin la résolution de l'intrigue. Pour ma part en tous cas, j'étais loin du compte !

   Olivia a fait son boulot tranquillement, sans débordement. On ne peut pas dire que l'agent du FBI brille par ses découvertes en ce moment mais elle est efficace. Peter a été d'une grande aide et j'ai bien aimé la partie "action" lors de l'accident de voiture orchestré. On peut dire maintenant qu'ils forment un duo soudé, complèmentaire et équilibré. Je comprends tout à fait que les scénaristes aient choisi de se débarrasser de Charlie Francis. Il était devenu trop encombrant. Tout cela permet aussi à Astrid de prendre de plus en plus de place et c'est une très bonne chose puisque son duo avec Walter fonctionne à merveille ! Et je ne me lasse toujours pas de la blague "Astérix". Les derniers mots de Walter à Peter sont intéressants : "I'm glad you choose to see me the way you do. Very glad, indeed." Il fait sans doute référence au secret qu'il cache à son fils et qu'il serait grand temps de dévoiler ! On peut aussi imaginer que son rôle dans cette affaire ait été plus important qu'il a bien voulu le dire. L'ami-scientifique dont il parle doit vraiment exister et ça ne m'étonnerait qu'à moitié qu'on en ré-entende parler plus tard...   

vlcsnap_144048


// Bilan // Moi qui ne suis pas du tout friand des séries composées quasi-exclusivement de stand-alones, je dois dire que Fringe est la seule qui réussit à me scotcher à mon canapé à presqu'à tous les coups. Cet épisode était exemplaire puisqu'il avait tout ce qu'il faut : de l'humour, de l'action, des rebondissements surprenants et de l'émotion.

44069764 


18 janvier 2010

Critiks Récap' [Du 11 au 18 Janvier 2010]

44069588

Cliquez sur les vignettes pour les critiques complètes


44030378

48689590


44030377

dnes_season4_biglove_bill_m

48507339


44030376

48504599

48546771

48577959

48621476

48642358


44030375_p

48473336

48582775

Being Human [Saison 1]

Private Practice [3x 11]

dnes_season4_private_miniba

Another Second Chance // 10 96o ooo tlsp.

44030378


vlcsnap_34695 vlcsnap_54958

   J'ai beau avoir beaucoup de tendresse pour Private Practice, je reconnais qu'elle n'a jamais été à la hauteur de Grey's Anatomy. Une fois n'est pas coutume, c'est Private Practice qui a été meilleure, pas seulement grâce au crossover mais grâce à un ensemble d'intrigues qui, liées les unes aux autres, ont formé un tout parfait, à la fois drôle et bouleversant. Je ne pensais pas dire ça mais la venue de Mc Steamy à L.A. a été très bien gérée et, comme en début de saison avec Bailey, on en appris plus sur lui en un épisode de Private qu'en une saison de Grey's. Dans cette dernière, depuis qu'Addison est partie, il se contente d'être l'atout-charme et il est souvent lié à une intrigue légère. On lui a offert ici plus de profondeur, ce qui ne l'a pas empêché non plus de jouer son rôle habituel de dragueur et de "détendeur" d'atmosphère. Je ne m'attendais pas à ce qu'il tombe dans les bras d'Addison, je pensais innocemment que son cas se concentrerait uniquement sur la grossesse difficile de sa fille. A ce propos, même si j'ai toujours beaucoup de mal à y croire et que j'estime que Sloan aurait mérité un portrait digne de ce nom, c'était très émouvant. L'alchimie entre Eric Dane et Kate Walsh est toujours très forte que ce soit dans les scènes drôles et sexys ou les scènes plus profondes. La dernière, dans le lit d'Addie, était d'ailleurs géniale. Même si un déménagement de Mark à L.A. a été longuement évoqué, tout rentrera dans l'ordre dès le prochain épisode : elle sera toujours célibataire, avec son petit chat, et il sera toujours amoureux de Lexie, prêt à la reconquérir j'imagine. Cette parenthèse ensoleillée et charnelle était bien sympathique !

