esbanxw8Something to Save

Audience: 7 14o ooo.

dnesblog3starsmq2B


vlcsnap_44780

Les deux épisodes précédents avaient la particularité de mettre davantage en avant les personnages secondaires de la série, ce qui devenait primordial. Cela a été fait avec brio. Mais cet épisode recentre vraiment les choses sur Eli, le héros. Et c'était à nouveau très réussi, notamment les flashbacks. Nous savions que le père d'Eli était alcoolique et cela à cause de la mort de sa femme. Mais on ajoute ici un élément extrêmement important qui permet de rendre la série plus cohérente: Mr Stone avait lui aussi des visions ! Il en avait d'ailleurs parlé à son fils un soir de pluie. Mais Eli était bien trop jeune pour comprendre. Grâce à l'acuponcteur Dr Chen, ce souvenir lui revient en pleine face. Cela signifie que ses visions ne sont pas dûes à son anévrisme. Ses délires musicaux par contre, c'est autre chose. D'ailleurs, il en a eu un formidable ! Tous les avocats se sont retrouvés à danser et chanter sur Who'll stop the rain ? (Taylor ne manque pas de rappeler que ce n'est pas du George Michael pour une fois !) C'était sympa de les voir tous autrement qu'un peu austaires. La révélation finale de l'épisode permet de rendre le personnage de Dr Chen plus légitime: c'est le père d'Eli qui lui a demandé, il y a bien longtemps, de s'occuper de son fils. Il a probablement eu une vision sur Eli et ses conditions actuelles ... Jolie manière de parler des daddy issues d'Eli.

Par ailleurs, après avoir dansé pendant une plaidoierie à l'épisode précédent, le professionnalisme d'Eli est remis en cause. La Cour cherche à savoir s'il est toujours apte à pratiquer son métier d'avocat. C'est Jordan qui va le représenter, un peu à contre-coeur puisqu'il ne comprends pas son attitude. Jordan c'est un peu le père qu'Eli n'a jamais eu. Et Jordan est extrêmement déçu d'apprendre qu'Eli lui a menti sur de nombreuses faits: il a falsifié la signature de Nathan pour son dossier médical, il lui a caché son problème de santé ... Jordan l'aide malgré tout face à la Cour et le représente dignement, même si au final, c'est un peu Eli qui fait tout tout seul. Mais à la fin de l'épisode, Jordan lui rappelle qu'il ne peut pas le renvoyer (cf l'épisode pilot) mais qu'il ne souhaite plus avoir de lien ni professionnel, ni personnel avec lui, qu'il ne travaillera d'ailleurs plus au sein de la firme mais chez lui ! Son bureau est d'ailleurs légué à Taylor ! Et Patti, secrétaire d'Eli devient secrétaire de Taylor, qu'elle déteste ! Ca promet pour les prochains épisodes ! Le départ d'Eli est émouvant, Patti écrase une petite larme. Jordan n'est pas le seul à mal réagir au mensonge d'Eli, Maggie aussi. Elle part dans un discours où elle reproche à Eli son égoïsme. Elle n'a pas tout à fait tort mais elle parle de lui comme si elle le connaissait depuis 1o ans alors que bon, ça fait 2 mois à tout casser qu'ils bossent ensemble ! Je préfère la Maggie un peu gourde, elle est plus drôle.

Si la partie Eli était passionnante, celle du "cas" du jour l'était beaucoup moins. Un joueur de base-ball a accidentellement (ou pas, c'est là qu'est la question) tué le coach de l'équipe adverse dans un coup de sang. Le seul véritable intérêt de cette storyline était de voir l'opposition entre Matt et Keith, deux avocats très différents. Ils ont à peu près le même âge mais ils ne viennent pas du tout du même milieu social. Keith vient des cités, Matt a toujours baigné dans le milieu. Du coup, ils ne sont pas du tout d'accord sur la méthode a utilisé pour innocenter leur client. C'était un peu mou, par rapport au reste, et l'affrontement s'avère décevant. Ca manque d'humour. C'est le défaut majeur de l'épisode d'ailleurs. La mauvaise nouvelle, c'est qu'a priori, on en a pas fini avec ce procès, il n'a même pas commencé ! Espérons que la suite soit meilleure.

vlcsnap_64073


// Bilan // Du très bon du coté d'Eli, du moins bon du coté de Matt et Keith. Leurs scènes plombent un peu l'ensemble, c'est dommage. La partie Eli est pleine de révélations et permet de mieux comprendre "l'intérêt" de la série.