27 septembre 2007

Dirty Sexy Money [1x o1]

Pilot

dnesblog3starsmq2B

Audience : 1o 42o ooo.

24_dirtysexymoney

On n'avait plus vu une famille aussi déjantée depuis Arrested Development ! Les Darling sont riches, beaux et célébres, une des familles les plus puissantes de New York et ils vivent dans leur monde fait de luxure, d'hypocrisie et de mensonges. Chez les Darling, on est alcoolique de mère en fille. Chez les Darling, on se marie et on divorce aussi souvent que possible, on s'aime puis on se déteste. On est très égoiste et très capricieux. Tous les personnages ont tous les défauts du monde. Ils n'ont pas de morale et encore moins de limites. Ils sont parfois caricaturaux. Juliet Darling est une sorte de Paris Hilton en moins pute. Jeremy Darling est un Pete Doherty en devenir mais en plus mignon. Et au beau milieu de tout ce petit monde, un homme vertueux, avocat de son état : Nick George. C'est Peter Krause qui l'interpréte (Six Feet Under, The Lost Room).

Tout commence le jour où le père de Nick meurt dans un mystérieux accident d'avion, derrière lequel pourrait se cacher un complot. Il était l'avocat attitré de la famille Darling depuis des années et plus qu'un avocat, il était devenu un ami de la famille, un confident, une personne sur laquelle les Darling pouvaient compter pour les sortir de n'importe quelle situation. On apprend par ailleurs, et en même temps que Nick, que son père entretenait une relation adultère avec Letitia Darling depuis des années. Son accident est-il lié à cela ? Commandité par Tripp Darling ? Ce serait un peu trop facile et surtout, il était temps de réagir !! Cela fait 3o ans que ça dure, pourquoi s'en prendre à lui maintenant ? Bref, nous avons un petit mystère pour nous tenir en haleine toute la saison. C'est visiblement devenu la norme depuis Desperate. Nick est un homme qui a souffert et qui souffre toujours. Il a avant tout souffert de l'absence de son père. Ce dernier s'occupait plus de la famille Darling que de sa propre famille. C'est d'ailleurs ce qui a fait fuir sa femme. Nick a grandi en jalousant et en haissant les Darling, ceux qui lui avaient volé son père et ça aura été le cas jusqu'au bout puisque c'est probablement à cause d'eux, ou l'un d'entre eux, qu'il est mort. Dans un premier temps, il refuse de prendre la succession de son père puis il se laisse finalement convaincre, notamment par l'argent qu'on lui promet. Comme le titre de la série l'indique, l'argent est au centre de tout.

Eh bien même si à première vue tous ces gens sont détestables, à la fin de l'épisode on les adore déjà ! Ils sont attachants, à leur façon. Et ça c'est la première force de la série. Ils apportent tous leur dose d'humour voire de cynisme. Certaines répliques sont excellentes et on sent une certaine complicité entre les acteurs poindre. Ce n'est qu'un début et cela devrait s'accentuer au fil de la saison. Mon coup de coeur perso irait plutôt vers deux personnages. D'abord Juliet Darling, interprétée par Samaire Armstrong (The OC), son rôle de pauvre petite fille riche qui fait une tentative de suicide juste pour se faire remarquer, c'est dans l'air du temps. Elle a une fraicheur et une insouciance intéressante. Et je suis sûr qu'elle est bien plus intelligente et profonde que l'on ne croit. Et puis Brian Darling m'a l'air d'être un personnage très ambigu. Il est révérend, à la fois cynique et austère. Et puis très sanguin aussi. Mais on le voit bien quand il se bat avec Nick, c'est une mauviette, il ne sait pas se battre. Difficile de vraiment le cerner pour le moment, c'est sûrement ce qui est intéressant. Les autres membres de la famille semblent moins torturés. On arrive plus facilement à cerner leur personnalité. A priori.

// Bilan // Après Everwood et Brothers & Sisters, Greg Berlanti nous dégote encore une série qui semble de très bonne facture. Le décor est planté, les personnages nous sont presentés et maintenant les choses sérieuses peuvent commencer. On sent que la série a un énorme potentiel et peut devenir une série culte. Mais il va falloir pousser encore un peu plus le coté irrévérancieux. Tout va dépendre des storylines qui vont être développées et comment les scénaristes vont gérer le nombre important de personnages. Au niveau des acteurs, rien à dire. Ils sont plutôt bons, pas mal de visages connus (William Baldwin, Donald Sutherland, Jill Clayburgh, Blair Underwood ...)

A venir : Life et Big Shots.

Posté par LullabyBoy à 23:52 - - Permalien [#]