   Tous les personnages ont eu leur petite intrigue et c'est sans doute celle de Dell et de sa fille qui m'a le plus touché. On pourra bien dire que c'était tire-larmes et assez facile, je me suis laissé prendre au jeu et j'assume complètement. Et au-delà de ça, je suis content que le personnage retrouve de l'intérêt. Maintenant, c'est moins classe je sais, mais j'aimerais bien qu'il saute Naomi ! En même temps, quand celle-ci va apprendre ce qui arrive à sa fille, elle aura sans doute mieux à faire ! Cette intrigue qui se profile n'est pas particulièrement enthousiasmante car Naomi et Sam risquent d'être agaçants au possible mais je suis quand même curieux de voir ce que ça peut donner. Et puis Sam est amoureux d'Addison maintenant, je crois que c'est clair ! Je passerais sur Pete, lié à Dell. Toujours du mal avec lui mais son court affrontement avec Mark était marrant. Pour ne pas changer, Cooper et Charlotte ont passé leur temps à s'engueuler mais c'est à chaque fois un peu plus dur que la fois précédente. Ils se sont vraiment jetés des horreurs à la gueule, c'était à la fois terrible et drôle. Même si je les adorais ensemble, je crois que Cooper a pris provisoirement la bonne décision. Si Mark était resté plus longtemps, il se serait sûrement jeté sur Charlotte et elle n'aurait pas dit non. A garder pour un prochain crossover moi j'dis ! Last but not least, Violet a eu droit à son petit cas médical de la semaine, au départ en combo avec Cooper mais il a vite été effacé de l'intrigue et c'était bien mieux comme ça. Les éternels affrontements entre médecins me fatiguent. Là encore, l'émotion était de mise. J'ai beaucoup aimé. Molly Price était parfaite.   

vlcsnap_50699 vlcsnap_50777


// Bilan // Le meilleur épisode de Private Practice à ce jour ? Le précédent était déjà de haute-volée mais celui-ci a battu tous les records ! En réalité, il était au niveau d'un bon (mais pas excellent) épisode de Grey's Anatomy mais cela reste une grande satisfaction ! 

17 janvier 2010

Grey's Anatomy [6x 11]

dnes_season4_ga_christina_m

Blink // 12 78o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_70378 vlcsnap_75163

   J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver nos amis du Seattle Grace, d'autant que leur absence m'a semblé très longue, mais il faut reconnaître que cet épisode aurait pu être bien meilleur. Autant le fait qu'il y ait actuellement beaucoup de personnages peut donner du rythme et multiplier les possibilités, autant il est compliqué d'offrir à chacun le temps d'antenne qu'il mérite. Je pense par exemple à Addison qui, crossover oblige, est de retour mais ses scènes sont peu nombreuses et ne font pas avancer grand chose. Je crois qu'il aurait été plus judicieux de ne pas la faire apparaître dans Grey's Anatomy et se contenter de la venue de Mark à l'Oceanside. On aurait ainsi pu passer plus de temps avec la fille de Sloane que l'on nous a imposé trop vite et qui reste finalement une inconnue puisque ni à l'épisode précédent ni dans celui-ci, elle ne nous est présentée. On sait vaguement qu'elle est idiote et qu'elle ne donne pas spécialement envie de faire plus ample connaissance. On comprend assez bien le sentiment de Lexie pour le coup, qui se sent de trop. Nous aussi. Et puis je suis désolé mais Eric Dane et Leven Tamblin ne sont pas très convaincants, surtout dans une relation père-fille qui semble plus incestueuse qu'autre chose à l'écran ! Si le but des scénaristes était simplement de faire rompre Mark et Lexie, on peut dire qu'ils ont réussi leur coup. Tout allait trop bien pour tout le monde, il fallait que ça bouge.

   Ca bouge aussi au niveau du triangle amoureux Cristina/Owen/Teddy et la tournure que prennent les événements me plaît. J'avoue que c'est en grande partie parce que Kim Raver est bien partie pour rester ! Et puis franchement, cette Teddy est géniale ! La scène de l'opération où elle ne bouge pas le petit-doigt pour laisser Cristina faire ses preuves était très forte. La dispute qui en a découlé avec Owen un peu moins, c'était très convenu. Toujours est-il que l'alchimie est là, de tous les cotés, à la fois avec Sandra Oh et avec Kevin McKidd et je trouve ça très fort de réussir à imposer aussi rapidement un nouveau personnage. Mais Grey's est très forte pour ça. La même chose s'était produite avec Callie en son temps et plus récémment avec Arizona. Plus ça va et plus les personnages historiques me semblent dépassés. Le cas Alex est épineux car il je l'aime et je le déteste à la fois. Cette semaine, je l'ai détesté. On a beau comprendre sa détresse, Meredith a raison quand elle dit qu'il ne grandira jamais. J'étais content qu'il ne saute pas dans les bras de Reed (qui est un personnage que j'ai encore du mal à accepter) mais j'étais déjà moins content de le voir sauter dans ceux de Lexie, et la scène sur le lit n'était pas inspirée du tout en plus. On peut même dire qu'elle était très facile, avec la dose d'alcool qui aide un peu trop souvent à changer les choses dans la série. A voir si les répercussions de ce dérapage seront à la hauteur. Mais entre nous, si Izzie pouvait rester là où elle est, ça m'arrangerait ! Pas vous ?

   Au niveau des historiettes de l'épisode, je dois d'abord dire que j'étais ravi de retrouver Cynthia Stevenson ! Je l'adore depuis longtemps et elle me manquait. Et ce n'est pas sa présence dans Surviving Suburbia qui a pu me contenter !!! Son rôle de patiente méga-chiante et très indécise lui allait à la perfection. D'autres bons moments de comédie nous ont été offerts par le duo Miranda/Derek, toujours aussi efficace. Derrière l'humour reste quand même un vrai problème : que faire de Bailey ? Je ne la vois tomber dans aucun bras familiers, il va donc falloir lui dégôter un peu de chair fraîche. Ce serait sympa qu'elle tombe amoureuse d'un patient. Ca n'est pas arrivé si souvent dans la série qui plus est. Et puis l'absentéisme et l'alcoolisme du Chief ont été au centre des préocccupations de Meredith et Derek. On ne peut pas dire que ce soit passionnant mais c'est une bonne planque pour les personnages. J'aimerai autant que tout cela s'achève vite, avec un départ en fanfare de Richard, mais je perds patience... Sinon, terminer l'épisode sur Cosmic Love de Florence + The Machine, c'est juste trop bon !      

vlcsnap_86543 vlcsnap_68043


// Bilan // Reprise moyenne pour Grey's Anatomy. On sent une véritable volonté de bousculer l'ordre établi mais le mécanisme est trop visible et pas toujours inspiré. De plus, la partie crossover est plus que dispensable. Malgré tout, le plaisir de suivre tous ces personnages, des plus anciens aux petits nouveaux, est intact.

44069764

Coming Next 2010 [Tour 1- NBC]

dnesseason4nextminiban

La rubrique Coming Next revient sur le blog après avoir connu un certain succès l'an passé. Pour ceux qui n'en connaissent pas le principe, il est très simple : les projets des principales chaînes américaines pour la saison prochaine sont mis en compétition et soumis à vos votes afin d'élire LE projet qui a le plus retenu votre attention. Une manière ludique de présenter ce qui fera la télé de demain en gros ! Evidemment, les chaînes développant vraiment beaucoup de séries chaque année, je ne vais pas toutes les répertorier. J'en sélectionne une dizaine chaque semaine, sachant que toutes ne verront pas le jour...


nbc_logo1

  J'ai choisi de commencer par NBC, en plein dans l'actualité cette semaine avec l'annulation du Jay Leno Show qui signifie pour nous sériephiles un peu plus de séries sur la chaîne la saison prochaine ! Sa grille étant particulièrement sinistrée, elle a dû employer les grands moyens et commander beaucoup plus de pilotes que les années passées. En voici une petite sélection !

1. SELLEVISION (Script)

Créé par Bryan Fuller (Pushing Daisies, Dead Like Me), produit par Bryan Singer (Dr.House, X-Men).

La vie de quatre excentriques travaillant pour une chaîne de téléshopping fictive...

__________

2. THE ROCKFORD FILES (Pilote commandé)

Créé et produit par David Shore (Dr.House) et Steve Carrell (The Office).

Remake de la série des années 70 Deux Cent Dollars Plus Les Frais. L'histoire d'un détective hors-norme vivant dans une caravane qui ne s'occupe que des affaires les plus épineuses dont personne d'autre ne veut...

____________

3. UNDERCOVERS (Pilote commandé)

Créé par J.J. Abrams (Alias, Lost, Fringe) et Josh Reims (Felicity). Produit par Bryan Burke (Lost, Star Trek). Avec Boris Kodjoe, Gugu Mbatha-Raw, Gerald McRaney et Ben Schwartz.

D'anciens espions de la CIA, Steven et Samantha Bloom, mari et femme, reprennent du service en travaillant ensemble. Ils ne vont pas tarder à découvrir des secrets sur leur passé et voir leur passion les consumer à nouveau...

NB: Le pilote sera réalisé par J.J. Abrams.

__________

4. WELCOME TO HITCHCOCK (Script)

Créé par Craig W. Van Sickle (Le Caméléon). Produit par Teri Weinberg (ancienne directrice des programmes de NBC)

Un flic doué mais nerveux, à la recherche de son frère disparu, débarque dans la petite ville d'Hitchcock. Les locaux y sont étranges et cachent bien des secrets. Il va rapidement comprendre que tout n'y est que mensonges et faux-semblants...

  __________

5. KINDREDS (Pilote commandé)

Créé et produit par David E. Kelley (Ally McBeal, Boston Justice, Boston Public, The Practice...).

Les mésaventures d'un vieil avocat têtu et borné qui dirige son propre cabinet rempli de personnalités toutes plus excentriques les unes que les autres...

NB: La saison dernière, NBC avait osé refuser le pilote de David E. Kelley Legally Mad avec, entre autres, Kristin Chenoweth et Loretta Devine.

__________

6. LAW & ORDER: LOS ANGELES (Pilote commandé)

Créé par Dick Wolf.

5ème série de la franchise Law & Order après New York District, New York Unité Spéciale, New York Section Criminelle et New York : Cours de Justice. L'action se déroulera cette fois à Los Angeles.

__________

7. THE MOUNTAIN (Pilote commandé)

Créé par Douglas Barr. Avec Paige Turco (La vie à cinq, Damages) et Barry Bostwick (Spin City).

Une mère de trois enfants, célibataire, hérite d'un chalet dans les montagnes mais découvre que son propriétaire, son oncle, est bien vivant. Ils vont s'unir pour empêcher un promoteur d'accéder à cet endroit qui regorge de secrets et de trésors...

NB: Le pilote de deux heures sera diffusé en tant que téléfilm et, en cas de succès, pourra se transformer en série. C'est ce qu'on appelle un "backdoor pilot".

___________

8. REX IS NOT YOUR LAWYER (Pilote commandé)

Créé par Andrew Leeds et produit par David Semel (My Own Worst Enemy). Avec David Tennant (Doctor Who), Jeffrey Tambor (Arrested Development) et Jerry O'Connell.

Un avocat souffre de crises de panique telles qu'il lui devient impossible de se rendre au tribunal. Il en vient donc à coacher ses clients afin qu'ils assurent eux-mêmes leur défense devant le juge.

NB: Il s'agirait actuellement du pilote le mieux placé pour obtenir la commande d'une première saison.

___________

9. PRIME SUSPECT (Pilote commandé)

Créé par Lynda La Plante et Hank Steinberg (FBI: Portés Disparus).

Une détective courageuse enquête sur des mystères complexes dans une grande ville où la guerre en politique fait rage...

NB: Il s'agit de l'adaptation de la célèbre série anglaise du même nom, multi-récompensée.

____________

10. MIDNIGHTERS (Script)

Créé par Chad Hodge (Runaway). Produit par Leslie Morgenstein (Vampire Diaries, Priviledged).

Des événements étranges se passent dans la petite ville de Brixby en Oklahoma à minuit venu : le temps s'arrête pendant une heure, laissant ses habitants à la merci de créatures maléfiques. Quatre ados décident de se rebeller...

__________

A vos votes ! Vous avez une semaine ! N'hésitez pas à commenter/justifier vos choix en commentaires !

16 janvier 2010

Nip/Tuck [6x 12]

dnes_season4_niptuck_sean_m

Willow Banks // 1 96o ooo tlsp.

44030376


vlcsnap_339074

   Il fut un temps où Nip/Tuck était bonne sur la forme comme dans le fond, malgré quelques ratures. Depuis plusieurs années, elle n'est plus que bonne soit sur le fond soit dans la forme. Les deux sont rarement réunis. Dans cet épisode, c'est le fond qui est intéressant même si le propos n'est pas nouveau et c'est son exécution qui pêche à cause d'un manque de subtilité flagrant et sans doute un manque d'inspiration aussi. Entre le précédent épisode et celui-ci, du temps semble avoir passé mais ce n'est pas explicité. Sean s'est trouvé une jolie villa mais elle est vide, il s'ennuie profondément et ne cesse de faire des bilans de sa misérable vie tandis que Christian a tout sur le papier mais ne semble pas plus heureux. Il se laisse bouffer par le quotidien et se rend compte que sa beauté et sa superficialité ne suffisent plus alors il se détruit. Les deux cas médicaux du jour vont refléter leurs peurs et leurs craintes, comme il est de coutume, mais tout est si translucide et, j'ose le dire, ridicule, que le message ne nous touche pas le moins du monde.

   Ainsi, Sean va s'occuper d'un homme qui est resté 20 ans dans le coma et qui, quand il se réveille, n'a plus le corps de son esprit. Une idée intéressante mais qui ne ménera à rien, si ce n'est pousser Sean à refaire le constat terrible que sa jeunesse est loin derrière lui désormais. Après 25 ans de mariage, il se retrouve un peu comme cet homme : perdu, désemparé et seul. Délaissée par Christian, Kimber va alors se réfugier dans ses bras, ils vont combler leurs solitudes. La même chose était arrivée il y a plusieurs saisons. La série ne change pas, elle revient constamment en arrière et offre à ses personnages l'occasion de refaire les mêmes erreurs all over again. Je ne parlerai pas de la bêtise de Christian qui ne se rend compte de rien, même s'il est bien trop occupé avec son cas à lui, et celui de sa patiente. Celle-ci est une ancienne mannequin qui souffre de sa beauté au point qu'elle veut devenir laide. Il est apparement plus facile de rendre quelqu'un plus beau que de le rendre moche. Le propos a beau être original, il n'est absolument pas crédible. Au-delà de ça, on sait très bien dès le départ comment cela va finir : Christian va coucher avec elle, elle va se faire du mal (en l'occurence elle va foncer dans un mur en voiture) et va regretter son geste car être défigurée, c'est pas facile non plus vis à vis du regard des autres. Elle voulait se fondre dans la masse, elle est devenue un "monstre". L'intrigue défile donc sans surprise, sans ennui non plus, et l'on a du mal à reconnaître le nouveau Christian qui a tout d'un beauf. Il ne se rase plus, ne se coiffe plus, ne se douche même plus, il regarde des matchs de je-ne-sais-quoi avec une bière à la main et une demi-tonne de blanc de poulet grillé. Mouais, pas convaincu. A la fin de l'épisode, il semble décidé à reprendre sa vie en main. Il va effectivement falloir qu'il récupère Kimber ! Au fait, leurs enfants ont disparu ? Et Matt ? Et Julia ? Brrr, pas Julia.

vlcsnap_334327


// Bilan // Un épisode sans saveur, pas très intéressant dans la forme, un peu plus dans le fond, mais qui souffre du même mal que la plupart des précédents : les scénaristes n'ont plus rien à dire sur les deux héros de Nip/Tuck qui ont déjà tout fait, tout vécu et qui, de fait, revivent sans cesse les mêmes choses et refont inéluctablement les mêmes erreurs, avec les mêmes personnes.